Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La figure du consommateur immigré en Europe

 | 
Virginie Silhouette-Dercourt
, 
Maren Möhring
, 
Marie Poinsot

L’immigré consommateur dans le contexte d’un espace migratoire globalisé

Der Migrant als Konsument im Kontext globaler Migration

The Immigrant as Consumer in the Context of a globalized migration Space

Catherine Wihtol de Wenden

Resumen

Cette contribution s’intéresse aux multiples figures du consommateur immigré. Dans la perspective d’un espace migratoire globalisé, elle distingue différentes figures de ce consommateur en fonction des origines géographiques et des pays de destination, des profils de qualification ou même de la place de chacun dans la succession des générations. Sur les 244 millions de migrants internationaux, quatre figures de consommateurs sont ainsi plus particulièrement étudiées : des migrants qui vont du Sud au Nord, du Nord au Nord, du Sud au Sud ou du Nord au Sud. Etant donné l’apparition de nouvelles configurations migratoires, l’article souligne la nécessité d’approfondir les recherches encore sporadiques et parcellaires sur cette thématique.

Dieser Beitrag behandelt die vielfältigen Facetten des Migranten als Verbraucher. Mit Blick auf globale Migrationsbewegungen wird zwischen verschiedenen Typen von Konsumenten unterschieden : nach geografischer Herkunft und Zielland, nach Qualifikationsprofil sowie nach dem Platz in der Generationenfolge. Es werden vier Typen internationaler Migration unterschieden : die Süd-Nord-Migranten, die Nord-Nord-Migranten, die Süd-Süd-Migranten und die Nord-Süd-Migranten. In Anbetracht der neuen Erkenntnisse der Migrationsforschung arbeitet der Artikel die Notwendigkeit heraus, den bislang noch viel zu sporadischen und rudimentären Forschungsstand systematisch zu erweitern.

This contribution focuses on the different figures of the immigrant as consumer. In a global migration system, it distinguishes between different figures, according to geographical origins and countries of destination, qualification profiles or according to generations under study. Among 244 millions of international migrants, four consumer figures are more specifically analyzed : from South-to-North immigrants, from North-toNorth immigrants, from South-to-South immigrants and North-to-South immigrants. Because of new migration configurations, the article concludes with the need to conduct more research on this theme.

Texto completo

1L’originalité de ce thème fait qu’il y a très peu de travaux réalisés sur le sujet dans une approche globale des migrations, car l’essentiel des connaissances porte sur les micro-analyses, consacrées à des terrains et des populations très circonscrits. Encore faut-il également prendre soin de distinguer les périodes de la migration (l’arrivée ou le transit, le regroupement familial, l’âge mûr et celui de la retraite), les générations (première ou seconde génération), les régions migratoires et leurs cultures respectives, les profils de migrants selon leurs qualifications, leur âge et leurs destinations.

2Dans une perspective mondialisée, nous avons pris le parti de distinguer l’immigré consommateur selon une clé de classification en quatre figures de migrants, c’est-à-dire selon que les migrants vont du Sud au Nord, du Nord au Nord, du Sud au Sud ou du Nord au Sud. Sur 244 millions de migrants internationaux aujourd’hui, on compte en effet autant de migrants se dirigeant vers le Nord que vers le Sud de la planète. Les migrants sud-nord et nord-nord avoisinent en nombre les migrants sud-sud et nord-sud, soit 120 millions de migrants se dirigeant vers le Nord de la planète et un peu plus de 120 millions se dirigeant vers le Sud, les chiffres étant moins précis dans ce dernier cas. Des types de consommation très différents s’y profilent selon la direction prise par la migration et c’est cette clé de lecture que nous avons adoptée ici.

Du Sud au Nord

  • 1 Voir les travaux de Joel Oudinet (CEPN-université Paris XIII) et d'El Mouhoub Mouhoud (CNRS DREEM, (...)
  • 2 Voir sur ce point les travaux de Flore Gubert (IRD).

3Du Sud au Nord (80 millions de migrants environ), on trouve d’abord les riches des pays pauvres qui partent vers le Nord en amenant avec eux une importante somme d’argent pour acheter un appartement, créer une entreprise ou un commerce, ce qui leur permet d’acquérir un titre de séjour durable dans nombre de pays d’accueil ouverts à cette immigration sélective. Celui qui est dépourvu de visa, parti en empruntant beaucoup d’argent pour payer les passeurs ou s’acheter un zodiac pour traverser la Méditerranée à plusieurs devra rembourser son voyage à sa famille ou à ses proches pendant parfois plusieurs années et consommera le moins possible pendant la période d’irrégularité de son séjour, tout en cherchant à envoyer au plus vite des transferts vers son pays d’origine, permettant à sa famille l’entrée dans la société de consommation. Certaines régions de départ comme les Philippines ou la vallée du fleuve Sénégal deviennent de ce fait rentières de leurs migrations. Ainsi, 420 milliards de dollars ont été envoyés en 2015 par les migrants vers leurs pays d’origine, avec, parmi les gros envoyeurs de transferts de fonds, les Chinois (premiers pour les transferts), les Indiens (seconds), les Mexicains (29 milliards de dollars en 2016), les Turcs, les Marocains, et les Philippins1. Cet argent est à la fois une assurance face à l’insécurité des pays de départ (économique, sociale, politique, sanitaire, environnementale…) et un mieux-être pour ceux qui sont restés au pays, permettant une consommation ou des investissements locaux effectués par les associations de migrants consacrées au développement (école, dispensaire, accès à l’eau, à l’électricité)2. La consommation se fera aussi en cadeaux si les migrants sont en mesure de retourner dans leur pays d’origine une fois réalisée leur régularisation au bout de plusieurs années ou s’ils sont entrés légalement. Les achats pour le retour au pays, ne serait-ce que pendant la période des vacances, deviennent aussi obligatoires qu’ostentatoires pour montrer qu’on a « réussi ».

  • 3 Pian A. [2009], Aux nouvelles frontières de l’Europe. L’aventure incertaine des Sénégalais au Maroc(...)

4Souvent cette période est précédée d’une longue phase de transit, comme dans des pays d’émigration devenus des pays d’immigration comme le Maroc pour les Subsahariens ou le Mexique pour les Centre-américains. Pendant cette période de latence, les migrants sont souvent accompagnés ou suivis par les commerçants ou commerçantes qui font des allers-retours avec les pays de départ et approvisionnent les migrants dans des produits dont ils ont besoin. Anaïk Pian, dans sa thèse sur l’espace-temps des Subsahariens au Maroc3 ou Mehdi Allioua dans celle sur les transmigrants subsahariens à Rabat montrent ainsi quels sont les produits de consommation spécifiques aux migrants : nourriture africaine, tissus, gris-gris, plantes pour se soigner… introuvables au Maroc sans l’entremise des commerçants ambulants africains. Parfois des femmes migrantes plus âgées accompagnent les jeunes migrants masculins dans cette quête de produits quand ils ne se mettent pas eux-mêmes à vendre à la sauvette les produits recherchés par leurs compatriotes en transit dans les villes de passage. On trouve aussi ces commerces de proximité pour les migrants arrivés à leur destination : le marché Dejean de la Goutte d’Or à Paris abonde par exemple de légumes, poissons et tissus africains, sacs de riz de 50 kg, boutiques de coiffure africaine, tandis que les Chinois, Indiens et Pakistanais ont investi depuis les années 1980-1990, les quartiers fréquentés par leurs compatriotes (le 13ème arrondissement de Paris, la Porte de la Chapelle pour les Indo-Pakistanais) pour leur proposer leurs produits ou créer des boutiques « ethniques » pour une clientèle nationale et internationale. La chalandise immigrée n’habite pas nécessairement ces quartiers, mais s’y rend pour s’approvisionner. Dans les quartiers habités par les immigrés, le marché de la viande halal a fait irruption dans les cités et quartiers dits « ethniques » depuis la fin des années 1980, de même que les boutiques de prêt-à-porter musulman et les librairies où l’on vend surtout le Coran et les prédications des imams les plus réputés. On y trouve aussi des agences de voyages tournées vers les pays d’origine, parfois accompagnées d’invitation au pèlerinage à La Mecque, qui est devenu non seulement l’un des cinq piliers de l'islam de plus en plus suivi mais aussi une pratique de consommation culturelle et religieuse pour tout bon musulman.

5C’est avec le regroupement familial que l’immigré devient consommateur dans le pays d’accueil : le logement, l’équipement de la maison en appareils électroménagers, ou la voiture font partie des achats souvent obligés. Pour les secondes générations, ce sont d’autres biens de consommation qui vont être sollicités : appareils électroniques, chaînes wifi, ordinateurs, téléphones portables, écrans plats de télévision mais aussi soumission à la mode des marques sportives ou habillées (la « sape » chez les Subsahariens et les ressortissants des DOM-TOM), aux produits de beauté « ethniques » et adaptation religieuse aux formes de restauration rapide des jeunes (halal burgers). La puissance d’aliénation de l’argent est très forte, surtout chez ceux qui tirent des revenus illicites de la drogue, de la contrebande (vente de produits manufacturés avec les pays de départ), du trafic de voitures (trabendo). On la rencontre aussi chez les Subsahariens plus dépendants que les Maghrébins de l’obligation faite par les proches d’envoyer de l’argent au pays, au risque de ruiner leurs études et leur formation ultérieure par l’acceptation de métiers de court terme. Au pays d’origine, l’argent des immigrés peut déstabiliser les ordres hiérarchiques traditionnels et déséquilibrer l’économie déjà précaire entre les régions d’émigration qui reçoivent transferts de fonds des migrants et aides à la réinsertion et au développement consenties par les pays d’accueil à leurs interlocuteurs migrants à travers leurs associations, et les régions sans émigration qui ne reçoivent rien.

6Une fois parvenu à la retraite, l’immigré de première génération qui a construit sa maison au pays partage souvent son temps entre sa vie au pays d’accueil et au pays de départ, mais la maison qui a nécessité beaucoup d’efforts financiers intéresse peu les enfants car elle se situe souvent en dehors des axes urbains (au « bled », non sans ostentation parfois). Il consacrera une partie de sa retraite aux allers-retours fréquents en avion dans sa nouvelle circulation migratoire.

Du Nord au Nord

  • 4 Perspectives des migrations internationales, OCDE, SOPEMI, 2016.

7Du Nord au Nord, les migrants ont un tout autre profil : il s’agit de migrants moyennement ou très qualifiés le plus souvent, caractérisés par une facilité d’entrée dans le pays d’accueil, une très grande mobilité transfrontalière quand le passeport le permet (Européens, Américains, doubles nationaux) et un niveau de consommation élevé. Il en va ainsi des Français à Londres (200 000 environ), des Européens du Sud dans les métiers qualifiés du nord de l’Europe, des « seniors au soleil » entre le Nord et le Sud de l’Europe comme les Anglais en France du Sud-ouest, les Allemands installés aux Baléares, les Anglais au sud du Portugal ou à Malte… Les moins qualifiés (Polonais au Royaume-Uni et en Irlande, Roumains dans le bâtiment) font des allers-retours en fonction de la conjoncture économique, consomment aussi des billets d’avion low cost, ou voyagent grâce aux bus qui traversent l’Europe. Les 10 millions d’Européens vivant dans un autre pays que le leur4 sont des gros contributeurs en termes de transferts de fonds vers leurs pays d’origine européens : femmes gardant des personnes âgées en Italie (Polonaises, Roumaines, Ukrainiennes), « plombiers polonais » en Europe de l’Ouest, spécialistes du commerce et de la finance, chercheurs du sud de l’Europe émigrés au nord… Ceux qui s’installent durablement comme les « seniors au soleil » achètent des maisons qu’ils restaurent, créent de petites entreprises de rénovation immobilière, de brocante, voire des cafés-restaurants en milieu rural et touristique, comme dans le Sudouest de la France. On compte environ 50 millions de migrations nord-nord à l’échelle mondiale.

Du Nord au Sud

  • 5 Voir sur ce point les travaux de Rémy Knafou sur le tourisme international.

8On retrouve les « seniors au soleil », mais pour des installations plus lointaines même si beaucoup font des allers-retours fréquents avec leur pays d’origine : retraités français au Maroc, en Algérie, en Tunisie ou au Sénégal, Italiens en Tunisie, Américains du Nord (Canada inclus) au Mexique ou au Brésil… Le climat d’insécurité lié au terrorisme a parfois limité ces expatriations, mais l’allongement de la durée de la vie, la possibilité de travailler à distance par Internet et l’attractivité de prestations à la personne qu’on ne peut pas s’offrir chez soi (cuisinier, femme de ménage, jardinier…) plaident en faveur de la poursuite de cette tendance5. Leur nombre est évalué aujourd’hui à 15 à 20 millions de personnes, toutes ne s’identifiant pas comme migrants dans leur pays d’installation, ce qui crée un flou sur leur présence chiffrée.

Du Sud au Sud

  • 6 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

9C’est là que les migrations sont et seront les plus nombreuses à l’avenir, même si leur nombre est encore incertain (une centaine de millions) car beaucoup de pays du Sud ne font pas de comptabilité régulière de leurs migrations d’entrée et de sortie. Dans ce cas, l’immigré consommateur a un tout autre profil, puisqu’il peut être réfugié (les pays du Sud accueillent les deux tiers des réfugiés de fait du monde sur les 65 millions de réfugiés), consommateur d’aide humanitaire, de camps d’urgence qui deviennent parfois des villes dans le cas des crises et des conflits (Darfour, Kenya), de produits de première nécessité, d’eau, de médicaments, de dispensaires, d’écoles. Il en va ainsi des crises récentes survenues dans la Corne de l’Afrique (Érythrée, Somalie, Soudan), et du Proche et Moyen-Orient. 6 millions de personnes ont quitté l’Afghanistan depuis les années 1980, accueillies surtout au Pakistan et en Iran, 3 millions l’Irak, 5 millions la Syrie où séjournent aussi 7 millions de déplacés internes. Même si aucune étude n’a été faite sous l’angle de l’immigré/réfugié consommateur dans ce contexte, la Turquie a demandé 6 milliards de dollars à l’Union européenne dans l’accord conclu en mars 2016 pour venir en aide aux Syriens et autres Proche-orientaux séjournant sur son territoire. Autre profil de migrants dans la région : les travailleurs du Golfe, troisième destination migratoire dans le monde qui attire surtout des migrants du Sud en provenance du Maghreb, d'Afrique subsaharienne, du Pakistan, des Philippines, ou de l'Égypte. Les migrants ne peuvent séjourner que pour travailler, sans droit au regroupement familial et cherchent à accumuler le plus d’argent possible pour le renvoyer au pays d’origine et y retourner ensuite. La consommation sur place est donc assez limitée. Enfin, les déplacés environnementaux forment une autre catégorie de migrants sud-sud, mais il est trop tôt pour parler d'eux en termes de consommateurs. On en compte 42 millions de monde mais 17 millions seulement d’entre eux sont des migrants internationaux. Les experts du GIEC6 évaluent à 150 à 200 millions leur nombre à l’horizon de la fin du siècle. On trouve aussi des femmes dans ces contextes, notamment dans les métiers du « care » au Sud : comme elles vivent le plus souvent dans les familles où elles travaillent, sont logées et nourries, elles envoient l’essentiel de leurs gains dans leurs pays.

Conclusion

  • 7 L’Argent des immigrés, Cahier INED 1981, sous la direction de Georges Tapinos et de Jean-Pierre Gar (...)

10L’immigré consommateur dans un espace migratoire globalisé n’a pour l’instant fait l’objet que d’études sporadiques, centrées sur les transferts de fonds7, les commerces ethniques, les pèlerinages, les voyages touristiques débouchant sur une installation plus longue, les migrations commerçantes d’accompagnement des immigrés en transit et les investissements immobiliers dans les pays de départ. Les nouvelles configurations migratoires et la diversification croissante des formes de migrations dans un monde global soulignent la nécessité d’approfondir cette thématique et de conduire des travaux de terrain sur les différents profils de consommateurs en fonction des nouvelles figures de la migration.

Notas

1 Voir les travaux de Joel Oudinet (CEPN-université Paris XIII) et d'El Mouhoub Mouhoud (CNRS DREEM, université Paris-Dauphine) sur les transferts financiers des migrants.

2 Voir sur ce point les travaux de Flore Gubert (IRD).

3 Pian A. [2009], Aux nouvelles frontières de l’Europe. L’aventure incertaine des Sénégalais au Maroc, Paris, La Dispute.

4 Perspectives des migrations internationales, OCDE, SOPEMI, 2016.

5 Voir sur ce point les travaux de Rémy Knafou sur le tourisme international.

6 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

7 L’Argent des immigrés, Cahier INED 1981, sous la direction de Georges Tapinos et de Jean-Pierre Garson. Voir aussi les études de l’OCDE sur le sujet réalisées dans le cadre des rapports annuels du SOPEMI (Système d’observation permanente des migrations).

Autor

(CNRS, CERI, Sciences Po)

Catherine Wihtol de Wenden est directrice de recherche émérite CNRS à Sciences Po Paris, docteur en science politique. Depuis 2002, elle préside le Comité de recherche "Migrations" de l'Association internationale de sociologie. Elle est membre du comité de rédaction des revues Hommes et migrations, Migrations société et Esprit. Juriste et politiste elle a mené de nombreuses enquêtes de terrain sur les relations entre les migrations et la politique en France. Ses recherches comparatives portent sur les flux, les politiques migratoires et la citoyenneté en Europe et dans le monde. http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/cerispire-user/7216/0