Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

50. [sans destinataire]

N.G.T. (1)

Note de l’éditeur

N. Georgescu‑Tistu indique en note : « Ébauche de lettre inachevée et sans indication de destinataire. Peut‑être ne sont‑ce que de simples notes ». Ajoutons qu’elles étaient sans doute destinées à un journal français pour lequel Picot écrit dans le style d’un correspondant local (« notre pays », …) comme il l’a déjà fait.

Texte intégral

Roumanie, Bucarest, le 8/20 janvier 1867

 

Roumanie.

 

1C’est sans doute une belle chose qu’une Constitution libérale, mais avant de voter des lois à l’américaine, il importe que les esprits soient préparés de longue date, sans quoi la liberté devient un leurre et tout gouvernement est impossible. Ce qui se passe en Roumanie est fait pour démontrer combien il est nécessaire, combien il est indispensable que cette entente de la vie politique, que cette connaissance de tous les intérêts intellectuels et matériels précèdent l’application d’un régime parlementaire perfectionné.

2D’imprudents amis ont fait jurer au Prince Charles, lors de son arrivée en Roumanie, une Constitution qui ne peut et ne doit être considérée que comme une malheureuse utopie. Aux yeux de notre pays simple et primitif, le Prince seul est responsable, tout ce qui se fait est fait par lui, et, d’après une si belle Constitution, le chef de l’État a les mains liées à propos de toute chose. Les hommes de la droite et ceux de la gauche (car nous avons une droite et une gauche et l’on ne se contenterait pas chez nous d’être simplement dévoué aux intérêts du pays) sont unanimes à déclarer que le Prince doit constamment prendre l’initiative, mais, à peine a‑t‑il redressé un abus, destitué un fonctionnaire prévaricateur, que l’on crie à l’excès de pouvoir et que l’on parle de Constitution et de responsabilité ministérielle.

3Il faut pourtant que l’on s’explique. Que veut‑on ? Quelles sont les prétentions des partis ? Qu’ils le disent sans détour et l’on verra comment il faut agir. Mais que penser des organes de publicité qui excitent les passions des agitateurs ? Chez nous, la presse est absolument libre, mais jamais dans aucun pays, dans aucun temps, il n’y eut presse si haineuse, si sotte et si ignorante. À part une ou deux feuilles qui se respectent, la masse des journaux qui nous débordent n’est qu’un ramassis d’injures, de mensonges, d’infamies de tous genres. Ces turpitudes sont exprimées dans le style le plus bas. Il est vraiment fort heureux pour nous que notre langue ne soit pas plus répandue à l’étranger, car on aurait de nous une triste idée si l’on nous jugeait par ces honteuses élucubrations.

4Sur une population de quatre millions et demi d’habitants, il y a dans notre pays quinze à vingt mille personnes qui entendent tripoter dans les affaires publiques. Ce sont ces hommes qui tous, lors même qu’ils savent à peine signer leur nom, veulent prendre part au gouvernement, faire et défaire les ministres et s’attribuer à eux‑mêmes un bon portefeuille et une bonne rente. Les affaires publiques ne sont que d’une importance secondaire ; le point principal, c’est d’arriver au pouvoir et de remplir sa bourse.

5On peut maintenant juger, les preuves en main, du résultat des dernières élections. Le gouvernement du Prince Charles s’est tenu, avec un désintéressement inouï, dans les bornes ultraconstitutionnelles, mais, disons‑le franchement, le ministère s’est montré faible et imprévoyant ; tandis qu’il était attaqué de tous côtés, il n’a pris aucune mesure pour se constituer une majorité d’hommes sincères et honnêtes ; en un mot, il n’a même pas usé du droit de légitime défense. Qu’est‑il arrivé ? Il est arrivé ce qu’on pouvait prévoir : la Chambre, loin d’être l’expression de la volonté nationale, n’est que le produit des haines et des ambitions des deux partis…

6Je ne sais quelle sera la décision de notre gouvernement, mais la dissolution de la Chambre me paraît un fait nécessaire, inévitable. Il faut que l’on chasse ces hommes éhontés, qui croient que le temps des rapines peut revenir, et que le suffrage universel prononce si un petit nombre d’hommes doivent compromettre l’existence de quatre millions et demi d’individus.

7Le Prince Charles garde la contenance la plus digne, la plus belle, au milieu des difficultés qui l’entourent. Il sent toute l’étendue des devoirs qui lui sont imposés et il ne faillira pas à sa tâche. Il a juré de sauver notre pays et il ne reculera devant aucun sacrifice pour y arriver…