Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

49. [d’Hortense Cornu]

H.C. (5)

Texte intégral

Versailles, 18 janvier [18]67

 

Mon cher Monsieur,

 

1Mettez sur le compte de ma mauvaise santé ma négligence à vous écrire. Vos lettres me sont très agréables, puisqu’elles me mettent au courant des affaires de Roumanie, des faits et gestes de mon cher Prince et des vôtres. Je vous remercie donc de m’écrire et vous prie de continuer malgré mon silence qui ne tient qu’à ma mauvaise santé. Le Prince m’a écrit des choses flatteuses pour vous, j’en suis enchantée, car je pense que le contentement est réciproque et qu’en étant utile au Prince, vous finissez votre éducation d’homme politique et administratif.

 

20 janvier.

2D’après le mémoire que vous m’avez envoyé je vois que la tâche est rude pour le Prince. Rien de difficile comme de moraliser une nation écrasée pendant des siècles par la servitude et la corruption qui marchaient toujours de pair. Mais le Prince est jeune, droit, honnête, il doit avoir l’énergie que donnent ces avantages de l’âge et de l’âme. J’espère qu’il sortira de sa tâche à son honneur et que vous l’y aiderez de toutes vos convictions généreuses et de toute votre intelligence.

  • 1 Après sa défaite contre les Turcs en 1862, le Monténégro est l’objet de longues négociations pour (...)
  • 2 Allusion aux insurrections anti‑ottomanes des Crétois qui ont débuté en septembre 1866 et qui ont (...)
  • 3 Allusion à la politique pro‑serbe de la France. La Serbie a toujours un contentieux avec l’Empire (...)
  • 4 N. Georgescu‑Tistu avait transcrit « l’amie ».

3Votre beau‑frère m’a communiqué une lettre de renseignements, d’espoirs et de perspectives que vous lui avez écrite. Laissez‑moi vous dire que vous êtes un peu illusionné par la fantasmagorie que la Russie évoque en Orient. Je ne crois pas encore à la chute de l’empire turc, parce que nous, Français, nous avons pour le moment tout intérêt à l’empêcher. Si le Sultan écoute les conseils de notre gouvernement, la Russie en sera pour ses frais d’excitation. Nous avons déjà arrangé l’affaire de la Roumanie et du Monténégro1 ; j’espère que nous sommes en train d’arranger l’affaire de Crète2 et surtout de Serbie3. Après cela, si la Russie est sûre d’elle‑même et de ses alliés, elle peut jeter le masque et faire la guerre ouvertement. Le peut‑elle, l’osera‑t‑elle ? Là est la question. Il semble que l’Angleterre s’y opposerait peu ou point et la Prusse, ici mon cher Monsieur Émile, vous vous faites d’étranges illusion, la Prusse qui est en due forme et nécessité l’alliée4, non la vassale de la Russie, la Prusse nous attaquerait bien vite si elle le peut.

  • 5 N. Georgescu‑Tistu avait transcrit « la question d’Orsini », en référence au révolutionnaire itali (...)

4Sachez bien une chose, c’est qu’en France le sentiment anti‑prussien monte tous les jours, que le nom de Prussien sonne comme le mot ennemi et que tôt ou tard il faudra qu’il fasse explosion. Ce que je vous dis là n’est peut‑être pas dans les désirs des hommes d’affaires, mais c’est certainement dans leurs craintes, et c’est dans les prévisions de tout le monde. Si donc la question d’Orient5 s’ouvrait, cette explosion serait inévitable et c’est sur le Rhin que nous combattrions la Russie dans son alliée. Alliée, je répète le mot, et l’incorporation de la Pologne doit nous prouver, comme elle est considérée par toute la diplomatie, que l’alliance a joué son premier acte.

  • 6 Voir lettre 33, n. 2.
  • 7 N. Georgescu‑Tistu fait suivre cette phrase, difficilement déchiffrable, de la mention « [sic] ».

5Dans ces circonstances le rôle du Prince est difficile. Il ne faut pas qu’il soit prussien dans ses actes, sinon ici l’opinion publique se tournera contre lui et, retenez bien ceci, qu’il épouse ou n’épouse pas la Princesse russe6, quand la Russie trouvera qu’il est de son intérêt de l’absorber, elle l’absorbera et la Prusse trouvera qu’il doit être satisfait de redevenir simple Prince prussien. Son vrai défenseur, son vrai soutien, c’est la France et elle est encore assez forte. Certainement on fera jouer devant ses yeux et les vôtres et Constantinople et la terre de Hongrie. Oui, Constantinople, si pendant un passage le Prince reste inféodé, mais seulement pour un temps de passage, car la Russie veut et voudra toujours7

6D’ailleurs l’Autriche n’est pas tout à fait morte encore et la Hongrie n’est pas détachée. Ici on fait des vœux pour elle et, quoique des vœux soient choses stériles, cela prouve que l’opinion est avec elle contre la Prusse et la Russie.

  • 8 Voir lettre 47, n. 1 et « Introduction », n. 23.

7Soyez donc prudents en Roumanie et surtout n’envoyez pas des articles comme celui qui était, il y a quinze jours, dans le Constitutionnel et qui disait qu’on allait appeler des instructeurs prussiens au nez et à la barbe de la mission française8. Il a fait très mauvais effet, et même dans les sphères gouvernementales.

8De la prudence avant tout ; ne soyez ni Prussiens choquant la France, ni Français choquant les autres puissances ; soyez Roumains et ne pensez pas aux rêves qu’on fait miroiter devant vous ; c’est trompeur, au moins pour le moment.

9Adieu, mon cher Monsieur Émile, écrivez‑moi bientôt. Je vous serre cordialement la main. Tout à vous de cœur.

 

Hortense Cornu

 

10J’écris au Prince par la même occasion.

Notes

1 Après sa défaite contre les Turcs en 1862, le Monténégro est l’objet de longues négociations pour régler les questions foncières et frontalières. En 1866 une convention est signée à Istanbul. La France et la Russie ont contribué à une solution qui ne soit pas désastreuse pour le Monténégro.

2 Allusion aux insurrections anti‑ottomanes des Crétois qui ont débuté en septembre 1866 et qui ont déjà fait des centaines de morts de part et d’autre. La crise durera des mois.

3 Allusion à la politique pro‑serbe de la France. La Serbie a toujours un contentieux avec l’Empire ottoman en raison des garnisons turques encore présentes sur son territoire dans quelques forteresses. Lors des tractations qui finissent par aboutir à leur évacuation en 1867, la France joue un rôle moteur. Par ailleurs, son influence s’est aussi manifestée par l’envoi en Serbie en 1861 du commandant Hippolyte Mondain chargé d’organiser l’armée serbe et qui fut ministre de la Guerre jusqu’en 1865, permettant à la Serbie d’avoir en ce début 1867 la première armée des Balkans.

4 N. Georgescu‑Tistu avait transcrit « l’amie ».

5 N. Georgescu‑Tistu avait transcrit « la question d’Orsini », en référence au révolutionnaire italien auteur d’une tentative d’attentat contre Napoléon III en janvier 1858. Le terme est difficilement déchiffrable mais il s’agit de toute évidence d’une erreur de transcription.

6 Voir lettre 33, n. 2.

7 N. Georgescu‑Tistu fait suivre cette phrase, difficilement déchiffrable, de la mention « [sic] ».

8 Voir lettre 47, n. 1 et « Introduction », n. 23.