Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

48. [à sa mère]

C.P.B. (41)

Texte intégral

  • 1 Erreur de date manifeste de la part de Picot.

Bucarest, le 5/17 janvier 1866 [1867]1

 

Chère et bonne mère,

 

1Je n’ai pu te donner de mes nouvelles depuis le 1er janvier et encore ma lettre de ce jour‑là était singulièrement écourtée. Dans l’intervalle, il est vrai, je me suis mis en règle avec M. Renier et avec Bertrand. Je n’ai pas eu plus tôt entre les mains la photographie du diplôme militaire que je l’ai envoyée à notre excellent cavalier, avec bien des excuses pour un si long retard.

  • 2 Le Comte Tecchio di Bayo.
  • 3 Lionel de Moustier, ministre des Affaires étrangères, ancien ambassadeur de France à Constantinopl (...)

2Il ne s’est rien passé de notable pendant les derniers jours. Hier, mercredi, a eu lieu la réception du Consul d’Italie2 qui a présenté au Prince en audience solennelle ses lettres de créance, à l’instar du Consul de France. Les autres agents politiques ne tarderont sans doute pas à suivre cet exemple. L’agent français, M. d’Avril, est très dévoué aux intérêts du pays qui sont en même temps ceux de la France et je crois qu’il n’est pas tout à fait du même avis que son ministre le plus turc des Turcs de la Turquie3. On ne peut concevoir jusqu’à quel point les fausses manœuvres de Moustier ont ruiné l’influence française en Orient et jeté le discrédit sur notre gouvernement. L’Empereur a pensé trouver en M[oustier] un ministre éclairé sur toutes les affaires de Constantinople et il s’en est rapporté à des appréciations avec une confiance aveugle. Moustier, avec ses idées préconçues, s’est bien gardé de mettre sous les yeux du chef de l’État les dépêches écrites par les divers agents que la France entretient en Orient et surtout les renseignements fournis par notre consul à Bucarest ; et vraiment les bakchichs du Grand‑Turc n’ont pas été perdus. Toutes les nouvelles que nous apportent les journaux de Paris (et je ne parle que des articles principaux), trahissent une incroyable ignorance des choses les plus simples, des faits les mieux établis. Cette ligne de conduite n’est pas seulement ridicule, elle est surtout dangereuse. La Russie soutient maintenant ce fameux principe des nationalités que nous abandonnons d’une manière si étrange et gagne en popularité, chez toutes les nations chrétiennes, le terrain que nous perdons.

  • 4 Richard von Metternich (1829‑1895), fils du chancelier Klemens von Metternich, est l’ambassadeur d (...)

3Les provocations prussiennes ont monté la tête à beaucoup de gens et l’on paraît croire unanimement à une guerre qui serait également funeste aux deux partis. Quel en sera le résultat ? Je ne puis douter un instant que nous ne conservions notre supériorité militaire, mais à quoi bon ? Nous ne pouvons espérer conquérir l’Allemagne ; tout au plus pourrions‑nous songer à une compensation sur le Rhin ; or, il est à croire qu’au signal d’une guerre étrangère tous les peuples de race germanique n’auront d’autre pensée que de repousser l’ennemi commun et que, par là même, l’unité allemande sera plus vite achevée. Ainsi donc, même en supposant le cas le plus favorable, on obtiendrait un résultat tout opposé à celui que l’on espère et cette Allemagne que l’on redoute tant, nous l’aurons pour ennemie, au lieu de l’avoir pour amie. Voilà où nous conduiraient les beaux projets que M. de Metternich élabore avec l’Impératrice4, dans l’intervalle qui sépare les leçons de Thérésa.

4Il faut espérer qu’on ouvrira enfin les yeux et qu’on n’exposera plus les Français qui se trouvent à l’étranger à entendre traiter leur pays comme nous traitent les Grecs, les Serbes, les Hongrois, etc. C’est assez de soutenir au Mexique un empire aux trois‑quarts mort, sans vouloir essayer de consolider un autre État qui se disloque.

5Je te demande pardon, chère et bonne mère, si je me lance à corps perdu dans des appréciations politiques qui sans doute ne seront point confirmées par les faits, car il n’est pas à croire que Moustier ait pris à long bail l’Hôtel du Quai d’Orsay. Alors, peut‑être tout changera.

6Ces belles divagations sur les grandes affaires européennes m’empêchent souvent, ma chère maman, de te donner quelques détails qui, j’en suis sûr, t’intéresseraient. Mes nouvelles chemises ne sont pas, je dois l’avouer, d’un très bel effet. J’aime beaucoup mieux les plastrons de l’ancien système ; de plus les cols sont trop étroits, ce qui ne laisse pas que d’être gênant. Mon chapeau gibus s’est remis de ses légères avaries et il produit un effet superbe. Quant aux gants, ils sont faits d’une peau détestable et jusqu’à présent, je n’en ai pas mis une seule paire, malgré tous mes soins, qui ne se soit déchirée de la façon la plus déplorable. J’aimerais infiniment mieux des gants de Turin, à la peau épaisse et résistante.

  • 5 Le baron Léon Brisse (1813‑1876), journaliste culinaire dont les chroniques et les ouvrages sur la (...)

7Ma sœur se trompe fort lorsqu’elle compare M. Laurianu à Veau‑Courtois. Le doyen de la Faculté des Lettres est le protecteur naturel des Transylvains, ses compatriotes, et c’est, je pense, à ce titre et non à d’autre qu’il a recommandé Mlle Circa à son illustre élève. Si vous avez quelque soin de votre estomac ou de l’estomac du prochain, ne négligez pas les confitures dont les recettes, si elles sont bonnes, sont très précieuses. Il y a ici une variété de ces produits à tourner la tête au Baron Brisse5.

8On ne sait jusqu’à quel point je suis devenu conservateur. J’ai vu sans aucune peine la condamnation de mon camarade (?) Jeunesse [?] dans l’affaire des vingt‑deux. C’est un écervelé qui n’a ni cœur, ni raison. Enfin, je suis de plus en plus contre l’abolition de la peine de mort qui n’existe plus ici pour le malheur du pays.

9J’ai reçu la très aimable lettre de ma tante et je compte l’en remercier par un des prochains courriers.

10Adieu, ma chère et bonne mère, je t’embrasse de tout cœur en te priant de vouloir bien transmettre mes embrassements à toute la famille, je demeure,

11Ton fils respectueux.

 

Émile P.

 

12Comment se portent Paul et Mlle Loulou ? Je trouve qu’on ne me parle d’eux que bien rarement. Ils doivent être bien gentils et je meurs d’envie de les voir.

13J’attends aussi quelques détails sur notre intéressante Laure.

14Bien des compliments et des amitiés à toute la famille et à tous nos amis.

 

15PS. Le premier bal de la Cour a lieu le 12. Notre Maréchal ne sait où donner de la tête avec les invitations. Il y a naturellement des indignités et des exclusions, autant d’ennemis pour le pauvre homme qui n’en peut mais. Je m’applaudis fort de rester étranger à cette pénible distribution des billets.

16Vers le 15/27, S.A. doit partir pour la Moldavie.

Notes

1 Erreur de date manifeste de la part de Picot.

2 Le Comte Tecchio di Bayo.

3 Lionel de Moustier, ministre des Affaires étrangères, ancien ambassadeur de France à Constantinople.

4 Richard von Metternich (1829‑1895), fils du chancelier Klemens von Metternich, est l’ambassadeur d’Autriche à Paris. Très proche de Napoléon III et de l’impératrice Eugénie, il a tenté d’encourager la France à intervenir contre la Prusse en 1866 puis continue de pousser Napoléon à une alliance avec l’Autriche.

5 Le baron Léon Brisse (1813‑1876), journaliste culinaire dont les chroniques et les ouvrages sur la gastronomie avaient un très grand succès sous l’Empire.