Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

47. [d’Hortense Cornu à Ernest Desjardins]

H.C. (4)

Texte intégral

Versailles, 8 janvier [18]67

 

Mon cher Monsieur Desjardins,

 

1Pouvez-vous me prêter la lettre que vous m’avez lue de votre beau‑frère ? Je vous la rendrai exactement.

  • 1 Article paru dans le numéro du 6 janvier 1867 (p. 1), sous le titre « On nous écrit de Bucharest l (...)

2Je voudrais aussi vous voir pour causer de la situation là-bas et de l’influence prussienne qui s’y fait beaucoup trop sentir. Il y a un article du Constitutionnel1 qui a fait très mauvais effet.

3J’ai reçu une lettre du Prince. Il me parle de votre beau‑frère avec grands éloges.

4Peut‑être irai‑je à Paris vendredi. J’y suis allée hier, mais seulement aux Tuileries.

Notes

1 Article paru dans le numéro du 6 janvier 1867 (p. 1), sous le titre « On nous écrit de Bucharest le 16/28 décembre », portant la signature de F. Aubert. Il s’agit très certainement de la dépêche envoyée par Picot comme il le mentionne dans sa lettre précédente du 17/29 décembre à sa sœur, que Madame Cornu demande à voir. On lit dans cet article : « Nous réformons aussi notre organisation militaire. Le système adopté sera vraisemblablement, sauf les modifications exigées par les différences des mœurs et de la situation, le système prussien. S’il est adopté, les officiers instructeurs français en mission ici seraient à l’expiration de leur temps remplacés par des officiers prussiens. Néanmoins, le prince fait trop de cas de la France et des Français pour ne pas tirer de vos compatriotes les services qu’ils peuvent rendre à la Roumanie ; aussi est‑ce son intention de placer notre petite flottille du Danube sous le commandement de la station française. Ce sera là une marque non douteuse de confiance donnée au gouvernement impérial. »