Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

45. [à Cécile Desjardins]

C.P.B. (40)

Texte intégral

[sur papier à en‑tête : Cabinet de S.A. le Prince Charles Ier de Roumanie]

 

Palais de Bucarest le 17/29 décembre 1866

 

Ma chère sœur,

 

1Sois, je t’en prie, sans inquiétudes sur mon compte. Avec ta sollicitude ordinaire, tu me vois déjà malade, tandis que je me porte à merveille. Je n’ai sans doute pas beaucoup de temps à moi, mais enfin je ne me fatigue pas outre mesure ; il est assez rare même que je travaille le soir. Nous dînons à six heures précises, ainsi que je te l’ai, je crois, déjà écrit et depuis quelque temps, le Prince dîne le plus souvent seul dans son cabinet, ce qui me force de présider les officiers de service. En sortant de table, j’ai d’ordinaire à expédier quelque dépêche ou à rédiger les notes du Moniteur puis je prends un peu de bon temps. Mes visites de prédilection sont toujours les mêmes, et il m’arrive peut‑être de négliger plus que de raison certaines personnes. Les voitures sont à mes ordres et je ne manque pas d’en profiter. À la vérité, toutes les fois que cela est possible, je préfère sortir à pied pour ne pas perdre l’usage de mes jambes. Les gens du pays ne font presque jamais d’exercice ce qui est très nuisible à leur santé et leur occasionne des maladies de foie et d’estomac dont je n’ai nulle envie.

2Je t’ai annoncé, dans mon dernier envoi, chère Cécile, le départ de ma jeune violoniste à qui j’ai remis deux lettres de recommandation et deux paquets. Outre le pot de confiture, elle vous remettra divers journaux de nature peut‑être à vous intéresser. J’ai fait venir de Constantinople toutes les feuilles qui s’y sont publiées pendant le séjour du Prince et comme il y en avait plusieurs exemplaires, j’en ai gardé un pour vous. Cette collection est fort curieuse et donne bien une idée de la diversité des idiomes répandus dans cette moderne Babel ; on y compte trois journaux français, un anglais, un italien, deux bulgares, un turc en caractères arabes et un autre en lettres arméniennes, deux feuilles arméniennes et cinq grecques. Il ne manque au recueil, pour être complet, que le journal israélite qui se publie en espagnol, mais en caractères hébraïques et peut‑être aussi un petit journal italien Il Corriere. La feuille juive ne m’est pas parvenue en double et le courrier italien ne m’est pas arrivé du tout. J’ai fait faire pour S.A. un volume relié de cette singulière collection et je désirais que vous voulussiez bien mettre le tout dans mon bahut en attendant que je puisse faire de même, pour ce qui me concerne. J’ai fait écrire la traduction sur de grandes feuilles blanches qui séparent chaque journal.

3Pour en venir à ma violoniste, je vous conseille de vouloir bien l’entendre, ce qui ne manquera pas de lui être particulièrement agréable. Vous verrez qu’elle n’est pas, à vrai dire, animée du feu sacré, mais qu’elle mérite d’être encouragée et vous aviserez, j’en suis sûr, à la recommander à quelques personnes. Le point important c’est qu’elle vous apprenne à faire les confitures. Si elle est habile (et j’espère qu’elle n’est pas de la dernière faiblesse), les recettes sont précieuses et vous en ferez votre profit. Il y a ici une variété de confitures et de pommades plus étonnantes encore que la bigarrure des journaux de Stambul.

  • 1 Sarică (roum.) : manteau de paysan tissé en grosse laine.

4Le courrier de Constantinople vient de m’être remis et il ne m’apporte aucune nouvelle des objets dont j’ai demandé l’acquisition pour mon compte ; j’en suis au désespoir, il me faudra forcément différer mon envoi. Du reste ce que j’attends est plus que modeste ; il s’agit de deux paires de pantoufles et de trois coussins, un pour Anna, un autre pour Édouard et le troisième pour qui en voudra. Je joindrai à cela un splendide manteau roumain que je viens d’acheter pour Jules. J’ai voulu le récompenser de s’être enfin exécuté et d’avoir fait pour moi ce qui pouvait m’être le plus agréable, puisqu’il a travaillé pour toi. Je suis sûr que ce manteau, cette sarică1, le fera bondir de joie jusqu’au plafond. Tu peux, dès maintenant, lui annoncer mon envoi, mais il ne doit pas l’attendre avant deux mois au plus tôt.

5Comme j’écrivais la phrase qui précède, le Prince est entré à l’improviste dans mon cabinet et il vient de me confier un travail assez important sur la réorganisation militaire ! Nous aussi, nous songeons à réorganiser l’armée, mais modestement et sans bruit. Il s’agit d’introduire des économies dans l’administration et de faire régner la discipline qui n’est pas fort estimable dans ce pays. Je vais calquer l’organisation du régiment sur le système prussien qui est un peu plus simple que le système français actuellement en vigueur. Le P[rince] m’a remis quelques notes écrites par lui, mais, en somme, le travail est assez ardu et je ne sais trop si je pourrai m’en tirer avec honneur. Rien n’est plus difficile que de résoudre d’une manière tout à fait satisfaisante la question militaire et les récriminations si violentes de la presse française contre le projet du Moniteur en sont une preuve nouvelle.

  • 2 Léon Renier (voir lettre 1, n. 4)
  • 3 Probablement l’Almanach du commerce de Paris et des principales villes du monde, publié par la mai (...)

6Je me dépêche, comme un pauvre dératé, pour ajouter encore quelques mots à cette lettre ; mais je vois que je ne pourrai terminer celle que j’ai commencée pour le Cavalier2 ; ni écrire à Charles. C’est ainsi que les journées se précipitent et que mon bon vouloir demeure stérile. Il faut aujourd’hui même que je chiffre une dépêche pour Düsseldorf, puis que j’aille m’entendre avec le ministère des Affaires étrangères au sujet de diverses questions et notamment de l’Almanach de Paris3, tissu d’erreurs regrettables qu’il faudrait bien qu’on pût corriger. Cela fait, je rendrai deux visites par trop retardées puis je viendrai dîner. Je ne pourrai commencer avant ce soir l’étude de la question militaire et je ne puis même ôter la bande de mes journaux.

  • 4 Voir lettre 24, n. 3.
  • 5 Jules Mirès (1809‑1871), banquier, financier et homme de presse, qui détint plusieurs titres. En 1 (...)
  • 6 L’Union, journal légitimiste dont Henry de Riancey est le rédacteur en chef (voir lettre 21, n. 5)(...)
  • 7 A. Bonneau, journaliste à La Liberté, journal prussophile d’opposition.

7Je suis bien désolé d’apprendre de si fâcheuses nouvelles sur l’état de santé de Mme C[ornu]. Elle a écrit au P[rince] la semaine dernière une longue lettre que je n’ai pas lue. S.A. lui a déjà répondu par une communication toute confidentielle et très importante, dont s’est chargé un voyageur pour Paris. Venons‑en aux journaux. Je remercie mille fois ton mari de ses bons soins et de sa vigilance toujours active. Cucheval4, Mirès5 et Bourgnon sont indécrottables, n’en parlons plus ; le journal de Riancey6 est absolument inconnu ici ; il n’en pénètre pas un numéro dans le pays et, comme nous voulons surtout agir sur la presse locale, son concours ne serait d’aucune utilité. J’ai écrit hier à Aubert pour le Constitutionnel. S’il publie ma correspondance, vous la trouverez sans doute dans le no qui paraîtra le jour même où vous recevrez cette lettre. Quant à Bonneau7, je lui enverrai sûrement des renseignements, mais à une ou deux semaines d’intervalle afin de pouvoir laisser un certain intervalle entre les correspondances des divers journaux et afin aussi de trouver le temps de les écrire. Bérardi [?] insérerait, j’en suis convaincu, toute lettre qui lui viendrait de Bucarest. Les journaux sont assez pauvres en correspondants et ils acceptent sans hésitation tout ce qu’on leur envoie, de quelque part que ce soit. Tu sais que La Patrie du 28 novembre contenait intégralement une lettre de moi. Je te donnerai avis de tout ce que je ferai ainsi paraître, pour le cas où l’on serait tenté de réunir ces hâtives productions.

8Je peux ajouter que Bérardi va publier, à partir du 1er janvier, une édition spéciale intitulée Édition pour les pays d’outre‑mer où il donnera assurément une plus grande place à mes affaires, puisqu’il place les Roumains dans un pays d’outre‑mer !

9J’envoie ci‑inclus une circulaire adressée par le Prince Stirbey aux agents roumains à l’étranger. Si ton mari a l’occasion de passer chez Amyot, il voudrait peut‑être bien lui demander si cette circulaire ne l’intéresserait pas pour son recueil. Je vais faire ou faire faire un résumé des conditions de la reconnaissance par la Porte, ou plutôt des concessions auxquelles le Grand Turc s’est résigné, résumé qui pourrait figurer dans les archives diplomatiques. Quant au firman, j’en connais le texte aujourd’hui et il est décidément stupide. Il est vrai que depuis, une nouvelle lettre vizirielle y a fait d’assez larges brèches. Amyot ne pourrait publier comme un arrangement ni le firman, ni les diverses correspondances échangées entre la S[ublime] Porte et le gouvernement princier puisque ces pièces n’ont point le caractère bilatéral qui puisse les faire considérer comme un traité.

10Une visite assez longue que je viens de recevoir me retarde décidément et m’empêche, à mon grand regret, ma chère sœur, de continuer à causer avec toi. Mes comptes sont assez bien en ordre. J’ai encore 45.000 f. en caisse si la somme peut t’intéresser.

11Adieu, ma chère Cécile, je t’embrasse de tout mon cœur et de toutes mes forces, en te priant de transmettre mes embrassements et mes tendresses à maman, papa, ton mari et tes bons Totos et je suis toujours

12Un frère bien dévoué et bien affectionné

 

Émile Picot

 

13P.S. En résumé, il n’y a présentement rien à faire pour les divers journaux.

14Les grands dîners m’ennuient bien ; ils se renouvellent avec une fréquence désespérante. L’Empereur a écrit à S.A. une lettre autographe très aimable. Mme C[ornu] devrait bien lui demander pour le P[rince] le grand cordon de la légion d’honneur. Je crois que ce serait assez à propos.

15Mille excuses, je n’ai pas le temps de relire.

16Mes compliments et mes amitiés à tous.

17Je remercie Albert de son aimable lettre.

18Je vais me faire faire par notre confiseur (du Palais) des marrons glacés – à mon compte – pour Mmes Iarca et Crezzulesco.

19Si Amyot ne peut publier la circulaire ci‑incluse (et il faudrait lui présenter la chose comme un service qu’on lui rend), on pourrait l’envoyer à Bonneau qui en donnerait sans doute quelques extraits.

Notes

1 Sarică (roum.) : manteau de paysan tissé en grosse laine.

2 Léon Renier (voir lettre 1, n. 4)

3 Probablement l’Almanach du commerce de Paris et des principales villes du monde, publié par la maison Didot‑Bottin, poursuivant l’entreprise de Sébastien Bottin qui l’avait édité de 1819 à 1853.

4 Voir lettre 24, n. 3.

5 Jules Mirès (1809‑1871), banquier, financier et homme de presse, qui détint plusieurs titres. En 1866, il possède notamment Le Constitutionnel.

6 L’Union, journal légitimiste dont Henry de Riancey est le rédacteur en chef (voir lettre 21, n. 5).

7 A. Bonneau, journaliste à La Liberté, journal prussophile d’opposition.