Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La figure du consommateur immigré en Europe

 | 
Virginie Silhouette-Dercourt
, 
Maren Möhring
, 
Marie Poinsot

Actes de colloque portant sur la figure du consommateur immigré en Europe : regards franco-allemands

Virginie Silhouette-Dercourt, Maren Möhring et Marie Poinsot

Texte intégral

  • 1 Ces cinq rencontres ont eu lieu entre 2015 et 2017 dans le cadre d'un programme de recherche souten (...)
  • 2 La présente édition n'aurait pas été possible sans le soutien financier du Centre Marc Bloch de Ber (...)

1Cet ouvrage vise à documenter une série d'échanges scientifiques francoallemands qui se sont déroulés entre 2015 et 2017 sur la figure du consommateur immigré1. À travers cinq rencontres, l'ambition était de faire émerger un nouveau champ de recherche, croisant deux thématiques traditionnellement abordées séparément - celle des migrations d'une part, et celle de la consommation d'autre part - et de faire dialoguer des historiographies qui se connaissent peu du fait de la barrière de la langue et du manque de réception des travaux existants2.

2Les premiers échanges – qui sont l'objet du présent numéro - se sont déroulés en février 2015 à Berlin au Centre Marc Bloch, sous la direction scientifique de François Héran (Collège de France), et ont rassemblé une vingtaine de chercheurs issus de différentes disciplines de la sociologie, de l'histoire, de l'anthropologie culturelle, de l'économie, de la géographie, de la démographie, des sciences politiques, et des sciences de gestion. La question était à la fois de sonder la pertinence d'un dialogue franco-allemand sur cette problématique des migrations et d'interroger la catégorie du « migrant consommateur ».

  • 3 Trentman F. (2016), Empire of things: How we became a world of consumers, from the Fifteenth Centur (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Enquête Ouistock et Opinion Way.

3Nous partions d'un même constat : que l'on remonte aux xve siècle3 ou à l'après-guerre, la consommation, c'est-à-dire l'acquisition, l'utilisation et la disposition d'objets, a envahi notre quotidien. Un citoyen allemand est entouré de 10 000 objets4 et près d'un Français sur deux n'arrive plus à stocker ses objets par manque de place5. La consommation n'est pas ici seulement envisagée sous un angle économique qui renvoie à la production comme la deuxième face du même phénomène, elle renseigne aussi sur des dynamiques sociales plus profondes. Les biens ne sont pas seulement échangés pour satisfaire des besoins rationnels mais pour communiquer du sens et des identités. Ils interviennent également dans les relations sociales et les dynamiques culturelles.

  • 6 Voir Braudel F. (1949), la Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Armand (...)

4Si la culture matérielle et les objets, dans la manière par laquelle ils sont conçus, produits et consommés, sont toujours l'expression de transformationssociales6 plus profondes, leur étude dans le cadre des phénomènes migratoires a tardé à émerger alors même qu'un certain nombre de pratiques de consommation justement associées aux « migrants » font l'objet d'une attention croissante dans les deux pays. Des chercheurs ont commencé depuis une dizaine d'années à se saisir de ces questions de part et d'autre du Rhin : des recherches portant sur des espaces « migrants » dans les villes, sur les transformations des cultures culinaires, sur le rôle des rituels de beauté dans les transmissions intergénérationnelles, et aussi, plus récemment, sur les objets des « réfugiés » ont émergé sans que toutefois une perspective intégrée de ces pratiques matérielles soit proposée.

  • 7 Voir Silhouette-Dercourt V. & Möhring M. (2017), « la Migration au prisme de la consommation », Int (...)
  • 8 Broden A. & Mecherill P. (2007), “Migrationsgesellschaftliche Re-Präsentationen, Eine Einführung”, (...)

5Lorsque nous avons commencé nos échanges, le dialogue scientifique franco-allemand sur ces questions était inexistant alors qu'il se révéla, au fur et à mesure des rencontres, particulièrement fructueux. Ce n'est pas seulement du fait des histoires migratoires différentes des deux pays ou de leur rapport particulier aux questions liées à la nationalité, à l'identité, ou à la laïcité. C'est que ces différences de modèles et de discours nationaux ont profondément marqué les communautés scientifiques et structuré les champs de recherche qui se sont construits sur des questionnements différents7 : en France, c'est avec le modèle assimilationniste, la question de la laïcité et les difficultés liées aux questions de discrimination que les chercheurs ont construit leurs problématiques de recherche. En Allemagne, c'est davantage avec la question de l'intégration et de la transformation profonde de la société allemande – d'une société de la migration à une société « postmigratoire »8, que le champ de recherche s'est structuré. Mais pour une communauté comme pour l'autre, la consommation ou la culture matérielle sont longtemps restées un angle mort de ces questionnements. Le dialogue scientifique franco-allemand sur cette thématique rend possible d'une part d'opérer un décentrage par rapport aux modèles et catégories utilisés dans les deux communautés et de prendre conscience des mécanismes de reproduction de ces catégories dans chaque pays. D'autre part, et malgré ces différences, il nous a permis d'identifier des questionnements communs, des recherches similaires, une nécessité perçue dans les deux communautés d'informer le débat public et l'envie de construire ensemble des programmes de recherche bi-nationaux à plus long terme sur des pratiques émergentes dans les deux pays. Dans ce sens, ce cycle de rencontres scientifiques, dont le présent numéro témoigne, n'est qu'une étape initiale qui nous a donné la possibilité de constituer une communauté de chercheurs passionnés par le dialogue franco-allemand et qui entend prolonger ces premiers échanges dans les prochaines années.

6Dès notre première rencontre à Berlin en 2015, des écueils liés à l'utilisation de catégories telles que celle du « migrant », celle du « consommateur » et celle du « migrant consommateur » sont apparus et se retrouvent ainsi dans les contributions retenues pour ce numéro : qui est « migrant » et qui ne l'est pas ?

7Qui fait partie de la majorité et de la minorité ? Existe-t-il un seul « migrant » ? Un seul type de consommation ? Une seule définition de celle-ci ? Une seule figure du « consommateur migrant » ? Comment introduire la question du genre ? Que faire des catégories « ethniques » ?

8De vifs débats se sont ainsi engagés sur ces catégories qui, malgré leur caractère réducteur, permettent néanmoins de mesurer et de rendre compte de phénomènes sociaux (comme ceux liés à la discrimination).

9La contribution de Catherine Wihtol de Wenden (CNRS, CERI-Sciences Po), tout en soulignant l'originalité de la thématique, s'intéresse ainsi aux multiples figures du consommateur immigré. Dans la perspective d'un espace migratoire globalisé, elle distingue différentes figures en fonction des origines géographiques et des pays de destination, des profils de qualification ou même de la place de chacun dans la succession des générations. Sur les 244 millions de migrants internationaux, quatre figures du migrant consommateur sont ainsi plus particulièrement étudiées par l'auteure en fonction de leur zone de départ et d'arrivée : Sud-Nord, Nord-Nord, Sud-Sud ou Nord-Sud. Étant donnée l'apparition de nouvelles configurations migratoires, l'article souligne la nécessité d'approfondir les recherches encore sporadiques et parcellaires sur cette thématique.

10De son côté, et toujours liée à la question des catégories, la contribution d'Andreas Ludwig (Zentrum für Zeithistorische Forschung, Potsdam) reflète les interrogations qui ont traversé nos débats autour de la catégorie de « la consommation migrante ». Celle-ci est en effet associée à des objets migrateurs, saisis dans des endroits particuliers. Dans le cadre de la société européenne de consommation, ces notions portent en creux des catégories implicites comme celles de « typique » ou de « l'extraordinaire ». Andreas Ludwig invite à aborder la question de la consommation migrante dans une perspective plus large et interroge le contexte historique d'accueil, les lieux de consommation, la contemporanéité des différences et les formes hybrides d'objets « migrants ». Il souligne les particularités et espère ainsi promouvoir une lecture nuancée de ce qu'est la consommation « migrante ».

11De même, le rôle de puissants opérateurs privés sur les marchés est revenu à maintes reprises dans nos échanges : les discours des marketeurs créent l'Autre. Le marketing tente d'infuser du sens dans les marchandises qu'il labellise « ethniques » ou pas. Il y a ainsi des objets qui deviennent « ethniques » et qui se diffusent comme le Döner en Allemagne mais d'autres – comme la cuisine et les restaurants roumains, qui ne se diffusent pas. S'est également posé la question de la profondeur de cette altérité. Est-ce une forme d'ethnicité symbolique ou réelle ? Est-on dans des processus de différenciation ou de création d'une société multiple ? Du coup, peut-on identifier une consommation comme « immigrée » et une autre comme « non immigrée » ? On peut par exemple remarquer un certain nombre de comportements liés à différents groupes d'immigration : les jeunes garçons issus de l'immigration turque consomment moins d'alcool que les jeunes « bio-allemands » de leur âge mais possèdent davantage de Smartphone. Les jeunes femmes issues des pays de la Communauté des États Indépendants (CEI) consomment autant de cigarettes que leurs alter égo « allemandes de souche ». Ce type d'approche du consommateur immigré est de plus en plus présente en Allemagne comme en France car de nombreuses entreprises s'intéressent à l'ethno-marketing (ou marketing ethnique) et cherchent de nouvelles cibles de marché.

12Dans ce type d'approche du consommateur immigré illustrée ici en France par la contribution d'Amina Bécheur et de Sina Arnold pour l'Allemagne, celui-ci n'est vu que comme une source de revenu potentiel. En France comme le rappelle Amina Bécheur (IRG - université Marne-la-Vallée), la discipline du marketing s’est emparée de cette question dans les années 2000 et a joué un rôle ambivalent sur les marchés. Par la labellisation, le système marchand peut devenir un espace de renforcement des différences culturelles. Mais parallèlement, l’émergence de produits, marques ou espaces commerciaux clairement liés à des territoires culturels peut être l’occasion de rendre visible des populations, des cultures jusqu’alors ignorées, passées sous silence ou méconnues. Enfin, ces jeux de marché peuvent être aussi vus comme l’occasion de rencontres, d’hybridations et de créativité, porteuses de développementd’une culture commune.

  • 9 Sarrazin T. (2010), Deutschland schafft sich ab: Wie wir unser Land aufs Spiel setzen, DVA, Munich.

13Il est également possible de considérer l'immigré consommateur comme un producteur client, ce que souligne la contribution de Sina Arnold (BIMHumboldt-Universität zu Berlin). Avec les changements mentionnés plus haut dans la perception de soi de la société allemande, est apparu un nouveau discours sur l'immigration : l'économisation des phénomènes migratoires. Selon la perspective de l'anthropologie culturelle qu'elle mobilise, il s'agit d'analyser les caractéristiques actuelles de la société allemande « postmigrante » à partir des sphères de la consommation et de la production. Deux figures complémentaires – celle du « migrant consommateur » et celle du « migrant producteur », ainsi que le phénomène plus global de « migrantisation de la consommation » sont interprétés par l'auteure comme l'expression des évolutions des sociétés de migration : l'économisation des discours sur la migration, la permanence de stéréotypes raciaux et, parallèlement, la migrantisation de la société. Le débat autour du livre « L'Allemagne disparait » de Thilo Sarrazin9 est d'après elle un marqueur important de cette tendance.

14Cette deuxième dimension de la consommation – la production – a également été abordée dans nos échanges par le biais des entreprises migrantes qui sont devenues à Paris comme à Berlin, des ressources pour les cultures urbaines des villes européennes comme le rappelle la contribution de Felicitas Hillmann (IRS, Leibniz Institute for Research on Society and Space). L' « ethnic business » ou les entreprises créées et gérées par les migrants font partie des phénomènes de régénération urbaine portés par les migrations et participent à l'entrée des villes dans la mondialisation via les filières migratoires. Elles sont un signe de la capacité à agir des migrants, qui, condamnés au départ à une forme de marginalité urbaine, participent au déploiement de ce qu'elle appelle une « urbanité marginale ». Ces processus continus de transformation urbaine amenée par la figure de l'immigré producteur et commerçant ont produit dans de nombreux endroits les mêmes schémas d'inclusion mais aussi d'exclusion. Ils ont été à l'origine de nouveaux modes de consommation et de fragmentation socio-spatiale.

  • 10 Prof. Dr. Wolfgang Kaschuba (BIM-Humboldt-Universität zu Berlin) : La consommation comme facteur d' (...)
  • 11 Gertrud Hüwelmeier (Humboldt-Universität zu Berlin – Institut für Europäische Ethnologie ) : “Asiat (...)
  • 12 Marie Chabrol (Migrinter) : Quartiers “ethniques” et consommation / “Ethnische” Nachbarschaften und (...)
  • 13 Patrick Simon (INED) : Comment intégrer cette donnée dans l'enquête Trajectoires et Origines (Teo) (...)
  • 14 Ingrid Tucci (DIW, Berlin, Universität Bielefeld) : Research on Consumption and Migration with the (...)
  • 15 El Mouhoub Mouhoud (université Paris-Dauphine) : Les analyses économiques de l'immigré consommateur (...)

15Nous avons voulu ainsi illustrer par ces cinq contributions une partie des questionnements qui ont animés ces premières rencontres et qui ont continué d'habiter les débats entre nous pendant les deux années d'échanges. Bien entendu, d'autres thématiques sont apparues pendant ces premières journées de rencontres : comme le lien entre migration et intégration par les styles de vie en Allemagne10 ; la question des mobilités socialistes (et post-socialistes) et des pratiques de consommation dans le cas de la ville de Berlin11 ; le rôle des quartiers africains – comme celui de Château-Rouge à Paris - dans les processus de métropolisation12 ; la place de la consommation dans la statistique publique en France (aujourd'hui très faible voire inexistante13) et en Allemagne (disponibilité de données d'enquête permettant de lier la migration et la consommation, notamment en ce qui concerne les biens publics14) ; le lien entre transferts de fond et immigration, et les analyses économiques de l'immigré consommateur et notamment de l'immigré consommateur de biens publics et de services sociaux15.

16Ce numéro est donc une première étape pour documenter ces échanges scientifiques franco-allemands et une invitation à découvrir les recherches menées en France et en Allemagne sur la thématique du consommateur immigré.

Notes

1 Ces cinq rencontres ont eu lieu entre 2015 et 2017 dans le cadre d'un programme de recherche soutenu scientifiquement et financièrement par le programme Sociétés Plurielles (USPC), l'université de Leipzig, le Centre Interdisciplinaire d'Etudes et de Recherches sur l'Allemagne (CIERA), l'université Paris 13 (CEPN), le Centre Marc Bloch, l'université franco-allemande, et la Maison des Sciences de l'Homme-Paris Nord.

2 La présente édition n'aurait pas été possible sans le soutien financier du Centre Marc Bloch de Berlin et de l'université Paris 13 – IUT Saint Denis que nous remercions chaleureusement ainsi que Céline Corsini qui a traduit les contributions de Sina Arnold, Felicitas Hillmann et Andreas Ludwig.

3 Trentman F. (2016), Empire of things: How we became a world of consumers, from the Fifteenth Century to the Twenty-first, Penguin Books Ltd. Édition Kindle.

4 Ibid.

5 Enquête Ouistock et Opinion Way.

6 Voir Braudel F. (1949), la Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Armand Collin, Paris.

7 Voir Silhouette-Dercourt V. & Möhring M. (2017), « la Migration au prisme de la consommation », Introduction du numéro spécial « Au prisme de la consommation », Hommes et Migrations, 1320, p. 6-11.

8 Broden A. & Mecherill P. (2007), “Migrationsgesellschaftliche Re-Präsentationen, Eine Einführung”, in : A. Broden & P. Mecherill (coords.) Re-Präsentationen, Dynamiken der Migrationsgesellschaft, Dusseldorf, pp. 7-28 ; Bodjazijev M. & Römhild R. (2014), “Was kommt nach dem ‘transnational turn’ ? Perspektiven für eine kritische Migrationsforschung”, in Vom Rand ins Zentrum, Perspektiven einer kritischen Migrationsforschung, Berliner Blätter 65, Ethnographische & Ethnolographische Beiträge, Panama Verlag, Berlin ; Foroutan N., Canan C. & Arnold S. (2014), Deutschland postmigrantisch – Gesellschaft, Religion, Identität, BIM-HU ; Lehnert K. & Lemberger B., “Mit Mobilität aus der Sackgasse der Migrationsforschung? Mobilitätskonzepte und ihr Beitrag zu einer kritischen Gesellschaftsforschung ”, in Labor Migration (Hrsg.): Vom Rand ins Zentrum Perspektiven einer kritischen Migrationsforschung, Berlin 2014, pp. 45-61, 53.

9 Sarrazin T. (2010), Deutschland schafft sich ab: Wie wir unser Land aufs Spiel setzen, DVA, Munich.

10 Prof. Dr. Wolfgang Kaschuba (BIM-Humboldt-Universität zu Berlin) : La consommation comme facteur d'intégration dans un contexte allemand ?/Konsum als Integrationsfaktor in einem deutschen Kontext ?

11 Gertrud Hüwelmeier (Humboldt-Universität zu Berlin – Institut für Europäische Ethnologie ) : “Asiatown” – un bazar global dans le Berlin postsocialiste / ' “Asiatown” - Ein globaler Basar im postsozialistischen Berlin.

12 Marie Chabrol (Migrinter) : Quartiers “ethniques” et consommation / “Ethnische” Nachbarschaften und Konsum.

13 Patrick Simon (INED) : Comment intégrer cette donnée dans l'enquête Trajectoires et Origines (Teo) de l'INED ? / Wie konnen diese Daten in die Umfrage Trajectoires et Origines der INED integriert werden ?

14 Ingrid Tucci (DIW, Berlin, Universität Bielefeld) : Research on Consumption and Migration with the Socio-Economic Panel (SOEP) : Potentials and Limitations.

15 El Mouhoub Mouhoud (université Paris-Dauphine) : Les analyses économiques de l'immigré consommateur : perspectives et apports au débat sur l'immigration/Ökonomische Analyse des Migrants als Konsument und ihr Beitrag zur Zuwanderungsdebatte.

Auteurs

Maître de conférences (HDR), université Paris 13, CEPN, Centre Marc Bloch de Berlin

Prof. Dr., Vergleichende Kultur- und Gesellschaftsgeschichte des modernen Europa. 18-21. Jahrhundert, Institut für Kulturwissenschaften Universität Leipzig

Rédactrice en chef - Revue Hommes et Migrations - Directrice du département édition - Établissement public du Palais de la Porte Dorée