Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

43. [à son père]

C.P.B. (38)

Texte intégral

Bucarest, le 25 déc[embre] 1866

 

Mon cher Père,

 

1J’espère que mes souhaits de bonne année te parviendront à temps et que ma lettre t’apportera, le premier janvier au matin, comme j’eusse tant aimé le faire moi‑même, l’expression de mes sentiments de dévouement et d’affection.

2J’ai appris que tu avais été assez malheureux dans ton excursion à Bonneval et que le gibier n’avait guère répondu à ton appel, d’ailleurs peu encourageant. Que ne viens‑tu dans nos parages ? Tu pourrais te livrer aux chasses les plus variées. On peut tirer sur des ours, sur des loups, des renards, des outardes, des chamois, etc., etc., sans compter les perdreaux et les cailles. J’espère pourtant, cher père, que tu te mettras un jour en route pour me venir voir et que tu ne t’opposeras pas à la réalisation d’un projet qui m’est si cher. En tout cas, je pense sans cesse au voyage de mamie qui pourra venir au printemps passer quelques semaines auprès de moi. Quant à moi, j’espère qu’il me sera permis de demander un congé, mais je ne pourrai pas, je le crains fort, partir pour la France avant le mois de juillet ou d’août. Il m’est impossible de rester si longtemps sans voir au moins une personne de la famille et j’ai la ferme confiance que maman ne se refusera pas à franchir la distance qui nous sépare. J’aviserai du reste aux dispositions pratiques qu’il faudra prendre à cette occasion.

3En te renouvelant mes souhaits les plus sincères, je te prie, mon cher père, de croire à l’inaltérable attachement avec lequel je t’embrasse et suis

4ton respectueux fils,

 

Émile Picot

 

5Mes compliments à MM et Mmes Doré, M. et Mme Legrand, à Katz, etc.