Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

41. [à sa mère]

C.P.B. (36)

Texte intégral

Bucarest, le dimanche 23 décembre [18]66

 

Chère et bonne mère,

 

1Je viens de recevoir ta lettre datée du 16 de ce mois et je me réjouis fort que toutes les démarches relatives à ma caisse soient désormais inutiles. J’aurais dû déjà te donner un compte détaillé de ce que j’y ai trouvé et je regrette vivement le retard involontaire que j’ai mis à te répondre. Tout est arrivé en parfait état. Les chemises surtout m’ont fait grand plaisir. Il paraît qu’on renonce définitivement aux cols droits dont j’abusais quelque peu. Le chapeau est bien fripé, mais il n’y a pas grand mal à cela puisqu’il ne doit servir que ployé. J’éviterai de le mettre jamais sur ma tête, ce qui m’est facile en recourant à mon bonnet de fourrure, si je vais en soirée.

2Pourquoi papa s’est-il privé de sa casquette de chasse ? J’ai maintenant embarras de richesses.

3Les livres me sont bien utiles. J’ai recédé l’annuaire pour 15 fr. ; j’en ai du reste un autre à ma disposition.

  • 1 Voir lettre 20, n. 1.

4J’ai présenté au P[rince] un exemplaire du Canal St Louis1, et je lui ai sur le champ fourni quelques explications. S.A. connaissait déjà par ouï‑dire les travaux qui s’exécutent sur le Bas‑Rhône et s’est intéressée à la question. Je suis chargé de transmettre à l’auteur tous les remerciements du Prince ; j’espère qu’il voudra bien me dispenser d’écrire la lettre officielle d’usage.

  • 2 Voir lettre 20, n. 4.
  • 3 La « branche de Kilia » (Chilia en roumain) est le bras septentrional du Danube, lieu de batailles (...)
  • 4 Alphonse Hilaire Hardon, ingénieur et constructeur du canal Saint‑Louis (voir lettre 20, n 1) et l (...)

5À ce propos, je compte étudier bientôt la question d’un canal aux bouches du Danube. Les travaux de la Commission européenne2 n’ont pas donné un résultat bien satisfaisant et, d’autre part, le gouvernement désire rouvrir à la navigation la branche de Kilia obstruée par des navires russes coulés à la passe en 18543. Je n’ai pas encore pu me procurer une carte indiquant les profondeurs d’eau dans ce bras, mais dans quelque temps, je pense être à même de réunir toutes les informations nécessaires. La fièvre qui est plus violente encore dans le delta du Danube que dans celui du Rhône apporterait malheureusement de grands obstacles à la réalisation de ce projet. M. Hardon4 devrait bien s’occuper de créer dans nos parages un nouveau St Louis qui pourrait supplanter Odessa.

6Je viens de recevoir une lettre très aimable de M. F[riedländer] datée de Vienne le 17 décembre au soir. Le télégraphe nous a déjà appris son arrivée à Düsseldorf. Je vais lui écrire pour lui faire part de votre aimable invitation qu’il n’acceptera sans doute pas.

7J’ai rempli hier mes devoirs de neveu envers le Colonel, je vais faire tout mon possible pour écrire encore quelques lettres à Mme Joyant, à Mme Cornu, etc., etc.

8Il est rare qu’on me laisse expédier tranquillement une lettre d’un bout à l’autre, surtout la correspondance de famille. Voilà dix fois que je recommence ce barbouillage qui devient illisible.

9Pour le dire sans ambiguïtés, chère maman, j’approuve pleinement tes comptes et je ne puis que te remercier de la peine que tu prends pour mes commissions de toute sorte.

  • 5 Voir lettre 21.

10À ce propos, je regrette qu’on ait eu des difficultés avec Amyot à l’occasion du fascicule des Archives que j’avais demandé5. Je voulais avoir uniquement l’article relatif aux Princip[autés]‑Unies et je n’ai eu qu’une collection de documents sans grand intérêt.

  • 6 Dimitrie A. Sturdza, voir lettre 28, n. 3.

11Le ministre des Travaux publics6 qui m’avait promis la photographie du diplôme militaire vient de perdre sa sœur, ce qui retarde encore ma réponse à M. Renier, à ma grande confusion.

12Adieu, ma chère et bonne mère, merci encore de ton excellent envoi. Je t’embrasse mille fois ainsi que Papa, Cécile (qui a eu aussi bien du tracas pour mes courses), son mari et ses bons Totos.

13Ton fils respectueux.

 

Émile Picot

 

14Le P[rince] s’entretient sans cérémonie avec moi de toutes choses. Hier, il est allé visiter à l’improviste les tribunaux et il a trouvé partout un grand désordre. J’ai fait insérer dans le Moniteur de ce matin une note ainsi conçue :

 

Buc[arest], 10/22 déc[embre] [18]66
« Aujourd’hui, samedi à 11 h ½ S.A. Mgr. le Prince Régnant s’est rendu au Tribunal de 1re instance et à la Cour d’Appel. Contrairement au règlement, les audiences n’étaient pas commencées et les magistrats eux-mêmes n’étaient pas encore arrivés au Palais. S.A. a exprimé nettement tout le mécontentement que lui causait un état de choses si nuisible à la bonne administration de la justice. »

 

15Il va sans dire que ma prose était en roumain. Cet incident a fait grand bruit dans la ville ; il n’est pas question d’autre chose depuis hier. Il faut que partout l’action du chef de l’État se fasse sentir de manière énergique.

16Par ma main, le Moniteur est devenu tonnant ; c’est ce qu’il faut. Toutes les honnêtes gens s’en réjouissent.

Notes

1 Voir lettre 20, n. 1.

2 Voir lettre 20, n. 4.

3 La « branche de Kilia » (Chilia en roumain) est le bras septentrional du Danube, lieu de batailles entre Russes et Ottomans lors de la guerre de Crimée, entre 1853 et 1856. Les Ottomans, soutenus par les Anglais et les Français, récupèrent le delta lors de cette guerre.

4 Alphonse Hilaire Hardon, ingénieur et constructeur du canal Saint‑Louis (voir lettre 20, n 1) et l’un des entrepreneurs du canal de Suez, réalisé entre 1859 et 1869.

5 Voir lettre 21.

6 Dimitrie A. Sturdza, voir lettre 28, n. 3.