Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

40. [à sa mère]

C.P.B. (35)

Texte intégral

Bucarest le 7/19 décembre 1866

 

Chère et bonne mère,

 

  • 1 Podul Mogoşoaiei, ancien nom de la Calea Victoriei (Voie de la Victoire), artère centrale de Bucar (...)

1Je viens de recevoir ton paquet qui m’est arrivé en excellent état. Les gants ne sont nullement défraîchis et ils me sont, pour ainsi dire, tombés du ciel. Il y a ce soir un grand dîner et je ne savais comment faire, ma provision de Vienne étant déjà épuisée. Je puis à cette occasion te rassurer tout à fait sur l’exactitude de la poste. Depuis quelque temps mes lettres me sont parvenues avec la plus grande régularité. Du reste on pourra à l’occasion m’écrire sous le couvert du colonel Iarca, Podù Mogoşoi1, Bucarest. Pour en revenir à mes gants, on peut les expédier à Galatz, sans aucune difficulté. Il suffira d’ajouter après mon nom et mon titre : à la Direction de la Poste Roumaine. J’écrirai ces jours‑ci au Directeur qui s’empressera, j’en suis sûr, de me faire parvenir les paquets.

2Je suis enchanté de l’idée que tu as eue, chère maman, de m’expédier quelque chose par M. F[riedländer]. Il se chargera de tout ce que l’on voudra. Je serais très content d’avoir une petite valise, mais peut‑être ne la paierais‑je pas plus cher ici. On fait à Vienne de charmantes petites caisses en toile grise bordées de cuir de Russie qui se vendent à très bon compte. Ce que je préférerais, je l’avoue, ce serait une espèce de sac dans ce genre contenant des objets de toilette tout ordinaires et pouvant servir à mettre un peu de linge pour une tournée de quelques jours. Édouard se chargerait, je crois, de la commission. Il serait en tout cas prudent d’aller en fabrique. J’ai vu de semblables sacs chez un marchand qui demeurait, si je ne me trompe, 36 rue du Grenier St Lazare, au 3e étage.

3Je vais bien et je n’aurais pas vraiment le temps d’être malade. Hier soir, par exemple, j’ai été d’une extrême activité. Le P[rince], qui depuis quelques jours est retenu dans sa chambre par un mal de pied, n’a pas dîné à table. Je l’ai donc remplacé dans la présidence du repas, comme à l’ordinaire, puis je suis entré dans son cabinet et j’ai pu causer assez longtemps avec lui. Cela fait, j’ai demandé une voiture au Palais et je suis allé au Moniteur où j’ai sur le champ rédigé et fait insérer une note ; de là, je suis revenu au Théâtre allemand. La pièce finie, vers dix heures, j’ai figuré chez le C[onsu]l G[énéra]l de France, M. d’Avril, qui reçoit tous les mardis, puis je suis rentré pour lire les journaux. À une heure j’étais couché. Tu peux juger par ce seul exemple que ma journée est bien remplie. Il faudrait ici pouvoir tout faire par soi‑même.

4Je suis en retard pour beaucoup de travaux dont je suis chargé et je désespère de jamais pouvoir être complètement au courant. Il est vrai qu’on est persuadé, j’en suis sûr, que je fais tout le possible.

5Les expéditions de Paris à Bucarest peuvent être faites dans un très bref délai par l’intermédiaire de Mathieu Boulevard de Sébastopol (ou de Strasbourg) à Paris. Il a ici un correspondant qui se charge aussi des envois, mais les prix sont assez élevés, si la vitesse est garantie. De Bucarest, je préfère infiniment confier les petits envois à la poste autrichienne qui s’en charge jusqu’à la frontière française. C’est là ce qui explique ce que vous avez dû payer pour le port de Strasbourg à Paris. Dans un mois je tâcherai de vous adresser encore quelque chose, mais je dois vous prévenir que la caisse sera encore moins grande que la première fois.

6Adieu, ma chère maman, embrasse pour moi papa et toute la famille, comme je t’embrasse moi‑même et crois à l’inaltérable affection de ton respectueux fils,

 

7Émile P.

 

8Si l’envoi de Durand n’est pas encore fait, il pourrait être confié à Mathieu, après nouvelles informations.

9Je suis bien désolé d’être sans nouvelles de Chantagrel qui ne m’a pas encore répondu. Je voudrais connaître le résultat des examens qui doivent être terminés.

10Le Prince a reçu hier une lettre de Mme C[ornu] qui lui disait qu’elle avait eu une longue lettre de moi. Je n’ai malheureusement pas vu ce qu’elle a écrit.

Notes

1 Podul Mogoşoaiei, ancien nom de la Calea Victoriei (Voie de la Victoire), artère centrale de Bucarest, qui reliait à l’époque la capitale à Mogoşoaia, commune située à 15 km au nord, où le prince Constantin Brâncoveanu avait fait construire son palais en 1702. Elle fut longtemps recouverte de poutres de bois en guise de pavage, d’où le terme de pod, « pont ». Elle prit son nom actuel en 1878 en référence à la victoire de Plevna remportée par les Roumains sur les Ottomans dans ce qui fut leur guerre d’Indépendance.