Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

39. [à sa mère]

C.P.B. (34)

Texte intégral

Bucarest le 6/18 décembre 1866

 

Chère et bonne mère,

 

1Tu te plains sans doute et avec mille justes raisons de mon long silence. J’espère que les nouvelles occupations qui viennent de fondre sur moi te rendront un peu indulgente. Quoi qu’il arrive, je ferai tous mes efforts pour t’écrire le plus souvent possible.

2Je me trouve un peu seul depuis le départ de M. F[riedländer] et il faut que je songe à une foule de détails qui n’étaient pas auparavant de mon ressort. Je reçois dans la journée des visites de toute espèce qui m’arrachent à mon travail souvent sans aucune utilité, mais enfin je suis obligé de répondre à tout venant et de faire aussi bonne figure que possible.

  • 1 Journal bonapartiste.

3Le P[rince] me donne tous les jours des marques de sa confiance et il veut bien rendre tout intimes mes relations avec lui. L’article publié dans La Patrie du vendredi 7 décembre l’a pleinement satisfait. Je désirerais bien qu’il me fût possible de trouver le temps de faire quelques correspondances pour les journaux qui augmenteraient de beaucoup mon influence et mon crédit. La presse locale est tellement passionnée, elle donne si souvent cours aux plus mauvais instincts qu’un des meilleurs remèdes que l’on pût essayer serait d’agir à l’aide des journaux étrangers et d’en faire reproduire les articles. Quand on a l’occasion de « soulever un coin de voile » du journalisme, on n’a plus qu’une estime bien modérée pour la plupart de ceux qui en font leur métier. Le mémorial dipl[omatique], La France, La Patrie, Les Débats réclament présentement leurs subventions arriérées. Je voudrais trouver moyen d’opérer, en mon nom personnel, à côté du ministère et sans frais. La chose n’est pas fort difficile, les journaux étant toujours avides de correspondances. La seule chose peu aisée, c’est d’obtenir des articles de fond. Bonneau pourrait être assez précieux, il est plus consciencieux que les autres et il n’a accepté la rémunération qui lui était due pour les articles qu’après un combat de générosité. Un certain Francis Aubert, du Constitutionnel1, avait écrit au Prince, il y a deux mois, en lui envoyant plusieurs articles déjà anciens et en sollicitant une distinction honorifique. Il est revenu à la charge, il y a deux jours. Il a écrit à S.A. pour protester de son désintéressement et à moi pour dire qu’il est l’ami d’Eugène et de Quentin et qu’il se met entièrement à ma disposition. Je l’ai immédiatement remercié en attendant que je puisse lui envoyer des documents et j’ai pu, muni d’une autorisation expresse, lui faire entrevoir la bienheureuse décoration qu’il pourra plus tard ajouter aux lapins de toutes les couleurs dont il est déjà revêtu.

4J’entre dans tous ces détails, chère et bonne mère, parce que pour la réalisation de mes projets, je devrai souvent recourir à l’obligeant intermédiaire de la famille. Tu conçois sans peine quel moyen d’action me donneraient des relations régulières avec les journaux, c’est pourquoi je ne veux rien négliger pour y parvenir.

  • 2 Voir lettre 28, n. 3.

5La fin de l’année s’approche et je ne sais comment mettre au courant ma correspondance privée. Je viens d’écrire à Douai et je compte qu’il me reste encore trente lettres à faire. Je ne veux oublier ni M. Beffroy, ni le Colonel, ni d’autres personnes encore. Quant à M. Renier, j’ai copié pour lui les inscriptions du musée et je n’attends que les épreuves photographiques que le Ministre Stourdza2 m’a promises pour lui expédier le tout avec quantité d’excuses.

  • 3 Voir lettre 28, n. 4.

6J’ai tout à l’heure prié M. Golesco3 (l’agent à Const[antinople]) de vouloir bien m’acheter trois nouveaux coussins que je vous adresserai, je l’espère, dans quelques semaines. Je n’ai malheureusement rien que je puisse vous envoyer comme présent de nouvelle année. Je tiens à ce propos, chère maman, à te marquer l’étonnement que me cause la réduction que tu voudrais opérer sur les étrennes des bons Totos ; que pourrait‑on faire de plus si c’étaient de méchants Totos ? Le manteau de ma sœur n’était pas tellement cher que je doive rien retirer pour cela à mes chers neveux et je n’ai qu’un regret c’est de ne pouvoir vous envoyer aucun nouveau souvenir.

7On ne fabrique que peu de choses dans le pays et quand tu viendras me voir, chère et bonne mère, nous pourrons faire ensemble quelques recherches. Ne t’imagine pas que le projet que j’ai formé ait rien de chimérique ; il est d’une exécution aussi simple et aussi facile que possible. Tu auras la preuve de ce que j’avance quand tu te mettras en route au printemps. Je crois que tu pourrais partir au mois de mars, à la seule condition de t’habiller chaudement. Tu pourras au moins trouver ici le beau temps. Je ne vois aucun obstacle qui puisse s’opposer à la réalisation de ce dessein.

  • 4 Petre P. Carp (1837‑1919), homme politique roumain conservateur, qui sera à plusieurs reprises min (...)

8Je pense, chère maman, que vous aurez eu la visite de M. de Carp4 à qui j’avais télégraphié d’aller à la maison prendre des renseignements contenus dans une de mes lettres précédentes.

9Nous avons un froid assez vif qui n’a rien de désagréable. Tous les fiacres se sont changés en traîneaux. Les cochers ont presque tous le costume russe : bonnet de fourrure et robe attachée à la taille avec une ceinture. Le pittoresque gagne beaucoup à cette transformation. Les chevaux marchent très vite, trop vite même quand il s’agit de franchir la suite d’obstacles qui reçoit ici le nom de rue. Je n’ai, pour ma part, aucune difficulté à supporter le froid dont je ne m’aperçois point. Il n’y a que dans les climats rigoureux qu’on ne souffre pas de l’hiver.

10Adieu, ma chère maman, j’espère pouvoir t’envoyer bientôt mes souhaits de bonne année. Je te prie, en attendant, d’embrasser pour moi toute la famille. Je t’embrasse toi aussi du fond de mon cœur et suis toujours ton respectueux fils,

 

Émile

 

11Mes meilleurs souvenirs à tous mes amis.

Notes

1 Journal bonapartiste.

2 Voir lettre 28, n. 3.

3 Voir lettre 28, n. 4.

4 Petre P. Carp (1837‑1919), homme politique roumain conservateur, qui sera à plusieurs reprises ministre et Premier ministre. Il est en 1866 le secrétaire de l’agent diplomatique roumain de Paris, Ion Bălăceanu, qu’il remplace en particulier pendant sa période d’absence de novembre 1866 à fin janvier 1867.