Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

38. [à Cécile Desjardins]

C.P.B. (33)

Texte intégral

Bucarest ce 12 décembre 1866, 4 h. du matin

 

1Ma chère sœur,

 

  • 1 Dans les Principautés, qui n’avaient pas le droit de battre monnaie, il circulait alors plusieurs  (...)

2Ne t’effraie point de l’heure matinale à laquelle je t’écris. Une fois n’est pas coutume et il a fallu quelque circonstance grave pour me faire veiller jusqu’à ce moment. Cette circonstance grave, c’est le départ de M. F[riedländer] qui achève ses préparatifs pour se mettre en route avant le jour. Nous avons eu bien des choses à régler avant qu’il ne quittât Bucarest et nous n’avons point trouvé d’autre instant pour mettre les affaires en ordre. Me voilà donc investi de fonctions assez diverses ; il me faut présentement m’occuper de la caisse, ce qui est un soin peu agréable. La complication des monnaies, par suite de l’absence d’espèces nationales, rend le moindre compte très difficile. Il faut ramener les principales monnaies courantes à une unité fictive qui est la piastre roumaine divisée en 40 parale1. Le rapport des diverses espèces étrangères avec cette monnaie de compte est réglé par la loi ; ainsi le napoléon vaut 54 piastres, le ducat autrichien 32, etc., etc.

3Le moindre paiement exige donc un calcul aussi fastidieux que compliqué, ce qui apporte bien de la gêne aux transactions commerciales. Je m’inquiète surtout de cette question depuis que j’ai le maniement des deniers, mais il suffit d’un peu de soin et d’attention pour se tirer d’embarras. Du reste, j’ai veillé à ce que la comptabilité fût aussi simplifiée que possible et je ne suis en somme chargé que des affaires de quelque importance ; des avances faites au « Maréchal de la Cour », au maître d’hôtel et au valet de chambre du Prince pourvoient aux dépenses courantes. Tu vois pourtant, ma chère sœur, que cette nouvelle partie de mes fonctions ne laisse pas de me causer une certaine inquiétude.

4Quant aux craintes que vous a inspirées la disette d’argent à laquelle je m’étais réduit, elles n’étaient fort heureusement pas fondées. Je viens de toucher mes appointements mensuels (416 fr., 67 c) et je suis riche. Mais je suis obligé de faire d’assez fortes dépenses. J’ai déjà acheté un bonnet d’astrakan qui me coûte deux ducats et demi (trente francs environ) et je compte commander aujourd’hui même une paire de bottes à dépasser toutes celles de Théodore. Il est absolument nécessaire de s’équiper de la sorte si l’on veut marcher un peu dans nos rues transformées en montagnes et en vallées. Mais ce n’est pas tout et j’ai en outre demandé au tailleur de m’apporter des échantillons pour un pantalon ou plutôt une culotte destinée à accompagner mes bottes d’ogre. Je serai sans doute affublé d’une manière assez grotesque, mais chacun en fait autant et ces précautions sont nécessaires pour ne point souffrir de l’hiver.

5Ma vie se passe assez renfermée ; il est rare que je sorte pendant le jour. Le soir, au contraire, j’éprouve le besoin de me secouer quelque peu et soit que je profite du théâtre, soit que j’aille passer le temps chez une des nombreuses personnes qui m’ont invité, je m’arrache d’ordinaire à nos travaux.

  • 2 Voir lettre 22, n. 3. Il s’agit cette fois de l’adaptation roumaine de la pièce d’Eugène Scribe.
  • 3 Jean‑Baptiste Prosper Bressant (1815‑1886), acteur français. Il joue pendant huit ans au Théâtre f (...)

6Les ressources théâtrales ont subitement diminué par suite d’un vol effronté de l’impressario italien. Ce misérable qui a reçu de l’État une subvention de 3.000 # (ducats) et qui, à l’aide d’abonnements anticipés est parvenu à extorquer du public une somme considérable, est parti depuis six semaines, sous prétexte d’engager un nouveau ténor mais, à la vérité, sans esprit de retour, c’est assez dire qu’il a « levé le pied ». Inutile d’ajouter que le scélérat n’a pris garde de donner de ses nouvelles et que ses pauvres artistes sont demeurés dans le plus grand dénuement. La conséquence de l’histoire c’est que chacun a perdu son argent et que l’opéra est sans voix. Il ne reste donc plus que le théâtre allemand qui donne parfois d’assez gentilles opérettes et deux scènes roumaines qui auront bientôt la concurrence d’une troisième. Les acteurs roumains ont d’ordinaire un jeu qui ne manque pas de naturel, ni même d’une certaine facilité, mais si leur répertoire est presque toujours emprunté à nos théâtres, ils ne sont pas toujours fort heureux dans le choix des pièces. Les rôles de marquis sont d’inévitables écueils. J’ai vu, par exemple, au grand théâtre Le verre d’eau (Un pahar cu apa)2 représenté avec un certain luxe de décors et de costumes ; mais le Bressant3 de l’endroit, un certain Dimitriade, qui n’est pas absolument dépourvu des qualités naturelles ordinaires aux Roumains, manquait singulièrement de cette suprême élégance qui sied au Duc de Buckingham. Il était, dans tous ses mouvements, d’un dégingandé à laisser sortir sa chemise de ses hauts de chausses.

7La salle du grand théâtre, construite sous le Prince Stirbey, est vaste et assez belle, mais l’éclairage, ainsi qu’il arrive quand on est condamné au pétrole, n’est pas brillant ; c’est là le côté faible. Le Prince a deux loges réservées ; une à l’avant‑scène qui lui est personnellement destinée et une autre plus grande en face de la scène où je vais avec M. F[riedländer] et notre nouveau maréchal.

8Quant à la troupe allemande, elle donne ses représentations dans une ancienne salle de bal transformée tant bien que mal en théâtre. Il y a là un comique excellent qui seul soutient le courage de ses camarades et la bonne humeur du public.

  • 4 Mihail Pascaly (1830‑1882), acteur et directeur de troupes de théâtre. Il traduit et adapte pas lo (...)
  • 5 Hugues Bouffé (1800‑1888), acteur connu des scènes parisiennes du xixe siècle, ayant joué dans de (...)

9C’est dans cette même salle Bossel que la seconde troupe roumaine est installée sous la direction d’un certain Pascally4 qui a longtemps étudié son art à Paris. Ce Pascally est un garçon assez méritant qui m’a plusieurs fois parlé avec un enthousiasme presque délirant de son maître illustre, de Bouffé5, ce grand génie de notre siècle. Je ne fais reproche à cet honnête acteur qu’une seule chose, c’est qu’à M. F[riedländer] et à moi, il s’obstine à nous dire : Messeigneurs !! Plusieurs fois déjà, j’ai rencontré des personnes qui, soit par ignorance, soit dans l’espoir de flatter la bêtise humaine m’ont qualifié de la sorte. Tu juges si j’avais de la peine à me tenir les côtes.

10Te voilà, je crois, ma chère sœur, bien au courant des plaisirs que peut nous procurer le théâtre. Je comprends assez aisément le spectacle allemand et commence à entendre le roumain si bien que je puis y passer quelque fois un moment assez agréable. On nous fait espérer un vaudeville français, mais l’arrivée de la troupe est subordonnée à la condition qu’un certain nombre d’abonnements seront payés d’avance et je crois que le public est peu encouragé, après l’aventure de l’impressario italien, à dépenser ainsi ses deniers.

  • 6 Voir lettre 22, n. 10.
  • 7 Dans la nombreuse famille Creţulescu, il s’agit probablement d’Emanoil Creţulescu qui succédera à (...)
  • 8 Transcription du mot roumain dulceaţă, « confiture », que l’on servait traditionnellement à ses hô (...)

11Plutôt que d’aller au théâtre, je préfère beaucoup passer la soirée dans l’intimité chez quelques personnes avec qui l’on peut agir simplement et sans cérémonie, par exemple chez le Prince Ion Ghica, Président du Conseil, chez le Colonel Iarca6, chez M. Crezzulesco7, préfet du district d’Ilfov (Bucarest) et chez deux ou trois autres personnes. Je suis en outre invité à aller dans beaucoup de maisons dont la gaieté et la bonhomie sont absentes, ce qui n’est pas fort engageant. Dans la plupart de ces réunions, les dames restent d’un côté, les hommes d’un autre ; on chante plutôt mal que bien quelque romance ; on politique bêtement, puis quand on a longuement contemplé le blanc des yeux de son voisin et qu’on s’est livré sur ce genre de spectacle à toutes les réflexions qu’il comporte, chacun s’en va chez soi. Les rafraîchissements obligés sont les dulceasses8 ou confitures – que l’on prépare ici à merveille –, puis le thé infusé à la russe dans un beau samovar de cuivre, et enfin le café.

12Ce soir, je suis allé chez M. d’Avril, Agent et Consul Général de S.M. l’Empereur des Français. Le représentant de la France à Bucarest reste chez lui tous les mardis soir et, comme depuis fort longtemps je ne lui avais pas fait visite, j’ai tenu à être exact cette fois‑ci. Il n’y avait pas beaucoup de monde, mais on a néanmoins dansé quelques quadrilles et deux ou trois valses ou polkas. J’ai vu que j’avais bien des choses à apprendre sur ce chapitre, si je veux me conformer à l’usage du pays. Les quadrilles se dansent à la manière usitée presque partout, excepté en France, c’est‑à‑dire qu’ils comportent un nombre double de mesures et partant le double aussi de cérémonies. Quant aux valses ou polkas, elles durent un bon quart d’heure, et dix fois on laisse là sa danseuse pour courir en prendre une autre. Tout cela m’a produit un fort singulier effet et c’est en vain que j’ai recherché la trace des saines doctrines que le respectable M. Lenfant s’est efforcé de faire pénétrer dans notre esprit.

13Je suis rentré ce soir au palais vers minuit, négligeant un pâté monumental auquel les invités allaient s’abandonner. J’ai fait bien des choses depuis et je suis, je l’avoue assez fatigué, car six heures viennent de sonner.

14Le Prince était un peu souffrant aujourd’hui, il a remis à un autre jour le conseil qui devait avoir lieu à 9 h ½ comme de coutume. Il m’a fallu écrire sur le champ quelques mots à tous les ministres.

  • 9 « Brouillon » de lettre inséré à la fin de celle‑ci puisqu’il contient la fin de cette lettre de P (...)

15Peut‑être, ma chère sœur, seras‑tu bien aise de voir un spécimen des belles choses dont on noircit chaque jour le papier. Je choisis pour t’en donner une idée, idée assez plaisante, il est vrai, le brouillon d’une lettre que j’ai adressée hier au ministre de Perse à Stamboul9. Je ne sais si tu trouveras cette singulière production fort de ton goût, mais je suis sûre que tu ne pourras manquer d’en rire quelque peu. Evite, je t’en prie, de montrer cette facétie à d’autres personnes et surtout ne dis jamais à F[riedländer], quand tu le verras, que je t’ai envoyé rien de semblable.

 

3 h ½ du soir

 

16M. F[riedländer] n’est parti qu’à huit heures en sorte que j’ai dû renoncer tout à fait à me coucher. Me voici seul ici et, je l’avoue, assez tristement. Le Prince a toujours une douleur assez vive au pied qui l’empêche aujourd’hui de sortir de son cabinet. J’ai, quant à moi, assez bien rempli la matinée. Après le départ de F[riedländer], j’ai procédé à un rangement général de notre cabinet, puis je suis allé remettre entre les mains du Consul Général d’Italie, C[om]te Teccio di Bayo, une lettre autographe adressée au Roi par le Prince. Cela fait, je me suis lancé dans les emplettes et j’ai acquis une admirable paire de bottes qui couvre entièrement les jambes. Ces chaussures se fabriquent à Vienne et paraissent parfaitement établies, aussi, après de longs pourparlers et un rabais d’un ducat, ai‑je encore dû les payer 48 fr. Quant à ma culotte, le tailleur a oublié de m’apporter ce matin les échantillons, ainsi que cela était convenu. Je vais être équipé pour tous les hivers que je pourrai avoir à supporter jusqu’à la fin de mes jours.

17Je viens de recevoir le Journal des Débats qui publie in‑extenso le discours du Prince que je lui avais fait parvenir.

  • 10 Voir lettre 22, n. 5.

18Pendant que j’y pense, je dois ajouter que j’ai promis au doyen de la Faculté des Lettres, M. Laurianù, homme très savant qui est chargé d’enseigner le roumain au Prince10, de lui donner une recommandation pour une certaine orpheline qui, non contente d’être disgraciée de la nature, se livre avec une ardeur insensée à l’étude du violon ! Laurianù a obtenu pour cette jeune fille qui a longtemps habité Vienne une pension de la cassette du Prince. Elle va partir prochainement pour Paris et je ne puis guère refuser à notre doyen en retour de ses ouvrages une lettre pour sa protégée. Je ne l’ai pas encore entendue, mais je suis dans un doute extrême sur ses talents. Ne vous étonnez donc pas trop si je vous adresse à quelque jour mon héroïne. C’est une Dlle Circa. Je ferai en sorte qu’elle n’aille pas trop vous importuner.

 

……

 

[en‑tête] Cabinet de S.A. Le Prince Charles 1er de Roumanie

 

[en bas de page] À son Excellence, Monsieur l’Envoyé Extraordinaire et Ministre Plénipotentiaire de Perse à Constantinople

 

Palais de Bucarest, le 28 novembre/10 décembre 1866

 

Monsieur le Ministre,

19J’ai l’honneur de transmettre à votre Excellence, au nom de mon auguste maître, S.A. Mgr. Le Prince de Roumanie, une lettre adressée par Lui à S.M.I. le Shah de Perse.

20L’élu de la nation roumaine a si fort apprécié, pendant son séjour à Constantinople, l’amabilité dont Votre Excellence a fait preuve en toute circonstance, qu’Il a conçu un vif désir d’entrer en relations directes avec l’illustre souverain de la nation persane et qu’il s’est fait un devoir de lui annoncer Sa reconnaissance officielle par le Gouvernement du Sultan et par les Hautes Puissances Garantes.

21Son Altesse me charge en outre, Monsieur le Ministre, d’exprimer à Votre Excellence tous ses remerciements pour l’envoi que vous avez songé à Lui faire par l’intermédiaire du Prince Stirbey, envoi qui lui a été particulièrement agréable ([note de Picot :] Personne n’a jamais vu quel était le présent envoyé au Prince. On croit que c’était du tabac, mais le paquet est tombé dans l’eau au passage du Danube).

22En exécutant les ordres qui me sont donnés, je suis heureux, Monsieur le Ministre, que la confiance du Prince me fournisse l’occasion de m’adresser à un homme aussi distingué que Votre Excellence tant par ses éminentes fonctions que par son caractère personnel et je prie Votre Excellence d’agréer les assurances de la haute considération avec laquelle j’ai l’honneur d’être son très humble et très obéissent serviteur.

 

……

 

  • 11 Il s’agit certainement des articles d’Ernest Desjardins sur le canal Saint‑Louis, voir lettre 20, (...)

23Est‑ce que l’avènement de Norbert Billard au Moniteur doit empêcher la publication des articles sur St Louis11 ?

24On se protège très bien contre le froid qui n’est vif que pendant la nuit. Sauf un gros rhume, je vais bien. Mon linge est blanchi avec celui du Palais et gratis. Quant aux réparations et à l’entretien, il doit aussi être fait, mais par ma négligence plusieurs petites choses sont un peu en retard.

25Je tâcherai d’écrire dans quelques jours à toute la famille pour le jour de l’an. La tâche sera rude.

26Adieu, ma chère sœur, je t’embrasse du plus profond de mon cœur, en te priant de transmettre toutes mes tendresses à maman, papa, ton mari et les bons Totos. N’oublie pas de leur dire que je pense sans cesse à eux et que je regarde tous les jours leur portrait ainsi que celui de toute la famille. Sois persuadée, ma chère sœur, de mon affection et de mon dévouement et, pardonnant à la lettre sauvage d’un correspondant endormi, continue à me croire

27ton frère chéri,

 

Émile

 

28C’est bien effectivement par la poste que mon paquet était parti. La poste autrichienne se charge ici des colis non encombrants dont le poids n’excède pas 25 livres.

29J’ai communiqué à S.A. les nouvelles que vous m’avez données de Mme C[ornu], et il désirerait beaucoup être renseigné sur l’état de sa santé, moi de même.

  • 12 Actuelle Timişoara.

30M. F[riedländer] a profité d’un de ces bateaux de marchandises qui continuent de faire la navigation du Danube lorsque la saison n’y met pas un obstacle absolu. Il a mieux aimé cette voie que celle de Temesvar12 suivie par la poste.

Notes

1 Dans les Principautés, qui n’avaient pas le droit de battre monnaie, il circulait alors plusieurs dizaines de monnaies étrangères. À partir des Règlements organiques de 1831, une monnaie roumaine fictive servait d’étalon de calcul. Divisée en 40 parale, les Roumains l’appelaient le plus souvent le taler-leu, en allemand Löwentaler, en référence à une ancienne monnaie des Pays‑Bas ayant beaucoup circulé dans les pays roumains, ainsi nommée en raison de la représentation d’un lion sur ses pièces. De là vient l’actuel leu (pl. lei) roumain, mis en circulation effective suite à la réforme monétaire d’avril 1867.

2 Voir lettre 22, n. 3. Il s’agit cette fois de l’adaptation roumaine de la pièce d’Eugène Scribe.

3 Jean‑Baptiste Prosper Bressant (1815‑1886), acteur français. Il joue pendant huit ans au Théâtre français de Saint‑Pétersbourg avant une carrière à succès sur les scènes parisiennes, dont la Comédie‑Française.

4 Mihail Pascaly (1830‑1882), acteur et directeur de troupes de théâtre. Il traduit et adapte pas loin de 200 pièces en roumain, essentiellement françaises. Il dirige le Théâtre national à plusieurs reprises.

5 Hugues Bouffé (1800‑1888), acteur connu des scènes parisiennes du xixe siècle, ayant joué dans de nombreuses pièces à succès.

6 Voir lettre 22, n. 10.

7 Dans la nombreuse famille Creţulescu, il s’agit probablement d’Emanoil Creţulescu qui succédera à I. Bălăceanu à l’agence roumaine de Paris en août 1867 (voir lettre 86), étant donné les rapports d’amitié dont Picot témoigne à son égard à plusieurs reprises.

8 Transcription du mot roumain dulceaţă, « confiture », que l’on servait traditionnellement à ses hôtes.

9 « Brouillon » de lettre inséré à la fin de celle‑ci puisqu’il contient la fin de cette lettre de Picot du 12 décembre, écrite en surcharge.

10 Voir lettre 22, n. 5.

11 Il s’agit certainement des articles d’Ernest Desjardins sur le canal Saint‑Louis, voir lettre 20, n. 1.

12 Actuelle Timişoara.