Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

37. [à sa mère]

C.P.B. (32)

Texte intégral

Bucarest, ce vendredi 7 décembre 1866

 

Ma chère maman,

 

1Je n’ai pu trouver un instant depuis quelques jours pour répondre à ta bonne lettre qui cette fois m’est arrivée aussi régulièrement que possible. Je tiens tout d’abord à te remercier du soin que tu as pris de faire ma commission pour la fête de Cécile. Ma sœur m’a assuré que son manteau de velours était convenable ; je souhaite fort que son appréciation ne soit pas trop indulgente. La Sainte Cécile n’est du reste pas isolée et je n’ai pas oublié que dimanche vous avez dû souhaiter à papa sa fête. J’eusse bien désiré qu’il me fût possible de me joindre de loin à vos vœux, mais les fils télégraphiques sont interrompus dans toutes les directions et nous sommes privés de tout moyen de correspondre promptement. L’hiver continue dans nos parages, sans trop de rigueur ; chaque jour le soleil se montre radieux, mais la neige n’est pas encore entièrement fondue et nous avons une boue dans laquelle on enfonce jusqu’au genou. La semaine dernière, il y a eu de si soudaines gelées que les arbres chargés de glace se sont rompus sous le poids ; les jardins sont saccagés de la manière la plus triste. Pour moi, il m’est à peu près impossible de sortir, si bien que je ne sens jamais le froid. Je pense cependant acheter de grosses bottes indispensables pour faire même quelques pas à pied, puis, un bonnet d’astrakan sur la tête, je pourrai braver sans inquiétude les intempéries de la saison. J’attends seulement la fin du mois pour faire ces acquisitions sans contracter aucune dette.

  • 1 France, Angleterre, Russie, Autriche, Prusse, Royaume du Piémont-Sardaigne, la 7e, la Turquie, n’a (...)

2Je viens de terminer une occupation aussi fastidieuse que possible. La correspondance entre souverains est peu variée dans ses formes et l’on a grand‑peine à trouver quelques phrases pour le Shah de Perse ou l’Empereur du Brésil. La notification même que fait le Prince est un peu irrégulière puisqu’en somme il ne jouit pas absolument de toutes les prérogatives de la souveraineté et que, s’il entre en relations directes avec les souverains, c’est peut‑être plus encore comme membre de la maison de Hohenzollern que comme chef de la nation roumaine. Il a donc fallu donner aux lettres un caractère un peu différent de celui qu’elles ont d’ordinaire. Les six Puissances Garantes1 ont droit à des communications autographes variées dans la forme, tandis que pour les autres pays, la formule n’a jamais été que légèrement modifiée. Les États‑Unis d’Amérique et le Shah de Perse ont été compris dans le nombre des États à qui une notification est adressée parce que les représentants de ces deux pays à Constantinople se sont montrés très aimables pour S.A. et aussi parce qu’on leur prête le désir d’établir un Consulat général à Bucarest.

3J’entre, chère et bonne mère, dans bien des détails qui probablement te paraîtront sans intérêt, mais je veux te bien renseigner sur la singulière variété de mes occupations. Je n’ai eu fort heureusement pour toute cette correspondance qu’à m’occuper des brouillons et à surveiller la confection de l’original. Grâce à Dieu, ce travail est à peu près achevé.

4J’attends avec une bien vive impatience quelques renseignements sur l’effet qu’aura produit ma longue épître du mois dernier. Toutes les appréciations auxquelles je me suis livré étaient on ne peut plus fondées, j’en acquiers chaque jour la conviction et à mesure que je pénètre dans l’étude de la situation du pays, des luttes et des partis qui le divisent, je reconnais de plus en plus que le seul moyen de changer l’état de choses actuel, c’est de ne pas reculer devant les mesures les plus énergiques.

5Il circule à certains jours dans le public les rumeurs les plus absurdes sur les hommes et les choses, et il me semble que la stupidité de ces bruits ou de ces nouvelles excède la bêtise usitée dans les autres pays. On se passe de main en main depuis quelque temps une prétendue traduction du firman d’investiture. Cette pièce est assez curieuse dans son genre. Le Sultan y prend le ton que le Commandeur des croyants aurait pu s’arroger, après la prise de Constantinople. Quant aux conditions de la reconnaissance, elles sont tout naturellement travesties de la plus étrange sorte. Il y est dit, par exemple, que sur la médaille que le Prince a le droit de créer, il devra faire figurer le portrait du grand Turc, ainsi que sur la monnaie. Le tribut doit être doublé ; les descendants du Prince seront tenus de se rendre à Constantinople lors de leur avènement, etc., etc. Ces mensonges émanés de quelque ennemi du Prince, peut‑être même du cabinet de quelque homme d’État autrichien (s’il y a encore des hommes d’État en Autriche), tendent à égarer l’opinion en jetant l’inquiétude dans les esprits. Il serait à désirer qu’un journal étranger, l’Opinion nationale, ou tout autre, fît justice de ces faussetés et que même sans répéter la phrase consacrée que je viens de reproduire, il leur opposât un démenti péremptoire sous la forme d’une correspondance de Bucarest. On pourrait à ce propos donner quelques détails sur la situation du pays. La Chambre sera prochainement constituée et pourra bientôt commencer ses travaux.

  • 2 L’accord prévoit en effet que les pièces, à l’exception de la petite monnaie, devront comporter un (...)

6Le Prince Stirbey, ministre des Affaires étrangères, est revenu de Constantinople avec de nouvelles concessions échappées aux Turcs. Le Prince peut créer une « médaille », ce qui est bien près de la « décoration » et je ne sais, pour ma part, ni si, ni quand il usera de ce droit. Il serait sans doute désirable d’avoir un moyen de contenter à peu de frais les officiers et les journalistes étrangers, mais les décorations ont d’ordinaire l’inconvénient de faire plus d’envieux que d’heureux. Quant à la monnaie, la Sublime Porte ne cède que sur le chapitre du billon qui pourra être frappé sans signe, elle entend réserver la question des espèces d’or et d’argent2 et, quelque désir qu’on ait de passer outre, on ne peut le faire immédiatement. Le Prince Stirbey a de plus conclu un arrangement postal avec la Turquie qui, pour Constantinople au moins, aura l’heureux effet de nous délivrer du service autrichien qui laisse beaucoup à désirer en tous points. Ce sont là, je crois, les points les plus saillants du nouvel arrangement et il n’y aurait que des avantages à ce que la nouvelle s’en répandît dans le public.

7Le Times du 28 octobre contient de remarquables articles sur les affaires roumaines. La presse française est loin d’être aussi bien renseignée.

8À ces nouvelles un peu trop politiques, mais les seules que je puisse te donner, chère maman, j’ajouterai que nous avons un personnage de plus avec nous. M. Philippesco vient d’être nommé aux fonctions de Maréchal de la Cour (Hofmarschall). C’est, je crois, un homme véritablement dévoué et en qui on peut avoir toute confiance. Comme il a une famille, il conserve, bien entendu, son logement en ville ; il vient seulement à son bureau dans la journée et il ne doit être des dîners que lorsqu’il y aura quelques invités. Ses fonctions n’ont du reste rien de commun avec les miennes. Il ne doit s’occuper que des domestiques, des invitations et des détails de ce genre. Je n’ai donc point à craindre d’être jamais en conflit avec lui. Le moindre mot de politique lui est par‑dessus tout interdit. Le départ de F[riedländer] est chaque jour remis, mais il ne peut guère tarder à se mettre en route.

9Adieu, chère et bonne mère, je t’embrasse de tout cœur, ainsi que toute la famille et, te priant de te charger de mes compliments et de mes amitiés pour toutes les personnes de ma connaissance, je demeure

10ton très respectueux fils,

 

Émile P.

 

11Je suis bien désolé de n’avoir pu jusqu’à présent répondre à M. Renier, mais je ne voulais pas manquer de lui envoyer, en même temps que ma lettre, l’estampage qu’il m’avait demandé et je n’ai pu encore m’en occuper. Je suis du reste en retard avec tout le monde. C’est à en perdre la tête.

Notes

1 France, Angleterre, Russie, Autriche, Prusse, Royaume du Piémont-Sardaigne, la 7e, la Turquie, n’ayant pas à être destinataire de ces courriers.

2 L’accord prévoit en effet que les pièces, à l’exception de la petite monnaie, devront comporter un insigne de l’empire ottoman (Neagoe, 1992, p. 151).