Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

36. [à Cécile Desjardins]

C.P.B. (31)

Texte intégral

Bucarest, ce 1er décembre 1866

 

Ma chère sœur,

 

  • 1 Allusion à la lettre 32 à Madame Cornu du 2/14 novembre.

1Je viens de recevoir ta bonne lettre qui m’a fait un bien vif plaisir, car étant sans nouvelles de la famille depuis le commencement de la semaine, je me laissais aller à l’inquiétude et au découragement. Je remarque à ce propos un fait dont j’ai tout lieu de m’étonner. Les journaux du matin, qui m’ont été remis en même temps que ta lettre, portaient la date du 25, c’est‑à‑dire qu’en tenant compte de la différence d’heure, la lettre est en retard de deux jours. C’est précisément, je crois, tout le temps qu’il faut pour l’ouvrir et la lire, mais l’enveloppe ne porte aucun signe extérieur qui me puisse confirmer dans cette opinion. Il y a pourtant là un avertissement qui m’empêchera désormais d’expédier des correspondances dans le genre de celle que j’ai adressée à Paris, il y a quinze jours1. Il me tarde de connaître l’accueil que ce long exposé de la situation aura trouvé auprès de vous. Je l’avais écrit avec tant de hâte qu’en relisant la copie que j’ai gardée, j’ai relevé certaines inadvertances que vous aurez, je pense, corrigées.

2C’est moi, ma chère sœur, qui dois te remercier du fond du cœur pour la tendresse que tu ne manques jamais de m’exprimer d’une manière si touchante et si précieuse. Je fais peu de cas, je t’assure, des misérables souvenirs que je puis seulement t’envoyer ; tout cela, crois‑le bien, n’est rien auprès de mon amitié et de mon dévouement.

3J’ai été bien heureux de trouver le gentil petit souvenir du bon Toto ; il me semble qu’il écrit assez passablement et qu’il a fait de grands progrès. Il peut compter que je lui répondrai sans grand retard. Tous mes amis, sauf celui que j’appelais Théodore, m’ont écrit des lettres extrêmement aimables et pour faire ma confession complète, je dois avouer que je suis en retard envers eux tous. C’est par M. Renier que je veux commencer, tout honteux de n’avoir pu jusqu’à présent m’occuper de la recherche qu’il me demande. J’ai eu entre les mains le monument qui est très intéressant, mais tu sais par l’expérience de ton mari, combien il est difficile de se procurer une bonne cire à giberne. On m’en a apporté hier soir un morceau qui ne peut servir ; c’est une espèce de boue noire délayée avec de l’essence. Dans deux ou trois jours j’aurai, je l’espère, réparé le temps perdu.

4M. F[riedländer] va bientôt se mettre en route et son départ nous donne un surcroît de besogne. Je prépare, en ce moment, les lettres par lesquelles le Prince annonce aux divers souverains la reconnaissance par la Porte. C’est là un travail assez délicat, bien que le texte soit, à peu près, le même pour tous les petits États. Il y a à côté de moi un copiste du ministère des Affaires étrangères qui transcrit ces lettres sous ma direction. Le Prince ne fera que les signer.

  • 2 Charles de Martens, 1866, Le Guide diplomatique, 5e édition revue par Geffken, Paris/Leipzig.

5Le livre de Martens, revu par Geffken2, livre dont j’avais eu le soin de me munir, m’est d’un très grand secours pour faire cette correspondance à laquelle je n’étais guère habitué.

6Il est plus que probable, sinon certain, que M. F[riedländer] ira à Paris et que vous aurez l’occasion de le voir. Je n’ai pas besoin, connaissant vos bonnes habitudes d’hospitalité, de vous prier de le recevoir de votre mieux ; cela est très important. Je sais du reste qu’il serait disposé à faire de même pour moi : en apprenant que j’avais l’espoir de voir bientôt maman ici, il m’a offert pour elle un logement chez sa femme, au cas où elle serait déjà installée à Bucarest. J’ai tout naturellement décliné l’invitation, mais, comme F[riedländer] n’est pas homme à jamais dépouiller un certain sentiment de sincérité, je ne l’en ai pas moins remercié. Il veut particulièrement voir Mme C[ornu] et se flatte d’obtenir une audience auguste. Je ne sais si cela est très souhaitable.

7Pour en revenir au voyage de mamie, j’espère que cette bonne mère pourra se mettre en route vers le mois d’avril. Elle pourra se reposer deux ou trois jours à Vienne et continuer sa route, soit en chemin de fer jusqu’à Basiasch, soit sur le Danube. Le trajet par eau ne cause aucune fatigue, mais il est très ennuyeux jusqu’à Drenkova où le spectacle devient magnifique. Le prix du trajet n’est pas très considérable. J’aurai soin de préparer à maman une chambre, n’ayant malheureusement pas le droit de partager avec elle mon appartement et j’irai au devant d’elle jusqu’à Giurgevo. Je parle déjà de ce projet comme s’il était sur le point de se réaliser, mais j’ai un si vif désir de voir maman ici, que je considère la chose comme faite et que j’espère bien qu’elle ne se refusera pas à mes prières.

  • 3 Voir lettre 30, n. 6.

8Le bon Amédée de Caix3 doit être de retour à Paris. Vous aurez sans doute l’occasion de le voir. Engagez‑le de toutes vos forces à venir me faire visite et à exécuter le voyage dont il m’a entretenu. Il pourrait, libre de toute préoccupation extérieure, faire ici de fructueuses études sur l’archéologie et la philologie et ce serait pour moi un grand plaisir qu’il se décidât à passer quelque temps parmi nous.

9J’ai tant de choses à dire, ma chère sœur, chaque fois que j’écris à une personne de la famille que j’omets toujours beaucoup de détails que je voudrais vous donner. Le jour même de l’ouverture des chambres, j’ai adressé le texte du discours à la maison, au Moniteur, aux Débats, au Morning‑Post, et au Nord. Le lendemain, j’ai adressé à M. Dréolle (de La Patrie) une lettre où je parlais comme un Roumain et signais Radù Romanescù. Je ne voulais pas qu’on sût que la correspondance émanait de moi. Peut‑être ton mari voudrait‑il bien lui envoyer un mot ou même, si l’occasion s’en présente, le voir au bureau du journal pour lui expliquer ce qui en est. Ce procédé avait bien quelque chose de singulier et d’inusité. La poste en est la cause. J’espère que le journal ne se refuserait pas à l’invention de ma lettre et je tiendrais surtout à ce qu’elle conservât le caractère roumain que je lui ai donné.

10Quant au discours, il avait été remanié en certaines parties et le style en avait été en même temps modifié d’une manière souvent peu heureuse. Le Prince l’a lu en français avec une netteté qui m’a étonné moi‑même.

11J’ai écrit aujourd’hui au Bâtonnier.

12Ne t’inquiète pas, chère et bonne sœur, des ports de lettres que je puis avoir à payer, je les acquitterais, tu le penses, avec bien du plaisir et aucune dépense ne me pourrait être plus agréable, mais ils ne sont plus à ma charge.

13Adieu, ma chère sœur, fais de ma part mille tendresses à toute la famille. J’embrasse papa, maman et ton mari, Louise et les bons Totos et finis toujours dans le plus inviolable attachement. Ton dévoué et affectionné frère,

 

Émile P.

 

14Mes amitiés à Bertrand, Faure, Félix, Jules, etc.

Notes

1 Allusion à la lettre 32 à Madame Cornu du 2/14 novembre.

2 Charles de Martens, 1866, Le Guide diplomatique, 5e édition revue par Geffken, Paris/Leipzig.

3 Voir lettre 30, n. 6.