Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

35. [à son père]

C.P.B. (30)

Texte intégral

Bucarest le 14/26 novembre 1866

 

Mon cher père,

 

1J’ai l’espoir que ma lettre te parviendra le jour même de ta fête et qu’elle te portera à temps l’expression de mes vœux et de mon dévouement filial. C’est, tu le sais, à l’occasion de ces anniversaires que le mal de l’absence se fait le plus violemment sentir, mais je suis du moins assuré que de loin comme de près, nos souhaits te sont agréables. Je regrette seulement qu’il ne me soit pas possible de joindre à ma lettre quelque léger souvenir du pays, mais sans parler de la difficulté du transport, je ne trouve absolument rien ici qui vaille la peine d’être exporté ; peut‑être serai‑je plus heureux avec le temps.

2Je suis bien content d’apprendre que mon petit envoi est enfin arrivé !, mais je ne puis m’empêcher de songer à l’indulgence de la famille pour mes pauvres objets. Les porte‑monnaie, je dois le dire, étaient les plus simples qui se puissent trouver. Quant au port du paquet, il était payé jusqu’à Paris et il m’a coûté environ 15 f. L’expédition avait eu lieu par la poste en sorte que les paquets ont pu arriver assez promptement à destination. La caisse que j’attends, caisse qui ne me parviendra probablement que dans deux ou trois mois, est un exemple du temps qu’exigent les envois par petite vitesse. C’est là un grand inconvénient sans nul doute ; aussi voudrais‑je bien, s’il en est temps encore, qu’on puisse expédier le papier du Prince par une voie plus prompte, soit qu’on l’adresse ici par Constantinople, soit qu’on l’envoie à Düsseldorf à l’administration de la Cour de S.A.R. le Prince de Hoh[enzollern] Sigm[aringen].

3Je ne puis, à cette occasion, remercier assez la famille entière pour la peine que je lui donne sans cesse avec mes commissions de tout genre. Aujourd’hui encore je demanderai quelque chose. Cécile aura sans doute la bonté de vouloir bien m’acheter une douzaine de paires de gants blancs (en gros) et de m’en envoyer trois ou quatre paires par la poste, afin que je ne sois pas pris au dépourvu.

4Il me tarde bien d’apprendre que vous avez reçu mon envoi d’argent. Mes dettes payées à la famille, il ne restait pas assez pour acquitter mes autres dettes ; aussi j’espère être en mesure d’expédier encore quelque chose le mois prochain. Pour le moment, je suis un peu au dépourvu, n’ayant à peu près rien gardé ; je serai plus prudent une autre fois, car il est probable que je ne pourrai gagner la fin du mois sans demander une avance.

  • 1 Voir ci-dessus lettre 31.

5M. F[riedländer] va, je pense, se mettre en route dans quelques jours ; il lui tarde bien de revoir sa femme et ses enfants. Que ne suis‑je à sa place ! À moi aussi, il me serait si doux d’aller vous faire une visite, même de quelques jours ! M. F[riedländer] ira à Vienne, à Berlin, à Düsseldorf, peut‑être même à Paris. Outre les commissions pour la famille du Prince, il a une myriade d’achats de tout genre à faire pour le Palais. Pendant l’absence de F[riedländer] qui se prolongera bien certainement pendant deux mois, c’est moi qui serai tout ici. J’aurai, à coup sûr, bien de la besogne, mais tu conçois que je n’en suis pas fâché et que je tâcherai de profiter de mon mieux de la solitude. Le Prince est toujours très aimable avec moi, mais pour les affaires, il parle plus familièrement à F[riedländer]. Cela s’explique sans peine. S.A. est heureux de parler familièrement sa langue maternelle avec un homme qui connaît toute sa famille. En effet, F[riedländer] tire une grande force des lettres que le Prince père lui a écrites, lettres toutes confidentielles qu’il m’a pourtant montrées sans hésitation. Le Prince père lui recommande de parler à son fils comme à un camarade. Les lettres de Mme C[ornu] ont sur le Prince une influence très grande, elle peut faire beaucoup en lui écrivant de temps à autre. Pour la question de l’Inst[ruction] publique, j’ai dit au Prince à son retour que je ne l’en entretiendrais que dans quelque temps, pensant bien que l’ouverture de la session législative ne lui permettrait pas d’étudier présentement le projet de Mme C[ornu]1. F[riedländer] parti, j’espère avoir toute latitude pour agir à ma guise.

  • 2 Voir ci-dessus lettre 33.

6Hier soir, le Prince m’a parlé de lui‑même de son mariage. La Russie, on peut le remarquer, a un désir extrême de voir se réaliser l’alliance avec la grande duchesse de Leuchtenberg2. Les journaux officieux russes y font sans cesse allusion et depuis quelque temps la Russie se montre en toutes choses fort aimable. L’Emp[ereur] devrait bien donner à Mme C[ornu] son opinion sur ce point ; il connaît la Princesse et pourra mieux que personne dire s’il ne faut pas craindre un envahissement de la Russie, surtout à l’aide des influences religieuses. C’est pour ma part ce qui me paraît assez dangereux. Dans le pays, on désire à tout prix un mariage quelconque afin que la dynastie soit définitivement assise. Il y a même ici des esprits assez peu réfléchis… [lettre incomplète]

Notes

1 Voir ci-dessus lettre 31.

2 Voir ci-dessus lettre 33.