Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

34. [à sa mère]

C.P.B. (29)

Texte intégral

Bucarest le 10/22 novembre 1866

 

Ma chère maman,

 

1Je n’oublie pas que c’est aujourd’hui la fête de ma sœur et c’est pour moi une assez vive peine que de ne pouvoir célébrer cet anniversaire en famille. J’avais espéré que ma dépêche d’hier arriverait à Paris à l’heure du dîner, pensant qu’il y aurait, suivant l’usage, quelque petite réunion, mais je suis sûr maintenant que mon télégramme n’est parvenu que ce matin à son adresse. J’avais en même temps télégraphié à l’agence roumaine à Paris et j’ai vu par la date de la réponse que les dépêches expédiées d’ici hier n’avaient dû être remises qu’aujourd’hui.

2À propos de dépêches, j’ai assez souvent le devoir d’en envoyer même à Paris. Toutes les fois que cela sera possible, je les enverrai de préférence à la maison afin de profiter de l’occasion pour vous donner de mes nouvelles. Il vous sera le plus souvent assez facile de les envoyer ensuite à destination. C’est ainsi que j’ai agi pour les portraits du Prince.

3Le prix de la dépêche simple (de 20 mots) d’ici à Paris est de 7 f. 50 environ ; ce n’est vraiment pas trop cher.

 

Samedi 24 novembre

 

4Cette lettre est commencée depuis deux jours et je n’ai guère le temps de la finir aujourd’hui.

5Le Prince est revenu jeudi soir et nous avons eu force besogne hier [et] aujourd’hui. Tout va bien, je puis le dire en un mot. Le Prince vient de donner à Galatz un exemple de sévérité qui aura le meilleur effet dans tout le pays ; il a destitué quatre juges prévaricateurs.

6L’ouverture des chambres aura lieu mardi et S.A. et les ministres s’occupent fort aujourd’hui du discours du trône. Je l’ai arrangé moi‑même un peu ce matin et recopié en entier en français. Il est peut‑être un peu trop long, mais il y a certaines phrases qui accuseront une énergie salutaire et indispensable.

7J’ai reçu, chère maman, une lettre de toi avant‑hier ; mise trop tard à la poste, elle est arrivée un jour après le temps ordinaire. Elle était accompagnée d’un mot de F. Benoît de Rey.

8Que penser de ce pauvre Bertrand ? Si nous avions ici un juge comme lui !

9Je te quitte à la hâte, chère et bonne mère, je dois aller faire visite à M. Saint‑Pierre, consul général de Prusse, et à Mme Saint‑Pierre que je ne connais pas encore. L’agent prussien qui est un homme froid et cérémonieux m’avait d’abord fait une figure assez raide, mais il s’est, paraît‑il, ravisé et il vient de m’envoyer une invitation à dîner pour lundi. J’ai accepté, après l’autorisation du Prince.

10M. le Baron d’Avril vient définitivement d’être nommé Consul de France ; il n’avait jusqu’alors que le titre de gérant du consulat.

11J’espère avoir bientôt des nouvelles de l’affaire Drenzat.

12Je verrai peut‑être ce soir le fameux diplôme militaire ; je répondrai ensuite au cavalier [Renier].

13Adieu, chère maman, excuse ce barbouillage. Ces quelques mots te prouveront au moins ma bonne volonté. Je t’embrasse de tout cœur et faisant mille tendresses à la famille, je suis toujours ton fils respectueux

 

Émile P.

 

14Nous sommes en hiver, un pied de neige partout et la nuit 12 degrés de froid ; temps sec et beau. Les fiacres sont transformés en traîneaux. J’aime fort ce temps si propre. On se chauffe admirablement ici et nul ne souffre du froid de ceux qui ont des maisons. Tout cela est un spectacle très pittoresque.

15Point de nouvelles de ma caisse. J’espère que mes envois vous sont bien arrivés, il me tarde singulièrement d’en avoir des nouvelles.

16J’oubliais de te dire que je donne cent cinquante fr. aux deux Totos pour leurs étrennes (soit 75 fr. à chacun), achète ce que tu voudras.