Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

33. [à sa mère]

C.P.B. (28)

Texte intégral

Bucarest le 19 novembre 1866

 

Ma chère maman,

 

1Tu es bien bonne de me donner si souvent de tes nouvelles. Je ne puis me plaindre d’être jamais oublié, et pourtant je ne suis content que les jours où je reçois quelque lettre de la famille.

2J’ai écrit bien longuement par le dernier courrier. Je crains même, non sans de justes motifs, que mon épître à Mme C[ornu] ou, pour mieux dire, les notes que je lui ai adressées au courant de la plume, ne vous aient semblé fastidieuses, exagérées et surtout trop développées. Il est pourtant bien désirable, dans l’intérêt du pays et du Prince, que Mme C[ornu] connaisse à fond les misères roumaines. C’est là la pensée qui m’a guidé.

  • 1 Le prince Charles n’est pas marié et, conformément à la nouvelle constitution roumaine qu’il vient (...)
  • 2 La princesse Eugénie de Leuchtenberg (1845-1925), fille de Maximilien de Beauharnais/de Leuchtenbe (...)

3Notre bonne amie devrait bien s’occuper du mariage du Prince1 qui depuis la reconnaissance est ici le sujet de tous les discours. L’almanach du Gotha est d’une pauvreté désespérante. Il ne contient que trois princesses, dont une seule est en état d’être mariée, la Russe. Ce qui fait naître quelques hésitations au sujet de la Princesse de Leuchtenberg2, c’est d’abord la mère, puis la crainte de l’influence moscovite. Il est probable pourtant que, faute de mieux, il en faudra passer par là. On parle d’un voyage de l’Empereur Alexandre à Odessa ; le Prince ne manquerait pas, dans ce cas, d’aller lui rendre visite et l’affaire pourrait être directement conclue.

4Je ne parle pas de toutes les extravagances qui circulent ici dans le public sur tout cela ; il en est comme des rumeurs ordinaires de la foule, c’est‑à‑dire que les choses y sont fort exagérées.

5J’ai profité de l’absence du Prince qui ne reviendra sans doute pas avant jeudi ou vendredi, pour faire ici quelques visites arriérées. Je suis toujours reçu avec la plus grande distinction. Lundi dernier, j’ai dîné chez M. d’Avril ; hier dimanche, M. F[riedländer] et moi, nous avons été invités chez le Président du Conseil, le Prince Ion Ghica, qui est toujours avec nous d’une amabilité parfaite.

  • 3 Membre d’une famille qui a donné aux Principautés moldave et valaque pas moins de onze princes rég (...)

6Ion Ghica, ancien élève de notre École des Mines, a eu une vie assez agitée. Il a été prince de Samos et a passé successivement par tous les pays depuis Paris et Londres jusqu’à Constantinople3. C’est un homme d’une haute intelligence et d’un esprit charmant. Ce qui me plaît surtout en lui, c’est la simplicité. Sa maison est presque la seule ici où l’on connaisse la vie de famille. Sa femme et ses enfants travaillent (!!!) et l’on peut aller les voir le soir sans cérémonie. Le malheur du Prince Ion Ghica, c’est d’être faible, tandis qu’il faut user ici, quand on est ministre, d’une férocité sauvage. Il est malheureusement à craindre qu’il ne soit obligé de quitter bientôt son poste. Un des premiers actes de la Chambre sera, sans nul doute, de renverser le Ministère. Tant pis.

7Les élections s’achèvent aujourd’hui et l’ouverture de la session législative est fixée au 15/27 novembre. Mon ami Beceano vient d’être élu député. C’est un bon garçon et il serait bien désirable que tous ses collègues lui ressemblassent.

  • 4 Dimitrie Ghica (1816‑1897) : fils du prince Grigore Ghica de Valachie ayant régné entre 1822 et 18 (...)

8Je me suis occupé de la recherche dont M. Renier a bien voulu me charger. Le Prince Démètre Ghica4 n’a malheureusement pas chez lui, dans ce moment‑ci, le monument en question qu’il a prêté à un ami, mais il m’en a promis une photographie et j’aurai soin de plus d’en prendre un estampage.

  • 5 George Ghica : difficile d’identifier le personnage dans l’immense famille Ghica qui compte au moi (...)

9Je compte aller voir aussi M. Georges Ghica5 qui a une collection, m’a‑t‑on dit, assez intéressante. Il possédait aussi un diplôme militaire, mais un beau jour le Prince Couza le lui a emprunté et sachant qu’il serait agréable à l’Empereur, le lui a envoyé en présent, sans autre cérémonie.

  • 6 Voir lettre 20, n. 8.

10En fait d’antiquités, on pourra voir à l’Exposition Universelle ce que la Roumanie renferme de plus précieux, le célèbre trésor de Pietrosa6, composé de plusieurs vases d’or très intéressants. Odobesco, le beau‑frère de d’Avril (qui est à la fois un des membres de la Commission du musée et le mandataire de la Roumanie pour l’exposition), compte emporter à Paris ces curieux objets. J’attendrai encore quelques jours pour répondre à M. Renier, afin d’avoir à lui donner des renseignements plus précis.

11Tandis que j’en suis aux antiquités, je puis ajouter que le Prince Ion Ghica, pendant qu’il était à Samos, y a recueilli une assez nombreuse collection d’objets de toute sorte. Ces curiosités sont malheureusement encore dans une maison qu’il possède à Constantinople, mais les inscriptions figurent dans le recueil de M. Lebas. J’espère qu’il apportera maintenant tout cela à Bucarest.

12Il me tarde de savoir si mon petit envoi est arrivé à Paris. Je crains fort… [lettre incomplète]

 

13Les routes étant couvertes de neige, le courrier n’est pas arrivé ce matin, j’en suis bien fâché car j’espérais une lettre de Paris.

Notes

1 Le prince Charles n’est pas marié et, conformément à la nouvelle constitution roumaine qu’il vient de signer, il n’a pas le droit d’épouser une Roumaine.

2 La princesse Eugénie de Leuchtenberg (1845-1925), fille de Maximilien de Beauharnais/de Leuchtenberg et de la grande duchesse Marie Nikolaïevna, elle‑même fille du tsar Nicolas Ier (qui a régné de 1825 à 1855). Le sujet revient à plusieurs reprises et le prince Charles épouse finalement Elisabeth de Wied en 1869.

3 Membre d’une famille qui a donné aux Principautés moldave et valaque pas moins de onze princes régnants, Ion Ghica (1816‑1897) a, comme l’écrit Picot, une formation française d’ingénieur. Il participe activement aux préparatifs du mouvement révolutionnaire de 1848, pour lequel il est envoyé à Constantinople soutenir la cause roumaine auprès du Sultan. Il y reste plusieurs années avant d’être nommé gouverneur puis prince de Samos par le Sultan. Il participe à la « monstrueuse coalition » qui renverse Cuza en février 1866 et devient le premier chef de gouvernement du prince Charles, du 11 février au 11 mai 1866, puis à nouveau du 15 juillet 1866 au 28 février 1867. Sa carrière politique et diplomatique sera encore longue, jusqu’en 1889.

4 Dimitrie Ghica (1816‑1897) : fils du prince Grigore Ghica de Valachie ayant régné entre 1822 et 1828 et cousin de Ion Ghica. Il eut une longue et riche carrière politique, fut plusieurs fois maire de Bucarest et ministre, ainsi que Premier ministre entre novembre 1868 et janvier 1870.

5 George Ghica : difficile d’identifier le personnage dans l’immense famille Ghica qui compte au moins quatre membres portant ce nom à ce moment, tous cousins de Ion Ghica.

6 Voir lettre 20, n. 8.