Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

32. [à Hortense Cornu]

C.B. (1)1

Texte intégral

  • 1 Cette lettre est la première de la série transcrite par Georgescu‑Tistu. Elle se trouve également (...)

Bucarest, le 2/14 novembre 1866

 

Madame,

 

1J’avais espéré qu’il me serait possible de vous donner de Constantinople même des nouvelles du prince et de son voyage, mais, au milieu de l’agitation continuelle où nous avons passé les dernières semaines, mes bonnes intentions sont forcément demeurées stériles. Son Altesse elle‑même n’a pu trouver le temps de faire sa correspondance de famille, ce qui fait, Madame, comme elle vous compte véritablement dans sa famille, qu’elle n’a pu répondre jusqu’à présent à la lettre que vous lui avez adressée. Le Prince a bien voulu me communiquer cette lettre, à cause des conseils intéressants qu’elle contenait et j’ai été pour ma part tout confus des choses flatteuses que vous n’avez pas craint de dire sur mon compte. Je vous remercie, Madame, du fond du cœur, du bienveillant appui que vous voulez bien me prêter, ainsi que des conseils et des encouragements que vous m’avez personnellement donnés et je ferai tous mes efforts pour être toujours digne de vos bontés.

2Je ne veux, pour aujourd’hui, Madame, que parler très brièvement des affaires étrangères du pays, mais je désirerais, si ce n’est pas abuser de votre temps si précieux, entrer dans de plus longs détails sur la situation intérieure du pays. Je le ferai, Madame, si vous le permettez, sous la simple forme de notes, vous priant à l’avance d’excuser tout ce que la rédaction pourra avoir de négligé.

3Par son voyage à Constantinople, le Prince vient de terminer heureusement les négociations depuis si longtemps engagées avec la Porte. On peut dire que la reconnaissance s’est effectuée sans conditions. Grâce à la haute intervention de l’Empereur, le Grand Vizir a consenti à ce que les mots « dans les limites des capitulations et du traité de Paris de 1856 » atténuassent tout ce qu’avait de dur l’expression « partie intégrante ». On a paru s’étonner beaucoup à Paris que le Prince fît tant de difficultés pour accepter cette expression qui, disait‑on, n’était après tout qu’une vérité indubitable et incontestée. Mais, pourtant, ces mots « partie intégrante » ne figuraient dans aucun traité, dans aucun acte diplomatique quelconque, et le Prince étranger ne devait, ni pouvait accepter une formule qui eût aggravé, même seulement en apparence, la situation de la Roumanie à l’égard de la Porte.

4Outre l’hérédité en ligne directe, le gouvernement ottoman concède aux Principautés Unies le droit de battre monnaie, à la condition pourtant d’une entente préalable avec la Sublime Porte. Le Prince pourra conclure avec les Puissances étrangères des arrangements particuliers et locaux, et, si la phrase semble contenir une restriction, il est évident toutefois qu’il est difficile d’imaginer qu’en aucun cas la Roumanie puisse conclure d’autres conventions que des arrangements particuliers et locaux. Le chiffre de l’armée régulière est en principe fixé à 30.000 hommes. L’augmentation de tribut est subordonnée à l’approbation des Chambres roumaines, ce qui la rend illusoire. Quant au droit de décerner des décorations, cette marque de la souveraineté a été en principe concédée au Prince lors de son voyage à Constantinople.

5Voilà, d’une manière sommaire, les points principaux établis par les lettres que son Altesse et le Grand Vizir ont échangées.

  • 2 Apparence trompeuse : ce sont les fils d’Abdülmecid, son frère aîné et son prédécesseur sur le trô (...)

6L’accueil que le Sultan a fait au Prince a été magnifique, bien différent de la réception que les anciens hospodars obtenaient à force d’argent. Sans parler du sabre d’honneur de l’Osmanie, des chevaux, etc., Sa Hautesse a eu pour le Prince de Roumanie des égards particuliers. Ainsi le Sultan avait envoyé jusqu’à Roustschouk son premier aide de camp et son favori, Djemil‑Pacha, qui est resté attaché au Prince pour le retour ; il a voulu, malgré une pluie affreuse, que son propre fils, celui‑là même que, selon toute apparence, il veut appeler à la succession2, commandât devant le Prince son bataillon de chasseurs. Enfin, il n’a pas attendu la demande du Prince pour donner une distinction honorifique à toutes les personnes de la suite et j’ai eu, comme les autres, ma part dans la distribution.

7Le Prince, en se rendant à Constantinople, accomplissait un devoir pénible, mais le gracieux accueil du Sultan, les honneurs royaux qui lui ont été prodigués ont pu, dans une certaine mesure, atténuer ce que cette démarche avait de désagréable. Aussi, après avoir exprimé directement au Sultan tous ses remerciements, s’est‑il empressé d’écrire de Bucarest à Sa Hautesse pour lui témoigner de nouveau sa gratitude. Il a en même temps adressé une lettre à l’Empereur pour lui exprimer toute sa reconnaissance pour la part que Sa Majesté a prise dans les négociations de Constantinople et pour ses conseils, ainsi que pour les instructions données à notre ambassadeur près la Sublime Porte.

  • 3 Le baron d’Offenberg.
  • 4 En dehors des cinq grandes puissances (Autriche, France, Grande‑Bretagne, Prusse, Russie), les cin (...)

8Le Prince a reçu à son retour en audience solennelle le Consul général de Russie3 que le défaut d’ordres précis avait tenu éloigné de la première réunion officielle du Corps consulaire. Son Altesse se trouve ainsi reconnue par les cinq grandes puissances et les cinq autres pays représentés à Bucarest4, et la question extérieure peut désormais être considérée comme ayant reçu une solution définitive.

9Le Prince doit donc s’occuper, sans autres pensées, de la politique intérieure, mais ici commencent les difficultés sérieuses de sa tâche. Le pays, il faut l’avouer franchement et sans détours, est dans une situation peu encourageante. Il règne partout une démoralisation, une confusion incroyable, suite d’un mauvais gouvernement. Tout est à faire, tout absolument.

10Le côté le plus fâcheux de la position, c’est que le Prince a prêté serment à une Constitution insensée, inouïe, œuvre de quelques utopistes qui n’ont pas dans la tête la moindre idée pratique. Aux yeux du pays, le Prince régnant est tout ; lui seul est responsable du bien et du mal. Que quelques démocrates à courte vue aient imaginé ici le régime de la responsabilité ministérielle, ceux‑là mêmes qui sont les auteurs de la mesure, ne manqueront jamais de rejeter sur le Prince toutes les fautes qui peuvent être commises. Et d’ailleurs, s’il s’agit de prendre une résolution décisive, les ministres hésitent, ils offrent leur démission et veulent se retirer pour laisser au Prince tout le poids des évènements.

11La Roumanie compte quatre millions et demi d’habitants ; il y a sur ce nombre quinze ou vingt mille personnes, en prenant la plus haute évaluation, qui sont en état de comprendre quelque chose aux affaires, c’est‑à‑dire de lire un journal ; ce sont ces quinze ou vingt mille hommes qui entretiennent dans le pays une constante agitation. Il ne s’agit pour eux ni de principe, ni de patriotisme, ni d’économie sociale, ni d’aucune des grandes questions pour lesquelles peuvent se passionner les gens de bien ; tout se borne à des rivalités personnelles. Chacun veut être ministre, sénateur, député, occuper en un mot une fonction publique quelconque et se mêler aux affaires. Les Boyards, au lieu de rester sur leurs terres, dont ils pourraient tirer tant de richesse avec si peu de peines, préfèrent sacrifier tous leurs intérêts à des intrigues politiques.

12Les élections qui s’achèvent en ce moment ont donné lieu à un mouvement extraordinaire. Libéraux et conservateurs, rouges et blancs, comme on dit, se sont livrés à de véritables batailles et personne ne s’est tiré de la bagarre sans quelques bons coups.

13L’autorité a strictement respecté la Constitution, qui lui fait un devoir absolu de s’abstenir. Mais la presse, qui pousse la liberté jusqu’à la licence, excite continuellement les plus mauvaises passions. Sans cesse, les ministres sont traînés dans la boue ; les étrangers, les juifs sont accablés des injures les plus monstrueuses par ceux‑là mêmes qui se disent libéraux. Les citoyens les plus pacifiques ont été arrachés à leur vie paisible par les chefs de parti, et il n’est pas jusqu’aux petits commerçants qui n’aient abandonné leur comptoir pour se mêler de la politique transcendante.

14Le ministère actuel ne résistera pas, quoi qu’il arrive, aux premières discussions de la future Chambre. Chaque député aspire à faire partie du Conseil, et bientôt malheureusement nous verrons les ministères se former et se défaire avec la rapidité qui a été si funeste au dernier gouvernement, à moins qu’un remède prompt et énergique ne soit apporté à un état de choses aussi fâcheux.

15Je ne crains pas, Madame, de vous peindre le pays sous des couleurs sombres, mais je veux le représenter tel qu’il est. Peut‑être que d’autres personnes, M. Ubicini par exemple, qui compte ici de nombreux amis parmi les personnages les plus estimés, à juste titre, envisagent la situation avec les yeux du parti que soutiennent ceux avec lesquels elles sont liées ; j’estime, pour ma part, qu’il faut examiner de sang‑froid toute la profondeur du mal. C’est le meilleur moyen de le guérir.

16Le Prince est universellement aimé. On attend tout de lui et il doit changer la face du pays. Mais tous ceux qui suivent sans passion le cours des évènements et qui ont sincèrement à cœur le bien des Roumains, sont obligés de convenir qu’avec la Constitution actuelle tout progrès devient impossible. Le Prince n’a plus aucune initiative et les ministres passent sans avoir jamais le temps de connaître les divers services que comprend leur administration. Il faut de toute nécessité que la constitution soit modifiée complètement, afin que le Prince, qui assume la responsabilité effective, ait au moins l’initiative de ce qui se fera. Ce n’est pas là, du reste, de ma part une opinion personnelle, isolée ; le Prince lui‑même comprend fort bien que le triomphe de sa cause est à ce prix et qu’au‑dessus du serment qu’il a prêté imprudemment à une Constitution déplorable, il a juré de tout faire pour le bonheur de sa nouvelle patrie.

17Quand et comment ces modifications pourront‑elles être faites ? C’est ce que j’ignore ; mais dès maintenant elles doivent être arrêtées en principe. J’en parle comme un homme étranger à tous les partis, mais sincèrement dévoué au Prince et qui s’intéresse aux affaires roumaines comme aux affaires de son propre pays.

18Le tableau que j’ai jusqu’ici tracé de la situation intérieure n’est pas brillant, mais je ne suis pas pessimiste et j’ai l’intime conviction qu’avec des pouvoirs plus étendus, le Prince, qui a déjà plusieurs fois donné des preuves de sa fermeté et de son énergie, saurait mener toutes choses à bien.

19Je veux pourtant, Madame, si je n’ai trop abusé de votre bienveillante attention, aborder le sujet de plus près et vous donner des détails plus intimes sur les diverses branches de l’administration.

 

Justice.

 

20La justice, à tous ses degrés, appelle une prompte réforme. Dans presque tous les tribunaux, on pourrait dire dans tous, on peut déplorer la faiblesse, l’ignorance et surtout la vénalité des juges. Plusieurs fois déjà, le gouvernement du Prince a fait mettre en accusation des fonctionnaires convaincus de détournements et de concussions : tous, sans exception aucune, ont été acquittés.

21L’État a souvent des procès à soutenir contre les particuliers, et, à cet effet, il entretient dans chaque district un avocat spécial chargé d’y défendre ses procès. Or, voici ce qui se passe. Le premier venu intente une réclamation quelconque contre l’État ; les juges, gagnés à sa cause, on sait comment et désireux de faire en face de l’autorité acte d’indépendance, ne manquent pas de lui adjuger ses conclusions. Le procès gagné une première fois, il reste l’appel. Là encore, les juges sont aisément accessibles, mais, par économie de temps et d’argent, il suffit d’amener l’avocat du gouvernement à ne pas interjeter l’appel dans le délai de la loi et tout est dit.

22Telle est la manière de procéder que nous avons chaque jour sous les yeux. Les voleurs les plus connus sont absous par toutes les Cours de justice, et le préfet de police vient sans cesse renouveler au Prince ses plaintes les plus amères.

23La réforme de la magistrature est une question capitale, mais elle s’effectuera avec le temps sans aucun doute, dès que les passions politiques seront un peu calmées.

 

Instruction publique.

 

24L’enseignement a été fait jusqu’ici sans ordre et sans méthode, ou plutôt il n’y a pas encore, à proprement parler, d’enseignement national. Beaucoup de jeunes Roumains ont fait à l’étranger de brillantes études et seraient en état de faire des professeurs distingués si la manie de la politique ne les détournait sans cesse de leurs travaux.

  • 5 L’École normale d’enseignement secondaire spécial de Cluny (Saône‑et‑Loire), qui venait d’être fon (...)
  • 6 L’École nationale d’agriculture de Grignon (Yvelines).

25Vous avez mille fois raison, Madame, en proposant au Prince notre École normale pour le placement de quelques‑uns des boursiers de l’État. Là du moins, si quelque tête s’abandonne parfois à des opinions un peu exaltées, on contracte le goût, l’habitude du travail, l’amour de l’étude pour elle‑même et sans préoccupations extérieures. Je crois, pour ma part, qu’il est bien souhaitable que ce projet puisse être mis à exécution. Il en est de même de Cluny5 et de Grignon6.

  • 7 Père du Prince Charles de Roumanie.

26Le Prince m’a chargé de lui rédiger une petite note à ce sujet dans le sens que vous lui indiquiez, Madame, dans votre lettre, d’après vos conversations avec M. Duruy et M. Ubicini. Je la ferai de mon mieux, mais je désirerais vivement qu’il me fût possible de différer ce travail de quinze ou vingt jours sans quoi la partie serait fort compromise. Mes conclusions, je le sais, seront combattues par M. Friedländer, qui fait de la question un point d’honneur national. Représentant avoué du Prince Charles‑Antoine7, qui lui écrit directement, et de Bismarck, il a eu dès le premier jour sur le Prince une influence contre laquelle il est très difficile de lutter. Il a, je dois lui rendre cette justice, le sens naturellement droit, mais par la brusquerie de ses manières et l’arrogance de ses discours il a froissé beaucoup de monde ici. Je n’ai pas, quant à moi, à me plaindre de lui et la question de l’Instruction publique a été la première occasion que nous ayons eue de nous quereller.

27M. Friedländer veut donc, par une singulière imprudence, convertir tout le pays à l’Allemagne prussienne : influence, éducation, langue, tout doit être désormais allemand. Il ne tient aucun compte ni de la communauté d’origine qui établit entre les Roumains et les Français par exemple une sympathie naturelle, ni des habitudes déjà prises qui rendent indispensables dans le pays notre éducation française. Mais, comme au commencement du mois de décembre, M. Friedländer va se mettre en route pour aller voir sa famille, j’espère avoir alors toute latitude pour exposer au Prince la question telle que nous la concevons et l’amener à se décider suivant nos vues.

28Il faut convenir d’ailleurs que l’instruction primaire doit surtout préoccuper le gouvernement. Il y a, à ce sujet, une idée que je crois assez bonne et qui a été mise en avant, si je ne me trompe, par le vieux Prince Stirbey. Comme le recrutement des instituteurs offre une grande difficulté et qu’il ne suffit pas, pour avoir des écoles, de décréter l’enseignement obligatoire, on a songé à recruter dans l’armée le personnel nécessaire. Il y a dans les régiments des cours de plusieurs degrés, qui ont jusqu’ici donné de bons résultats ; on aurait tout avantage à choisir parmi les militaires qui ont suivi le cours du troisième degré des maîtres d’école tout formés. Ces hommes auraient une instruction suffisante et, chose inappréciable, ils seraient façonnés à une certaine discipline qui permettrait de les diriger plus aisément.

  • 8 Mihail Kogălniceanu (1817‑1891), historien et homme politique d’orientation libérale modérée, acte (...)
  • 9 Cezar Bolliac (1813‑1881), poète, journaliste et homme politique. Après avoir activement participé (...)

29Quant au corps des professeurs de l’enseignement secondaire, il a besoin d’être entièrement renouvelé. Les élections ont tellement absorbé ces maîtres vigilants qu’ils ont laissé là leur classe pour ne songer qu’à tenir des meetings et à proposer leurs candidats, et quels candidats ! Ils ont choisi les hommes ayant la réputation la plus mauvaise, tels que Kogălniceanu8 et C. Bolliac9.

30La question de l’instruction publique dépend surtout de la question d’argent, parce que, pour ouvrir des écoles, pour entretenir des boursiers dans les meilleurs collèges de l’Europe, il faut pouvoir disposer de fonds considérables.

 

Finances.

 

31C’est ici que la situation est surtout malheureuse. Tout a conspiré à épuiser, à ruiner l’État. Les malversations des ministres, la mauvaise organisation des services, les fâcheux effets de la loi rurale, trois années de disette ont jeté une perturbation très grande dans les finances du pays.

  • 10 Voir lettre 21, n. 1 et lettre 30, n. 1.

32L’emprunt conclu par M. Balatchano10 a donné lieu à bien des ennuis. Il est à des conditions fort onéreuses et le pays se trouve soumis pour trois ans au bon vouloir des banquiers. J’ai pour ma part évité de me mêler en quoi que ce fût, même par les appréciations les plus insignifiantes, dans les affaires d’argent, mais cet emprunt m’a révélé une singulière inexpérience des questions de banque les plus simples chez ceux qui ont à s’occuper ici des finances.

  • 11 Petre Mavrogheni (1819‑1887), ministre des Finances de la Roumanie à plusieurs reprises, en partic (...)

33Le ministre, M. Mavrogheni11, qui est pourtant un homme capable, avait été très imprudent en donnant à M. Balatchano, qui n’entend rien aux affaires d’argent (ainsi qu’il l’a prouvé pour ses intérêts domestiques), les pouvoirs les plus étendus. Apprenant la conclusion de l’emprunt, il pense à ne pas le ratifier, mais M. Balatchano arrive à Bucarest et le ministre, craignant d’avoir à lui dire des choses désagréables, demande un congé et se retire à la campagne, laissant le gouvernement dans l’embarras.

  • 12 L’emprunt ne sera définitivement ratifié qu’après le vote de l’Assemblée du 14/26 janvier 1867, ap (...)

34Je crois que l’emprunt est décidemment ratifié aujourd’hui ; pourtant je ne pourrais l’affirmer12. Tout ce que je sais, c’est que nous avons ici M. Schrayer, associé de Dreyfus, délégué par la maison Oppenheim, et qu’il est arrivé en ville trois millions de francs en espèces destinés aux premiers versements.

35Il ne s’est trouvé personne dans le gouvernement qui ait su faire le calcul exact du taux de l’intérêt. Les uns soutenaient qu’il était à 16 %, tandis que les autres le réduisaient à 14 %. J’ignore, quant à moi, ce qui en est.

  • 13 Les biens et en particulier les terres des monastères avaient été nationalisés sous le règne du Pr (...)
  • 14 Tout le passage qui suit, jusqu’à la fin du paragraphe, était absent de la transcription de George (...)

36Si l’emprunt est conclu, que va‑t‑on faire de l’argent ? N’est‑il pas à craindre qu’il ne soit un peu gaspillé ? Tous les services financiers sont en souffrance, les Bons du Trésor n’ont pas été remboursés à l’échéance, les intérêts n’en ont pas été servis. Les appointements de tous les fonctionnaires ont été réduits ; enfin et surtout il n’y a point de ressources pour régler définitivement la question des couvents dédiés13 et les fournitures de Godillot. Quant aux travaux publics, cet espoir du pays tout entier, il est impossible de les entreprendre sans argent. Le Prince a maintenant le droit de battre monnaie ; il serait bien désirable qu’il usât le plus tôt possible de ce droit14 (dès que la question du [mot illisible] ottoman aura été tranchée) et qu’à défaut d’espèces métalliques on frappât du moins de la monnaie de billon qui est un bénéfice sûr pour l’État. Je désirerais amener S.A. à adhérer purement et simplement à la convention monétaire conclue au mois de décembre dernier entre la Belgique, la France, l’Italie et la Suisse. L’article final de cette convention réserve aux puissances étrangères le droit d’y donner leur adhésion, et il y aurait à cette démarche pour les Roumains des avantages de tous genres que je puis indiquer sommairement.

37Le système décimal pouvant être admis par les Roumains, la convention leur permet de frapper les monnaies fractionnaires de la pièce de 5 francs au titre de 835 millièmes d’argent, titre qui rendra possible, sans grand sacrifice, la conversion des espèces métalliques de toute provenance qui circulent dans le pays.

38La Roumanie pourra ne frapper que peu ou point de pièces de 5 francs à 900 millièmes ni de pièces d’or, ayant de fait pour monnaie légale les espèces similaires des autres nations contractantes.

39À un autre point de vue, l’entrée de la Roumanie dans la convention monétaire ne manquerait pas d’attirer l’attention de l’Europe éclairée sur elle et sur son gouvernement. La conclusion d’un traité confirmerait d’une manière éclatante le droit qui vient d’être reconnu au Prince par la Sublime Porte, et l’Empereur, j’en suis sûr, serait sensible à cette démarche.

  • 15 Elle se tiendra du 1er avril au 3 novembre 1867 à Paris, sur le Champ de Mars, et 41 pays y partic (...)

40Il serait bien souhaitable, à mon avis, que ce projet pût être mis sans retard à exécution et qu’un échantillon des monnaies roumaines figurât à l’Exposition universelle de 186715.

41Voilà les ambitions de l’avenir. Mais nous en sommes encore à la réalité souvent triste du présent et il y a bien des questions à résoudre qui sont pour le moment des entraves.

  • 16 Voir lettre 21, n. 3.

42La première chose qui m’ait frappé lors de mon arrivée en Roumanie, ce sont les conséquences déplorables de la malheureuse entreprise Godillot16. Une affaire de ce genre n’est pas seulement désastreuse pour le pays, c’est une honte pour la France. Il arrive assez souvent, il faut bien l’avouer, qu’on rencontre à l’étranger des compatriotes dont on est loin d’être fier, mais le marché de fournitures conclu par M. Godillot dépasse les proportions ordinaires et cette seule affaire peut jeter un discrédit complet sur le commerce français dans cette partie de l’Europe. Craignant que les esprits malveillants n’eussent à dessein aggravé la situation, j’ai voulu me rendre compte par moi‑même et j’ai examiné de près le drap avec lequel les soldats sont habillés. J’ai peine à croire qu’il existe en France des fabriques où l’on travaille une étoffe aussi grossière et je suis plutôt tenté d’admettre que M. Godillot a tiré tout cela de quelque contrée barbare.

43Il y a avec M. Godillot deux contrats bien distincts : l’un avec l’État pour des fournitures militaires, l’autre avec la ville de Bucarest pour différents travaux. Il est incontestable que, pour le premier contrat, des fournitures ont été faites. Que les marchandises fussent ou non de bonne qualité, peu importe ; il suffit qu’elles aient été acceptées par le gouvernement pour que la réclamation Godillot soit fondée ; aussi, quant aux sommes arriérées, le gouvernement ne peut‑il songer à lui contester sa créance. Il en est autrement pour les années non encore révolues. L’État dit avec raison, ce me semble, qu’il n’est point lié par un véritable contrat léonin et qu’il résilie les engagements pris de part et d’autre, purement et simplement.

44Quant aux travaux exécutés pour le compte de la ville, il n’y a eu que, par surprise, un commencement d’exécution insignifiant. Voici dans quels termes est fait le contrat :

  • 17 Référence au projet de marché aux fleurs qui sera construit sur la place Saint‑Antoine (devant Han (...)
  • 18 Place Amzei.

45Godillot s’engage à construire « un marché sur la place Saint‑Antoine17, avec des boutiques en fer couvertes pour la vente des fruits et des fleurs, et une chapelle, travaux évalués à 300.000 francs. Un autre marché sur la place Hamza18 construit en fer, avec magasins et accessoires, au prix de 850.000 francs ». Ainsi, pas de plans, de devis, de dimensions ; tout est laissé à la fantaisie de l’Entrepreneur. Et que penser de cette autre clause de contrat : Godillot s’engage à établir un square sur la place de l’Episcopia avec une chapelle des plus belles, en style grec, bassins et fontaines, travaux évalués à 250 mille francs. Est‑ce là, je le demande, la forme d’un contrat sérieux ? Ou n’est‑ce pas plutôt le cas de reconnaître dans une convention de telle nature ce qu’on appelle une obligation sans cause et partant, radicalement nulle.

46Le gouvernement roumain, je lui dois cette justice, désire sincèrement terminer cette affaire ; ne serait‑il pas désirable que Godillot de son côté se conformât dans les bornes de la politesse, même élémentaire. Je vous envoie ci‑joint, Madame, une lettre de Godillot au Prince. Vous pourrez juger par cet échantillon du langage et des manières de cet industriel. Il ne craint pas de faire à Son Altesse de véritables menaces et de chercher, par des paroles inconsidérées, à compromettre le gouvernement de l’Empereur ; le Prince m’avait donné cette lettre pour que j’y fisse une réponse ; j’ai jugé qu’il n’y avait rien de secret à répondre et Son Altesse m’ayant autorisé, Madame, à vous adresser la lettre, je m’empresse de remplir ses intentions.

47Je m’arrête, Madame, dans ce long mémoire ou plutôt dans ces notes si longues qui excèdent et par la forme et par l’étendue toutes les limites de la correspondance épistolaire. Je n’ai rien exagéré, ni atténué ; j’ai cru demeurer toujours dans le vrai. Les difficultés sans doute sont grandes, mais il faut bien espérer que la Constitution pourra être modifiée tôt ou tard et que, le Prince, recouvrant toute sa liberté d’action, l’état des affaires changera promptement. La reconnaissance a déjà produit à l’intérieur un effet extraordinaire. On désire maintenant que le Prince se marie, et pour cela, Madame, c’est surtout à vous que nous devons recourir.

48J’espère, Madame, que vous voudrez bien excuser la liberté que j’ai prise d’entrer dans de si longs détails, mais il faut avant tout se rendre un compte exact de ce qu’est le pays. C’est déjà beaucoup de voir le mal, et, si le médecin est habile, le remède est bien près d’être trouvé.

49J’ai parlé de toutes ces affaires avec peu d’expérience sans doute, mais avec un désir immense d’être utile, autant que mes faibles forces le permettent, et à mon pays et au pays qui veut bien me donner l’hospitalité. Je n’ai plus désormais d’autres pensées et je puis dire que je me suis dévoué tout entier au Prince et à sa nouvelle patrie. J’ose penser, Madame, que vous voudrez bien me soutenir dans cette voie et je n’aurai jamais de plus précieux encouragements que vos paroles, ni de plus chère récompense que votre approbation.

50En vous priant, Madame, de faire à M. Cornu mes compliments les plus sincères, il ne me reste qu’à vous renouveler l’expression du profond respect [et de l’entier dévouement avec lequel j’ai l’honneur d’être

  • 19 Les propositions entre crochets ainsi que le post‑scriptum qui suit ne sont présents que dans la t (...)

51Votre très humble et très reconnaissant serviteur19,]

 

Émile Picot

 

52P.S. : Si ces détails un peu incohérents, je l’avoue, pouvaient exciter votre intérêt, je serais heureux, Madame, de pouvoir vous donner bientôt de nouveaux renseignements sur l’armée et sur les travaux publics.

Notes

1 Cette lettre est la première de la série transcrite par Georgescu‑Tistu. Elle se trouve également dans les annexes de la thèse de Cesare Baroni, dans une version manuscrite photocopiée en haut de laquelle il est noté « copie de la lettre d’Émile à Mme C. ». L’écriture ne semble pas être celle d’Émile Picot, mais la copie contient quelques petites corrections et un paragraphe qui manquait dans la version de Georgescu‑Tistu, nous restituons donc cette version.

2 Apparence trompeuse : ce sont les fils d’Abdülmecid, son frère aîné et son prédécesseur sur le trône, qui ont la préséance et qui régneront ensuite : Murad, Abdülhamid et Mehmed.

3 Le baron d’Offenberg.

4 En dehors des cinq grandes puissances (Autriche, France, Grande‑Bretagne, Prusse, Russie), les cinq autres pays représentés à Bucarest à cette date sont les États‑Unis, la Belgique, la Grèce, l’Italie et les Pays‑Bas.

5 L’École normale d’enseignement secondaire spécial de Cluny (Saône‑et‑Loire), qui venait d’être fondée par Victor Duruy pour former les maîtres des écoles primaires supérieures et de l’enseignement secondaire professionnel. Elle fonctionna de 1866 à 1891.

6 L’École nationale d’agriculture de Grignon (Yvelines).

7 Père du Prince Charles de Roumanie.

8 Mihail Kogălniceanu (1817‑1891), historien et homme politique d’orientation libérale modérée, acteur de la tentative révolutionnaire en 1848 en Moldavie puis de l’union des Principautés moldo‑valaques, plusieurs fois ministre de A. I. Cuza puis du prince Charles, en particulier Premier ministre sous Cuza de 1863 à 1865, période des grandes réformes (sécularisation des monastères et réforme agraire). Sa « mauvaise réputation » en 1866 est celle d’un homme resté fidèle au prince Cuza et accusé d’autoritarisme. Le coup de force (ou coup d’État) du 2/14 mai 1865, sous son gouvernement, par lequel Cuza dissout l’Assemblée et s’arroge les pleins pouvoirs, a valu à Kogălniceanu le surnom d’« homme du 2 mai ».

9 Cezar Bolliac (1813‑1881), poète, journaliste et homme politique. Après avoir activement participé à la révolution valaque de 1848 avec des positions radicales, sa défense de la propriété et son antisémitisme notoire l’opposent dans les années 1860 aux esprits libéraux et modérés. Il est par ailleurs impliqué dans diverses affaires qui le rattrapent en juillet 1866, date à laquelle lui est retiré son poste de directeur des Archives d’État.

10 Voir lettre 21, n. 1 et lettre 30, n. 1.

11 Petre Mavrogheni (1819‑1887), ministre des Finances de la Roumanie à plusieurs reprises, en particulier du 15 juillet 1866 au 21 février 1867.

12 L’emprunt ne sera définitivement ratifié qu’après le vote de l’Assemblée du 14/26 janvier 1867, après de houleux débats.

13 Les biens et en particulier les terres des monastères avaient été nationalisés sous le règne du Prince Cuza, en 1863, et la question des dédommagements financiers n’était pas encore définitivement réglée.

14 Tout le passage qui suit, jusqu’à la fin du paragraphe, était absent de la transcription de Georgescu‑Tistu.

15 Elle se tiendra du 1er avril au 3 novembre 1867 à Paris, sur le Champ de Mars, et 41 pays y participeront dont la Roumanie.

16 Voir lettre 21, n. 3.

17 Référence au projet de marché aux fleurs qui sera construit sur la place Saint‑Antoine (devant Hanul Manuc) en 1885, mais finalement pas par Godillot. À distinguer du projet de halles de la Piaţa Mare (aujourd’hui Piaţa Unirii, place de l’Union), derrière Hanul lui Manuc (au sud), celles‑ci étant réalisées par Godillot en 1872.

18 Place Amzei.

19 Les propositions entre crochets ainsi que le post‑scriptum qui suit ne sont présents que dans la transcription de Georgescu‑Tistu.