Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

30. [à son père]

C.P.B. (26)

Texte intégral

Bucarest, le 27 oct[obre]/8 nov[embre] 1866

 

Mon cher père,

 

  • 1 Le premier contrat signé par Bălăceanu avec la maison Lefèvre (voir lettre 21 et n. 1) a été annul (...)
  • 2 Ioan Alecsandri. Voir lettre 21, n. 2.
  • 3 Intermédiaire « officieux » puisque les Principautés ne disposaient pas du statut d’État indépenda (...)
  • 4 Allusion à la réforme agraire réalisée par le prince Cuza et portée par le chef du gouvernement Mi (...)

1J’ai bien tardé à te remercier de ta bonne lettre et de la peine que tu as prise de t’occuper de Winterhalter et de mille autres fastidieuses commissions. Notre emprunt nous donne bien du tracas, mais pour ma part, je veux surtout éviter de m’immiscer en quoi que ce soit dans une affaire d’argent quelconque. M. Balatchano a outrepassé ses instructions en signant un nouveau contrat avec Oppenheim, à des conditions honteuses et inacceptables, alors même qu’on avait commencé des pourparlers à Berlin1. Balatchano qui paraît n’entendre pas le premier mot aux affaires financières aura été trompé non seulement par les banquiers, mais par son prédécesseur à l’agence de Paris2, qui a été, nous le savons, un intermédiaire officieux3, mais non désintéressé. Il faut, à tout prix, que ces tripotages cessent. Balatchano est attendu aujourd’hui ou demain et le Prince veut s’expliquer nettement avec lui. Le contrat signé sans pouvoirs par l’agent ne peut être ratifié par le gouvernement. La reconnaissance étant terminée, la question de l’emprunt devient la plus importante, et le crédit du pays devant être raffermi, il faut espérer qu’on en pourra sortir sans passer par les fourches caudines d’un intérêt de 16 ou 18 pour cent. Voilà où nous en sommes pour l’argent, tandis que, par suite de la mauvaise récolte des trois dernières années et des effets mal définis de la loi rurale4, les caisses de l’État sont vides. Mais ici, la terre est si fertile, elle donne tant et pour si peu de peine, qu’une seule bonne récolte suffirait pour faire cesser toutes ces souffrances.

2Depuis quelques jours, la saison est très favorable. Il a beaucoup plu pendant l’absence du Prince, depuis notre retour, il fait un temps admirable, un soleil magnifique, tel qu’il est bien rare d’en voir chez nous et même ici au mois de novembre.

3Hier, on célébrait la Saint Démètre, fête patronale du pays. Suivant un usage ancien, le Prince s’est rendu en grande cérémonie à la Métropole, où il a assisté à la messe du rite grec et au Te Deum. La foule était immense sur son passage et l’église était trop petite pour contenir les hauts fonctionnaires et l’élite de la société. Pour la première fois, j’ai vu une grande cérémonie de l’Église roumaine et j’ai été ébloui de la magnificence des ornements pontificaux du métropolitain, des évêques et des prêtres. Les églises d’ici contiennent encore de grandes richesses, bien qu’elles aient été plusieurs fois dépouillées lors des invasions étrangères.

4J’ajourne de nouveau les détails de notre voyage à Constantinople. J’ai eu peu de temps pour me promener. Nous étions dans une très belle résidence, mais très loin de la ville et pour aller jusqu’à Istanbul, il fallait en caïque quatre heures pour faire le double trajet. Cela fait que je suis allé, en tout et pour tout, deux fois au bazar et que je n’ai pu que traverser la plupart des quartiers de la ville, sans même les voir tous. Il y a dans les rues une agitation, un brouhaha étourdissant. C’est déjà la vie orientale. Et dans le bazar, quelle foule ! Quelle activité ! Je n’ai fait que de bien tristes acquisitions et vous serez sans doute peu contents des quelques menus objets que je vous ai envoyés. La suite du Prince n’a vu le Grand Turc qu’une seule fois. Il n’y a pas eu de dîner impérial, ce qui eût été contraire aux usages établis.

5L’épisode le plus curieux peut‑être de notre voyage, ç’a été la revue passée par les ordres du Sultan en l’honneur du Prince. Toutes les troupes présentes à Constantinople y assistaient. Malgré une pluie battante, le Prince Impérial est venu commander lui‑même son bataillon. C’est un charmant enfant de dix ans, qui se tient gentiment à cheval. Le Sultan avait dit au Prince le matin qu’il tenait expressément à ce que son fils prît part à la fête. C’était là chez le Turc une attention inouïe.

6J’ai accompagné le Prince lorsqu’il est allé voir les derviches tourneurs qui dans leurs exercices insensés dépassent tous les chorégraphes imaginables. Bien que nous n’ayons pas assisté au commencement de la cérémonie, nous les avons vus tourner, les bras en l’air, pendant un quart d’heure, sans qu’ils se fussent déplacés d’une semelle. Peu à peu la mesure se ralentit et ils s’arrêtent presque épuisés de fatigue. La salle où ils font leurs tours de force est un grand salon octogone avec un parquet parfaitement uni et ciré. Les assistants se tiennent dans une galerie qui fait le tour de l’édifice et dans les tribunes du haut où nous avions pris place. La scène ne se passe pas dans une mosquée, mais dans un lieu spécial dépendant du couvent. J’ai visité ensuite les jardins du Grand Seigneur qui occupent une immense étendue et sont découpés par des vallons et des montagnes. Il y a un grand nombre de kiosques et de palais dans lesquels nous sommes entrés. Il règne partout un luxe prodigieux. Nous avons même pu, ainsi que je l’ai écrit de Constantinople, pénétrer, par une insigne faveur, dans le harem, privé malheureusement de ses hôtes. Tout y est d’une magnificence extraordinaire.

7J’ai pu voir Sainte Sophie qui est vraiment une merveille et demeure le monument capital de l’art byzantin. Il est très difficile aux chrétiens d’y être admis ; il leur faut des permissions spéciales qui se donnent rarement. La coupole est immense et produit un effet d’autant plus saisissant qu’elle affecte la forme de la voûte céleste. J’ai vu encore la grande mosquée du Sultan Achmed où l’on peut admirer de magnifiques inscriptions. J’ai jeté un coup d’œil malheureusement trop rapide sur les monuments qui restent de l’antiquité, une grande colonne brûlée, un vaste sarcophage qui était, je crois, le tombeau de Théodose et qui est surmonté d’un obélisque égyptien, et quelques autres débris des temps passés, sans parler de la curieuse salle souterraine des mille colonnes, comblée en partie par les immondices. Tout cela se trouve dans le vieux Istanbul, à peu de distance de la Sublime Porte, dans un quartier qui n’est plus qu’un monceau de ruines depuis le fameux incendie de l’année dernière. Le feu est le seul moyen employé par les Turcs pour exproprier les maisons, les quartiers qu’ils veulent modifier ou se débarrasser des harems des sultans enterrés. On m’a montré la place où se trouvait le grand harem qui a été exécuté de la sorte, il y a quelques années ; plusieurs centaines de femmes sont restées dans les cendres.

8Je suis bien désolé que vous ayez eu du désagrément avec les personnes que je vous avais adressées. Winterhalter était, je le sais, parti pour Londres le lendemain de son arrivée à Paris ; j’ignore où il se trouve en ce moment. Quant à Balatchano, je crois, à en juger par ses derniers actes, qu’il est devenu tout à fait fou.

  • 5 Le Milcov est la rivière marquant la frontière entre les deux anciennes Principautés de Moldavie e (...)

9On m’avait annoncé l’arrivée de Dumont, je ne vois arriver personne, ni lui, ni l’entrepreneur de routes. Il est vrai que, pour ce dernier personnage, le moment serait aussi mal choisi que possible. À propos de travaux publics, Le Moniteur a publié avant‑hier un décret princier qui retire à Salamanca la concession des chemins de fer d’au‑delà du Milcov5, ce sera toujours un faiseur de moins dans le pays.

10J’attends avec grande impatience la caisse que l’on m’a envoyée. Les correspondances nous arrivent maintenant chaque jour parce qu’elles prennent la voie de terre. Il ne faut pas croire qu’elles passent par Constantinople. Je viens de recevoir la lettre de maman datée du 31 octobre et je l’en remercie beaucoup en attendant que je puisse lui écrire. Le voyage direct d’ici à Paris ne coûte que 350 fr. environ et j’espère que peut‑être maman pourra venir me voir au printemps, si elle a la force de supporter les fatigues de la route. Je désire d’autant plus qu’elle se rétablisse et je souhaiterais bien qu’elle ne négligeât rien pour se porter mieux. Il paraît que toi aussi, cher père, tu as été très souffrant ; soigne‑toi, je t’en conjure.

11Adieu, mon cher père, je t’embrasse tendrement ainsi que maman, ma sœur, son mari et ses charmants enfants. Ne m’oublie pas je t’en prie auprès de toutes les personnes de connaissance. Je présente à M. Locatelli mes compliments respectueux. Rappelle‑moi au souvenir de Doré, Legrand, etc. etc. Bien des amitiés à la bonne Lysbette, comment va‑t‑elle ?

12Ton fils respectueux,

 

Émile P.

 

  • 6 Amédée de Caix de Saint‑Aymour (1843‑1920), linguiste, historien et archéologue, qui fait plusieur (...)

13J’ai reçu une lettre de Bretocq et une autre – très aimable – de de Caix6 qui me fait espérer sa visite. [Quelques mots illisibles]

14Il paraît que Prévert prône l’infamie jusqu’à vouloir se marier ! Pauvre femme ! La blanchisseuse lui rendra‑t­elle aussi le service de l’empoisonner ?

  • 7 Voir lettre 20, n. 1.

15Je ne vois toujours rien au Moniteur sur le Canal St Louis7.

16Ci‑inclus, une commission pour Maquet. Tu auras, je l’espère, la bonté de passer chez lui pour le prier de faire vite et bien.

  • 8 Galaţi, ville importante du Sud‑Est de la Roumanie, sur la rive gauche du Danube, au carrefour de (...)

17La Prince partira demain ou après‑demain pour aller jusqu’à Galatz8. Il ne sera accompagné que par des aides de camp.

Notes

1 Le premier contrat signé par Bălăceanu avec la maison Lefèvre (voir lettre 21 et n. 1) a été annulé et le gouvernement roumain a engagé des négociations avec la maison Erlanger de Berlin, qui n’aboutiront pas. Entre‑temps Bălăceanu, à Paris, a reçu le 23 octobre/4 novembre une offre de la maison Oppenheim, qu’il transmet à Bucarest, mais le Prince étant à Constantinople, il signe le contrat au nom du pouvoir qui lui avait été conféré pour le contrat précédent. Après de longs et vifs débats, le Parlement votera finalement l’emprunt en janvier 1867, contraint par les circonstances (un versement avait été fait immédiatement) et les nécessités financières et politiques (crédibilité et stabilité de l’État).

2 Ioan Alecsandri. Voir lettre 21, n. 2.

3 Intermédiaire « officieux » puisque les Principautés ne disposaient pas du statut d’État indépendant et ne pouvaient donc nouer de relations diplomatiques officielles.

4 Allusion à la réforme agraire réalisée par le prince Cuza et portée par le chef du gouvernement Mihail Kogălniceanu en 1864, qui libérait les paysans des corvées et redevances héritées du système féodal et leur accordait des terres en échange d’un dédommagement.

5 Le Milcov est la rivière marquant la frontière entre les deux anciennes Principautés de Moldavie et de Valachie. Une concession avait été accordée en novembre 1864 au marquis de Salamanque (Don José Maria de Salamanca y Mayol), homme d’affaires et homme politique espagnol, pour la construction et l’exploitation des chemins de fer de Moldavie, le projet devant relier Galaţi à la frontière de la Bucovine. Salamanca saisira un tribunal arbitral pour contester cette décision mais celle‑ci sera confirmée par les juges pour motifs de non‑respect du cahier des charges, retard dans les travaux, défaut de constitution du capital de la société, défaut de versement de la totalité de la caution.

6 Amédée de Caix de Saint‑Aymour (1843‑1920), linguiste, historien et archéologue, qui fait plusieurs voyages dans les Balkans et y mène une mission archéologique en 1869, dont il tirera un ouvrage, Les pays sud‑slaves de l’Austro‑Hongrie (Croatie, Slavonie, Bosnie, Herzégovine, Dalmatie), Plon, Paris, 1883. Du même âge qu’Émile Picot, il l’avait sans doute connu durant leurs études de droit.

7 Voir lettre 20, n. 1.

8 Galaţi, ville importante du Sud‑Est de la Roumanie, sur la rive gauche du Danube, au carrefour de la Moldavie, de la Valachie, de la Dobroudja et de la Bessarabie.