Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

29. [à Cécile Desjardins]

C.P.B. (25)

Texte intégral

Ce lundi 5 novembre 1866

 

Ma chère sœur,

 

1Je puis dire que je t’écris le lundi, car il est plus de minuit ; je n’ai pu trouver aujourd’hui un moment pour répondre à ton aimable lettre qui m’a été remise ce matin. Depuis le retour du Prince on ne sait où donner de la tête. Le travail s’est accumulé en masse énorme pendant notre absence et à la besogne ordinaire, je dois ajouter des notes pour les journaux, la relation de ce qui s’est passé à Constantinople pour le public, pour le Prince et pour la famille, etc., etc. Pour quelques jours, en un mot, je suis abasourdi.

2Dans la lettre que j’ai écrite à maman avant‑hier, je commençais à lui parler de l’entretien du Prince avec le Sultan et de notre réception par S.M., lorsqu’une brusque interruption a coupé court à ma phrase. Je ne me rappelle pas au juste où je me suis arrêté.

3Nous fûmes donc introduits chez le Sultan par Kiamil Bey. Nous étions divisés en deux bandes, d’une part les civils, les deux ministres en tête, d’autre part les militaires. Nous entrâmes à la file dans le petit salon du Sultan meublé d’un simple divan de soie qui fait le tour de la pièce, d’un fauteuil et d’une table à l’européenne. Le Grand Turc était debout, ayant le Prince à côté de lui. À deux pas se tenaient le grand vizir en uniforme brodé et l’interprète tout tremblant.

4Le Turc est un bel homme à barbe déjà grisonnante. Il portait la redingote de Constantinople avec les plaques de ses ordres. Il avait l’air assez imposant, au moins du regard, car il n’a pas daigné nous faire entendre sa voix.

5À mesure que nous entrons dans le salon, nous nous rangeons en cercle, dans l’ordre prescrit, puis le Prince nous présente un à un à Sa Hautesse. Chacun fait un salut de son mieux. Pour moi, je rassemble mes forces, c’est‑à‑dire les sages leçons de M. Lenfant, je fixe un instant le Sultan, puis je m’incline en baissant modestement les yeux.

6La présentation terminée, nous sortons de la salle et tout est fini pour nous. Nous n’étions aucunement émus et, si la gravité du lieu l’eût permis, on eût dès lors commencé à se divertir de cette comédie. Les Turcs seuls n’avaient point envie de rire. C’était un spectacle pénible que de voir Leurs Excellences faire le salut oriental en touchant littéralement la terre de leur main à chaque geste du Grand Seigneur.

  • 1 Mehmed Emin Âli pacha (1815‑1871), plusieurs fois Grand Vizir, réformateur.

7La réception finie, nous redescendons dans un salon du rez‑de‑chaussée, on apporte au Prince la pipe, le café et le sirop. Quelle magnificence en toutes choses ! Le chibouk du Prince et les tasses à café représentent une somme immense. Cette cérémonie est destinée à donner le temps au Grand Vizir de se rendre à la Sublime Porte pour y préparer tout pour la réception du Prince. S.A. désire terminer aujourd’hui même les plus solennelles visites, et les Turcs surpris par l’arrivée soudaine du Prince n’ont pas eu le temps de disposer d’avance les troupes. Après une demi‑heure d’attente, nous sortons du palais, heureux de retrouver nos paletots à la porte ; nous retournons à bord et nous allons en face à la Corne d’Or. On débarque en caïque et l’on monte dans les voitures qui nous conduisent à la Sublime Porte. Plusieurs bataillons d’infanterie et un peloton de cavalerie forment la haie et nous escortent. En quelques instants, nous arrivons devant le Palais. À la Porte (c’est le mot, bien qu’elle n’ait rien de sublime), le Grand Vizir, Aaly‑Pacha1, ministre des Affaires étrangères, les autres ministres et les plus hauts… [lettre incomplète]

[…]

8Au retour de Constantinople, le mardi soir, il a fallu rentrer dans le Bosphore, après une heure de pleine mer. Le temps était affreux, les passagers et les chevaux donnés par le Sultan auraient été emportés par les lames. Tout le monde était malade à faire peur. Le lendemain matin, le temps était un peu meilleur, presque tous nous avons été très malades. Pour ma part, j’ai durement payé mon tribut dans la matinée. Je suis encore tout étourdi.

Notes

1 Mehmed Emin Âli pacha (1815‑1871), plusieurs fois Grand Vizir, réformateur.