Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

28. [à sa mère]

C.P.B. (24)

Texte intégral

Bucarest, le samedi 3 novembre 1866

 

Chère et bonne mère,

 

1Nous voici enfin revenus à Bucarest, à la satisfaction générale. Nous sommes tous un peu fatigués du voyage. La vie agitée que nous avons menée depuis douze jours nous faisait ardemment désirer de retourner à nos errements ordinaires. J’ai trouvé hier en arrivant ici un paquet de lettres qui m’a causé une bien vive joie. Deux lettres de toi, chère maman, une de papa, une de Cécile et une autre enfin de Jules Badin. J’ai été pourtant bien désolé d’apprendre que ta santé est toujours mauvaise. Tu te fatigues trop, j’en suis sûr, et pour l’amour de tes enfants, tu devrais tâcher de te soigner.

2Je vais reprendre brièvement le journal de notre voyage, afin de te tenir au courant de tout ce que nous avons fait :

 

Mardi 23 octobre 1866

 

  • 1 Nom turco‑bulgare de l’actuelle ville portuaire de Constanţa.

3Comme nous entrons à Varna, on annonce tout à coup que le yacht impérial l’Izzedin, envoyé par le Sultan, paraît sur rade. C’était un bonheur extrême et inespéré. Depuis trois ou quatre jours, aucun navire n’avait pu s’aventurer sur la mer Noire et nous savions, par télégramme, que la veille au soir, le navire de S.M. avait été obligé de retourner dans le Bosphore. Le Prince et nous, nous allons en voiture au Conak ou palais de l’administration. Pendant le trajet, qui est très court, nous sommes escortés par des cavaliers qui portent de grosses lanternes. Du haut des murs de la ville, on tire des fusées et on allume des feux de Bengale ; tout cela produit un assez bel effet. Varna, si on peut lui donner le nom de ville, est une ville presque sauvage avec des rues qui désespéreraient nos chevaux. La rade est assez belle, mais elle n’est point protégée contre les vents, aussi n’est‑ce pas un mouillage sûr et les navires préféreront‑ils toujours, pour le commerce, le port de Kustendje1, au grand détriment de la compagnie du chemin de fer. Comme nous sommes en Turquie, on ne peut se flatter que les travaux projetés à Varna soient jamais exécutés.

  • 2 L’un des fils du Premier ministre de Tunisie, ami de la famille (voir lettre 56, n. 1, malgré la v (...)
  • 3 Dimitrie A. Sturdza (1833‑1914), homme politique roumain à la longue carrière, ministre à de nombr (...)
  • 4 Alexandru G. Golescu (1819‑1881), diplomate et homme politique roumain, ayant participé à la révol (...)

4Nous arrivons au conak, vaste bâtiment à deux étages, de la plus grande simplicité. Il renferme un certain nombre de chambres dont une inscription, placée au‑dessus de la porte, enseigne la destination. Ces chambres meublées uniquement d’un divan qui fait le tour de la pièce et quelquefois aussi d’un bureau, correspondent aux différents ministères. Dans une des pièces du premier étage, on nous sert un dîner inqualifiable et dont le souvenir seul peut donner des nausées. Abd‑er‑Rahman‑Pacha, gouverneur de la ville, qui a vu le Prince à la gare et qui nous donne l’hospitalité, peut seul prendre part au banquet. Les autres convives s’efforcent, par politesse, d’émietter dans leur assiette les mets dégoûtants qui nous sont servis. Le vin seul est potable (il vient de Bordeaux) et nous y faisons honneur. Le festin est bientôt fini. Déjà on voit arriver Djemil Pacha, premier aide de camp du sultan, envoyé par S.M. jusqu’à Roustchouk, mais empêché par la tempête d’arriver à destination. Le Pacha est un jeune homme à fine moustache, dont les traits me rappellent, en beau, Sidi Mohammed2. Il a la taille bien prise et porte un splendide uniforme couvert de broderies et de décorations. S.E. est accompagnée de Memdouh Bey, Premier secrétaire de l’ambassade ottomane à Vienne, aimable garçon, frère d’Aarifi Bey, premier interprète du divan impérial. Avec le Pacha sont venus M. Stourdza3, notre ministre des Travaux publics, un des négociateurs de l’arrangement avec la Porte et M. Golesco4, agent des Principautés Unies à Constantinople. Après les compliments d’usage, le départ est décidé pour le soir même. À 11 h ½ on monte en voiture et on se dirige vers la rade, avec l’escorte des mêmes lanternes. Nous troublons le silence de la ville d’ordinaire si paisible à cette heure. Les Turcs eux‑mêmes descendent à leur porte pour nous voir passer. En sortant de la ville, les fusées, les feux de Bengale recommencent. Au milieu de la rade, le yacht impérial se dessine en ligne de feu. C’est par des illuminations que les Turcs suppléent la nuit aux coups de canon qu’ils ne tirent jamais après le coucher du soleil. Arrivés à bord, Abd‑er Rahman Pacha et Odian‑Effendi de Roustchouk, prennent congé du prince et bientôt on lève l’ancre.

5Par une chance extraordinaire, une petite pluie qui commence à tomber abat le vent terrible des jours passés et nous trouvons la mer très aimable. Chacun va se coucher, sans songer à être malade. Le Prince habite la chambre du sultan, meublée – avec tout le luxe qu’on peut imaginer.

 

Mercredi 24 octobre 1866

 

  • 5 George Barbu Ştirbei, voir lettre 15, n. 3.
  • 6 Voir lettre 27, note 2.
  • 7 Palais de Dolmabahçe, dont le nom signifie littéralement « jardin rempli », ayant été construit (s (...)

6La petite pluie a duré toute la nuit. À notre réveil, un épais brouillard nous cache la vue de la terre, pourtant nous savons que nous approchons du port. Le navire est excellent marcheur et le temps est superbe. Nous déjeunons de bon appétit puis, tandis que nous quittons la table, nous arrivons à l’entrée du Bosphore. Le ciel s’éclaircit et peu à peu un beau soleil brille devant nous sur les rives enchantées du Bosphore. Nous sommes tous sur le pont pour ne rien perdre du spectacle. Quelle belle vue de tous côtés ! Je n’entreprendrai certes point de faire une description du tableau que nous avons sous les yeux ; je dirai seulement que l’on ne peut rien imaginer de plus beau. Nous avançons dans le détroit et à 11 heures ½, nous mouillons en face du Kiosque préparé pour recevoir le Prince. Le pavillon roumain flotte au grand mât. Des caïques chargés de monde entourent le yacht. L’introducteur des ambassadeurs Kiamil Bey (un curieux petit personnage, en forme de boule) est le premier à complimenter le Prince. Il est accompagné du Prince Stirbey5, fils de l’ancien hospodar (1849‑1856), ministre des Affaires étrangères et seul membre de notre cabinet qui porte un costume, avec force décorations. Ce sont là des usages étrangers aux Roumains dont l’esprit démocratique proscrit d’ordinaire les uniformes, sans compter que plus de quatre‑vingt‑dix personnes, vivant encore ici, ayant été ministres du seul Prince Couza, on ne pouvait imposer à chacune une telle dépense. On descend au Palais des Eaux‑Douces d’Asie, mis par le Sultan à la disposition du Prince. Ce kiosque, œuvre de M. Séchan6, est une merveille de luxe. Il est malheureusement trop petit et il faut nous entasser plusieurs dans une même chambre. En débarquant, le Prince est complimenté par les premiers drogmans de la plupart des missions étrangères. Cela fait, on s’habille. Les militaires revêtent leur plus belle tenue et nous notre habit noir le plus frais. Je tire du carton mon admirable chapeau à fond blanc, etc., etc. On retourne à bord et l’on se rend directement chez Sa Majesté. Nous apercevons bientôt, sur la côte d’Europe, le Palais du Sultan, immense construction, de fort belle apparence. Le palais de Dolma‑Bakché7 (qu’on a par plaisanterie appelé Donne‑moi Bakchich), se compose de trois corps de bâtiments. Le pavillon central qui contient la salle du trône est réuni à un autre de moindre importance où se trouve l’entrée ordinaire ; deux pavillons séparés contiennent les femmes.

  • 8 Mehmed Rüşdi pacha (1811‑1882).
  • 9 Les mémoires de Carol donnent plus de détails et évoquent en particulier l’attitude audacieuse du (...)

7Le quai sur le Bosphore est tout en marbre blanc ; il y a partout un luxe incroyable. Devant le Palais, le Grand Vizir8 attend le Prince. À la porte d’entrée sur le quai même, nous sommes obligés de laisser nos paletots, puis nous pénétrons dans l’intérieur par un splendide vestibule. Un escalier à rampe de cristal rouge et blanc conduit aux galeries du premier étage. La suite attend dans la première salle, tandis que Son Altesse, accompagnée du Grand Vizir et d’Aarifi Bey, entre immédiatement chez le Sultan. Je ne puis dire en détail ce qui s’est passé dans cette entrevue. Je sais seulement que le Sultan, le Prince et le Grand Vizir se sont assis9. L’entretien a duré près de 20 minutes. Aarifi Bey, le 1er interprète du Divan, tremblait tellement qu’il ne pouvait presque parler. Pendant que le Prince était avec S.M., on a apporté dans le salon où ils se trouvaient le firman de reconnaissance et d’investiture. L’acte était posé sur un divan et le Sultan faisait signe au Grand Vizir de le remettre au Prince, mais le Premier Ministre s’y opposa et fit comprendre visiblement au Sultan qu’il devait lui‑même en faire la remise. À la fin, S.M. se décida et, s’étant levé, donna le firman à S.A. Le Prince mit l’acte dans son chapeau et Kiamil Bey nous fit entrer.

8Interrompu par force majeure.

9J’embrasse toute la famille de tout cœur, mes amitiés à tous ceux qui s’intéressent à moi. Mes hommages à ma tante.

 

Émile

 

10Mille amitiés à Bertrand, à Jules, à Faure, aux de Rey, à Félix, à Hovelacque, à Eugène, Édouard, etc., etc.

11Compliments etc. aux dames Faure, aux de Rey, à Mme de Grandmont et à ses parents. Que deviendrai‑je pourtant si Mlle Édith se marie ? Qui épouserai‑je ?

Notes

1 Nom turco‑bulgare de l’actuelle ville portuaire de Constanţa.

2 L’un des fils du Premier ministre de Tunisie, ami de la famille (voir lettre 56, n. 1, malgré la variante orthographique du nom).

3 Dimitrie A. Sturdza (1833‑1914), homme politique roumain à la longue carrière, ministre à de nombreuses reprises, quatre fois Premier ministre entre 1895 et 1908.

4 Alexandru G. Golescu (1819‑1881), diplomate et homme politique roumain, ayant participé à la révolution de 1848 et plus tard Premier ministre de la Roumanie pendant un court mandat en 1870.

5 George Barbu Ştirbei, voir lettre 15, n. 3.

6 Voir lettre 27, note 2.

7 Palais de Dolmabahçe, dont le nom signifie littéralement « jardin rempli », ayant été construit (sous sa forme actuelle entre 1843 et 1856) sur des terrains gagnés sur la mer grâce à des remblais.

8 Mehmed Rüşdi pacha (1811‑1882).

9 Les mémoires de Carol donnent plus de détails et évoquent en particulier l’attitude audacieuse du jeune prince refusant de s’asseoir sur le petit siège préparé à son intention pour prendre place, en vertu de « ses prérogatives de prince de sang », sur le sofa du Sultan à ses côtés, ce qui « cause un instant d’embarras » (Neagoe, 1992, p. 132).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/34816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k