Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

27. [à sa mère]

C.P.B. (23)

Texte intégral

Constantinople, ce lundi 29 octobre [1866]

 

Chère maman,

 

  • 1 Lettre 26, du 26 octobre.

1Je t’envoie la lettre que j’ai écrite il y a deux jours1 qui n’a pu partir par le dernier bateau, n’ayant pas le temps de la recommencer. Nous sommes tous exténués de fatigue et très désireux de rentrer à Bucarest. Nous partirons sans doute demain, je t’enverrai dans quelques jours des détails circonstanciés. De Bucarest, j’enverrai sans doute à Paris et l’argent que je dois et quelques petits objets que je vous destine. J’ai pourtant été très modéré dans mes emplettes.

2Je suis sur la liste des décorations mais je n’aurai probablement que la dernière classe. Du reste, cela m’importe peu puisque ces insignes sont destinés à dormir paisiblement dans ma commode.

3Hier, le Prince a été reçu en audience privée par le Sultan. S.M. lui a remis le grand cordon de l’Osmanie, avec brillants. Les deux ministres ont eu chacun une tabatière.

4Adieu, chère maman, je t’embrasse mille fois ainsi que toute la famille et suis ton fils respectueux,

 

Émile P.

 

5Mes hommages respectueux à ma tante.

6Hier aussi, nous avons eu grande revue en l’honneur du Prince. Le fils du Sultan, un charmant enfant de dix ans, Youssouf‑Izzidin, commandait lui‑même son bataillon.

7Nous avons ici une cuisine splendide, invraisemblable !

  • 2 Le pavillon dit « des Eaux douces d’Asie » (aujourd’hui Küçüksu), construit en 1856 par l’architec (...)

8Nous sommes logés dans un Palais construit et meublé par M. Séchan2.

Notes

1 Lettre 26, du 26 octobre.

2 Le pavillon dit « des Eaux douces d’Asie » (aujourd’hui Küçüksu), construit en 1856 par l’architecte Balyan et décoré par Charles Séchan, peintre et décorateur français. Voir lettre suivante.