Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

26. [à sa mère]

C.P.B. (22)

Texte intégral

Palais des Eaux Douces d’Asie, le 26 octobre 1866, 10 h du soir

 

Ma chère maman,

 

1Nous avons été si occupés depuis notre départ de Bucarest qu’il ne m’a pas été possible de te donner plus tôt de mes nouvelles. Comme je te l’ai télégraphié déjà, nous nous sommes mis en route dimanche à 4 h du soir, après une revue générale des troupes. En 3 heures ½, nous avons franchi les soixante kilomètres qui séparent Bucarest de Giurgevo ce qui [est] une vitesse inouïe et prouve toute l’habileté des postillons roumains. Nous avons dîné à Giurgevo où le principal hôtel, l’hôtel de Paris, avait été préparé pour nous recevoir. On devait continuer le voyage dès le lendemain, mais les avis reçus de Constantinople nous apprirent tout à coup que les tempêtes horribles qui, depuis plusieurs jours, avaient agité la mer Noire n’avaient point cessé et qu’aucun navire n’avait pu quitter le Bosphore. Il nous fallut donc attendre. Pour employer notre temps, nous allâmes faire une partie de chasse dans une île située au milieu du Danube, à peu de distance de Giurgevo et appartenant au Prince Ypsilanti qui était venu inviter le Prince.

2Le plaisir a été médiocre, au moins pour moi. Égaré, avec plusieurs personnes de la suite, dans des fourrés inaccessibles, mon chapeau noir sur la tête, je n’ai pu qu’à grand‑peine me frayer un passage au milieu des roseaux et des hautes herbes. Le Prince lui‑même n’a pas brûlé une cartouche, et l’on a tiré en tout quelques lièvres. Pour moi et la plupart des personnes qui accompagnaient S.A., nous n’avons rien vu. Je me suis, pour ma part, dédommagé en tirant à toute distance, avec une véritable canardière, un joli oiseau du pays.

3Le soir, on a encore peu d’espoir que le navire turc puisse arriver à Varna. Néanmoins, le départ est fixé au lendemain, à tout hasard.

 

11/23 octobre 1866

 

4À notre réveil, la terre est couverte de neige. Les deux rives du Danube offrent le spectacle de l’hiver. Les paysans au costume pittoresque ont revêtu leurs gros manteaux. La foule ne craint point le mauvais temps et elle ne cesse de stationner devant l’hôtel, dans l’espoir de voir le Prince.

  • 1 Transcription non‑conforme de Picot : il s’agit du vilayet, unité territoriale et administrative d (...)

5À huit heures et demie, nous montons dans les voitures qui sont préparées pour nous. La suite du Prince se compose de vingt personnes, sans compter le Président du Conseil qui vient jusqu’à Roustschouk. Nous nous rendons au débarcadère des bateaux à vapeur du Danube où nous attend le petit aviso de l’État. Les Turcs ont devancé le Prince. Il est complimenté à son arrivée au navire par Odian‑Effendi, secrétaire du vialet1 de Roustschouk. Ce Turc est un homme d’une tournure très distinguée, qu’un long séjour dans les ambassades étrangères a façonné aux usages européens. Il s’exprime en excellent français.

  • 2 Ahmet Şefik Midhat pacha (1822‑1884), homme d’État important de l’Empire ottoman, réformateur, qui (...)
  • 3 Erreur d’appréciation de Picot : Midhat pacha étant né en 1822, il a 44 ans.
  • 4 Très probablement Rochaïd (Rushayd) Ad-Dahdah (1813‑1889), érudit et publiciste, issu d’une famill (...)

6À 9 h 40 min, nous arrivons à Roustschouk, toutes les troupes de la garnison sont rangées en bataille sur la rive du fleuve en formant la haie dans l’étroite rue qui occupe le milieu de la ville. Le canon du fort tire une salve de 21 coups de canon, à laquelle répond notre navire. Mithrat‑Pacha2, chef du vialet [vilayet], et les membres du gouvernement attendent le Prince au débarcadère. Nous montons tous en voiture, escortés par quelques troupes, et nous arrivons au Palais. Le Prince reçoit le corps consulaire et les membres du conseil du gouvernement. Tandis que des musiques militaires jouent des airs nationaux, on se met à déjeuner. Je puis fort heureusement prendre place à la première table, ce qui me permet d’observer le Pacha. Mithrat est un des premiers personnages de l’Empire ; son vialet est presque une vice royauté. C’est un homme à la taille bien prise, à la barbe grisonnante, entre 50 et 55 ans3. Il porte le grand cordon et les plaques des ordres ottomans. (Il a des lunettes et il ressemble tout à fait à Dahdah4).

7Voici, comme spécimen de cuisine turque, le menu de notre déjeuner : Potage aux quenelles ; crêpes farcies ; beefsteacks aux pommes sautées ; dindon ; pilaf avec des confitures variées à la rose d’un goût très extraordinaire ; salade ; gâteaux aux pommes (très remarquables – ce sont des espèces de douillons en pâte de blancs d’œufs, avec des ornements en sucrerie et pas [mot illisible]). Vins de St Julien, du Rhin, de Champagne. Toasts.

8À 11 h ½ le départ s’effectue. Toutes les troupes sont sous les armes : infanterie, cavalerie, artillerie. Une nouvelle salve de 21 coups de canon annonce le passage du Prince.

9Nous nous rendons à la station du chemin de fer où nous attend un train spécial et où Mithrat‑Pacha prend congé du Prince. La ligne de Roustschouk à Varna n’est pas ouverte ; il y a pour quelques jours encore une solution de continuité dans le milieu. Les wagons n’étant point du côté de Roustschouk, on nous a disposé une voiture à marchandises dans laquelle nous nous entassons plutôt mal que bien avec domestiques et bagages. Au milieu du chemin, nous arrivons à la solution de continuité. Nous montons dans des voitures, ou mieux dans des chariots et nous faisons 3 km secoués à rendre l’âme. Sur le tronçon de Varna, un train convenable est préparé avec des voitures de 1re classe. Le chemin de fer de Roustschouk à Varna, long de 230 km, a été construit en deux ans par une compagnie anglaise. Les travaux sont de la plus grande simplicité ; on nous fait espérer que tout sera terminé à notre retour. Comme ouvrage d’art, il n’y a qu’un grand viaduc construit en belle pierre blanche du pays ; pas de ponts, ni de souterrains. Les stations sont d’une extrême simplicité et pourtant, toutes proportions gardées, ce sont ces bâtiments qui ont coûté le plus cher. Presque tous les fers, les wagons et les machines ont été achetés à des industriels belges qui avaient pris un grand nombre d’actions à condition qu’ils seraient chargés des fournitures. C’est une règle malheureusement générale que tous les objets vendus aux Turcs sont de très mauvaise qualité. Le matériel de chemin de fer de Varna ne fait pas exception ; il est très médiocre, au dire même des directeurs de la Compagnie.

10À 8 h du soir, arrivée à Varna. Le Prince est reçu à la gare par Abd‑er‑Rahman‑Pacha, gouverneur de Varna. On se met en route escortés par des cavaliers portant des lanternes. Sur les murs de la citadelle, de brillants feux de Bengale jettent sur la ville une vive lueur. Ce cortège pittoresque se rend au palais du gouvernement. On dîne – horriblement mal –, puis on apprend du nouveau.

11Adieu, ma chère et bonne mère, je suis obligé de m’arrêter ici. Je n’ai que le temps de t’embrasser toi et toute la famille. Nous partirons sans doute d’ici dimanche soir. Je suis émerveillé de tout ce que j’ai vu. Ton fils respectueux,

 

Émile Picot

 

12Mes respects à ma tante.

Notes

1 Transcription non‑conforme de Picot : il s’agit du vilayet, unité territoriale et administrative de l’empire ottoman.

2 Ahmet Şefik Midhat pacha (1822‑1884), homme d’État important de l’Empire ottoman, réformateur, qui sera Grand Vizir en 1876‑1877.

3 Erreur d’appréciation de Picot : Midhat pacha étant né en 1822, il a 44 ans.

4 Très probablement Rochaïd (Rushayd) Ad-Dahdah (1813‑1889), érudit et publiciste, issu d’une famille de négociants maronites libanais, établi en France à partir de 1846. Il collabore à des journaux, publie et traduit divers ouvrages dont, en arabe, le Portrait politique de l’empereur Napoléon III d’Arthur de la Guéronnière (1860). Le lien avec la famille de Picot se fait probablement par les gouvernants tunisiens pour le compte desquels il travaille (voir lettres 57 et 58 et Messaoudi, 2015).