Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

25. [d’Hortense Cornu]

H.C. (3)

Texte intégral

Versailles, 19 octobre [18]66.

 

Mon cher Monsieur Émile,

 

1J’ai reçu avec bien du plaisir votre lettre et les détails qu’elle renfermait. J’espère que vous êtes tout à fait acclimaté dans votre nouvelle position et que vous saurez, si vous n’avez pas déjà su, la rendre aussi utile au Prince qu’honorable pour vous. Les petits désagréments du commencement doivent être passés, j’espère, votre esprit conciliant ne peut se faire d’ennemis. Les fonctions de M. Friedländer doivent être tellement distinctes des vôtres que le conflit devrait être impossible. Et si les Roumains devaient prendre ombrage de votre position auprès du Prince, je suis sûre que votre simplicité, votre modestie, votre abstention de toute affaire d’intérêt les auraient bientôt rassurés. M. Ubicini m’a parlé de vous et de l’impression favorable que vous lui avez faite. Je pense qu’il en a été de même du Prince. Comme il ne m’a pas écrit depuis votre arrivée, j’en reste aux suppositions, très fondées à mon sens.

  • 1 Lettre 21, du 6 octobre.

2Je voudrais bien que vous vissiez M. Jean Bratiano, et qu’en lui faisant mes compliments, vous lui demandiez s’il a bien voulu penser à la Dame, mon amie, qui désirerait avoir trois à quatre jeunes filles roumaines à élever à Versailles. Par la même occasion, faites sa connaissance. J’ai lu une dernière lettre que vous avez écrite à Madame votre mère1 au sujet d’un emprunt, pas fait au reste. Je vous prie, dans votre intérêt, n’entrez pas dans les affaires d’argent de la Roumanie, dans un pays comme celui que vous habitez, tôt ou tard on s’en ferait un argument contre vous.

3Adieu, mon cher Monsieur Émile, écrivez‑moi bientôt, donnez beaucoup de détails sur vous, le Prince et le pays.

4Je vous serre la main.

 

Hortense Cornu.

Notes

1 Lettre 21, du 6 octobre.