Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

24. [à sa mère]

C.P.B. (21)

Texte intégral

[papier à en‑tête : Cabinet de son Altesse Le Prince Régnant]

Bucarest, ce 5/17 octobre 1866

 

1Ma chère Maman,

 

2Je viens de recevoir ta lettre du 9 de ce mois. Je m’empresse de te répondre quelques mots afin que tu ne m’accuses pas de négligence. Le bateau a été en retard d’un jour et le courrier aurait dû nous arriver hier, mais l’eau est si basse dans le Danube et les brouillards si intenses qu’il est impossible de marcher la nuit.

  • 1 Varna : port sur la mer Noire, aujourd’hui en Bulgarie. Roustchouk : forme francisée du nom roumai (...)

3Nous sommes toujours sur le point de partir pour Constantinople ; chacun est prêt à se mettre en route. On attend seulement la dépêche qui doit annoncer que l’échange des lettres a eu lieu à Stamboul et que le navire destiné au Prince est arrivé à Varna ; au reçu de la nouvelle, nous prendrons le chemin de Roustchouk1.

4Mes lettres doivent paraître bien étranges à tous ceux qui les lisent. J’écris toujours avec une telle précipitation qu’il y a un singulier décousu dans ma correspondance privée. À chaque minute, je suis dérangé par l’un ou par l’autre, si bien qu’il n’y a nulle suite dans tout ce que je vous envoie, je suis obligé de le reconnaître.

  • 2 Voir Introduction. La citation de Picot est exacte (Sturdza, 1899, p. 325‑326).

5Le dernier courrier notamment vous apporte un paquet tout à fait insensé. En une demie heure, j’ai barbouillé d’encre plusieurs pages et, en prévision de difficultés qui heureusement ne se présentent pas, j’avais écrit quelques mots qu’il eût pu être prudent de faire insérer dans les journaux. Grâce à Dieu, les affaires paraissent être arrangées. La Porte, sur des ordres pressants expédiés de Paris, cède sur le point principal ; elle accepte la phrase ainsi conçue : « Comme S.M.I. le Sultan consacre, par un firman d’investiture, la dignité princière dans ma personne et dans ma descendance en ligne directe, je m’engage, en mon nom et au nom de mes successeurs, à respecter scrupuleusement ses droits de suzeraineté sur les Principautés‑Unies qui font partie intégrante de l’Empire ottoman, dans les limites fixées par les capitulations et par le Traité de Paris de 18562 ». Il n’y a plus aucun inconvénient à parler de la lettre du Prince qui, dans quelques jours, va être certainement publiée par toute la presse européenne.

6Mes préparatifs de voyage sont bien simples. Je me suis borné à faire l’acquisition d’un chapeau à fond blanc qu’il m’a fallu payer trente francs. En quelques minutes, ma malle sera prête. La suite doit se composer en tout d’une vingtaine de personnes : outre les aides de camp, le Prince emmène avec lui plusieurs des notables du pays. Le temps ne paraît pas devoir favoriser notre voyage. Il pleut constamment depuis deux jours, ce qui réjouit fort tous les propriétaires. Le sol était devenu tellement sec qu’il n’eût pas été possible de procéder aux travaux du labourage et de l’ensemencement.

7Tu me demandes, chère maman, quel calendrier nous employons. Le calendrier officiel est encore le vieux style usité par les Grecs et les Russes. Il y a un retard de douze jours sur le calendrier réformé ou grégorien. L’usage veut que l’on joigne le nouveau style à l’ancien, comme je l’ai fait en tête de cette lettre.

8Le courrier d’aujourd’hui m’a apporté une lettre très aimable de Bertrand et l’épître d’Albert Faure dont tu m’avais parlé. Je suis bien heureux de voir que nos amis ne m’oublient pas, car ils n’ont pas trop à se louer de moi. Les journées passent, sans que je puisse trouver un instant de tranquillité pour songer à mes affaires particulières. Je me reproche sans cesse la négligence dont je ne suis vraiment pas coupable. J’espère que cet état de choses cessera dès que nous serons rentrés en ville. J’ai pu seulement répondre à M. B. de Rey. Tu seras, sans doute, chère et bonne mère, plus longtemps que de coutume sans avoir de mes nouvelles. Il me sera peut‑être difficile de t’écrire, même quelques mots, durant le voyage. En tout cas, je ferai tous mes efforts pour que tu n’aies pas à te plaindre de moi. Je compte t’envoyer une dépêche pour t’annoncer, soit notre départ de Bucarest, soit notre arrivée dans la capitale de l’empire. Je crois que l’expédition sera très intéressante et je me félicite bien de ne pas être obligé de rester ici tout seul.

  • 3 Athanase Cucheval-Clarigny, directeur du quotidien La Presse.

9Je remercie bien mon beau‑frère des démarches qu’il a bien voulu faire auprès de Cucheval3 et de Balatchano, sans parler de sa visite à Mme C[ornu]. Je n’ai jamais douté de son obligeance à toute épreuve et du désir qu’il a, en toutes circonstances, de se rendre utile.

10M. Ubicini, que vous aurez certainement vu depuis quelques jours, vous aura donné des détails circonstanciés sur la vie que nous menons ici. Les distractions ne manqueraient pas si l’on avait les loisirs nécessaires pour en profiter, mais nous n’avons ni le temps de nous amuser, ni le temps de nous ennuyer. Aujourd’hui, il faut élaborer un projet de proclamation au pays, proclamation qui sera probablement imprimée demain matin. Il faut du temps pour peser chaque phrase et chaque mot, puis pour traduire le tout en roumain et le livrer aux imprimeurs.

  • 4 Premier tronçon de chemin de fer sur le territoire de l’actuelle Bulgarie, la ligne Ruse‑Varna est (...)
  • 5 Abdülaziz (1830‑1876), 32e sultan ottoman, qui règne de 1861 à 1876.

11En nous rendant à Constantinople, nous passerons par le chemin de fer de Roustchouk à Varna, chemin dont les travaux sont à peu près terminés et dont l’inauguration aura lieu prochainement4. À Varna, nous trouverons un navire envoyé de Constantinople. Il faut en tout vingt ou vingt‑quatre heures pour effectuer le voyage, si la mer n’est pas trop mauvaise. On veut être à Istanbul vers midi et le Prince se rendra chez le Sultan5 dans la journée même. Je dois prendre des notes pendant le voyage et j’expédierai probablement des correspondances aux journaux.

12Adieu, chère et bonne mère, je t’embrasse avec toute la tendresse filiale dont je suis capable et te prie de transmettre mes embrassements à toute la famille. Ton fils respectueux,

 

Émile P.

 

13Mille compliments respectueux aux dames Faure. Mes meilleures amitiés à Albert avec bien des remerciements pour sa lettre.

14Je viens d’écrire à Bertrand.

Notes

1 Varna : port sur la mer Noire, aujourd’hui en Bulgarie. Roustchouk : forme francisée du nom roumain (Rusciuc, du turc Rusçuk) de la ville de Ruse, sur la rive bulgare du Danube, en face de la ville roumaine de Giurgiu (Giurgevo en bulgare).

2 Voir Introduction. La citation de Picot est exacte (Sturdza, 1899, p. 325‑326).

3 Athanase Cucheval-Clarigny, directeur du quotidien La Presse.

4 Premier tronçon de chemin de fer sur le territoire de l’actuelle Bulgarie, la ligne Ruse‑Varna est inaugurée le 26 octobre 1866, quelques jours après cette lettre, et sera à partir de 1883 intégrée à la ligne de l’Orient‑Express, joignant Paris à Istanbul.

5 Abdülaziz (1830‑1876), 32e sultan ottoman, qui règne de 1861 à 1876.