Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

20. [à Ernest Desjardins]

C.P.B. (17)

Texte intégral

Cotroceni, le mercredi 3 octobre 1866

 

Mon cher beau‑frère,

 

1J’ai été bien heureux de trouver un mot de vous dans les lettres que le dernier courrier m’a apportées. Toute la famille me donnait ainsi de ses nouvelles et je désirerais bien que cette bonne fortune pût se renouveler souvent. Vous me recommandez le silence ; c’est ici la première précaution à prendre et le commencement de la sagesse. Vos craintes sur la poste ne sont que trop fondées et il faudra aviser à un moyen plus sûr de correspondre. Il serait désirable que nous eussions un dictionnaire commun qui permît, à l’occasion, de chiffrer certains passages de lettres confidentielles. J’aurai certainement, je le prévois, l’occasion d’adresser à Mme C[ornu] certains renseignements que je serais désolé de communiquer aux employés de la poste autrichienne. Le dictionnaire dont on se sert ici pour les dépêches secrètes est exécrable et tout à fait insuffisant ; on en prépare un autre actuellement, mais entre nous je crois qu’il suffirait d’employer l’un de ces petits livres qu’on vend sur les quais, sauf à adopter une clef convenue, par exemple à intervertir l’ordre des chiffres. Ce sont là, je l’avoue, bien des précautions, mais comme il est possible qu’on soit obligé d’y recourir, surtout dès que mon nom sera connu des personnes intéressées à la violation des lettres, il vaut mieux prendre ses précautions d’avance et à tout hasard.

2J’ignore jusqu’à présent s’il est possible d’envoyer quelque paquet par l’intermédiaire du consul ; je vais tâcher de m’en informer. Ce serait un moyen bien commode de faire parvenir certaines choses légères et peu encombrantes.

  • 1 Desjardins, 1866. L’ouvrage est écrit à l’occasion des travaux entrepris à la demande de Napoléon  (...)
  • 2 Léonce Élie de Beaumont (1798‑1874), géologue français, connu en particulier pour ses travaux sur (...)
  • 3 Desjardins évoque les divers travaux d’aménagement, notamment d’endiguement, dont les effets bénéf (...)
  • 4 Édouard Engelhardt, représentant français auprès de la Commission européenne du Danube, instituée (...)
  • 5 Probablement l’éditeur Auguste Durand, qui a déjà publié deux ouvrages d’Ernest Desjardins et en p (...)

3Il est une demande que je veux dès maintenant vous adresser, pour ne point l’oublier plus tard. Je souhaiterais vivement que vous pussiez expédier jusqu’ici quelques exemplaires de votre travail sur St Louis et les embouchures des fleuves méditerranéens en général1. Ce que vous dites de la théorie d’Élie de Beaumont2 et de certains principes acquis comme des lois par la plupart des hommes de science, spécialement ce qui concerne le Danube3, serait de nature à intéresser ici les quelques personnes qui travaillent [mots manquants]. Vous pourriez offrir un exemplaire de votre mémoire au Prince, un à la bibliothèque, un autre à M. Engelhardt4, à Galatz, et si enfin vous en mettiez deux ou trois à ma disposition, je tâcherais de leur donner la meilleure destination possible. En tout cas, je m’efforcerais d’en insérer quelques extraits dans les journaux du pays, sinon dès maintenant, au moins un peu plus tard. Vous verrez si Durand5 n’a pas l’occasion de faire quelque envoi à Bucarest. Pour moi, je le déclare, si vous voulez bien me gratifier de votre travail, je le veux sur papier tout ordinaire, ne cherchant à avoir ici que des livres de fatigue.

  • 6 Renier, 1864, p. 252‑258 et 1865, p. 401‑432.
  • 7 Froehner, 1865. L’auteur, conservateur au Louvre, faisait débat, ses travaux étant contestés par c (...)

4Pendant que je suis sur le chapitre des livres, il me serait bien précieux de posséder ici les brochures de M. le Cav[alier] Renier sur Troesmis6. Plusieurs personnes m’ont promis des estampages et des copies d’inscriptions qui, j’en suis sûr, sont déjà publiées. Je voudrais être à même de contrôler sur le champ les documents que l’on me fournira avec les résultats déjà connus. Plusieurs personnes s’occupent ici d’antiquités, mais aucune avec des notions d’épigraphie raisonnées et précises. Un certain capitaine Gorjian, aide de camp du Prince, s’occupe, m’a‑t‑il dit, de traduire en roumain l’ouvrage de Froehner sur la colonne trajane7. Trajan est toujours le héros de prédilection du pays et cette publication, si l’on rectifiait les erreurs dont fourmille l’ouvrage de cet affreux gredin, pourrait être assez utile.

  • 8 Alexandru Odobescu (1834‑1895), écrivain, archéologue et homme politique roumain. Sa sœur était ma (...)

5Le beau‑frère du Consul de France, M. Odobesco8, ancien ministre, a pratiqué il y a quelques jours des fouilles dans un camp romain qui dépend, je crois, d’une de ses propriétés. J’ignore quel résultat ces recherches auront donné ; je ne crois pas, en tout cas, qu’on ait mis à jour aucun monument précieux ; on se sera borné à une simple reconnaissance de l’enceinte fortifiée.

6Si jamais j’entendais parler de quelque diplôme militaire, je voudrais l’avoir à tout prix. Je n’ai malheureusement pas encore eu le temps de songer sérieusement aux antiquités, ayant assez des choses du présent. Je suis très occupé, ce qui m’empêche de vous écrire aussi souvent et aussi longuement que je le désirerais. J’ai dans ce moment‑ci à classer une quantité considérable de dépêches que je colle dans des cartons séparés ; c’est un travail long et fastidieux. Tout ira bien quand il suffira de mettre en ordre les lettres et dépêches de chaque jour. Je dois lire un grand nombre de journaux et en faire des extraits que je colle pour en faire plus tard un registre relié. Tout cela prend beaucoup de temps et m’occupe du matin au soir, sans que je puisse songer aux visites, surtout aux visites intéressées que je compte faire aux amateurs d’antiquités.

7Toute cette besogne ne me permet guère d’écrire à mes amis de France et je compte un peu, beaucoup même, sur la famille pour leur donner de mes nouvelles. Eux, de leur côté, veulent bien ne pas m’oublier. J’ai reçu, avec votre envoi, une lettre de Jules Badin et une lettre de James accompagnée d’une recommandation officielle de la maison de Rothschild frères pour le correspondant de Bucarest. Je n’ai pas encore touché mes appointements, mais dès que je les aurai reçus à la fin du mois (vieux style, c’est‑à‑dire le 12 octobre), je les joindrai en partie à ce que j’ai et vous les enverrai pour payer mes dettes.

  • 9 Jean Chantagrel (1822‑1907), professeur de droit, dont Émile Picot a dû suivre les cours, auteur d (...)

8Je viens de répondre quelques mots au jeune baron à qui, dans ma précipitation, j’avais adressé de Mulhouse une lettre complètement inintelligible. J’écrirai le plus tôt possible à Charles, à Bertrand et à Jules. Avant‑hier, j’ai pu donner des nouvelles à Chantagrel9, voulant être en règle avec tous.

9Votre correspondance me remplit de joie et si le coursier m’apporte de l’ouvrage, il m’apporte aussi, à certains jours, des lettres auxquelles je suis bien sensible. J’espère apprendre bientôt votre arrivée à Paris et j’espère que le prochain courrier m’apportera de bonnes nouvelles de tous.

10Je comptais continuer cette lettre, mais à l’instant le Prince vient de m’appeler et de me charger d’écrire une lettre très importante. Il faut donc que j’interrompe ici cette conversation déjà longue et que, à la hâte, je vous embrasse de tout cœur ainsi que mamie, Cécile et les bons Totos. Présentez à ma tante mes hommages respectueux et croyez aux sentiments d’entier dévouement et d’inaltérable amitié de votre frère,

 

Émile Picot

Notes

1 Desjardins, 1866. L’ouvrage est écrit à l’occasion des travaux entrepris à la demande de Napoléon III pour percer le canal de Port‑Saint‑Louis reliant le Rhône à la mer Méditerranée, par le golfe de Fos, par une voie transversale permettant d’éviter l’embouchure du Rhône, peu praticable. L’auteur y fait un retour sur l’histoire des travaux d’aménagement effectués depuis l’Antiquité pour rendre navigables les fleuves dont l’embouchure prend la forme d’un delta, phénomène typique de la mer Méditerranée, comme le Nil, le Tibre et le Rhône. Le delta du Danube n’appartiendra à la Roumanie qu’à partir de 1878, mais Picot anticipe l’intérêt que pourraient avoir les Roumains aux aménagements possibles.

2 Léonce Élie de Beaumont (1798‑1874), géologue français, connu en particulier pour ses travaux sur la formation des montagnes, est mentionné par Desjardins dans l’ouvrage évoqué (Desjardins, 1866, p. 72) comme l’auteur habituellement cité pour expliquer le processus de formation des barres, c’est‑à‑dire des amoncellements de sables et d’alluvions qui font barrage aux embouchures des fleuves, contrariant la navigation.

3 Desjardins évoque les divers travaux d’aménagement, notamment d’endiguement, dont les effets bénéfiques s’avèrent constamment annulés par les éléments naturels (Desjardins, 1866, p. 112‑113).

4 Édouard Engelhardt, représentant français auprès de la Commission européenne du Danube, instituée par le traité de Paris de 1856 qui fixait le statut juridique du Danube. La commission était composée des délégués des sept États signataires (Grande‑Bretagne, France, Prusse, Piémont‑Sardaigne, Autriche, Russie, Empire ottoman) et basée à Galaţi, port danubien de l’actuelle Roumanie. Engelhardt est cité dans l’ouvrage de Desjardins.

5 Probablement l’éditeur Auguste Durand, qui a déjà publié deux ouvrages d’Ernest Desjardins et en publiera d’autres.

6 Renier, 1864, p. 252‑258 et 1865, p. 401‑432.

7 Froehner, 1865. L’auteur, conservateur au Louvre, faisait débat, ses travaux étant contestés par certains dont Léon Renier.

8 Alexandru Odobescu (1834‑1895), écrivain, archéologue et homme politique roumain. Sa sœur était mariée au Baron d’Avril, consul de France à Bucarest. Il reste notamment connu pour ses travaux sur le Trésor de Pietroasa, ensemble de pièces d’orfèvres antiques découvert en Moldavie en 1837, qu’il a étudié et présenté au pavillon roumain de l’Exposition universelle de Paris en 1867, avant d’y consacrer une vaste monographie publiée en France : Le Trésor de Pétrossa.

9 Jean Chantagrel (1822‑1907), professeur de droit, dont Émile Picot a dû suivre les cours, auteur de plusieurs ouvrages et plus tard député puis sénateur (1885‑1907) de la gauche radicale.