Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

19. [à son père]

C.P.B. (16)

Texte intégral

Palais de Cotroceni, le 28 septembre 1866

 

Mon cher Père,

 

  • 1 Le marquis de Moustier. Voir lettre 12, n. 1.

1Je puis enfin trouver un moment pour répondre à ta bonne lettre de la semaine dernière. J’ai depuis quelques jours tant de besogne qu’il ne m’a été possible ni d’aller en ville pour les visites les plus indispensables, ni même de t’écrire. Sans parler de la correspondance courante, accusés de réception, remerciements, etc., il m’a fallu copier une série de documents relatifs aux négociations qui se poursuivent à Constantinople. Les Turcs sont toujours d’une obstination irritante et, depuis le départ de Moustiers [sic]1, ils sont redevenus féroces. Il serait bien désirable que l’arrivée d’un nouvel ambassadeur ou des ordres formels de l’Empereur permissent de terminer promptement cette fastidieuse affaire.

2Dans mes lettres précédentes, je n’ai pu vous donner aucun détail sur la vie que je mène ici. Je me lève de bonne heure, à 6 h½ et, ma toilette faite, je pars pour Cotroceni. La distance n’est pas longue ; on ne met pas plus de vingt minutes pour faire en fiacre le trajet du Palais de la ville à la résidence d’été.

3Arrivé à Cotroceni, je prends une tasse de café au lait avec l’accompagnement obligé du verre d’eau et des confitures. On fait ici toute espèce de confitures dans la perfection et si l’on va rendre visite à quelqu’un, on manque rarement de vous apporter un verre d’eau avec des confitures destinées à corriger l’âcreté du liquide. Le café achevé, je me mets au travail et vais prendre les ordres du Prince. Nous déjeunons à 11 h½. Les personnes de la maison (c’est‑à‑dire M. Friedländer, l’aide de camp de service, un ou deux officiers d’ordonnance, le lieutenant de la garde nationale et moi), sont seules au déjeuner. Le Prince mange dans son appartement. Le déjeuner est toujours très simple et se termine promptement. Dans la journée, nous nous remettons au travail, ce qui n’est pourtant pas chose facile. Nous sommes constamment dérangés par l’un ou par l’autre, par les ministres et les personnages de tout rang qui viennent au Palais. Comme il y a ici très peu de place, M. Friedländer et moi travaillons dans une même pièce ouvrant sur la salle des officiers, ce qui ne nous permet pas de nous soustraire aux visites souvent importunes de personnes à qui l’on n’a que des choses indifférentes à dire.

4Il y a ici certaines habitudes orientales ou, si l’on veut méridionales, et, sans parler de cet usage des confitures que je rappelais tout à l’heure, la passion de la flânerie est poussée au suprême degré. Tout le monde veut avoir un emploi, non pour l’argent ou la considération que les fonctions publiques peuvent rapporter, mais pour avoir de plus nombreuses occasions de perdre le temps et les paroles. C’est là le grand malheur des administrations du pays. Nous avons ici, pour ne citer qu’un exemple, au bureau télégraphique, un jeune homme très aimable, parlant à ravir le français et l’allemand, qui est propriétaire de la plus belle maison de la ville et qui possède de grandes terres dans les environs de Bucarest. Eh bien !, au lieu de rester dans sa campagne à s’occuper de l’agriculture, à élever des bestiaux, à planter des bois, ce qui, à mon sens serait pour lui une occupation singulièrement plus productive et plus agréable, il se condamne à être petit employé pour pouvoir flâner et causer à son aise. L’exemple est du reste assez mal choisi, car l’homme dont je parle fait bien son service, ce qui est chose particulièrement rare.

5Je reviens à mes occupations journalières. Le dîner est servi à 5 h½. Le Prince y vient en redingote les jours ordinaires, tandis que nous sommes en habit, mais sans cravate blanche. À table, le Prince a, à sa droite l’aide de camp et à sa gauche M. Friedländer. Comme je ne voulais pas avoir l’air d’être trop inférieur, j’ai, dès le commencement, imaginé d’occuper le centre de la table en face du Prince, ayant de chaque côté un officier. Il va sans dire que cette disposition est entièrement modifiée les jours de cérémonie.

6Le dîner est toujours très abondant ; il y a quatre ou cinq plats, puis une glace et le dessert. Les jours ordinaires, nous ne buvons que du vin du pays ; ce n’est qu’aux grandes occasions que l’on puise dans la cave des vins fins. Les vins d’extra ne sont pas mauvais, les vins du Rhin fournis par Mumm, le Budesheimer, le Steinberger‑Cabinet, le Johannisberger sont même excellents.

7Après dîner, on reste quelque temps avec le Prince, puis on se retire et chacun retourne à ses affaires. Je rentre le plus souvent d’assez bonne heure au Palais, cependant hier soir je n’ai quitté Cotroceni qu’à 11 h.

8Voilà ma vie de chaque jour, c’est ainsi que le temps passe, sans grandes distractions, au moins jusqu’à présent. J’ai été bien content de voir M. Ubicini qui part aujourd’hui même et qui, malgré un arrêt à Belgrade, sera bientôt à Paris. Il m’a promis d’aller vous porter de mes nouvelles et il pourra vous raconter ce qu’il a vu.

  • 2 Actuelle Timișoara.

9Il me tarde bien de recevoir de vos nouvelles. Rien ne m’est parvenu depuis la lettre que maman m’a écrite à son retour. Cécile paraît aussi bien m’oublier. Tu ne peux croire pourtant avec quelle impatience j’attends la poste. Nous recevons le vendredi et le mardi les paquets expédiés par les bateaux du Danube et, comme cette voie est la voie accélérée, la poste de ces deux jours est double, c’est‑à‑dire qu’il ne vient rien le lendemain. Les autres jours nous avons le courrier de terre par Temesvar2.

  • 3 Bouillet, 1842, Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, constamment réédité en raison (...)

10J’ai oublié de dire à Cécile que le Bouillet qu’elle a si aimablement pris pour moi chez Hachette est le Dictionnaire et non l’Atlas3, ce qui ne revient pas au même. Fort heureusement, l’Atlas figure parmi les quelques livres que le Prince a déjà et je puis le lui emprunter à l’occasion, car les tables chronologiques et les cartes sont d’une grande utilité.

11Je désire bien vivement apprendre que mamie est tout à fait remise de ses vilaines douleurs. Il est bien triste de savoir toujours cette pauvre mère malade et d’être si longtemps sans nouvelles.

12Adieu, cher Père, je t’embrasse ainsi que maman, ma sœur, son mari et ses charmants enfants. Ton fils respectueux,

 

Émile Picot

 

13M. Ubicini doit être à Paris le 9 ou le 10 octobre. Mon beau‑frère pourrait avoir la bonté de passer chez lui. Il lui parlera du pays.

Notes

1 Le marquis de Moustier. Voir lettre 12, n. 1.

2 Actuelle Timișoara.

3 Bouillet, 1842, Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, constamment réédité en raison de son succès, à ne pas confondre avec Bouillet, 1865, Atlas universel d’histoire et de géographie qui comprend une section de cartes.