Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

17. [à sa mère]

C.P.B. (14)

Texte intégral

Bucarest, le 22 septembre 1866

 

Ma chère maman,

 

1Je suis toujours sans nouvelles de ton voyage et il me tarde d’apprendre si tu as eu quelque plaisir à contempler ces belles montagnes de Suisse. Les nouvelles du temps que je trouve dans les journaux me font vivement craindre que ton petit voyage n’ait pas été favorisé par la saison. Pauvre mère, ç’a été pour moi un bien grand chagrin que de me séparer de toi, alors surtout que je me faisais une fête de tenter avec toi quelques excursions et de voir ta santé se rétablir à l’air vivifiant des Alpes !

  • 1 Au palais de Cotroceni.

2La poste du Danube est arrivée hier ; il n’y avait rien pour moi. J’ai cependant encore quelque vague espérance qu’une lettre de toi sera restée au bureau ; mais l’office était fermé ce matin lorsque j’y suis allé et il me faut rester encore quelques heures dans l’incertitude. Je demeure toujours au palais de la ville où je suis très bien ainsi que je te l’ai déjà dit ; je viens ici1 tous les matins et n’en repars que le soir. J’ai fait visite aux ministres présents à Bucarest, aux consuls et à l’évêque catholique. Il me reste encore plusieurs personnes à voir, entre autres M. Ubicini qui est, je crois, rentré hier en ville, et le Métropolitain (grec) qui est, m’assure‑t‑on, un bonhomme ne se mêlant point de politique.

3Tu as dû voir, chère mère, par la lettre que j’adressais à Mme C[ornu], quelle est ici ma position. Je commence à gagner du terrain et je m’en félicite. Ma position matérielle est aussi bonne que possible ; elle ne laisse absolument rien à désirer ; il ne reste donc qu’à me donner quelque influence morale et c’est à quoi je travaille.

4J’ai demandé, pour mes frais de voyage, 1.050 fr., somme qui, déduction faite de certaines dépenses particulières, représentait largement ce que j’avais déboursé. Les 1.050 fr. m’ont été comptés sur l’heure et je dois toucher mes appointements chaque mois.

5Dès que j’aurai parfait la somme de 1.400 fr. de manière à ce qu’il me reste quelque avance, je tâcherai de la faire passer à Paris, afin de payer avant tout mes dettes.

6J’ai écrit hier à M. Vuitry et à M. Boucher pour leur annoncer que je renonçais, pour cette année, au concours de l’auditorat. Je te transmets ces lettres identiques dans la forme que je te prierai de jeter à la poste. J’envoie également, dans le même pli, une lettre adressée par le Prince à M. Balatchano et une que je lui écris en mon propre nom. La poste autrichienne a conservé l’heureuse habitude d’ouvrir les lettres qui lui paraissent intéressantes et il faut prendre mille détours et ne rien dire dans les lettres que l’on veuille cacher, à moins de les adresser par la voie plus longue de Constantinople.

7J’ai reçu, avant‑hier, les nouvelles que Papa a bien voulu me donner. Je le remercie de sa lettre à laquelle je répondrai par le prochain courrier. Je suis assez occupé, ce qui ne me permet pas d’écrire aux amis aussi souvent que je le désirerais. Je suis tout couvert de confusion quand je pense que je n’ai pas encore donné signe de vie à Cécile depuis mon arrivée ici, peut‑être aurai‑je le temps de lui écrire un mot tout à l’heure.

8J’ai écrit déjà plusieurs lettres pour le Prince, dont il a été assez content ; je me donne naturellement toute la peine que je peux et j’apporte à mes fonctions le plus grand soin. Je dépouille presque chaque jour une quantité considérable de journaux français, belges, anglais et même allemands. Je coupe les articles relatifs aux affaires du pays et les colle dans un cahier que je présente au Prince. Je vais avoir en outre à mettre en ordre tous les papiers relatifs aux affaires étrangères et à l’intérieur.

  • 2 La question de la reconnaissance du prince Charles par les Ottomans, préalable au voyage à Constan (...)

9La question de la reconnaissance est toujours discutée à Constantinople. Il ne s’agit plus maintenant que des formes auxquelles la Porte tient beaucoup ; les difficultés sont tranchées en principe2.

  • 3 M. de Saint‑Pierre.

10Il y a une grave erreur dans ce que disent les journaux français ; ils voient partout l’influence de la Prusse, tandis qu’il n’en est pas question ici. Le roi de Prusse était personnellement opposé à l’acceptation du Prince et il suffit de voir le Consul de Prusse3 à Bucarest pour demeurer convaincu qu’il est très désolé de ne pas jouer un plus grand rôle.

11Adieu, ma chère maman, je t’embrasse mille fois avec toute la tendresse dont je suis capable, ainsi que Papa, Cécile, son mari et ses chers enfants, je suis ton fils respectueux,

 

Émile P.

Notes

1 Au palais de Cotroceni.

2 La question de la reconnaissance du prince Charles par les Ottomans, préalable au voyage à Constantinople pour l’investiture, a duré tout l’été, les conditions imposées par le Sultan ayant été longuement négociées. Fin août, la Turquie a fait des concessions importantes et accepté l’essentiel, notamment le principe d’une succession héréditaire et l’existence d’une armée régulière, mais elle refuse la possibilité pour la Roumanie de conclure des traités bilatéraux et surtout tient à la formule selon laquelle la Roumanie fait « partie intégrante » de l’Empire ottoman, inacceptable pour le prince Charles et son gouvernement.

3 M. de Saint‑Pierre.