Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

16. [à sa mère]

C.P.B. (13)

Texte intégral

Bucarest, ce 17 septembre 1866

 

Ma chère maman,

 

1Il me tarde de te donner quelques détails sur ma nouvelle position. Dans ma dernière lettre, j’ai eu à peine le temps de te dire que j’avais été reçu par le Prince, mais j’étais tellement pressé, tellement abasourdi, que j’ai n’ai pu entrer dans aucun détail. Je voudrais être plus explicite aujourd’hui.

2Le Prince m’a donc fort poliment accueilli et m’a sur le champ invité à dîner avec les autres personnes de sa maison. Il n’y a pas de place pour moi au Palais de Cotroceni où la Cour se trouve en ce moment, palais ou château à un seul étage où l’on est assez à l’étroit. J’ai dû rester en ville, mais depuis samedi matin je suis logé au Palais de Bucarest, dans le seul appartement dont la réparation soit finie.

  • 1 En 1866 le palais princier est une ancienne résidence de la famille Golescu, construite par Dinicu (...)

3Le Palais n’a pas fort bonne apparence à l’extérieur ; les murs en sont délabrés et la cour n’est guère supérieure pour le pavage aux rues voisines, mais l’intérieur est décoré avec un assez grand luxe1. Les pièces sont grandes et le mobilier devrait être tout à fait somptueux si l’argent qui a été bien des fois voté pour le renouveler ou l’augmenter avait toujours reçu la destination qu’il aurait dû avoir.

4J’ai pour moi deux pièces situées à l’une des extrémités du palais et possédant une sortie indépendante. La première forme salon tandis que la seconde (une salle de dix mètres au moins de long sur sept ou huit de large) me sert de chambre à coucher. Le plafond est d’autant plus élevé que le Palais n’a qu’un rez‑de‑chaussée et un premier étage. Le mobilier est assez confortable et il y a partout des tapis encore neufs.

 

Ce 18 septembre

 

  • 2 Véhicules hippomobiles fabriqués à Paris par les carrossiers de la famille Binder, dans ce qui éta (...)
  • 3 Lettre perdue. M. Emerit en cite une phrase dans son article de 1939 : « Ainsi que vous me l’aviez (...)

5Lorsque j’ai commencé cette lettre hier soir, ma chère maman, j’espérais pouvoir te donner des détails sur cette vie singulière, sur cette ville où l’on rencontre des voitures de Binder2 à côté de gens presque nus, mais le temps m’a encore une fois surpris. Je viens de finir la lettre de Mme Cornu3 que je t’adresse pour que tu la lises et qui pourra suppléer à la mienne. Je me rends, sans retard, au Palais et j’ai à peine le temps pour te dire combien je t’aime, combien toute la famille me manque et enfin combien je t’embrasse, ainsi que papa, ma sœur, son mari et ses enfants.

6Je n’ai pu, jusqu’à présent, écrire à Cécile. Elle doit trouver que je suis un bien mauvais frère. Je serai bien plus commodément lorsque le Prince sera rentré en ville et j’attends ce moment avec impatience.

7Il me semble qu’il y a plusieurs siècles, bonne mère, que je t’ai quittée. Quand donc me sera‑t‑il donné de te voir ici auprès de moi. Je me crois toujours sous l’empire d’un rêve, mais j’ai beau me frotter les yeux, il faut bien que je m’habitue à ma nouvelle position.

8Je n’ai pas encore réglé mon compte, mais je compte que d’ici deux ou trois jours, l’affaire sera terminée et que je serai rentré dans mes avances.

9Adieu, ma chère maman, écris‑moi, je t’en conjure, le plus souvent possible. Il n’y a malheureusement que deux courriers par semaine, tant à l’aller qu’au retour et les lettres, comme les voyageurs, mettent un jour de plus en route. Cet état de choses doit durer jusqu’à ce que les communications rapides soient rétablies, c’est‑à‑dire jusqu’à la réorganisation du train express entre Vienne et Basiasch. J’espère que tout sera dans l’ordre d’ici à peu de jours.

10Je t’embrasse encore mille fois, comme je t’aime, ainsi que toute la famille, et suis ton respectueux fils

 

Émile Picot

 

11J’écris à Théodore et je lui dis que j’aurais à m’excuser du retard que j’ai apporté à l’informer de mon départ et de ma nouvelle position, s’il ne savait par expérience qu’on est parfois tellement pressé de se mettre en route qu’on ne peut dire adieu à ses amis. Je ne sais si le beau jeune homme comprendra ce que [3 mots illisibles].

Notes

1 En 1866 le palais princier est une ancienne résidence de la famille Golescu, construite par Dinicu (Constantin) Golescu entre 1812 et 1820, qui avait déjà servi successivement aux princes Ghica, Ştirbey et Cuza. Le triste aspect extérieur du bâtiment, de dimensions modestes, avait été l’une des premières mauvaises surprises pour Charles à son arrivée à Bucarest, le 10/22 mai 1866. L’épisode, relaté dans les mémoires du roi Charles, met l’accent sur l’incrédulité du jeune prince lorsque le cortège s’arrête devant cette « humble construction à un seul étage », devant laquelle le pavage de la rue était « plus que primitif ». Le général Nicolae Golescu, qui accompagne le prince, et fils de Dinicu Golescu, est d’autant plus gêné de confirmer qu’il s’agit bien là du « palais » (Neagoe, 1992, p. 60).

2 Véhicules hippomobiles fabriqués à Paris par les carrossiers de la famille Binder, dans ce qui était alors l’une des plus prestigieuses fabriques.

3 Lettre perdue. M. Emerit en cite une phrase dans son article de 1939 : « Ainsi que vous me l’aviez fait espérer, Madame, j’ai trouvé chez le Prince Charles une simplicité, une droiture d’intention et une franchise presque naïve dont on est singulièrement charmé » (Emerit, 1939, p. 57).