Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

15. [à sa mère]

C.P.B. (12)

Texte intégral

Sur le Danube, ce 13 septembre 1866

 

Ma chère maman,

 

1Il y a un siècle que je n’ai pu t’écrire et j’ai été bien désolé de te laisser si longtemps sans nouvelles. Je pense que tu es maintenant rentrée à Paris et je pourrai t’adresser régulièrement mes lettres. Tu auras eu quelques détails sur mon voyage jusqu’à Vienne, par l’intermédiaire de papa et de Cécile, et je n’ai dès lors à te parler que de ce que j’ai fait depuis.

2Je suis donc arrivé à Vienne le dimanche 9 septembre et j’ai vu que l’on célébrait avec pompe la fête de la Veille. La capitale de l’empire d’Autriche est certainement une belle ville et l’on doit y vivre agréablement, mais combien tout ce qu’on a sous les yeux est différent du spectacle de Paris. Le mouvement est grand sans doute, mais est tout autre que chez nous.

3Vienne, on le sait, se divise en deux parties bien distinctes : la vieille ville située côté sud du canal de dérivation du Danube et au centre de laquelle s’élève la vénérable basilique de St Étienne, et la nouvelle ville qui l’entoure de tous côtés. Dans la vieille ville, les rues sont étroites, mais c’est là le siège des affaires et du commerce ; les gens vont et viennent en tous sens, il règne partout une activité très grande. Cette agitation me rappelait assez exactement le mouvement des villes italiennes tandis qu’au contraire, la nouvelle ville a plutôt le caractère anglais – si l’on veut faire un rapprochement avec ce qui existe ailleurs. Il serait sans doute plus vrai de dire que Vienne a un aspect qui lui est propre et que cette physionomie est fort éloignée de celle de nos villes françaises.

4Entre l’ancienne et la nouvelle ville s’étendent de vastes jardins et des édifices nouvellement construits dont plusieurs sont d’un assez bel effet. Toute l’activité de la ville est employée à construire des maisons qui ont une apparence beaucoup plus monumentale que les nôtres. Près du palais impérial s’élève la salle du nouvel opéra qui ne sera pas finie avant longtemps et qui devra être fort belle.

5Je m’attendais à trouver Vienne plongée dans la tristesse et dans le deuil. Quel n’a pas été mon étonnement en voyant partout la gaieté et la joie. Les Viennoises sont la plupart assez agréables, mais surtout coquettes et leurs chapeaux sont certes encore plus petits que le plus petit Lamballe que portent les Parisiennes. Les soldats abondent ; on en voit partout et eux‑mêmes, les vaincus de la veille, ont l’air d’être tout à fait consolés de leur défaite. Les officiers n’ont pas de ces habits déchirés tels qu’on en voit d’ordinaire après la campagne ; ils ont déjà secoué la poussière des batailles et ils ont des uniformes et des corsets tout de neuf. C’est une triste situation pour une armée que d’être commandée par des officiers qui n’ont d’autre recommandation que la fortune et la naissance. Les Autrichiens sont assurément braves de leurs personnes, mais autant leurs adversaires sont avides d’étudier tout ce qui concerne l’art de la guerre, autant ils sont eux‑mêmes dédaigneux de tout travail, de toute instruction supérieure. Membres d’une caste privilégiée, sûrs de n’avoir jamais pour rivaux les soldats auxquels ils commandent, ils vivent entre eux et laissent leurs sous‑officiers commander la Parade. C’est une assez triste manière de s’acquitter de leurs devoirs.

6Dimanche, j’ai passé une assez bonne partie de la journée au Prater, la grande promenade des Viennois. Le Prater n’est, à proprement parler, qu’un vaste champ de foire planté d’arbres et couvert de bals, de cafés, de théâtres de tout genre. Toute la population était réunie, on aurait dit une fête générale. Les soldats dansaient aux accents d’un orchestre de Bohémiens et c’était un spectacle vraiment pittoresque que de voir cette foule s’agitant avec un singulier ensemble, au son d’une musique un peu sauvage.

7Le soir, j’ai voulu voir un spectacle quelconque et je suis allé au théâtre de la Vienne [sic] qui a la plus belle salle de la ville. On jouait La Belle Hélène, cet opéra qui fait le bonheur de l’Allemagne. Il y avait un luxe extraordinaire de décors et de costumes, l’orchestre était excellent et le chant assez bon, mais la pièce ne ressemblait plus en rien à celle que l’on jouait à Paris. On avait eu beau traduire mot à mot les plaisanteries plus ou moins divertissantes qui émaillent toute la pièce, il n’y avait plus ni cet entrain, ni cette désinvolture qui donne aux pièces de ce genre, lorsqu’elles sont représentées à Paris, sinon une grande distinction, au moins un caractère si particulier. Pour ma part, j’ai été bien vite fatigué de ces facéties arrangées à l’allemande et je me suis retiré presque au commencement du second acte.

8Le lendemain lundi, j’ai couru toute la ville tâchant de profiter de mon mieux du court séjour qu’il m’était donné d’y faire. J’ai pu visiter le fameux cabinet des monnaies et des antiques qui contient d’admirables richesses. C’est à Vienne que se trouve un des plus beaux ouvrages exécutés par Benvenuto Cellini ou, tout au moins, un de ceux dont il s’attribuait le mérite. Ce travail représente deux figures assez grandes, sculptées en or massif et assises sur un socle d’émail et de pierreries. Il y a encore l’épée de parade de Charles Quint et quantité d’objets précieux dont un grand nombre proviennent des Ducs de Bourgogne. Je ne parle pas des vases antiques, des bronzes, des curiosités de toute sorte que renferme le cabinet, un des plus intéressants de l’Europe.

9Je n’ai malheureusement pu visiter, malgré mes efforts, le Musée du Belvédère qui n’est ouvert qu’à certains jours de la semaine et dans lequel on ne peut pénétrer le lundi, même en corrompant les gardiens.

10J’ai fait ensuite les diverses emplettes que j’avais projetées. J’ai acquis plusieurs porte‑monnaie que je vous destine. Ce sont des objets très simples, que l’on ne paie pas cher et qui pourtant doivent être d’un assez bon usage. J’ai acheté des gants qui m’ont paru d’une peau très souple et n’ont pas mauvaise façon. Le prix courant est d’un florin la paire ; c’est‑à‑dire de 2 fr. 50 en papier ou environ 2 fr. en argent. Tout a augmenté à Vienne, m’a‑t‑on dit, dans une proportion singulière ; il faut bien que le commerce cherche à regagner ce qu’il perd sur le papier dont la dépréciation est de 20 à 22 %. On a peine à s’expliquer comment le commerce peut subsister dans des conditions aussi précaires. Il faut qu’il y ait en Autriche une incurie, une apathie bien grande pour que l’on ne soit pas plus inquiet sur l’état présent des affaires. On ne se sert absolument que du papier ; il y a des coupures de 10 kreuzers modernes qui représentent à peu près 13 centimes. Le cuivre lui‑même, bien qu’il n’ait jamais, comme monnaie, qu’une valeur conventionnelle, est chose rare.

11J’avais pris en Prusse quelques florins autrichiens en argent et lorsque je les ai donnés en paiement à Vienne, les marchands les regardaient à deux fois, ayant perdu, pour ainsi dire, le souvenir de la monnaie nationale.

12Puisque j’en suis aux questions de finances, il est juste, chère maman, que je te fasse connaître l’état de ma bourse. Voici un exposé complet de ma situation pécuniaire :

13J’ai reçu de papa 900 fr. et de Cécile 600, total : 1.500. Sur les 600 fr. de ma sœur, j’ai payé à son acquit 123 fr. qui, en défalquant l’appoint pour solder certaines dépenses qu’elle avait bien voulu faire pour moi, me laissent son débiteur d’une somme d’au moins 500 fr. en nombre rond.

14Sur les 1.400 fr. que j’avais, j’ai dépensé, antérieurement à mon départ de Mulhouse, 291 fr. 55 ; j’ai déboursé depuis 784 fr. 45 c, en sorte qu’il me reste encore 324 fr. au moment où je t’écris. J’ai payé généralement assez cher dans les hôtels, de plus, j’ai fait à Paris et à Vienne des emplettes qui ont un peu chargé mon budget, sans compter qu’avec ce maudit papier, on perd bien souvent la différence de change, c’est‑à‑dire la prime de l’argent.

15J’ai dû quitter Vienne lundi soir, je suis arrivé à Pest mardi matin et j’ai pris immédiatement le bateau : depuis ce temps, nous sommes en route.

  • 1 Inversion de Picot : les Carpates sont au nord et la chaîne des Balkans au sud du Danube.

16Le premier jour de navigation après Pest est assez ennuyeux. À perte de vue, on aperçoit, sur les deux rives du Danube, des plaines où les arbres sont rares. De temps à autre, quelque cabane, de longs troupeaux de bœufs ou de chevaux ou des Hongrois au costume pittoresque. On gagne les frontières de la Serbie et le mercredi matin on passe devant Belgrade où l’on voit les premiers minarets. Enfin le paysage change et les montagnes commencent. Du côté de la Transylvanie, le pays est encore plat, mais bientôt, là aussi, la scène devient plus belle : on aperçoit les premières ramifications des Balkans. C’est alors vraiment que le spectacle est magnifique. Le fleuve est resserré entre les Balkans au nord et les Carpates au sud1 : les montagnes s’élèvent par degré, les écueils rendent la navigation plus difficile. Au dessus de l’eau planent les aigles au vol majestueux.

17À Drenkova, le passage devient de plus en plus étroit, il faut changer de bateau. On prend un petit vapeur et les bagages suivent à la remorque dans un chaland. On voyage ainsi pendant quatre heures au milieu des brisants et des rapides, puis on arrive à Orsova. C’est là que commence l’endroit le plus périlleux. Les écueils sont si rapprochés, le fond tellement bas, la passe si étroite, qu’il nous faut encore une fois changer de navire : nous montons sur un petit vapeur sans quille qui ne cale guère plus d’un mètre d’eau. On avance avec une extrême lenteur et des précautions infinies, d’autant que la nuit vient rapidement. Si nous étions arrivés quelques minutes seulement plus tard, nous n’eussions pu continuer et il nous eût fallu coucher à Orsova, ce qui nous aurait encore retardés.

18Enfin les Portes de fer sont franchies, nous sommes en Valachie, à Turnu Severin, ville de 15.000 habitants, éclairée au gaz. Nous reprenons enfin un grand bateau et nous pouvons dîner tant bien que mal, ce qui est un grand bonheur car nous avons déjeuné à 10 h ½ et il est 9 h quand nous nous mettons à table. Nous continuons la route et, maintenant encore, nous marchons vers Giurgevo.

19Il y a à bord une grande foule de passagers. Toutes les nations de l’Europe presque sont représentées ; il n’y a pourtant ni Anglais, ni Italiens. Nous avons des Français, des Allemands de divers pays, des Russes, des Turcs, des Roumains, des Arméniens, des Grecs, etc. Le français est la langue courante et il n’est personne qui ne le parle.

  • 2 Barbu Dimitrie Ştirbey (1799‑1869), prince de Valachie de juin 1849 à octobre 1853 puis d’octobre  (...)
  • 3 George Barbu Ştirbey (1828‑1925), fils du précédent. Après des études à Paris, il entame une carri (...)

20J’ai fait sur le bateau des rencontres assez intéressantes dont je n’ai pas été fâché. Au nombre des passagers se trouve le Prince Stirbey, l’ex‑hospodar (1849‑1856)2, aujourd’hui fixé en France et dont le fils, après avoir été lui‑même un des compétiteurs du Prince, vient d’accepter dans le ministère le portefeuille des Affaires étrangères3. L’ex‑hospodar retourne pour la première fois depuis 10 ans dans le pays qu’il a lui‑même gouverné ; il ne compte, assure‑t‑il, s’occuper que de ses affaires privées. C’est un homme de 72 ou 74 ans dont l’hostilité serait, je crois, peu dangereuse maintenant.

  • 4 George Bibescu/Georges Bibesco (1834‑1902), troisième fils du prince Gheorghe Bibescu (1804‑1873), (...)
  • 5 Gheorghe Bibescu (1804‑1873), frère cadet de Barbu Ştirbey, prince de Valachie de 1842 à 1848.

21Le Prince Stirbey est accompagné du Prince G.4, le fils de l’ancien hospodar, frère et prédécesseur de Stirbey (1843‑1848)5. M. Georges Bibesco revient depuis peu du Mexique où il est resté pendant quatre ans avec le grade de capitaine d’État‑Major. C’est un homme fort bien de sa personne, intelligent, mais beau, trop beau parleur, s’écoutant lui‑même avec une complaisance infinie.

  • 6 Victor Duruy (1811‑1894), historien et géographe, professeur au lycée Henri IV où il a eu pour élè (...)
  • 7 Nicolae Bibescu/Nicolas Bibesco (1832‑1890), deuxième fils du prince Gheorghe Bibescu (donc « aîné (...)
  • 8 Les deux frères, Nicolae et George, ont eu l’ambition de monter sur le trône des Principautés en 1 (...)
  • 9 Erreur de transcription de Picot : il s’agit de Louise Hélène Ney d’Elchingen, fille du maréchal N (...)

22M. Georges Bibesco, dont l’éducation est entièrement française (et qui est, on se le rappelle, élève de M. Duruy6) est déjà venu en Valachie il y a deux mois avec son frère Nicolas7, autre prétendant malheureux au principat8. Le Prince Nicolas était resté dans le pays et aujourd’hui sa femme vient le rejoindre avec ses enfants. Mme la Princesse N. Bibesco (on l’appelle Princesse, ce qui, à la vérité, n’est pas fort constitutionnel) est une demoiselle d’Esslingen9 ; elle se pose en reine sur le bateau, au milieu d’un essaim de femmes de chambre.

23Avec la famille Stirbey‑Bibesco, voyage un certain M. d’Epinay avec qui j’avais d’abord lié connaissance et qui se trouve être l’ami le plus intime de la famille Da Costa par qui j’en avais quelque fois entendu parler.

24L’histoire de ce M. d’Epinay est un roman qui ne pourrait se raconter qu’en dix volumes. C’est un homme au caractère droit et énergique, brusque mais bon, qui a passé sa vie à voyager. Issu d’une famille illustre par sa mère, il a épousé la femme du gouverneur des Indes hollandaises et il a eu la vie la plus agitée du monde, tour à tour pauvre, tour à tour riche à millions. Ce singulier personnage, qui n’est plus jeune, a fini par s’associer à Janssen, le fabricant de meubles. Ami depuis longtemps de la famille Stirbey, il accompagne pour quelques jours le Prince en Valachie pour s’occuper de l’ameublement d’un palais.

25Ce M. d’Epinay, qui seul savait pourquoi j’étais en route, m’a présenté officiellement au Prince Stirbey et au Prince Bibesco avec qui j’ai eu une longue conversation dont la politique était exclue naturellement. J’ai été fort aise de voir tout ce monde et de sonder le terrain qui n’est pas fort solide.

26Le Prince Stirbey père ne va dans ses propriétés que pour quelques jours ; il se hâtera ensuite de retourner à Nice. Quant à ses fils, il veut qu’ils restent dans le Pays. Mais tout ministre qu’est M. Georges St[irbey], il est bon d’être prudent avec lui. Il est rare qu’on soit bien servi par un rival, surtout par un rival vaincu.

  • 10 Nicolas Bibesco est l’auteur de quatre articles sur ce sujet dans les numéros d’avril 1865 (1re et (...)
  • 11 Le Maréchal Jacques Louis Randon, général de l’armée impériale, gouverneur de l’Algérie de 1851 à  (...)
  • 12 Voir lettre 2, n. 2.

27L’aîné des Princes Bibesco, l’officier qui a fait la campagne de Kabylie et qui en a écrit l’histoire dans la Revue [des Deux Mondes]10, afin de trouver une occasion de faire le panégyrique de M. Randon11, son protecteur et son ami, compte rester dans le pays avec sa femme et ses enfants. Je n’affirmerai pas que ce doive être un bien pour les Roumains ; mais on sera sur ses gardes. Le second, le capitaine qui revient du Mexique, doit retourner en France à l’expiration de son congé afin de reprendre son service. C’est l’auteur de l’aimable note insérée par Forcade dans la Revue [des Deux Mondes]12. J’aurais pu lui dire que c’était là son dernier succès et que Mme Buloy avait écrit à M[me] C[ornu] que l’insertion de cette note résultait d’un malentendu et que pareil fait ne se renouvellerait pas à l’avenir. La Revue [des Deux Mondes] insérera tout ce qu’on voudra bien lui envoyer, se réservant seulement de donner aux renseignements qui lui seront adressés la forme qu’il lui plaira.

28Voilà bien du bavardage, chère maman, et je m’oublie trop peut‑être en disant tant de choses. Je ne sais si ma lettre sera intelligible, j’écris avec des outils détestables et au milieu du bruit des causeurs et des joueurs.

29Dans quelques heures, je serai arrivé à Giurgevo. J’espère être à Bucarest ce soir et voir le Prince dès demain matin.

30Avec l’éloquent Prince Bibesco, j’ai fait tous mes efforts pour ne pas rester en arrière de belles phrases. La conversation tombant sur certaines questions économiques, notamment sur les chemins de fer que j’ai assez bien étudiés et dont on a eu l’occasion de parler longuement avec Charles, j’ai pu développer le sujet d’une manière qui l’a étonné lui‑même, ainsi que je m’en suis aperçu et qu’il l’a répété à M. d’Epinay. J’ai été fort content de ce petit succès, non pour l’inutile plaisir de prononcer une espèce de discours, mais parce qu’il est bon de se bien poser dès le début.

 

Bucarest, ce vendredi 14 septembre [18]66

 

31Me voici enfin au terme de mon voyage. Je suis arrivé ici au milieu de la nuit et l’hôtel étant plein (le grand hôtel), je n’ai pu me loger que dans une maison annexée où ma chambre est aussi peu confortable, surtout aussi sale que possible. Ce n’est heureusement qu’une situation provisoire qui ne doit pas durer longtemps.

  • 13 Le palais de Cotroceni, qui à cette époque est encore l’ancien monastère du même nom que le prince (...)

32J’ai vu ce matin même le Prince et lui ai remis les lettres dont j’étais chargé pour lui. Il m’a fort gracieusement accueilli et pour moi j’ai été ravi de son air bon et doux et de sa candeur presque naïve. Je crois que nous ferons bon ménage ensemble ; j’ai du moins tout lieu de l’espérer. Le Prince n’a pas encore de besogne à me confier aujourd’hui, mais il m’a invité à dîner pour ce soir et nous devons ensuite causer longuement ensemble. Il est encore, en ce moment, dans sa résidence d’été aux portes de la ville13, et dans quelques jours seulement il reviendra au Palais. Il n’y a pas de place pour moi à la campagne et l’on doit m’installer immédiatement dans le Palais. Il faudra peut‑être encore attendre deux ou trois jours. Du reste, je n’ai passé que quelques instants ce matin avec le Prince et n’ai pu lui parler que de sa famille. Je pense que toutes les questions matérielles pourront être tranchées ce soir ou demain ; et le Prince veut s’en occuper lui‑même, en l’absence de M. Friedländer, son factotum allemand.

33Je ne puis entrer maintenant dans de plus longs détails et je n’en sais pas plus, chère maman, que je ne t’en dis. Je te tiendrai au courant de tout ce qui va être décidé. Je compte que l’on ne me laissera pas non plus sans nouvelles. Ce matin, j’ai trouvé à la Poste une lettre de Cécile datée du 7, rien de plus. Peut‑être quelque lettre m’attend‑elle au Palais ; j’aime à me bercer de cette illusion.

34Quelques mots encore sur Bucarest et je finis. C’est une ville bien singulière, mais qui n’offre aucun intérêt. Les maisons sont basses et irrégulièrement construites, sans art, comme sans alignement. Cet assemblage de petites bâtisses est, si l’on veut, quelquefois pittoresque, mais ce qui est affreux, ce sont les rues, suites de vallées et de montagnes où l’on est secoué à rendre l’âme. Les routes qui entourent la ville sont assez bonnes, surtout celle de Giurgevo qui est excellente. Tout serait pour le mieux dans les Principautés, s’il y avait un réseau de chemins semblables reliant les villes entre elles.

35Je ne puis répondre aujourd’hui à Cécile, j’espère que tu voudras bien lui donner de mes nouvelles ou peut‑être même lui envoyer cet informe barbouillage. J’espère que dans quelques jours j’aurai d’autre encre que de la boue, d’autres plumes que celle que j’ai entre les doigts et que je pourrai m’acquitter de la correspondance arriérée.

  • 14 Voir lettre 5, n. 1.

36Cécile me demande l’adresse de Mme Cornu. Je ne peux la lui donner aujourd’hui. Mme Cornu m’avait dit qu’elle irait tout droit trouver le Prince de Hohenzollern en Suisse et je comptais lui écrire à Weinburg. On m’a assuré d’autre part à Düsseldorf qu’elle voulait faire en Suisse je ne sais quelle cure. J’espère être fixé demain sur ce point et je lui écrirai aussitôt. En tout cas, elle rentrera à Paris à la fin du mois. Ubicini14 est ici. Je vais tâcher de le trouver et de lui remettre une lettre que Mme Cornu m’a donnée pour lui.

37Adieu, ma chère maman, écris‑moi plus souvent. Les lettres de la famille sont tout mon bonheur. Je t’embrasse mille fois ainsi que papa, Cécile, son mari et les bons Totos et fais toujours mes compliments et amitiés à tout le monde. Ton fils respectueux,

 

Émile.

 

38Je n’ai rien perdu en route, pas même mon parapluie ! Une de mes malles a malheureusement été entamée, je ne sais comment, sans dégât intérieurement et mon chapeau a été tout usé par le frottement continuel contre les parois de la boîte.

39À plus tard le portrait du Prince.

Notes

1 Inversion de Picot : les Carpates sont au nord et la chaîne des Balkans au sud du Danube.

2 Barbu Dimitrie Ştirbey (1799‑1869), prince de Valachie de juin 1849 à octobre 1853 puis d’octobre 1854 à juin 1856. Né Bibescu, il avait été adopté par un oncle, d’où son nom de famille (Ştirbey).

3 George Barbu Ştirbey (1828‑1925), fils du précédent. Après des études à Paris, il entame une carrière administrative et politique dans les Principautés, il est ministre des Affaires étrangères du prince Charles de juillet 1866 à février 1867 après avoir espéré un moment, après la chute de Cuza, monter sur le trône des Principautés. Peu après son mandat de ministre, il quittera Bucarest pour s’installer définitivement à Paris.

4 George Bibescu/Georges Bibesco (1834‑1902), troisième fils du prince Gheorghe Bibescu (1804‑1873), fait des études et une carrière militaires en France, participe à la campagne du Mexique puis à la guerre de 1870‑71 dans l’armée impériale. Il est l’auteur de plusieurs volumes de souvenirs militaires : Campagne de 1870, Belfort, Reims, Sedan ; Au Mexique, 1862. Combats et retraite des Six Mille ; Prisonnier, Coblence 1870‑1871 et sur l’histoire roumaine Histoire d’une frontière. La Roumanie, sur la rive droite du Danube ; Règne de Bibesco.

5 Gheorghe Bibescu (1804‑1873), frère cadet de Barbu Ştirbey, prince de Valachie de 1842 à 1848.

6 Victor Duruy (1811‑1894), historien et géographe, professeur au lycée Henri IV où il a eu pour élève et pensionnaire Georges Bibesco, puis ministre de l’Instruction publique de Napoléon III de juin 1863 à juillet 1869. En 1860 il a effectué un long voyage le long du Rhin et du Danube et revu son ancien élève à Bucarest.

7 Nicolae Bibescu/Nicolas Bibesco (1832‑1890), deuxième fils du prince Gheorghe Bibescu (donc « aîné » de Georges, comme Picot le dénomme plus bas), fait les mêmes études militaires que son frère à Paris (Saint‑Cyr), puis sert également dans l’armée impériale, notamment lors des campagnes d’Italie et d’Algérie, jusqu’en 1861. Après une période d’interruption où on le retrouve à Bucarest, il réintègre l’armée française à l’occasion de la guerre de 1870.

8 Les deux frères, Nicolae et George, ont eu l’ambition de monter sur le trône des Principautés en 1866, mais c’est ensuite surtout George qui est connu pour avoir intrigué en ce sens, en 1870 notamment (Sturdza, 2004, vol. no 1, p. 477‑484).

9 Erreur de transcription de Picot : il s’agit de Louise Hélène Ney d’Elchingen, fille du maréchal Ney, duc d’Elchingen, que Nicolae Bibescu a épousée en 1860.

10 Nicolas Bibesco est l’auteur de quatre articles sur ce sujet dans les numéros d’avril 1865 (1re et 2e quinzaine), décembre 1865 (2e quinzaine) et mars 1866 (1re quinzaine).

11 Le Maréchal Jacques Louis Randon, général de l’armée impériale, gouverneur de l’Algérie de 1851 à 1858, qui mène les différentes campagnes de conquête de la Kabylie. Nicolas Bibesco fut son officier d’ordonnance.

12 Voir lettre 2, n. 2.

13 Le palais de Cotroceni, qui à cette époque est encore l’ancien monastère du même nom que le prince Cuza a transformé en résidence d’été pour lui‑même. À son arrivée, le prince Charles l’utilise de la même façon avant de le faire démolir pour rebâtir un palais destiné aux héritiers du trône, qui est aujourd’hui la résidence officielle du Président roumain.

14 Voir lettre 5, n. 1.