Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

14. [à son père]

C.P.B. (11)

Texte intégral

Vienne, ce dimanche 9 septembre [18]66

 

Mon cher papa,

 

1J’arrive à Vienne et ma première pensée, tu l’imagines, a été pour vous tous. J’espérais faire à la poste une ample récolte de lettres, mais j’ai été déçu dans cette attente. Je n’ai trouvé qu’un mot de maman daté du 3, c’est‑à‑dire déjà assez vieux. Il me tarde bien d’avoir des nouvelles plus récentes. Je suis ici dans un isolement qui me remplit de tristesse. Tandis que j’étais en Italie, j’étais seul, il est vrai, mais là au moins je parlais couramment la langue du pays et pouvais lier conversation avec le premier venu, si l’envie m’en prenait. Il n’en est pas de même ici. Je ne parle pas assez l’allemand pour faire une conversation suivie ; je ne peux que demander les choses nécessaires à la vie et je m’en tire encore mieux même que je ne l’aurais espéré.

2Je suis parti de Düsseldorf vendredi, comptant continuer ma route directement, mais les trains étant encore suspendus en certains endroits, j’ai dû coucher à Darmstadt, ce qui m’a procuré l’occasion de voir une assez jolie ville et ne m’a du reste pas retardé.

3J’ai traversé le théâtre de la guerre, rencontrant sans cesse des convois de troupes prussiennes. Les soldats étaient logés dans les wagons avec chevaux, armes et bagages. Les compagnies voyageaient pour ainsi dire en ordre de bataille, grâce à la remarquable organisation du service. Chaque corps était accompagné de ses fourgons, de ses munitions, de ses vivres, de ses forges : en quelques instants, tout ce monde aurait pu être en ligne.

4En arrivant aux stations, les soldats poussaient de grands cris et, parfois même, entonnaient avec ensemble quelque chant national. Les wagons étaient ornés de fleurs et de feuillage, les mouchoirs et les képis s’agitaient, c’était un véritable retour triomphal.

5Je me suis arrêté une heure et demie à Aschaffenbourg et, tandis que je déjeunais dans la gare, on a apporté un certain nombre de blessés autrichiens et hessois que l’on fait changer d’air. Les uns avaient perdu une jambe, les autres étaient blessés à la tête, d’autres enfin à la poitrine : tous honorablement. C’était un navrant spectacle.

6Les blessés étaient accompagnés d’un médecin et assistés par des sœurs de la Charité et de Saint Vincent de Paul. Le médecin m’a dit qu’il y en avait encore à Aschaffenbourg plus de 150 que leur état ne permettait pas de transporter encore.

7J’ai voulu faire quelque chose pour ces malheureuses victimes de la guerre et, ne pouvant les soulager autrement, je leur ai offert du vin et j’ai trinqué à leur santé.

8La guerre a été courte, mais elle a été bien meurtrière. Au seul combat de Königgrätz et de Sadowa, l’Autriche a eu 20.000 hommes tués ou mortellement blessés et la Prusse peut‑être autant. Il y a encore, m’assure‑t‑on, de 30.000 à 40.000 blessés dans les hôpitaux prussiens.

9D’après les détails que peuvent quelquefois donner les journaux prussiens, il est à peu près établi que les chefs autrichiens trahissaient. Les Prussiens étaient instruits 24 heures à l’avance de tous les mouvements de l’ennemi.

10Mais, si l’on exempte la ruse et la trahison, on peut dire que la Prusse a suivi, jusqu’à un certain point, l’exemple de Napoléon, et l’expérience a prouvé que, pour la guerre, l’exemple est bon à suivre. Ce n’est pas seulement par l’audace du plan de campagne, par la rapidité des opérations, par l’unité des diverses manœuvres, que les Prussiens se sont rapprochés du César moderne, c’est encore, et plus peut‑être, par les moyens d’exécution, surtout par les moyens financiers. Napoléon avait toujours, on le sait, la prévoyance d’amasser, dans les caves des Tuileries, une certaine quantité d’espèces sonnantes qui étaient, à l’occasion, une ressource assurée. La Prusse n’a pas dédaigné cette épargne, naïve peut‑être, mais sage, et l’instant venu, elle a pu sortir de ses caisses quantité de numéraire, d’argent vrai. Aussi voit‑on partout en Prusse de la monnaie absolument neuve, frappée depuis dix ou quinze ans, monnaie qui avait été pieusement amassée en vue de l’avenir et avec laquelle on a pu tenter un coup décisif.

11Il n’est pas, il faut le dire, jusqu’à ces contributions de guerre auxquelles la Prusse a si durement condamné les pays ennemis dont l’exemple n’ait été fourni par les campagnes impériales. C’est là, je l’avoue, un moyen un peu suranné, un peu barbare, mais la guerre elle‑même n’est‑elle pas un reste des temps passés, un reste de barbarie ? C’est grâce à toutes ces ressources que la Prusse peut maintenant rétablir ses finances et qu’elle aura pu, sans contracter d’emprunt, faire une guerre onéreuse, conquérir des lieues de pays et jeter les fondements de l’unité germanique.

12Le malheur est que les Prussiens se moquent un peu de nous. Leur orgueil est sans bornes. Pourtant, ils le sentent bien, la gloire militaire de la Prusse ne sera pas solidement assise tant qu’elle ne pourra inscrire sur ses arcs de triomphe le nom de quelque victoire remportée contre nous. Les Prussiens conviennent eux‑mêmes avec une certaine naïveté (c’est là une qualité rare chez eux) que la première rencontre pourrait ne leur être pas favorable ; mais, ajoutent‑ils, l’armée française ne connaît que l’offensive (elle peut en être fière) et un seul revers suffirait pour abattre le courage des soldats et déconcerter les chefs.

13Voilà ce que l’on disait en Prusse, mais maintenant je n’y suis plus, je suis passé à l’ennemi et je vais entendre bien d’autres discours.

14À partir d’Aschaffenbourg, le service n’est pas changé et l’on peut arriver sans embarras jusqu’à Vienne. On traverse toute la Bavière et l’on passe sur une ligne nouvellement ouverte entre Wurtzbourg et Nuremberg qui évite le détour assez long qu’il fallait faire autrefois, soit en remontant jusqu’à Bamberg, soit en descendant jusqu’à Nordlingen.

15Nous étions à Nuremberg au coucher du soleil et c’était un magnifique spectacle que de voir la silhouette des clochers et des tours gothiques se détacher sur un horizon de feu. La scène était encadrée de verdure et le brouillard qui commençait à s’élever produisait des perspectives lointaines.

16Nous sommes arrivés à Passau à 5 h½ [?] du matin. C’est là que se fait l’inspection des bagages par la douane autrichienne. Je ne puis que faire l’éloge de l’humanité des employés chargés de ce soin. J’ai ouvert une seule malle et l’on a laissé le tout passer sans qu’il fût même question des livres, pour lesquels j’étais fort inquiet.

17À Linz, le jour a paru et bientôt, le soleil se levant, on a pu distinguer les sommets découpés des montagnes de la Styrie. À 9 h½, nous étions à Vienne. Je suis contraint de m’arrêter là, cher père, et de remettre à plus tard quelques détails sur Vienne. Les Prussiens m’ont pris bien inutilement toute la place. Je pars demain soir (lundi) pour Basiasch. Je n’écrirai plus que de Bucarest.

18Je t’embrasse mille fois ainsi que maman (qui sera sans doute à Paris au reçu de ma lettre) et suis toujours ton fils respectueux,

 

Émile Picot

 

19Je demande, je supplie qu’on me donne souvent des nouvelles. J’embrasse tendrement Cécile, son mari et ses enfants.

20Mes bagages sont arrivés en assez bon état, la vieille malle anglaise seule est un peu endommagée, mais elle ira tout de même jusqu’au bout.