Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

13. [à Ernest Desjardins]

C.P.B. (10)

Texte intégral

Darmstadt, ce samedi 8 septembre [18]66

 

Mon cher beau-frère,

 

1Je ne veux point vous laisser plus longtemps sans nouvelles, aussi ne fais‑je aucune difficulté de vous écrire au crayon, faute de mieux, c’est‑à‑dire d’encre.

2Je vous ai raconté mon voyage à Düsseldorf, j’ai dû vous dire que la Princesse m’avait très bien reçu, m’avait même invité à dîner. J’ai été obligé d’attendre à Düsseldorf la dépêche que le chargé d’affaires devait me remettre pour le Prince, ce qui m’a retardé d’un bateau pour Giurgevo.

  • 1  Ligne de chemin de fer des régions de Hesse et de Poméranie exploitée par la compagnie privée Hess (...)

3J’ai pu quitter Düsseldorf hier, emportant un assez gros paquet de lettres qui contiennent d’assez bonnes nouvelles. La Porte paraît enfin disposée à reconnaître le Prince Charles. À Cologne, j’ai pris un billet direct pour Vienne et je croyais y arriver directement, mais je comptais sans la guerre, ou plutôt sans la paix, puisque tous les soldats reviennent. Les chemins de fer sont constamment employés au transport des troupes et le voyageur vulgaire est obligé de céder le terrain devant les fusils à aiguille. Depuis le 3 septembre, une partie des trains civils est donc supprimée sur le chemin de Louis de Hesse1, en sorte qu’il m’a fallu coucher à Darmstadt.

4Je vais continuer ma route par Aschaffenbourg, Wurtzbourg, Nuremberg, Ratisbonne, Passau, Linz. Je ne puis dire malheureusement quand j’arriverai à Vienne et me voici une fois de plus retardé avant d’avoir de vos nouvelles. J’espère y arriver lundi au plus tard et j’en repartirai mardi pour Basiasch.

5Je viens de visiter Darmstadt qui est une assez jolie ville, avec deux beaux palais, une grande église dont la voûte reproduit celle du Panthéon de Rome et une vaste place dont le centre est occupé par une colonne de granit rouge élevée à un prince Louis – quelconque – disons le Grand.

6Partout des casques, des sabres et des fusils (à aiguille). J’ai vu ce matin l’exercice et je dois dire que tous les rapports que j’avais entendu faire sur la manœuvre prussienne sont au dessous de la vérité. Comment l’homme peut‑il ainsi se transformer en machine ?

7Je voudrais bien vous parler de vos conférences et je suis bien impatient d’en avoir des nouvelles.

8Embrassez mille fois, je vous en prie, ma chère sœur et les adorables Totos ; présentez mes hommages respectueux à ma tante et à Mme Joly et faites mes meilleures amitiés au reste de la famille. Croyez au sincère attachement et à l’inaltérable dévouement de votre beau‑frère et ami,

 

Émile Picot

 

9J’écris ceci dans la salle d’attente du chemin de fer, ce qui, je l’espère, me servira d’excuse.

10À Düsseldorf, j’ai fait mettre un crêpe à mon chapeau pour être tout à fait en deuil à mon arrivée à Bucarest.

11Je vous envoie de beaux timbres pour collection.

12J’ai écrit hier à Paris. J’ignore absolument où est maman.

Notes

1  Ligne de chemin de fer des régions de Hesse et de Poméranie exploitée par la compagnie privée Hessische Ludwigsbahn, nommée en l’honneur du Grand-duc Louis II de Hesse-Darmstadt.