Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

12. [à son père]

C.P.B. (9)

Texte intégral

Düsseldorf, ce 7 septembre 1866

 

Mon cher Papa,

 

1Toute la famille me croit bien certainement à Vienne, tandis que je suis toujours ici à attendre la maudite lettre de M. Balatchano. Hier encore, dans mon impatience, je lui ai envoyé un télégramme et il m’a répondu que les dépêches étaient retardées pour cause de service et qu’elles partiraient le soir. J’attends donc le paquet aujourd’hui pour me mettre en route pour Vienne.

2Je comptais prendre le bateau dimanche à Basiasch pour Giurgevo, mais cela est désormais impossible. Fort heureusement, le Prince a été averti de ce contretemps par une dépêche qu’on lui a envoyée du château hier matin. Je ne pourrai être à Bucarest que jeudi au plus tôt.

3Je passerai le temps bien tristement, pensant toujours à vous tous et bien désolé de rester sans nouvelles. J’espère faire une ample récolte de lettres à Vienne, et c’est là ce qui me presse le plus d’y arriver.

4J’ignore absolument si maman est encore à Mulhouse ; elle en est sans doute partie maintenant, en sorte que, ne sachant où lui adresser mes lettres, je ne puis lui écrire.

5Ici, j’ai parcouru dans tous les sens la ville qui est très agréable et surtout d’une exquise propreté, j’ai visité diverses expositions de tableaux peints par les artistes du pays, enfin j’ai surtout vu chaque jour M. de Werner, le secrétaire du Prince de Hohenzollern, revenu depuis peu de Bucarest où il avait accompagné le Prince Charles.

6Hier, le temps a été un peu meilleur et, pour me distraire, je suis retourné à Cologne. J’ai visité rapidement la ville et je suis allé jusqu’au jardin zoologique, un des plus beaux de l’Europe. Cet établissement plus grand que notre jardin d’acclimatation renferme toute espèce d’animaux fort bien installés. L’aménagement des bêtes exposées est, je crois, supérieur à ce que j’ai vu jusqu’ici et, chose rare, il y a partout une extrême propreté.

7Je suis revenu de Cologne par le bateau à vapeur. C’est une promenade assez agréable qui dure trois heures. Cependant, à partir de Cologne, les bords du Rhin sont plats et ne ressemblent malheureusement plus à ce qu’ils sont jusque‑là. Il est fâcheux que je n’aie pu faire en bateau le trajet de Mayence à Cologne. Du chemin de fer, on voit assez bien le pays, mais trop vite pour qu’on puisse tout apercevoir.

8La ville de Düsseldorf est toute pavoisée de drapeaux prussiens et même autrichiens en l’honneur de la paix et pour célébrer l’heureux retour des troupes. Hier et avant‑hier, il est arrivé beaucoup de soldats de diverses armes ; jusque‑là il y avait à peine vingt hommes dans la ville ; les casernes et les postes étaient absolument abandonnés.

9C’est grâce à l’attitude pacifique de la France que la Prusse a pu dégarnir de la sorte ses frontières rhénanes. Il suffisait de réunir un corps d’armée à Nancy ou à Strasbourg pour que Bismarck, dans la crainte de tout perdre, se hâtât de céder ce qu’on aurait voulu. Mais la chose est faite (ou plutôt n’est pas faite) et il est bien à craindre que l’occasion ne se retrouve pas.

  • 1 Le marquis Léonel de Moustier venait de remplacer Édouard Drouyn de Lhuys le 1er septembre après a (...)
  • 2 George Bibescu (1834‑1902) ou Nicolae Bibescu (1832‑1890), tous deux fils de Gheorghe Bibescu (180 (...)
  • 3 Alexandru Ioan Cuza (1820‑1873), élu prince par les assemblées de Valachie et de Moldavie en 1859, (...)
  • 4 Sans pouvoir vérifier ces « racontars » de Mme Cornu, divers témoignages convergent sur les fâcheu (...)

10Les politiques paraissent vouloir agiter de nouveau la question d’Orient ; je pense être bientôt à même de l’étudier de près. Le nouveau ministre des Affaires étrangères1 soutenait, je crois, Bibesco2 dans les principautés, mais ce n’est pas une raison pour qu’il ne soit pas favorable au Prince Charles. Il changera peut‑être encore une fois d’opinion. À Constantinople, il vivait (à ce que Mme Cornu m’a raconté), avec une ancienne modiste, une certaine dame Bernard, à qui Couza3 faisait autrefois une pension de 10.000 fr. par mois. Il est vrai que M. de M[oustier] avait obtenu de la Porte la reconnaissance de Couza ; mais puisqu’il a été assez habile pour arracher cette concession au grand vizir, ne peut‑on pas espérer que cette fois encore, mais pour d’autres motifs4, je l’espère, il saura retourner le grand Turc.

11Je me lance, comme tu le vois, dans les mystères de la politique, mais pour le moment j’attends avec une bien vive impatience le courrier qui m’apportera peut‑être la lettre de Paris et me permettra d’avoir après‑demain de vos nouvelles.

12Si je pars ce soir, j’arriverai dimanche matin à Vienne ; j’en repartirai, en tout cas, mardi pour Basiasch.

13Adieu, mon cher père, donne‑moi, je t’en prie, de tes nouvelles à Vienne ; je pourrai avoir lundi une lettre de toi, si tu me réponds immédiatement. Quant à maman, j’espère que tu voudras bien lui envoyer ma lettre ou, tout au moins, lui dire que tu l’as reçue. J’ai écrit avant‑hier à Cécile.

14Je t’embrasse mille fois ainsi que toute la famille et suis toujours ton fils respectueux

 

Émile Picot

 

15Mille amitiés à Eugène et à tous les amis que tu pourras voir. Si tu as occasion de voir Grandmont, dis‑lui que Mme Cornu m’a promis de s’occuper de lui, mais avec Moustiers [sic], quand le pourra‑t‑elle ?

Notes

1 Le marquis Léonel de Moustier venait de remplacer Édouard Drouyn de Lhuys le 1er septembre après avoir été ambassadeur à Constantinople pendant deux ans.

2 George Bibescu (1834‑1902) ou Nicolae Bibescu (1832‑1890), tous deux fils de Gheorghe Bibescu (1804‑1873) qui a régné sur la Valachie de 1842 à 1848. Les deux frères ont eu l’ambition de régner à leur tour.

3 Alexandru Ioan Cuza (1820‑1873), élu prince par les assemblées de Valachie et de Moldavie en 1859, réalisant de fait l’union des deux Principautés, reconnue par la Porte en 1861, et renversé le 11/23 février 1866 par la « monstrueuse coalition » (voir Introduction).

4 Sans pouvoir vérifier ces « racontars » de Mme Cornu, divers témoignages convergent sur les fâcheuses habitudes qu’avait Moustier de quitter son ministère de manière intempestive pour rejoindre une maîtresse et d’être, suite à ses absences, trop souvent en retard dans ses tâches urgentes, ce qui occasionne des plaintes de diplomates et contribuera à le marginaliser à la fin de son mandat (Bruley, 2012, p. 308‑310).