Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

11. [à Jules Badin1]

C.P.B. (8)

Texte intégral

  • 1 Jules Badin (1843‑1919), ami d’Émile Picot, plus tard peintre et directeur des manufactures des Go (...)

Düsseldorf, ce 5 septembre 1866

 

Mon cher Jules,

 

1Peut‑être auras‑tu déjà appris la grave résolution que je viens de prendre, résolution qui, pour un an au moins, m’entraîne loin de ma famille et de mes amis. Je ne suis pas parti à la recherche d’un nouveau monde, mais je vais un peu à la découverte d’un pays trop peu connu et que, pour ma faible part, je tâcherai d’ouvrir au progrès moderne. Un mot d’explication.

2J’avais, tu le sais, quitté Paris avec ma mère pour faire un petit tour en Suisse ; j’avais déjà visité Bade et Strasbourg et j’étais tranquillement à Mulhouse, chez un de mes cousins, lorsque l’affaire s’est arrangée.

3Il y a deux mois environ, il avait été question de me nommer secrétaire du Prince Charles (de Hohenzollern), récemment élu hospodar de Roumanie, mais du jour au lendemain, le projet avait paru manqué et dès lors nul n’en avait plus parlé. L’affaire s’est trouvée faite tout à coup et j’ai sur le champ regagné Paris pour faire mes préparatifs. Je me suis remis en route jeudi soir ; j’ai passé à Mulhouse avec maman la journée de vendredi et je me rends à Bucarest, à mon poste. Je suis venu jusqu’à Düsseldorf pour présenter mes devoirs à la famille du Prince et prendre ses commissions. Cette petite excursion m’a procuré l’occasion de faire plus ample connaissance avec les bords du Rhin dont je suis encore tout ravi. J’ai pu visiter, au moins en passant, Mayence, Bingen, Coblence, Cologne, etc. Quel beau pays et quel dommage de ne pouvoir y consacrer plus de temps et surtout d’être seul à voir tout cela ! Que n’es‑tu avec moi ? Nous braverions le temps qui est exécrable et nous passerions de bons souvenirs ensemble.

4La cathédrale de Cologne est sans doute bien belle, mais c’est, selon moi, une aberration que de vouloir même la comparer à celle de Strasbourg. Ce qui est beau ici, outre l’aspect riant et toujours varié du pays, ce sont les villes hérissées de vieilles tours et d’antiques clochers, ces murailles crénelées, ces maisons restes du Moyen‑Âge, sans parler de ces mille châteaux qui se dressent de toutes parts sur les hauteurs qui bordent le fleuve.

5Düsseldorf est une ville bien agréable, tranquille – cela va sans dire – et d’une propreté presque idéale. On conçoit sans peine que les artistes se retirent ici et que dans ce profond recueillement, leurs idées se reportent à l’aise vers cette rêverie, ce mysticisme si cher aux Allemands. Une grande partie de la ville est occupée par des jardins entrecoupés de rivières naturelles ou factices, des bosquets et des gazons qui se prolongent indéfiniment depuis les bords du Rhin. J’ai visité diverses galeries où sont exposées les œuvres des artistes de la ville destinées pour la plupart à être vendues (les tableaux, non les hommes).

6Je n’ai certes pas la prétention d’être connaisseur en peinture (ce serait là une ambition ridicule), mais j’ai trouvé, à mon sens, beaucoup de charme, souvent même beaucoup de talent, dans quelques uns des tableaux que j’ai vus, sans parler pour cela des œuvres d’André et d’Oswald Achenbach et d’autres dont les noms sont bien connus. Il y a généralement une certaine étude de sujet, un sentiment vrai (toutes les fois qu’il ne vise pas à être trop spirituel), enfin de sérieux efforts et un amour sincère et désintéressé de l’art. Ce n’est pas à dire que la réunion de ces qualités puisse former des œuvres parfaites, les Allemands, il faut le reconnaître, font presque toujours des compositions froides ; ils ne sont pas élevés à la grande école de la couleur et leurs compositions pêchent le plus souvent par trop de sécheresse et de dureté.

7Mais je m’oublie, mon cher ami, et je vais tout à l’heure te donner, à toi, des leçons de peinture, sans doute pour suppléer M. Taine. Je dois au moins te dire ce que j’ai fait ici et ce que je compte faire plus tard.

8Le Prince de Hohenzollern (je devrais dire Son Altesse Royale) était absent, mais la Princesse, malgré son grand deuil, a bien voulu me recevoir. J’ai rencontré ici le ministre de la Guerre de Bucarest et tous deux, nous avons été invités à dîner au château en grande cérémonie. La Princesse m’a fort bien reçu et m’a chargé d’une lettre pour son fils. Je serais parti dès hier si je n’attendais une maudite lettre du chargé d’affaires à Paris, lettre qui n’arrive pas. Je vais passer par Munich et par Vienne. Je ne pourrai guère, par malheur, m’arrêter plus d’un jour dans la capitale de l’Autriche. De là, je prends le chemin de fer jusqu’à Basiasch, j’arrive par bateau à Giurgevo et, de là, à Bucarest en diligence. Et vogue la galère !

9Je suis pourtant assez triste, je t’assure, de m’expatrier pour si longtemps. Je ne me suis engagé que pour un an. À l’expiration de ce délai, je reviendrai sans doute en France, soit seulement pour voir ma famille et mes amis, soit pour entrer dans quelque administration française ou rester au barreau.

10En attendant, je te fais mes plus sincères amitiés et te prie de présenter à ton père mes compliments respectueux.

11À toi, de cœur

 

Émile Picot

 

12On me donne pour cette année un traitement de 5.000 fr. outre la table et le logement.

13Si tu as l’occasion de voir quelqu’un de ma famille, tu donneras de mes nouvelles.

14Écris‑moi : M. E. Picot
Secrétaire de S.A.Sime le Prince Régnant
à Bucarest – Valachie

Notes

1 Jules Badin (1843‑1919), ami d’Émile Picot, plus tard peintre et directeur des manufactures des Gobelins et de Beauvais.