Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

8. [à son père]

C.P.B. (5)

Texte intégral

Kreuznach, ce 2 septembre [18]66

 

Mon cher papa,

 

1J’ai été bien triste jeudi soir en te quittant, en quittant Cécile et la séparation a été bien douloureuse lorsque j’ai dit adieu à maman. J’ai laissé cette pauvre mère tout en larmes, mais j’espère que les bons soins de Charles et de sa femme et surtout quelques jours de Suisse la consoleront un peu.

2Je suis arrivé dès hier soir et j’ai aussitôt vu Mme Cornu. Elle m’a conseillé d’avoir pour Bukarest un passeport diplomatique qui me sera une utile recommandation pour le Consul. Je viens te prier de vouloir bien remettre à M. Ph. Laroche, ami de Mme Cornu, la lettre ci‑jointe adressée à M. Faugère. Le passeport devra être envoyé à Mulhouse où je suis censé me trouver encore et d’où maman ou Charles me le fera parvenir directement à Bukarest.

3Je suis si pressé en ce moment que je ne puis malheureusement te donner aucun détail. Je remets à un autre jour une lettre plus longue et j’ai à peine le temps de te prier de recevoir les embrassements de ton fils respectueux.

 

Émile Picot

 

4Je coucherai ce soir à Mayence et verrai, sans doute, le prince demain à Düsseldorf.

5Sois assez bon pour remettre à M. Delaroche [sic] la lettre ci‑incluse, soit le matin chez lui, rue du Bac, soit dans la journée au Ministère. Si par hasard il n’était pas à Paris – car c’est dans cette hypothèque [sic] que je te prie de te charger de cette commission, il faudrait adresser directement la lettre à M. Faugère, après l’avoir extraite du paquet.