Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

3. [à Cécile Desjardins]

C.P.B. (2)

Texte intégral

Paris, ce 28 août 1866

 

Ma très chère sœur,

 

1J’étais bien loin de m’attendre, je t’assure, à la nouvelle que le télégraphe nous a apportée hier matin. Nous sommes demeurés quelque temps interdits, maman et moi, mais il a fallu prendre un parti et, comme je m’étais engagé d’avance, l’hésitation n’a pu être longue. Il est pourtant triste de se quitter pour si longtemps et ce qui me fait le plus de peine, c’est d’être obligé de partir sans pouvoir embrasser une dernière fois toi, ton mari et tes chers petits enfants que j’aime tant. Peut‑être cette brusque séparation, cet adieu ainsi donné à distance vaut‑il mieux qu’une scène plus vive et plus désolée. Quoi qu’il en soit, j’ai le cœur gros en pensant à me mettre en route et je ne me console qu’en songeant au retour et à une correspondance fréquente.

2Notre voyage, à maman et à moi, avait commencé de la plus heureuse façon du monde. Maman avait supporté sans fatigue la nuit passée en chemin de fer et la promenade à Bade du lendemain.

3Nous avons été ravis de ce beau pays dont les descriptions ne sont pas mensongères. Rien n’est plus admirable que la vue dont on jouit du sommet du vieux château. On voit le Rhin dans une étendue de plus de 20 lieues.

4Je n’ai rien à dire, tu le penses, sur la vertigineuse cathédrale de Strasbourg dont l’effet ne me paraît comparable qu’au spectacle du Dôme de Milan.

  • 1 Cousin d’Émile habitant Mulhouse, à qui il rendait visite lorsque la nouvelle de sa nomination à B (...)

5Charles1 nous a fort bien accueillis et considère lui aussi mon départ comme une chose très avantageuse.

6Je me suis mis en route hier soir, laissant maman à Mulhouse, afin de lui épargner les émotions et les fatigues d’un si rapide voyage. Je vais repasser par Mulhouse en m’en allant, puis je gagnerai Creuznach, désirant vivement voir Mme Cornu elle‑même. Je compte lui envoyer tout à l’heure une dépêche pour lui faire savoir que j’accepte. Je lui écrirai, si je puis, pour le départ de ce soir ; mais je suis littéralement abasourdi par tout ce qu’il me faut faire : me munir d’habits et de chaussures ; voir les envoyés roumains ; obtenir un passeport du ministère ; dire adieu à tous ceux que je pourrai voir et écrire aux autres. Je ne sais comment suffire à tout et pourtant je voudrais bien me mettre en route demain soir pour Mulhouse. Je passerai par Mâcon, puis j’irai directement de Genève à Bâle, ce qui utilisera mon billet en partie et me rallongera à peine de quelques heures.

7Excuse‑moi, ma très chère sœur, si je t’envoie ces notes incohérentes. Je suis tellement pressé que je ne sais où me tourner. Ce n’est pas encore un adieu définitif que je te dis et pourtant je t’embrasse mille fois toi, ton mari et tes enfants et je voudrais vous faire sentir combien je vous aime.

8Ton frère et ton ami dévoué pour la vie.

 

Émile Picot

 

9Hommages respectueux à ces dames, à qui tu voudras bien transmettre mes adieux. Rien de nouveau pour la commission. Je viens d’écrire à M. Renier ainsi qu’il me l’avait fait promettre.

10Je compte écrire à Maman, à Mme Cornu, à M. Bonnefont, à Théodore, à James, à Jules, à Bertrand, à F...., à Benoît, etc… sans parler de Mme J…, de M. M… et de toutes les personnes que je veux voir.

Notes

1 Cousin d’Émile habitant Mulhouse, à qui il rendait visite lorsque la nouvelle de sa nomination à Bucarest lui est parvenue.