Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

2. [d’Hortense Cornu à Ernest Desjardins]

H.C. (1)

Texte intégral

  • 1 Bad Kreuznach, ville thermale allemande, en Rhénanie.

Creuznach1, 25 août [18]66.
chez frères Schnabel.

 

Mon cher Monsieur Desjardins,

 

1Le Prince de Roumanie m’écrit : « Envoyez-moi M. le Secrétaire, j’en ai bien besoin, le Secrétaire allemand ne peut pas m’être utile en français, celui que vous me proposez pourrait aussi travailler aux affaires étrangères. »
Les conditions sont : engagement d’un an, faculté de rester plus longtemps ; comme le trésor roumain est en détresse, que le Prince abandonne la moitié de sa liste civile, la première année 5 000 frs, logé et nourri, la seconde 6 000, le voyage payé, ou plutôt remboursé, car je ne crois pas qu’il y ait des fonds à Paris.

  • 2 Allusion à la « Chronique de la quinzaine » du numéro du 14 juillet 1866 de cette revue qui évoque (...)

2En dépit de la Revue des Deux-Mondes2, le Prince réussit très bien en Roumanie et dès que les affaires seront arrangées avec la Porte tout marchera très bien. J’ai un grand désir que M. Émile accepte. Je crois qu’il sera avantageux pour lui de voir de près les affaires gouvernementales et mon cher Prince tirerait avantage et profit de la société de votre beau‑frère.

  • 3 Dumitru Brătianu (1818‑1892), comme son frère Ion Brătianu, a fait partie des meneurs de la révolu (...)
  • 4 Ion Bălăceanu (1825‑1914), après des études de droit en France et une participation aux événements (...)

3Envoyez M. Émile voir à l’hôtel de Bade, boulevard des Italiens, un envoyé officieux du Prince, M. Demetriu Bratiano3, vice‑président de la Chambre roumaine (ne pas confondre avec Jean Bratiano), il est à Paris en mission. Il est venu ici avant‑hier m’apporter la lettre du Prince, je lui ai dit que M. Émile irait le voir. S’il se décide (votre frère) pour le oui, avant de partir il fera bien d’aller chez l’envoyé officiel M. de Balatchano4, 10 Boul. Malesherbes, prendre ses dépêches. Et s’il pouvait passer par ici en partant je lui donnerais une lettre et nous causerions ; ce serait un petit détour de peu d’heures, et même de très peu. Écrivez‑moi toujours de suite, dites‑moi vos résolutions et comment se porte toute la famille.

4À vous de vieille amitié

 

Hortense Cornu

Notes

1 Bad Kreuznach, ville thermale allemande, en Rhénanie.

2 Allusion à la « Chronique de la quinzaine » du numéro du 14 juillet 1866 de cette revue qui évoque, entre autres questions d’actualité, la question roumaine. L’article, signé E. Forcade, fait un tableau négatif et critique du début de règne du jeune prince Charles, marqué par des désordres et des dépenses excessives qui le discréditent. « L’autorité nouvelle n’a pas su éviter les excès de pouvoir […] et nulle part elle n’a su se faire respecter et obéir » (Forcade, juillet 1866).

3 Dumitru Brătianu (1818‑1892), comme son frère Ion Brătianu, a fait partie des meneurs de la révolution valaque de juin 1848, avant de s’engager dans une longue carrière politique au sein du parti libéral. En août‑septembre 1866, il est envoyé à Paris par le prince Charles afin d’obtenir de Napoléon III son appui dans les négociations avec l’Empire ottoman pour la reconnaissance du jeune souverain monté sur le trône des Principautés.

4 Ion Bălăceanu (1825‑1914), après des études de droit en France et une participation aux événements de 1848, est envoyé comme agent diplomatique des Principautés Unies à Paris juste après le renversement du prince Cuza, en février 1866, où sa première mission, officieuse, consiste en démarches pour trouver un successeur à Cuza (voir Introduction). Officialisé dans son rôle d’agent diplomatique roumain à Paris après la reconnaissance du prince Charles par les Ottomans, il y reste jusqu’en mai 1867, en deux mandats différents. Il sera plus tard ministre des Affaires étrangères en 1876 et occupera plusieurs postes d’agent diplomatique à Vienne, Rome, Londres, Constantinople.