Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

1. [à Cécile Desjardins]

C.P.B. (1)

Texte intégral

Paris, ce 24 août 1866

 

Ma chère sœur,

 

  • 1 Comme l’indiquent les lettres no 3 et 11, Émile Picot est à cette date sur le départ pour effectue (...)

1Je te remercie bien de ta bonne lettre de ce matin. Nous avons été bien heureux, maman et moi, d’avoir encore une fois de tes nouvelles avant notre départ1. Pour moi, je te suis, je t’assure, profondément reconnaissant de l’affection si vive dont tu ne cesses de me donner les plus touchantes marques. J’ai accepté, tu le sais, l’offre que tu as bien voulu me faire des 500 fr., mais tu dois te rappeler à quelle condition. J’ai quelquefois les oreilles un peu dures et il en est une surtout dont je n’entends pas du tout et c’est à cette oreille‑là que se sont adressées tes aimables paroles. Je te rendrai cet argent dès que je le pourrai et j’espère, s’il plaît à Dieu, le pouvoir bientôt. Je suis du reste bien assuré que tu ne m’intenteras jamais de poursuites. Ce que je voudrais surtout pouvoir te rendre, ce sont des preuves efficaces de mon inaltérable amitié.

2Maman va beaucoup mieux aujourd’hui, elle est même tout à fait bien et notre départ est décidément fixé à ce soir. Nous pensions arriver à Mulhouse dimanche pour dîner, mais le train de la journée est si long, le temps que nous pourrions passer à Strasbourg serait si court que nous ne serons peut‑être à Mulhouse que le lundi 27 dans la matinée. J’irai, en tout cas, voir dimanche matin à la poste de Strasbourg et je serais bien ravi d’y trouver un mot de toi.

  • 2 Bartolomeo Borghesi, archéologue italien, créateur de la numismatique et de l’épigraphie historiqu (...)
  • 3 Schede (italien) : fiches.
  • 4 Léon Renier (1809‑1885), épigraphiste et archéologue, spécialiste des inscriptions romaines, dont (...)
  • 5 Theodor Mommsen (1817‑1903), historien allemand, à l’époque le plus grand spécialiste de l’Antiqui (...)

3J’ai mis à jour les affaires de la commission Borghesi2. J’ai reçu de Berlin un gros paquet de schede3, avec la copie, paquet qui restera à la maison jusqu’au retour de M. Renier4. Cet envoi ne contient malheureusement aucune lettre, ni surtout la note de M. Mommsen5. Les schede ont été directement remises à l’ambassade par le copiste de Berlin. Il est probable que le grand historien (qui est encore le grand épigraphiste, le grand numismate, le grand jurisconsulte et aussi l’homme désagréable que tu connais) ne veut plus correspondre avec des Français. Tant pis pour lui. Les Français ont peut‑être encore quelque chose à lui apprendre.

  • 6 Giulio Minervini (1819‑1891), archéologue italien.

4M. de Rossi et M. Minervini6 ont retourné leurs placards. Ce dernier demande quelques livraisons anciennes des comptes rendus, livraisons qui, par une fâcheuse rencontre, n’étaient déjà plus complètes dans l’endroit que tu sais. Je viens de lui écrire quelques lignes pour l’exhorter à la patience.

5J’ai payé tout à l’heure 123 fr. pour la résiliation de l’assurance des chevaux et de la voiture, le garçon de bureau doit revenir au commencement d’octobre pour faire signer l’avenant à ton mari.

6Maman a dû t’annoncer hier l’arrivée de la plaque de Tunis que nous avons reçue trop tard pour qu’il fût possible de la joindre à notre envoi. Je puis, du reste, vous dire qu’elle est assez gauchement exécutée, que les diamants y font totalement défaut. L’effet sera pourtant splendide sur un habit noir.

7Je joins à cette lettre : une lettre d’Armengaud, qui accompagnait son portrait, lequel figure dès maintenant dans l’album ; une lettre d’Hussein mise à la poste à Paris même avec une fausse adresse, ce qui l’a beaucoup retardée.

  • 7 Jules Marcou (1824‑1898), géologue, auteur notamment de l’article « Sur divers armes, outils et tr (...)

8Tels sont, avec une Note de M. Marcou sur l’homme américain7, les divers paquets qui nous sont parvenus à votre adresse. Vous serez maintenant quelque temps, sans doute, avant d’être aussi bien instruits de ce qui se fait ici, mais il est à croire, du reste, qu’il ne s’y fera rien.

  • 8 Sans doute Octave Feuillet (1821‑1890), écrivain à succès qui eut les faveurs de la Cour et notamm (...)

9Nous sommes très aises d’apprendre le bel accueil que vous a fait Cordier et nous désirons vivement être tenus au fait des conférences dont le succès nous paraît assuré. Je persiste pourtant à croire que Feuillet8 était un meilleur sujet pour commencer.

  • 9 Respectivement Paul et Louise Desjardins, les neveux d’Émile, enfants de Cécile et Ernest Desjardi (...)

10En nous mettant en route, nous envoyons mille baisers à toi et à tes chers petits enfants que nous aimons tant. Papa se joint à nous pour faire à toi et à ton mari ses meilleures amitiés sans oublier non plus Toto et Loulou9.

11Présente, je t’en prie, nos compliments respectueux à ta belle‑mère et à Mme Joly et fais bien mes remerciements, en particulier à Mme Fournier. Donne‑lui, pour la récompenser, un peu de B., mais pas trop ! Crois à l’entier dévouement de ton frère qui t’aime toujours.

 

Émile Picot

 

  • 10 Voir note précédente.

12Demande aux bons Bibiquets10 ce qu’ils veulent que nous leur rapportions. Je suis sûr que de leur côté ils songent déjà à nous choisir de jolis coquillages.

Notes

1 Comme l’indiquent les lettres no 3 et 11, Émile Picot est à cette date sur le départ pour effectuer un court voyage avec sa mère vers la Suisse, en passant par l’Alsace et le pays de Bade. Il continue de s’occuper du courrier et d’assurer le secrétariat pour son beau‑frère Ernest Desjardins, absent de Paris.

2 Bartolomeo Borghesi, archéologue italien, créateur de la numismatique et de l’épigraphie historiques, comptait parmi les maîtres du cercle de savants regroupés autour d’Hortense Cornu et de Napoléon III. À sa mort, le 16 avril 1860, l’empereur constitue une commission chargée de préparer la publication de ses manuscrits, qu’il fait réaliser à ses frais. Cette commission est composée de Léon Renier (voir note 4), J.‑B. Rossi, A. Noël des Vergers et Ernest Desjardins qui en est le secrétaire. En juin 1860, lors de la première mission de cette commission en Italie, Desjardins avait emmené le jeune Émile comme secrétaire pour le seconder et celui‑ci a continué à l’aider à cette tâche de longue haleine les années suivantes.

3 Schede (italien) : fiches.

4 Léon Renier (1809‑1885), épigraphiste et archéologue, spécialiste des inscriptions romaines, dont Picot fut l’élève. Il est entre autres l’auteur d’une étude sur les inscriptions de Troesmis, ancienne ville romaine du bas Danube, aujourd’hui Igliţa en Roumanie (Inscriptions de Troesmis dans la Mésie inférieure, 1864‑1865), qui fut l’occasion d’une controverse avec Theodor Mommsen.

5 Theodor Mommsen (1817‑1903), historien allemand, à l’époque le plus grand spécialiste de l’Antiquité. Il fait partie, indirectement, du cercle de savants réunis par Hortense Cornu autour de Napoléon III. Celui‑ci, qui préparait son Histoire de Jules César (1865), a rencontré l’éminent savant en 1863.

6 Giulio Minervini (1819‑1891), archéologue italien.

7 Jules Marcou (1824‑1898), géologue, auteur notamment de l’article « Sur divers armes, outils et traces de l’homme américain », extrait du Bulletin de la Société géologique de France, t. XXVII, février 1866, p. 374‑377.

8 Sans doute Octave Feuillet (1821‑1890), écrivain à succès qui eut les faveurs de la Cour et notamment de l’impératrice Eugénie. Ernest Desjardins faisait régulièrement des conférences aux sujets variés.

9 Respectivement Paul et Louise Desjardins, les neveux d’Émile, enfants de Cécile et Ernest Desjardins. Paul Desjardins sera, à partir de 1910, le fondateur et l’animateur des Décades de Pontigny, rencontres internationales d’intellectuels attachés à la liberté de penser.

10 Voir note précédente.