Version classiqueVersion mobile

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

Que traduit-on quand on traduit ?

Que traduit-on quand on traduit ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La tentation généralisée de réduire la traduction au linguistique se réduit le plus souvent au seul lexical. C’est le règne sans partage de l’idéologie du mot juste et de la nuance qui afflige en particulier les critiques de traductions. Certains de ces textes seraient intéressants s’ils se donnaient pour ce qu’ils sont, des ensembles de considérations techniques, des exercices, des figures imposées auxquels le traducteur en formation doit se confronter et trop souvent se conformer, au mieux des outils pédagogiques. Qu’il y ait un problème dans telle phrase, je le sais, mais en raison de quoi vais-je effectuer mon choix de traduction ? La langue ? Où passe alors le texte ? Même en se plaçant du point de vue de l’approche linguistique, cette démarche efface la parole. Alors, on tente de passer à une sorte d’échelon supérieur brumeux, qui sévit sous diverses appellations, la fameuse...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search