Version classiqueVersion mobile

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

Shakespeare a mal aux dents

(Que traduit-on quand on traduit)

Texte intégral

« De Shakespeare – Il ne suffit pas d’entendre l’anglais pour comprendre ce grand homme, il faut entendre le Shakespeare, qui est une langue aussi. Le cœur de Shakespeare est une langue à part. »
Alfred De Vigny, Journal, 26 mars 1838


« Je m’aperçois que ce livre essentiel, le seul livre vrai, un grand écrivain n’a pas, dans le sens courant,
à l’inventer, puisqu’il existe déjà en chacun de nous, mais à le traduire.
Le devoir et la tâche d’un écrivain sont ceux d’un traducteur. »
Marcel Proust, le Temps retrouvé


« J’essaie de faire en sorte que la langue perde de son orgueilleuse certitude, de son académisme formel,
je veux que l’on la sente tremblante. [...] Que la langue soit “ouverte”. »
Patrick Chamoiseau, Lettre aux traducteurs

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search