Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Introduction

Note sur l’édition du texte

Texte intégral

1La correspondance présentée ici – 99 lettres dont 51 inédites – n’est pas homogène et est le résultat d’un compromis sans doute critiquable mais, espérons‑le, utile malgré ses défauts. Elle rassemble en effet cinq séries de lettres issues de sources différentes, chaque série étant identifiée par des initiales renvoyant à la source du corpus :

  • Lettres autographes inédites d’Émile Picot à sa famille et de sa famille à Émile Picot, transmises aux descendants par Jean Picot, petit‑fils d’Émile Picot et fils de James Picot. Quelques‑unes de ces lettres, en particulier celles de Cécile Desjardins, ont été laissées de côté, n’ayant qu’un intérêt strictement familial : 43 lettres, notées C.P.B.
  • Lettres autographes inédites d’Émile Picot à sa famille, photocopiées en annexe de la thèse de doctorat de Cesarina Baroni, Émile Picot à travers sa correspondance familière1, transmises à l’auteure par Gaston Picot, fils d’Émile, dont la plus grande partie était commune au corpus précédent : 9 lettres, notées C.B.
  • Lettres autographes d’Hortense Cornu à Ernest Desjardins et Émile Picot (1866‑1868) conservées à la Bibliothèque Nationale de France2, publiées antérieurement par Nicolae Georgescu‑Tistu en 19253 : 12 lettres, notées H.C.
  • Lettres d’Émile Picot (à divers destinataires) et à Émile Picot, publiées par Georgescu‑Tistu en 19264 : 29 lettres, notées N.G.T.
  • Extraits de lettres d’Émile Picot à Hortense Cornu publiées par Marcel Emerit en 19395 : 6 lettres, notées M.E.

2Nous n’avons eu accès à la version manuscrite originale que pour les séries 1 et 3. Mais les lettres de la série 2, quoique photocopiées, sont de toute évidence authentiques : non seulement l’écriture, le style et le contenu sont en tous points conformes aux lettres manuscrites originales mais une grande partie de ce corpus est commun au stock de la série 1, les photocopies étant rigoureusement identiques aux originaux de la série C.P.B.

3Dans la série 4, deux lettres transcrites par Georgescu‑Tistu avaient leur original dans la série 2, original que nous avons bien sûr préféré (lettres 32 et 73), ce qui a permis de rétablir les quelques mots chiffrés que Georgescu‑Tistu n’avait pu transcrire. Nous avons laissé de côté deux lettres qu’il avait incluses dans son recueil mais qui ne présentaient pas d’intérêt par rapport à la mission de Picot. Plusieurs corrections ont été faites sur des erreurs de transcription de N. Georgescu‑Tistu, évidentes ou détectées par recoupement des textes.

4Le classement des lettres a dû tenir compte du double calendrier en cours à cette époque dans les Principautés roumaines. Elles appliquaient encore officiellement le calendrier julien (appelé également « ancien style »), en retard de 12 jours sur le calendrier grégorien (« nouveau style ») utilisé par les pays occidentaux. Mais, comme l’explique Picot lui‑même dans la lettre 24, il était d’usage d'accoler les deux dates, de « joindre le nouveau style à l’ancien », comme il le fait lui‑même dans la majorité de ses lettres. Lorsqu’il n’y avait qu’une seule date, il était probable qu’il s’agissait du calendrier grégorien puisque Picot s’adresse à des interlocuteurs français, et la cohérence chronologique des évènements relatés l’a confirmé. La référence commune à toutes les lettres étant le calendrier grégorien, occidental (« nouveau style »), c’est donc la seconde date qui était pertinente lorsqu’il y en avait deux, et nous avons dû revoir le classement de l’éditeur de 1926 qui s’était fondé sur la première date, créant ainsi des incohérences dans la succession des lettres. Quelques lettres débordant chronologiquement la mission de Picot à Bucarest, écrites après son retour mais en lien avec ses activités en Roumanie, ont été conservées.

5Les lettres adressées à Picot sont en italique.

6Les [?] signalent des termes difficiles à déchiffrer ou reproduisent les incertitudes mentionnées par Georgescu‑Tistu dans sa transcription.

7Les abréviations des titres honorifiques ont été conservées : S.A. (Son Altesse), S.M. (Sa Majesté), S.E. (Son Excellence), LL.MM. (Leurs Majestés).

8Quelques infimes corrections (orthographe, coquilles évidentes, ponctuation) ont été apportées, mais l’orthographe, même fautive et vieillie, des noms propres (noms de lieux et de personnes souvent francisés) et de quelques termes, en particulier roumains, a été conservée, en précisant éventuellement en note ou entre crochets la forme correcte et moderne. Les variantes franco‑roumaines de l’orthographe de nombreux patronymes ont donc été également conservées (Couza/Cuza, Balatchano/Bălăceanu, Bratiano/Brătianu, etc.).

Notes

1 Baroni, 1967.

2 BNF, Département des manuscrits, NAF10258.

3 Georgescu-Tistu, 1925.

4 Georgescu-Tistu, 1926.

5 Emerit, 1939, p. 53‑73. L’article porte sur une riche correspondance d’Hortense Cornu retrouvée par l’auteur, qui contient, entre autres, toutes les lettres envoyées par Picot. Comme une partie en a été publiée par Georgescu‑Tistu et qu’Emerit est limité par la longueur de l’article, il ne sélectionne que des extraits de lettres inédites à son époque. Mais il n’indique malheureusement pas ce qu’est devenue cette correspondance qui nous aurait permis de vérifier la transcription de Georgescu‑Tistu (qui a travaillé sur les copies de brouillons conservés par Picot) concernant les lettres à Hortense Cornu et bien sûr de compléter l’ensemble.