Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Introduction

Introduction

Texte intégral

Portrait d'Émile Picot par Karel Svoboda

Portrait d'Émile Picot par Karel Svoboda

Avec l'autorisation de Catherine Picot-Bonneau

  • 1 Brutails, 1924, p. 9‑10.
  • 2 Sur ces travaux d’Émile Picot, voir Bouhaïk‑Gironès, 2010. Pour la bibliographie complète des trav (...)

1Émile Picot (1844‑1918) fait partie de ces savants restés dans l’ombre, en France comme en Roumanie, l’homme étant comme éclipsé derrière l’œuvre qui s’est intégrée dans le paysage scientifique avec discrétion. Le caractère éclaté de cette œuvre et de son activité y est sans doute pour beaucoup. Connu avant tout dans le monde savant français de son époque comme bibliographe et spécialiste des textes médiévaux français, il a vu cette carrière officieuse couronnée par son élection à l’Académie des inscriptions et belles‑lettres. Son successeur sous la coupole, chargé de son discours d’éloge, ne cachait pas son embarras pour parler de ses travaux sur la Roumanie et les Balkans, qui tiennent peu de place dans le discours. Du reste, dit‑il, « les peuples des Balkans […] n’ont jamais été pour Émile Picot que l’occasion de travaux accessoires. Sa préoccupation dominante fut la bibliographie et l’histoire littéraire1 ». S’il est vrai qu’on lui doit, entre autres travaux, l’édition de grande valeur de nombreux textes médiévaux, une bibliographie cornélienne, l’énorme catalogue de la bibliothèque du baron James de Rothschild2, c’est tout de même un peu court, et même injuste, pour une carrière professionnelle qui s’est déroulée tout entière à l’École des langues orientales vivantes comme professeur de roumain entre 1875 et 1909, qui a donné lieu aux premières publications académiques françaises sur cette zone du Sud‑Est européen et qui avait été la suite d’une activité diplomatique, certes courte mais remarquable, dans les pays roumains entre 1866 et 1872. Secrétaire français du prince Charles de Roumanie à Bucarest de septembre 1866 à novembre 1867, il fut ensuite vice‑consul de France à Temesvár (actuelle Timişoara) dans l’empire austro‑hongrois de 1869 à 1872, avant d’ouvrir à Paris le premier cours de roumain en France – et en Europe occidentale –, fondant ainsi les études roumaines.

  • 3 Georgescu‑Tistu, 1926.
  • 4 Une partie de ces lettres familiales avait été utilisée dans une thèse de doctorat réalisée en Ita (...)
  • 5 Emerit, 1939.

2Le premier de ces épisodes roumains de la vie d’Émile Picot méritait d’être approfondi pour plusieurs raisons. Du point de vue de sa carrière et tout particulièrement de sa dimension roumaine, il est naturellement fondateur. Par ailleurs, au cours de nos recherches pour reconstituer le parcours roumain de Picot, nous avons eu la chance d’avoir accès à une partie inédite de sa correspondance privée datant de cette première étape bucarestoise, qui complète la correspondance déjà publiée en 1926 par N. Georgescu‑Tistu3. Celle‑ci, difficilement accessible aujourd’hui, concernait essentiellement la deuxième partie de son séjour, de janvier à août 1867 ; les lettres inédites4 – 51 sur 99 – nous permettent de connaître les circonstances de son départ et les premiers mois passés à Bucarest, de fin août à décembre 1866, mais aussi de préciser les circonstances de son retour qui restaient confuses. Rassembler ces deux correspondances, augmentées de quelques lettres supplémentaires, publiées en 1939 par Marcel Emerit5, permet enfin d’avoir une vision cohérente de la mission d’Émile Picot. Elle se situe à un moment‑clé de l’histoire roumaine : l’accession au trône des Principautés du jeune prince Charles de Hohenzollern, dont il était difficile de prévoir à ce moment‑là qu’il deviendrait en 1883 le roi Carol Ier et le souverain roumain au règne le plus long (48 ans), considéré comme fondateur à bien des égards. Le témoignage de son secrétaire français, qui travaille à ses côtés, ne livre certes pas de révélations fracassantes sur un épisode déjà étudié, mais il apporte un éclairage nouveau, à la fois proche et distancié, qui permet d’affiner nos connaissances sur ce difficile début de règne en même temps qu’il fournit un tableau des impressions que font le pays, ses habitants et ses mœurs sur un jeune Français découvrant la Roumanie. Enfin, cette mission de Picot, mal connue dans son détail, a parfois donné lieu à des simplifications peu académiques ou des allusions ou références fautives que la publication de cette correspondance complétée devrait à l’avenir empêcher.

 

  • 6 Jurnalul naţional, 18 novembre 2011, « Un spion al lui Napoleon al III‑lea la curtea lui Carol » [ (...)

3Commençons par ce dernier point. La figure du secrétaire français du prince Charles n’est connue que superficiellement dans l’historiographie et les références sont éparpillées. Son nom est parfois mentionné, ses propos et ses actes beaucoup plus rarement, et de façon elliptique voire fautive. Une raison en est probablement le caractère officieux de sa mission, une autre la difficulté d’accès à la correspondance qui nous est restée de lui, ce qui permet d’autant mieux les extrapolations non académiques. « Un espion de Napoléon III à la cour de Carol », « Espion français à la cour de Carol » : titres faciles pour une presse roumaine en recherche de sujet estival et de lecteurs ? C’est en tout cas la thèse qui introduit la traduction en roumain d’une partie de cette correspondance sous forme de feuilleton à suspense dans Jurnalul naţional [Le journal national] entre 2011 et 20136. Qualifiées de « secrètes » et présentées comme autant de pièces sensationnelles, archives d’un espion ayant appliqué toutes les techniques de dissimulation et de codage du texte, ces lettres sont bien celles publiées en 1926 par N. Georgescu‑Tistu, qui les a présentées pour ce qu’elles sont, c’est‑à‑dire des missives qui « ne sont pas officielles », car tirées de sa correspondance privée, mais qui n’ont été ni cachées, ni codées. Tout au plus y verra‑t‑on quelques précautions prises ou recommandées par leur auteur et quelques mots chiffrés pour échapper à la curiosité de la poste autrichienne par exemple. C’est la présentation matérielle de ces lettres telles que Georgescu‑Tistu y a eu accès qui est mise au service de la thèse : un cahier dans lequel Picot conservait des copies de ses lettres envoyées.

  • 7 Georgescu‑Tistu, 1926, p. 102.

C’était un bien curieux cahier que celui dans lequel Picot lui‑même a groupé les copies de ses lettres. Tout était fait pour déconcerter et dérouter le curieux le plus intrépide : les quelques feuillets déchirés du commencement, les feuilles blanches qui suivaient, l’extrait d’un travail indifférent (« Mahomed le prophète », par G. Weil), les copies mêmes qui venaient ensuite, copies effectuées à l’ancienne manière : le papier mince, humide, appliqué sur l’original, ce qui rendait par endroit la lecture très difficile. En outre, bien que les feuilles aient été régulièrement numérotées de 1 à 171, les lettres étaient mêlées de telle sorte que ce furent seulement la disposition de l’écriture, la couleur de l’encre et le contexte qui nous aidèrent à retrouver la suite7.

4Il n’en fallait pas plus pour extrapoler les manœuvres d’un dissimulateur averti alors qu’il s’agit de toute évidence de copies de lettres que Picot conservait pour lui‑même, pour en garder une trace, ce qui nous a permis d’en avoir connaissance. Pourquoi étaient‑elles dans le désordre et pourquoi ne l’a‑t‑il fait que pour une partie des lettres ? Questions sans réponses dont il est trop facile de tirer des conclusions péremptoires.

5Picot est indéniablement en position d’informateur et d’agent d’influence auprès du prince, mais celui‑ci est le mieux placé pour savoir ce qu’il en est, lui qui correspond tout autant que son secrétaire avec Hortense Cornu, la proche conseillère de l’ombre de Napoléon III qui a œuvré pour les placer tous deux aux positions qu’ils occupent, comme on va le voir. Le secrétaire allemand du prince Charles, Friedländer, joue évidemment le même rôle, et ce fut sans doute un motif important pour envoyer Picot contrebalancer au sein du cabinet princier l’influence prussienne en Roumanie, tant redoutée par madame Cornu.

  • 8 Vasile Russu mobilise la correspondance de Picot publiée par Georgescu‑Tistu à l’appui de son anal (...)
  • 9 Abel Douay et Gérard Hertault étudiant en 2009 l’influence française en Roumanie à l’époque de Nap (...)
  • 10 Outre l’article de 1939 mentionné plus haut, voir Emerit, 1937.

6La thèse de « l’espion » Picot auprès du prince Charles remplit une fonction claire : alimenter et dramatiser celle de l’ingérence française dans les affaires roumaines. Cette ingérence est peu contestable, si tant est que dans la géopolitique de l’époque les grandes puissances réglaient tout ou partie de la vie politique des petits pays soumis à leurs intérêts divergents. Les Principautés roumaines se trouvaient depuis le traité de Paris de 1856 sous la protection collective des Puissances garantes (Russie, Empire ottoman, Autriche, Prusse, France, Grande‑Bretagne, Royaume de Piémont‑Sardaigne) qui avaient établi leur statut à l’issue de la guerre de Crimée, puis accepté la double élection du prince Cuza réalisant de fait l’union de la Valachie et de la Moldavie en 1859. Dans cet épisode, le rôle de Napoléon III et de ses diplomates, qui voyaient dans ce peuple latin et danubien un appui pour les intérêts français dans la question d’Orient, fut prépondérant, et il est incontestable que la mission de Picot auprès du prince Charles à peine installé s’inscrit dans ce contexte. Encore faut‑il s’y référer correctement s’il s’agit de pointer, souvent pour les dénoncer, les interventions et pressions étrangères dirigées vers la politique du jeune prince, ce qui n’est pas toujours le cas dans l’historiographie roumaine8 comme française9, récemment du moins. C’est sans doute Marcel Emerit qui a, dans les années 1930, cerné au plus près la mission de Picot, lorsqu’il étudiait l’ingérence française dans les affaires roumaines par l’action d’Hortense Cornu auprès de Napoléon III10.

  • 11 Eliade, 1898, p. 145‑151. Sur la question des premiers secrétaires princiers français, voir égalem (...)
  • 12 Carra, 1777 ; Blanc de la Nautte, 1879‑1880, p. 366‑376 et 1902.
  • 13 Mentionnons par exemple le nom du poète Édouard Grenier (1819‑1901), secrétaire du prince Grigore  (...)

7Historiquement, la fonction de secrétaire français auprès des princes de Moldavie et de Valachie n’est pas sans liens, à l’origine, avec celle d’agent chargé plus ou moins officiellement de surveiller ces princes et de les gagner aux intérêts français11. Les princes phanariotes ont été les premiers, à une époque où la diplomatie s’est mise à parler français, à se doter de secrétaires qui étaient recrutés et rétribués par l’ambassade de France à Constantinople. On en connaît ainsi un certain nombre ayant officié dans les principautés moldo‑valaques et deux d’entre eux au moins, Jean‑Louis Carra et le comte d’Hauterive, furent sans doute les premiers à écrire et publier à leur retour des témoignages sur ces contrées12. Une fois des consulats établis à Iaşi et à Bucarest au début du xixe siècle, leur rôle d’intermédiaire apparaît moins important, mais la fonction se perpétue13.

8Concernant Picot, et sans avoir eu accès à sa correspondance, Nicolae Iorga évalue ainsi son passage au poste de secrétaire princier, dans sa nécrologie publiée en 1919 :

  • 14 Iorga, 1919, p. 61 (toutes les traductions du roumain sont de nous).

Le hasard l’a mis en contact avec notre pays. Le Secrétariat princier, puis royal, qui a introduit dans nos intimités politiques tant d’hommes sans foi, sans amour pour nous, sans compréhension pour la nécessité inexorable de nos buts nationaux, a été une fois confié aussi à un jeune Français intelligent et laborieux, que pouvaient intéresser, sinon passionner – car Picot n’était ni un romantique, ni un sentimental […] – les éléments de notre vie passée, autant ceux de la politique que ceux de la culture14.

9Instrument de jeux politiques ou analyste sérieux et déjà avisé de la société et de la culture roumaines ? Émile Picot s’est trouvé simultanément dans ces deux situations et a assumé ces deux rôles avec l’entrain de la jeunesse. La publication de nouvelles lettres de sa correspondance roumaine est l’occasion de rouvrir, compléter et mettre à jour un vieux dossier, touchant aux péripéties des années 1866‑1867 en Roumanie aussi bien qu’à l’histoire plus longue des études franco‑roumaines.

101866 est une année cruciale pour les Roumains, elle qui voit en février le prince Alexandru Ioan Cuza renversé et se clôt avec un prince Hohenzollern installé sur le trône et reconnu par le suzerain ottoman. Cuza écarté, les meneurs de la « monstrueuse coalition » constituée contre lui forment un gouvernement provisoire, dirigé par Ion Ghica, dans lequel libéraux et conservateurs se partagent les ministères. La tâche la plus urgente est de trouver un successeur à Cuza. Se repose alors la question d’un prince autochtone ou étranger. La première alternative, défendue notamment par la « Fraction libre et indépendante » de Iaşi conduite par Nicolae Ionescu, est minoritaire, mais l’option majoritaire d’un prince étranger, supposée garantir plus de stabilité, est difficilement praticable car il s’agit aussi de respecter les traités et accords qui règlent la situation des Principautés depuis 1856. Or les Puissances garantes ont des intérêts divergents dans la région. L’Empire ottoman tient à rappeler que l’Union des deux Principautés ne valait que pour le temps du règne de Cuza et réclame des élections séparées sous son contrôle. La Russie et l’Autriche s’opposent aussi à l’élection d’un prince étranger, mais la première se veut en même temps la garante des intérêts des populations orthodoxes des Balkans et l’Autriche est prise pour sa part dans un conflit avec la Prusse qui va se régler sur les champs de bataille. La France, soutien des Roumains depuis 1848, est également en situation de conflit potentiel avec la Prusse. Trouver une solution acceptable par l’ensemble des parties relève de la quadrature du cercle et la conférence de Paris, réunie entre mars et mai 1866, échoue à se mettre d’accord, ce dont les Roumains profitent. Ils savent que la condition sine qua non est l’aval de Napoléon III, traditionnel protecteur des Principautés roumaines. Après le refus du comte Philippe de Flandres, frère du roi Léopold II de Belgique, qui avait été sollicité par les Roumains pour monter sur le trône en cohérence avec l’élaboration d’une nouvelle constitution prenant pour modèle celle de la Belgique, c’est le nom du Prussien Charles de Hohenzollern qui surgit. Cette fois, il apparaît assez clairement que la candidature a été soufflée à Bucarest depuis Paris, par l’entourage très proche de Napoléon.

  • 15 Aus dem Leben könig Karls von Rumänien. Aufzeichnungen eines Augenzeugen, vol. no 1, Stuttgart, 18 (...)

11L’épisode est bien connu grâce à des témoignages de première main, comme les mémoires du roi Carol15 et, côté français, aux travaux déjà anciens d’Émile Ollivier (Ollivier, 1903) et de Paul Henry (Henry, 1930). Sur le rôle‑clé d’Hortense Cornu, Marcel Emerit a fait dans son ouvrage de 1937 un bilan de la question qui reste la référence principale. Fille d’un couple de serviteurs de la reine Hortense (de Hollande), mère de Louis‑Napoléon Bonaparte, Hortense Cornu, née Lacroix, a été élevée dans la proximité des trois enfants du couple royal. Hortense a un an de plus que le troisième fils, Louis‑Napoléon, dont elle est la filleule et dont elle se sent proche. Elle a bénéficié d’une éducation soignée et son intelligence et sa culture sont reconnues. Républicaine convaincue, elle s’enthousiasme pour les événements de 1848 et lorsque son « cher parrain » est triomphalement élu Président, ses rêves sont exaucés. Mais la grande déception ne tarde pas : Louis‑Napoléon verse du côté des catholiques, s’oppose à la révolution italienne, persécute les démocrates. Le coup d’État de 1852 consomme la rupture, qui dure 12 ans. C’est une sollicitation scientifique qui aura raison de sa résistance aux tentatives de réconciliation : en 1860, l’Empereur veut écrire une vie de Jules César, a besoin d’aide et vient la demander à celle qui rassemble depuis longtemps dans son salon une pléiade d’écrivains, de savants et d’artistes (Ernest Renan est le plus connu de ses proches mais il faut citer aussi Victor Duruy, Léon Renier, Hippolyte Taine, Émile Littré, et on y a vu occasionnellement Gustave Flaubert, George Sand ou Alexandre Dumas père). Hortense Cornu change alors d’attitude, préférant maintenant utiliser son influence pour faire évoluer le régime dans un sens plus libéral, soutenir ses amis (Victor Duruy entre au Secrétariat de l’Empereur en 1862 avant de devenir ministre de l’Instruction publique en 1863 alors qu’il s’était opposé à l’Empire) et les causes qu’elle croit justes. Celle des Roumains en fait partie. En 1862, l’Empereur et sa filleule sont réconciliés et redeviennent très proches.

  • 16 Emerit, 1937, p. 63. Émile Ollivier raconte, à partir d’une correspondance de Mme Cornu : « Dans l (...)

12Madame Cornu est par ailleurs très liée avec les Hohenzollern‑Sigmaringen, étant une amie proche de Joséphine de Bade, l’épouse de Charles‑Antoine de Hohenzollern‑Sigmaringen et mère du futur prince Charles. L’intermédiaire est la reine Hortense, cousine de Stéphanie de Beauharnais, mère de Joséphine, chez qui elle a connu le petit Charles. Hortense Cornu a œuvré en 1864 pour un premier projet de mariage de Charles avec une princesse française de la famille de Napoléon, Anne Murat, mais il n’y eut pas d’accord entre les deux familles. Le deuxième fils de Charles‑Antoine a du sang français dans les veines par ses deux grands‑mères (Antoinette Murat côté paternel, Stéphanie de Beauharnais côté maternel) : voilà un candidat au trône de Roumanie qui pourrait bien convenir à Napoléon comme au roi de Prusse (même si Guillaume descend de la branche cadette des Hohenzollern et Charles de la branche aînée, entre lesquelles existe une vieille rivalité). « Il me paraît évident que c’est elle qui eut l’idée de la candidature Hohenzollern16 », écrit Emerit.

  • 17 « Un jour, Mme Cornu est venue chez moi pour me demander ce que dirait le gouvernement roumain de (...)
  • 18 Ibid., p. 119.

13Ses suppositions sont confirmées par les mémoires de Ion Bălăceanu, l’un des envoyés roumains du gouvernement provisoire chargé de démarcher un candidat et des soutiens auprès des cours et des gouvernements européens. Ses souvenirs sont sans doute entachés d’exagérations et d’omissions dues aux rivalités et rancunes personnelles (Brătianu est particulièrement absent dans le récit de ces démarches alors qu’il s’y est activement impliqué) mais fournissent une somme de détails très probables. Bălăceanu rencontre Hortense Cornu par l’intermédiaire d’Abdolonyme Ubicini, publiciste français qui participa à la révolution quarante‑huitarde valaque et fut secrétaire du gouvernement provisoire, avant de mettre sa connaissance des réseaux roumains au service de la conseillère de Napoléon. C’est lui qui aurait eu la primeur des projets de madame Cornu concernant les Roumains17. Après avoir exposé ses arguments, en particulier l’ascendance partiellement française de Charles, qui était même apparenté avec Napoléon par les Beauharnais, elle a précisé que l’Empereur français le connaissait personnellement et l’appréciait, qu’« elle‑même avait passé plusieurs années dans le château [de Rheinek], qu’elle connaissait tous les enfants et s’était particulièrement attachée au prince Charles. Elle a conclu en me disant qu’elle avait parlé à l’Empereur de cette candidature dont lui aussi pensait qu’elle pouvait le sortir d’un mauvais pas18 », écrit Bălăceanu.

14S’ensuit un feuilleton à rebondissements, Brătianu et Bălăceanu courant l’un à Düsseldorf, l’autre à Berlin pour convaincre Charles, son père le prince Charles‑Antoine, mais aussi Bismarck. Charles hésite, conditionne son acceptation à celle du roi Guillaume. La Prusse en conflit avec l’Autriche ne veut pas se fâcher avec la Russie, d’autre part Charles est officier de l’armée prussienne, s’il part, ce doit être avant tout ordre de mobilisation, qui anéantirait ces projets. Dans les Principautés, un plébiscite approuve sa candidature en mars, mais en Moldavie des séparatistes provoquent des émeutes et à Paris la Conférence des puissances chargée de traiter la question roumaine finit par suivre les demandes de la Porte et refuse l’élection d’un prince étranger. Hortense Cornu, dans de longues lettres, presse Charles de se décider, lui conseillant de mettre les grandes Puissances devant le fait accompli :

  • 19 Lettre du 16/28 avril 1866, dans Aus dem Leben..., p. 25 (l’édition roumaine des mémoires de Carol (...)

Ne donnez pas dans ce défaut si énervant des Allemands, les Rücksichten. C’est en les écoutant qu’on ne fait rien et qu’on n’est rien. Acceptez la couronne qu’on vous offre. Si la Conférence ne vous reconnaît pas, vous n’en serez pas moins pour votre vie Prince élu de Roumanie19

15lui écrit‑elle en avril. Bismarck donne au jeune Charles le même conseil, mais il hésite toujours. Ubicini et Davila sont eux aussi envoyés en Allemagne pour le convaincre. Enfin le 8 mai Charles est décidé, il obtient un congé de l’armée prussienne (quelques jours avant la mobilisation), traverse l’Europe sous un faux nom accompagné par le neveu de Bălăceanu, débarque le 20 mai à Turnu Severin. Le 22 mai, il prête serment à Bucarest.

16Turcs, Russes et Autrichiens protestent mais les Puissances s’opposent à une intervention militaire turque et la guerre austro‑prussienne qui éclate en juin détourne l’attention. Comme l’avait prévu madame Cornu, les grandes Puissances s’inclinent devant le fait accompli. En Roumanie le jeune Charles se retrouve dans un pays qu’il ne connaît pas. Il dispose de soutiens puissants dans les cours européennes et par ses liens de famille, mais tout est à faire à Bucarest.

  • 20 « Madame Cornu, pour se renseigner et pour agir, trouva moyen de faire agréer un secrétaire frança (...)

17M. Emerit n’a sans doute pas tort d’interpréter la nomination de Picot comme une manœuvre d’Hortense Cornu pour placer auprès de son « cher prince » un intermédiaire susceptible d’être en contact permanent avec les deux parties20. Pourquoi le jeune Picot pour ce poste très délicat ?

  • 21 Cristescu, 1998, p. 55.

18Dans sa dernière lettre avant le départ de Charles, le 27 avril/9 mai, elle a donné une série de conseils à son protégé pour lui faciliter un peu une tâche qu’elle sait extrêmement délicate. Elle l’enjoint à ne pas prendre de décisions dès l’arrivée, à étudier d’abord la situation et les hommes, lui recommande quelques noms, dont celui de Ion Ghica, et ajoute : « Si vous avez besoin d’un secrétaire français, j’en ai un à vous offrir : un M. de Grandmont, discret, modeste, sans opinions politiques, je crois qu’il vous sera utile et qu’il vous plaira par son caractère et ses manières distinguées21. » Elle avait donc au printemps un autre candidat en vue, qui ne semble plus disponible fin août lorsque le prince, installé depuis trois mois, qui a déjà un secrétaire allemand, ressent le besoin d’un autre secrétaire capable de rédiger la correspondance diplomatique qui se fait en français à l’époque, et donne suite à la proposition de sa conseillère française. Ce M. de Grandmont n’est pas identifié mais une lettre de Picot (no 12) nous apprend qu’il le connaît et que Mme Cornu « s’occupe de lui ». C’est le même réseau qui opère pour Picot : parmi les protégés et proches d’Hortense Cornu qui fréquentent son salon, il y a l’archéologue et géographe Ernest Desjardins, beau‑frère d’Émile, marié à sa sœur aînée Cécile.

19Émile Picot, né en 1844, a alors 22 ans et vient de terminer ses études de droit. Sa famille est d’origine normande, région avec laquelle il gardera toute sa vie des liens étroits. Il a fait des études secondaires classiques et brillantes au lycée Bonaparte où il s’est lié d’une amitié forte avec le baron James Edouard de Rothschild (1844‑1881). Les deux amis partageront jusqu’à la mort prématurée du baron une passion pour la bibliophilie et les textes médiévaux. Les travaux de Desjardins ont aussi orienté Émile précocement vers l’épigraphie – science des inscriptions antiques – puisque dès 1860, alors qu’il a 17 ans, son beau‑frère qui fait partie de la commission Borghesi, chargée de publier les manuscrits du savant italien, l’engage comme aide et secrétaire. C’est un travail de longue haleine, qui l’occupe toujours lorsqu’il prépare son départ pour Bucarest fin août 1866. C’est ainsi qu’il a connu Léon Renier, membre de la même commission, et qu’il est amené à traduire, peu avant sa mission roumaine, les Mémoires sur les provinces romaines de Theodor Mommsen dont le texte est publié à Paris en 1867. Bref, parallèlement à sa formation juridique, il possède une bonne formation de philologie et d’histoire antique, qui trouvera matière à s’exercer et à se diversifier dans les provinces danubiennes de l’ancienne Dacie. En revanche rien ne l’a spécialement préparé au pays et à la mission qui l’y attend, si ce n’est les quelques conseils reçus de Mme Cornu avant le départ.

 

20Que nous apprennent ces lettres ? Les deux corpus principaux rassemblés ici ne sont pas tout à fait homogènes. L’un, inédit, est strictement familial, l’autre mêle des destinataires divers, parents, amis, mais aussi journalistes, diplomates (M. de Saint‑Pierre, Ion Bălăceanu, Emanoil Creţulescu) et personnalités (Adolphe Crémieux), quoiqu’il s’agisse bien dans tous les cas de correspondance privée. Le ton s’en ressent mais le contenu en est d’autant plus riche. Descriptions et anecdotes, réflexions politiques, évocations de la vie culturelle et détails matériels se côtoient. Les lettres à Hortense Cornu sont de véritables rapports sur la situation, au ton parfois véhément. Le fil des événements auxquels il est fait référence dans ces lettres est assez aisé à reconstituer, il est connu et le récit du secrétaire ne diverge pas de celui des « Mémoires » de Carol. Mais ces lettres ajoutent au moins deux dimensions : recueil d’impressions d’un jeune Français envoyé dans les confins balkaniques, elles nous font pénétrer également au plus près des intrigues et conflits qui se nouent dans le cabinet du prince, encore peu solidement établi.

  • 22 Brutails, 1924, p. 5. Il y a sans doute une part d’animosité franco‑allemande qui perdure après la (...)

21La correspondance familiale régulière de la première partie du séjour nous renseigne finement sur le départ précipité, le voyage un peu chaotique à travers l’Allemagne et l’Autriche désorganisées suite à la bataille de Sadowa, puis sur le Danube, les premières impressions contrastées sur Bucarest. Le jeune prince fait à son nouveau secrétaire très bonne impression, tout comme le secrétaire allemand, Friedländer, avec qui il est amené à travailler directement. Ce point est à noter car il n’est pas vrai que Picot, « à peine arrivé à Bucarest, se heurta aux Prussiens22 ». Il s’y heurta, mais plus tard, comme on le verra.

22Ses tâches débordent assez vite celles d’un simple secrétaire et la confiance dont il jouit le flatte : le Prince lui parle de tout et lui confie clés et papiers de son cabinet. Rapidement il noue des contacts avec le baron d’Avril, consul de France à Bucarest, et des personnalités politiques roumaines, parmi lesquelles il fréquente avec un plaisir particulier Ion Ghica, alors chef du gouvernement. À plusieurs reprises il se montre tout à fait satisfait de la place qu’il a réussi à prendre dans le petit monde politico‑mondain de Bucarest ainsi que de la confiance et de « l’influence » qu’il y a gagnées. Le prince Stirbey, ministre des Affaires étrangères, a insisté pour qu’il fasse partie de la suite qui accompagne le Prince à Istanbul pour la cérémonie d’investiture, ce qui nous permet d’avoir de nouveaux détails sur ce voyage, commenté dans la presse de l’époque.

23La visite au Sultan a été précédée de longues tractations avec la Porte pour obtenir la reconnaissance du Prince, difficile car la situation de « fait accompli » que son arrivée a provoquée transgressait plusieurs dispositions des traités existants, à commencer par l’indigénat de l’hospodarat. Picot est témoin des dernières négociations et de leur aboutissement en octobre et c’est lui qui transcrit le texte de la lettre de reconnaissance dans les termes acceptés par le Prince, dont certains ont été négociés pied à pied. Charles a obtenu notamment que l’expression « partie intégrante de l’Empire » soit suivie de la formule « dans les limites fixées par les capitulations et par le traité de Paris de 1856 », afin de garantir le statut d’autonomie des Principautés à l’intérieur de l’Empire. Dans ce cadre, l’hérédité de sa dynastie est assortie des conditions suivantes : le prince Charles reconnaît la suzeraineté de la Porte sur les Principautés, s’engage à lui payer un tribut, à protéger les sujets de l’Empire sur son territoire, à ne pas passer de traités ou de conventions avec des Puissances étrangères ni instaurer d’ordre national ou de décoration. Les Principautés pourront bénéficier d’une armée limitée à 30 000 hommes et battre monnaie à condition d’y appliquer le signe impérial.

24Picot est également vite plongé dans les affaires de politique intérieure, qu’il raconte à ses correspondants de manière d’autant plus détaillée qu’il constate une grande désinformation dans la presse étrangère. Sur la situation de la Roumanie, il fait pencher la balance d’un côté ou de l’autre selon le destinataire et le contexte. Pour les lecteurs de la presse « mensongère » de Paris, abusée par les dépêches autrichiennes, il insiste sur les aspects positifs car il s’agit de soutenir l’action du prince Charles, sur lequel peu de gens parieraient encore. Ainsi, malgré la sécheresse et le choléra de l’année précédente, « le pays se trouve dans un état beaucoup meilleur qu’on ne pourrait l’imaginer et il irait tout à fait bien s’il y avait moins de discours et moins d’intrigues » (lettre no 54). Pour ceux qui sont informés plus régulièrement, par lui ou d’autres, et surtout qui sont susceptibles d’influer sur la situation, le propos est plus vrai, quitte à être critique, voire sévère. Il fustige la précipitation avec laquelle Bălăceanu a conclu un emprunt désavantageux, dénonce les « tripotages » de l’ancien représentant roumain à Paris mais s’indigne aussi des procédés de Godillot, l’industriel français qui a passé divers contrats avec les gouvernements de Cuza et qui discrédite la France à Bucarest.

  • 23 La mission s’est installée en 1861, sous le commandement d’Eugène Lamy, puis de son frère Paul Lam (...)

25Il a des idées et ne se prive pas de les proposer : réformes intérieures, adhésion à la convention monétaire, publication d’un journal rédigé en roumain et en français pour informer correctement sur la politique menée par le Prince, réorganisation des consulats ou encore réalisation d’un jardin au centre de Bucarest. Parfois c’est le Prince qui lui confie des travaux bien différents de ceux d’un secrétaire, par exemple sur la réorganisation militaire (lettre du 17/29 décembre 1866). C’est le point qui va cristalliser des tensions dont les prémices s’annonçaient déjà, car ce sujet repose la question du modèle à adopter : il était français sous le prince Cuza, qui avait fait venir une mission militaire de France pour organiser l’armée des Principautés23, le prince Charles, officier de l’armée prussienne, s’oriente naturellement vers celui qui l’a formé. Son secrétaire ne s’en émeut pas au début, il est même d’accord avec certaines critiques faites aux Français sur la qualité de l’équipement Godillot ou la complexité des règlements. Mais il est bientôt question de faire venir des officiers prussiens qui pourraient à terme remplacer la mission française. Stupeur à Paris, Hortense Cornu demande des explications à Picot et le conjure de faire son possible pour rééquilibrer les choses. Picot lui envoie une longue lettre en janvier 1867 dans laquelle il justifie les projets du prince Charles au vu de l’état déplorable de l’armée roumaine et il se démène pour faire aboutir le compromis sur le maintien de la mission française. Mais Mme Cornu n’est pas convaincue.

26C’est que la question de « l’influence prussienne » semble à la confidente de Napoléon III s’exercer à plus grande échelle, au niveau des alliances européennes, dans le jeu desquelles le prince Charles est une nouvelle pièce importante. C’est bien elle qui l’a poussé sur le trône, mais elle l’espérait énergique et neutre, redevable à Napoléon malgré sa nationalité prussienne, et tout entier « roumain » dans sa politique. L’opinion française cependant voit avant tout dans l’opération qu’elle a soutenue l’avènement d’un Prussien. Dès lors tous les signes envoyés de Bucarest sont analysés dans cette perspective par la presse de Paris. À l’autre bout de l’Europe, le jeune Picot baigne à Bucarest dans une société toute pétrie de langue et de culture française et ne comprend pas cette obsession de Paris. Durant tout l’automne, et en janvier encore, il la dénonce. Pourtant, entre mars et avril 1867 apparaissent des jugements contradictoires sur la question : d’un côté, Picot regrette que le Prince n’ait pas conscience de cette influence prussienne réelle dans son entourage, de l’autre, il relativise. Mais à Mme Cornu il décrit une « situation critique » le 17 avril, semblant cette fois s’être lui‑même « converti » à l’anti‑prussianisme. Parmi les explications, l’attitude de Friedländer, qui se fait l’écho des pressions du roi de Prusse sur le prince Charles, crée une forte concurrence entre les deux secrétaires. Là encore le ton dépend du destinataire : cette influence dont il se rend compte tardivement doit être aussi durement combattue sur place que vivement niée à l’extérieur pour ne pas mettre le crédit du prince en danger, en France notamment. Madame Cornu devient fébrile et pressante : le mécontentement de l’Empereur est grand, l’opinion publique alarmée, dans un contexte où la question du Luxembourg mène la France et la Prusse au bord du conflit. Mais la situation de Picot est rendue difficile : sa qualité de Français l’empêche, sur cette question, de parler ouvertement au Prince, avec qui il a pourtant une grande relation de confiance.

  • 24 Selon M. Emerit, « le secrétaire prussien Friedländer inspire dès l’abord une grande antipathie [à (...)

27Sa collaboration nécessaire avec le secrétaire allemand se dégrade. Friedländer avait pourtant fait bonne impression à Picot. Durant tout l’automne, celui‑ci se félicite de la confiance totale qui règne entre eux – « nos rapports sont excellents », écrit‑il le 13 octobre – malgré un caractère un peu particulier du secrétaire allemand, qui manque de tact24. Mais des divergences se manifestent au sujet de l’Instruction publique : pour Friedländer le modèle français a des effets catastrophiques en Roumanie et la solution est l’application du modèle prussien. Ce fut « la première occasion que nous ayons eue de nous quereller », écrit Picot en novembre, alors qu’il commence à percevoir son influence sur le Prince Charles. Il s’efforce cependant de faire perdurer une bonne collaboration – ils travaillent dans la même pièce – et semble y réussir assez bien jusqu’à début décembre, lorsque Friedländer bénéficie d’un congé pour l’Allemagne qui se prolonge jusqu’en mars, laissant Picot seul dans le cabinet princier. Mais Friedländer n’est pas resté inactif durant ce congé, il est passé à Düsseldorf dans la famille de Charles, à Berlin et même à Paris, activant ses réseaux, et à son retour la situation au sein du cabinet de Charles a suffisamment changé pour que Picot en fasse le « sujet principal » de sa lettre du 5/17 avril à Mme Cornu. Friedländer a pris le pouvoir sur l’entourage du Prince, répand des contre‑vérités et place ses hommes. Friedländer part en mai pour un second voyage et en août Picot écrit à Mme Cornu « combien sa situation personnelle a changé depuis le retour de M. Friedländer ». Le Prince ignore maintenant son secrétaire français et le relègue à des tâches matérielles.

  • 25 Sur cette question, voir Iancu, 1978, et notamment, sur le rôle joué par Émile Picot en 1867, p. 7 (...)
  • 26 Ibid., p. 74.
  • 27 Voir ci‑dessous la lettre no 84 ainsi que des lettres reçues par Picot de A. Crémieux et E. Manuel (...)
  • 28 Picot a rédigé son démenti en roumain et Rosetti lui répond ainsi, dans la même langue : « J’ai re (...)

28Les choses sont allées en se dégradant. Mais il y a probablement eu un motif supplémentaire de complication des rapports entre Picot et l’entourage politique du prince Charles, notamment avec le gouvernement : son intervention dans la « question juive », dont l’année 1867 marque un épisode violent en Roumanie25. Au printemps 1867, Ion Brătianu, alors ministre de l’Intérieur, publie plusieurs circulaires visant les « étrangers » et les « vagabonds », dont les effets touchent en réalité prioritairement les Juifs. Ceux‑ci n’ont plus le droit de demeurer dans des communes rurales, de tenir des hôtels ou des cabarets, ni d’affermer des propriétés. Ces mesures appliquées avec sévérité par certains préfets (à Iaşi, Bacău, Galaţi) provoquent des violences dans le pays et des réactions indignées dans la presse étrangère. En France, Adolphe Crémieux, le président de l’Alliance israélite universelle, rend visite à Napoléon, qui écrit au prince Charles pour condamner ces mesures. Les journaux continuent de suivre l’affaire, répercutant les plaintes des Juifs de Roumanie et les exactions de certains fonctionnaires roumains, et réclament ouvertement la démission de Brătianu. La question apparaît début juin dans les lettres de Picot, qui s’affaire en vain auprès du Prince pour le convaincre d’adoucir les mesures prises par son ministre de l’Intérieur. En juillet il est en congé à Paris. Rien n’indique que « le Prince Carol, ému par l’ampleur des remontrances et de la campagne de presse en Occident, décida d’envoyer à Paris son secrétaire particulier », comme l’affirme C. Iancu26, mais le fait est que durant ce congé Picot participe à une réunion du comité central de l’Alliance israélite devant lequel il expose la situation. Au vu des lettres dont nous disposons27, il semble y avoir joué un rôle de médiateur, se situant sur une position contraire aux circulaires Brătianu, mais essayant d’atténuer la colère de Crémieux afin de trouver une issue à la crise qui ne nuise pas au crédit du prince Charles. Mais l’information fuite dans la presse roumaine, qui l’accuse d’avoir affirmé devant l’Alliance que les jours de Brătianu étaient « comptés ». Le journal Românul de C. A. Rosetti (proche de Brătianu) dénonce cette intervention intempestive de Picot dans une affaire qui n’intéresse que le gouvernement roumain. À peine rentré à Bucarest, Picot y fait publier un démenti le 27 juillet et la réponse privée de Rosetti28 montre qu’il ne lui en tint pas rigueur, mais il apparaît évident que l’épisode n’a pu que compliquer ses rapports avec Brătianu et ses proches. Brătianu démissionne le 4/16 août, suivi de tout le gouvernement mais le prince ne fait pas abroger les circulaires et la crise politique se poursuit, de manière plus ou moins latente.

  • 29 Voir la lettre no 92 et Emerit, 1937, p. 75‑76.

29En août, rentré à Bucarest, Picot se dit « découragé » et ses dernières lettres sont désabusées et amères. Ses critiques sur la vie politique et les agissements dans l’entourage de Carol se font véhémentes, alors qu’il est visiblement mis à l’écart. Les échanges confus avec sa mère de début septembre montrent qu’il réfléchit déjà à quitter son poste. Mme Cornu lui conseille de rester le plus longtemps possible afin de ne pas laisser le champ complètement libre aux « Prussiens » dans le cabinet du prince, mais en novembre un incident précipite les choses : dans une lettre à son ami E. Creţulescu, agent de la Roumanie à Paris, il se laisse aller à des jugements critiques et négatifs sur Brătianu et son équipe. Les intéressés l’apprennent et demandent à Carol d’éloigner son secrétaire, qui donne sa démission29.

  • 30 Ibid., p. 69, 71.

30Le jeune Picot semble avoir pris sa tâche très à cœur, au point d’être imprudent quant à ses initiatives, qui ont dépassé celles d’un « secrétaire ». Ses conditions d’exercice en ce début de règne où tout était mouvant et instable favorisaient une indétermination de ses tâches, qui étaient aussi indéniablement pilotées à distance, depuis Paris. Le conflit franco‑prussien qui s’est installé jusque dans le cabinet du prince Charles se solde par la défaite de « la cabale Cornu », conclut sévèrement Emerit30.

  • 31 Point examiné plus en détails dans Folschweiller, 2016 et Folschweiller, 2019.
  • 32 Voir le relevé complet des travaux à thématique roumaine de Picot dans Georgescu‑Tistu, 1925. Nous (...)
  • 33 Laurian, 1868.
  • 34 Picot, 1868.
  • 35 Picot, 1868‑1869.

31Quelques éléments enfin sur la suite de son parcours31, car la mission roumaine d’Émile Picot est loin de se réduire à un échec diplomatique. L’expérience a été rude mais riche d’enseignements et il en sort tout d’abord, dès le retour, des premières publications32. Comme le montrent les dernières lettres, postérieures à son retour, Picot collabore avec August Treboniu Laurian, le doyen de la Faculté des Lettres de Bucarest, pour publier un atlas géographique scolaire adapté de celui de son ancien professeur Louis Bonnefont33. L’ouvrage se fait à Paris pour profiter d’un atelier typographique spécialisé dans la cartographie. Si le nom de Picot n’y apparaît pas, sa correspondance montre qu’il s’est impliqué activement dans la traduction des noms géographiques en roumain – qui pose à cette époque où l’orthographe roumaine est mal fixée de sérieux problèmes – et dans la relecture de l’ouvrage. Sous son nom cette fois paraissent en 1868 une brochure sur la question juive34 visant à montrer l’absence de fondement législatif – rappelons que Picot est juriste de formation – aux mesures prises par Brătianu contre les Juifs, et un article sur l’orthographe roumaine35, prémices de sa future carrière de savant.

  • 36 Picot, 1873.
  • 37 Archives diplomatiques, correspondance des consulats, Temesvár, microfilm P/14157, f. 224‑225.

32Mais Picot n’a pas encore renoncé à la diplomatie, Mme Cornu se démène pour le soutenir, le faire entrer au ministère des Affaires étrangères et après un peu plus d’un an à Paris où il continue de faire des recherches sur la langue roumaine, il est nommé vice‑consul à Temesvár (actuelle Timișoara), poste qu’il occupe de mars 1869 à novembre 1871. L’expérience est très différente, de l’autre côté des Carpates, dans la double monarchie austro‑hongroise, dans une région, le Banat, où se mêlent Roumains, Serbes, Hongrois et Allemands. Ses rapports documentés s’intéressent aux diverses populations sans cacher ses sympathies pour les mouvements nationaux ni sa position anti‑hongroise. Ils serviront de base à un ouvrage consistant sur la situation des Serbes de l’Empire, publié anonymement étant donné la question brûlante des nationalités en Hongrie36. Notons que l’un des rapports de Picot est consacré en totalité à la Roumanie en juin 1870, au moment des élections et de la crise qui menace le règne de Carol. L’ancien secrétaire y peint un tableau sévère et désenchanté. C’est l’éternel retour du même dans les Principautés : intrigues, traîtrises, instabilité généralisée. La situation est déplorable, le prince est « sans énergie » et attaqué de partout. Il y a longtemps qu’on aurait tenté sur lui le même coup qu’à l’égard de son prédécesseur si l’on ne craignait pas l’usage des armes par cet ancien capitaine de l’armée prussienne. C’est la seule raison de « l’ajournement de la révolution qui, tôt ou tard, éclatera à Bucarest37 », écrit Picot qui voit assez juste si l’on pense au coup de main qui proclame, en août, pour deux jours, la « République de Ploieşti ».

  • 38 Sur ce point, voir Reznikow, 2002, p. 160‑184.

33Cette même année 1870, la guerre qui éclate entre la France et la Prusse lui donne l’occasion de s’engager activement cette fois contre les puissances germaniques. On le voit naviguer entre la France et l’Autriche dans des missions de renseignement sur l’ennemi et d’aide aux prisonniers, on le retrouve également à Prague où il soutient le mouvement national tchèque et les idées fédéralistes38. À Bucarest, à Temesvár, à Prague, on constate le même intérêt et le même engagement croissants de Picot pour l’affirmation des jeunes nations et pour le soutien de la France à leurs projets, contre les politiques allemandes et autrichiennes en Europe centrale et orientale.

  • 39 Archives nationales, École nationale des langues orientales vivantes 1764‑1944, cotes 62AJ/18, /19 (...)

34Cependant Picot est sans doute plus à l’aise avec les livres qu’avec la diplomatie, et cette courte mais riche expérience de jeunesse va nourrir une longue carrière d’enseignant et de savant. Certaines lettres laissent entrevoir la curiosité scientifique de Picot, qui a mis à profit sa disgrâce, à l’automne 1867, pour se consacrer de plus belle à l’apprentissage du roumain et à des premières recherches philologiques et historiques sur le pays. Trois ans après son retour d’Europe centrale, en 1875, il propose d’ouvrir un cours de langue roumaine dans ce qui s’appelle alors l’École spéciale des langues orientales vivantes, probablement introduit par Louis Léger, qu’il a connu à Prague et qui vient d’y ouvrir un cours de russe, et soutenu par Charles Schefer, alors Administrateur de l’École, puisque la dernière lettre de notre corpus nous apprend qu’ils se connaissaient dès 1869. Les Français comme les Roumains auraient grand intérêt à ce cours pour de nombreuses raisons linguistiques, culturelles, politiques, diplomatiques et commerciales, explique‑t‑il, et sa double mission qui lui a permis de connaître les dialectes des deux versants des Carpates lui en a donné les compétences. Dans cette institution déjà vénérable où l’on apprend le turc, l’arabe, le persan, l’arménien, l’hindoustani, le malais, le chinois, le grec moderne et le russe, le roumain est la deuxième langue européenne à être enseignée en continu. Le cours est officialisé en 1880, date à laquelle Picot ajoute un enseignement d’histoire à celui de la langue, puis transformé en chaire magistrale en 1888, ce qui permet la délivrance de diplômes. En 1894, le nombre d’élèves de roumain a tellement augmenté qu’un répétiteur roumain est engagé pour aider le professeur. Effectivement, les chiffres de l’École indiquent une moyenne de 40 à 50 inscrits par an autour des années 190039. Picot enseigne jusqu’en 1909, date de son départ à la retraite et c’est Mario Roques qui lui succède après avoir été son étudiant.

  • 40 Ureche, 1878, XXXVII.
  • 41 Iorga, 1919, p. 63.
  • 42 Ibid.

35Parmi ses travaux aboutis dans le domaine roumain, il faut mentionner particulièrement un ouvrage qui représente une belle synthèse de ses intérêts pour la langue roumaine, les textes anciens, la philologie, la bibliographie et l’histoire médiévale : sa traduction en édition bilingue de la Chronique moldave de Grigore Ureche, en 187840. Le volume, qui appartient à la série des publications de l’École des langues orientales, est un chef d’œuvre d’édition pour l’époque : bilingue, le texte est imprimé en caractères cyrilliques pour la partie roumaine, par souci de fidélité au texte original datant de 1640, quitte à froisser les Roumains41 qui ont officialisé récemment l’alphabet latin. C’est aussi un monument d’érudition, comprenant un appareil de notes considérable, des tableaux généalogiques, un glossaire et une bibliographie qui témoignent du scrupule scientifique propre à l’auteur. Picot avait en effet aussi pour objectif d’éclairer le texte par des documents plus récents afin de jeter les bases d’une chronologie fiable de l’histoire médiévale moldave. L’ouvrage est « une manne céleste » pour les historiens roumains, dit Iorga, mesurant avec regrets ce que Picot aurait fourni à la culture roumaine s’il ne s’était pas intéressé aussi à l’Italie ou aux bibliothèques françaises42.

  • 43 Pour la description du fonds, voir Breazu, 2004.

36Enfin, à propos de bibliothèques, il était naturel qu’un bibliographe comme Picot s’en constitue une personnelle. Celle qu’il rassemble sur les pays roumains et balkaniques est d’autant plus significative que la documentation manquait en France à l’époque. Elle touche, comme ses intérêts, à la linguistique, à la philologie, au folklore, à l’histoire, à la littérature et à la bibliographie. Si Picot ne semble pas avoir fait des voyages très nombreux en Roumanie au‑delà des années 1870, il entretient toute sa vie des relations épistolaires avec des savants roumains (George Bariţiu, Dimitrie Sturdza, Alexandru Xenopol, Nicolae Densusianu, Pompiliu Eliade, etc.), qui lui adressent quantité de publications. Picot prendra soin de léguer l’essentiel de cette bibliothèque à plusieurs institutions : la Sorbonne, l’École des langues orientales et en particulier la Bibliothèque Nationale à laquelle il donne près de 1000 ouvrages roumains, 180 en langues slaves, plusieurs dizaines en anglais, allemand, grec, avec parmi eux quelques raretés43.

37Hortense Cornu a certainement poursuivi des objectifs avant tout politiques et conjoncturels en envoyant Émile Picot à Bucarest à l’automne 1866. Mais elle sut voir plus loin lorsque les choses tournèrent dans un sens contraire à ses plans : « Continuez en attendant vos études qui produiront certainement un résultat scientifique intéressant. […] Tout cela vous servira un jour et servira en France » (lettre du 20 septembre 1867). Nous sommes bien placée pour mesurer les « services » rendus par Picot aux études roumaines en France, qui continuent de vivre et de se développer aujourd’hui là où il les a fondées il y a plus de 140 ans.

  • 44 Étant donnée l’intrication des langues et l’évolution des frontières dans cette région de l’Europe (...)

Les Principautés unies de Roumanie à l’avènement du prince Charles en 186644

Les Principautés unies de Roumanie à l’avènement du prince Charles en 186644

© Presses de l’Inalco

Notes

1 Brutails, 1924, p. 9‑10.

2 Sur ces travaux d’Émile Picot, voir Bouhaïk‑Gironès, 2010. Pour la bibliographie complète des travaux publiés par Picot, voir Lacombe, 1913.

3 Georgescu‑Tistu, 1926.

4 Une partie de ces lettres familiales avait été utilisée dans une thèse de doctorat réalisée en Italie par Cesarina Baroni (Baroni, 1967), qui les a jointes en annexe, mais le volume, non publié, est resté inconnu des très rares chercheurs s’étant occasionnellement intéressés à Picot. Voir ci‑dessous « Note sur l’édition du texte ». L’ouvrage traite des séjours de Picot en Italie et en Roumanie.

5 Emerit, 1939.

6 Jurnalul naţional, 18 novembre 2011, « Un spion al lui Napoleon al III‑lea la curtea lui Carol » [Un espion de Napoléon III à la cour du prince Charles], puis Jurnalul naţional, treize numéros entre le 1er juin et le 23 août 2013, « Un spion francez la curtea lui Carol » [Un espion français à la cour du prince Charles]. Le premier article est une présentation générale discutable, sans références précises, les treize suivants sont la traduction roumaine d’une série de lettres tirées de l’édition Georgescu‑Tistu de 1926, sans les références.

7 Georgescu‑Tistu, 1926, p. 102.

8 Vasile Russu mobilise la correspondance de Picot publiée par Georgescu‑Tistu à l’appui de son analyse des « conseils reçus de l’étranger » par le prince Charles mais tant les références (numéros de pages) que les dates de certaines lettres (lettre du « 2/14 mai 1866 » alors que Picot n’était pas encore en Roumanie) sont fausses. Ce à quoi il faut ajouter des erreurs dans la traduction (Russu, 2001, p. 186, 190, 191).

9 Abel Douay et Gérard Hertault étudiant en 2009 l’influence française en Roumanie à l’époque de Napoléon III évoquent ainsi l’entremise de madame Cornu en ce qui concerne la mission de Picot : « Pour lui complaire [à Mme Cornu], le prince qui était déjà pourvu d’un secrétaire prussien, Friedländer, accepta l’encombrant Picot. Ainsi fut‑elle renseignée chaque jour sur les actions du prince et sur les tensions existant entre Balaceanu et Bratianu… » Mais de cette correspondance supposée quotidienne qui est loin de l’être, ne sont citées que cinq lignes sans référence, empruntées en réalité à l’article de Marcel Emerit de 1939, alors que la correspondance publiée par N. Georgescu‑Tistu qui constituait le gros du corpus disponible n’a pas été consultée. Émile Picot est par ailleurs confondu dans l’index avec le peintre François‑Édouard Picot (Douay & Hertault, 2009, p. 326‑327).

10 Outre l’article de 1939 mentionné plus haut, voir Emerit, 1937.

11 Eliade, 1898, p. 145‑151. Sur la question des premiers secrétaires princiers français, voir également Iorga, 1917 et Iorga, 1930.

12 Carra, 1777 ; Blanc de la Nautte, 1879‑1880, p. 366‑376 et 1902.

13 Mentionnons par exemple le nom du poète Édouard Grenier (1819‑1901), secrétaire du prince Grigore A. Ghica de Moldavie de janvier 1855 à juin 1856, dont les souvenirs de sa mission moldave ont été récemment réédités (Grenier, 2015).

14 Iorga, 1919, p. 61 (toutes les traductions du roumain sont de nous).

15 Aus dem Leben könig Karls von Rumänien. Aufzeichnungen eines Augenzeugen, vol. no 1, Stuttgart, 1894 et, pour l’édition roumaine, Neagoe, 1992. Ajoutons le gros recueil de documents rassemblés par Dimitrie Alexandru Sturdza (Sturdza, 1899).

16 Emerit, 1937, p. 63. Émile Ollivier raconte, à partir d’une correspondance de Mme Cornu : « Dans le monde d’opposition où il évoluait, [Brătianu] rencontra Mme Cornu, amie intime de la famille Hohenzollern‑Sigmaringen, et toute dévouée à ses intérêts. Vous cherchez un prince, lui dit Mme Cornu, prenez un Hohenzollern : ils sont alliés à l’Empereur qui les aime beaucoup. […] Le second fils, Charles, pourrait accepter une principauté soumise à un suzerain. » (Ollivier, 1903, p. 71‑72.)

17 « Un jour, Mme Cornu est venue chez moi pour me demander ce que dirait le gouvernement roumain de la candidature au trône de Roumanie du prince Charles de Hohenzollern. » (Bălăceanu, 2002, p. 118.)

18 Ibid., p. 119.

19 Lettre du 16/28 avril 1866, dans Aus dem Leben..., p. 25 (l’édition roumaine des mémoires de Carol est moins détaillée et ne cite pas cette lettre) ; voir aussi Sturdza, 1899, p. 138.

20 « Madame Cornu, pour se renseigner et pour agir, trouva moyen de faire agréer un secrétaire français qu’elle avait choisi » (Emerit, 1939, p. 55).

21 Cristescu, 1998, p. 55.

22 Brutails, 1924, p. 5. Il y a sans doute une part d’animosité franco‑allemande qui perdure après la Grande Guerre lorsque le successeur d’Émile Picot à l’Académie prononce son éloge.

23 La mission s’est installée en 1861, sous le commandement d’Eugène Lamy, puis de son frère Paul Lamy à partir de juillet 1866. Elle sera rappelée par la France en janvier 1869. Sur l’histoire de cette mission, voir Emerit, 1966.

24 Selon M. Emerit, « le secrétaire prussien Friedländer inspire dès l’abord une grande antipathie [à Picot] » (Emerit, 1939, p. 57). La correspondance familiale de l’automne, dont Emerit ne disposait pas, amène à nuancer ce jugement.

25 Sur cette question, voir Iancu, 1978, et notamment, sur le rôle joué par Émile Picot en 1867, p. 74‑82.

26 Ibid., p. 74.

27 Voir ci‑dessous la lettre no 84 ainsi que des lettres reçues par Picot de A. Crémieux et E. Manuel, publiées dans Diaconescu, 1931 et dans Iancu, 1978, p. 75‑81.

28 Picot a rédigé son démenti en roumain et Rosetti lui répond ainsi, dans la même langue : « J’ai reçu la belle lettre que vous avez bien voulu m’adresser et je la publierai aujourd’hui même. Permettez‑moi de vous exprimer mon admiration pour votre Roumanisme. Apprendre aussi bien et rapidement une langue est impossible si le cœur n’y prend pas sa part. Vous êtes donc Roumain par le cœur et je suis heureux de le constater. Je vous serre la main affectueusement et fraternellement. » (Diaconescu, 1931, p. 13‑14.)

29 Voir la lettre no 92 et Emerit, 1937, p. 75‑76.

30 Ibid., p. 69, 71.

31 Point examiné plus en détails dans Folschweiller, 2016 et Folschweiller, 2019.

32 Voir le relevé complet des travaux à thématique roumaine de Picot dans Georgescu‑Tistu, 1925. Nous n’en mentionnons ici que quelques‑uns.

33 Laurian, 1868.

34 Picot, 1868.

35 Picot, 1868‑1869.

36 Picot, 1873.

37 Archives diplomatiques, correspondance des consulats, Temesvár, microfilm P/14157, f. 224‑225.

38 Sur ce point, voir Reznikow, 2002, p. 160‑184.

39 Archives nationales, École nationale des langues orientales vivantes 1764‑1944, cotes 62AJ/18, /19, /20, /21, /30. Pour plus de détails sur la carrière d’Émile Picot à l’École des langues orientales, voir Folschweiller, 2019.

40 Ureche, 1878, XXXVII.

41 Iorga, 1919, p. 63.

42 Ibid.

43 Pour la description du fonds, voir Breazu, 2004.

44 Étant donnée l’intrication des langues et l’évolution des frontières dans cette région de l’Europe orientale, de nombreuses villes avaient plusieurs noms. Nous indiquons le nom actuel (dans la langue officielle de l’État actuel, sauf lorsqu’une forme française existe) suivi entre parenthèses du ou des autres noms les plus couramment utilisés à l’époque.

Table des illustrations

Titre Portrait d'Émile Picot par Karel Svoboda
Crédits Avec l'autorisation de Catherine Picot-Bonneau
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/32473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Les Principautés unies de Roumanie à l’avènement du prince Charles en 186644
Crédits © Presses de l’Inalco
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/32473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M