Version classiqueVersion mobile

« Maintenant et à jamais »

 | 
Masha Itzhaki

Avant‑propos

Foreword

הקדמה

Résumé

Cet ouvrage essaie de présenter au lecteur français quelques questionnements sur la poésie israélienne, ainsi la complexité de la périodisation, l’équilibre entre le narratif national et le personnel, les mythes bibliques ou l’identité israélienne renouvelée par le multiculturalisme de la société. On traite également des liens entre l’amour et le divin, et des structures poétiques européennes dans leurs versions hébraïques. Chacun de ces chapitres est illustré par des textes poétiques en hébreu traduits en français qui démontrent respectivement ces problématiques.

Texte intégral

1Plusieurs questions préoccupent la recherche actuelle sur la littérature israélienne en général et sur la poésie en particulier.

2Peut‑on dire que la poésie hébraïque moderne et contemporaine est, de fait, identique à la poésie israélienne ? Dans le cas contraire, comment distinguer entre les deux ? Selon quel critère ? Historique ? Politique ? Linguistique ? Par ailleurs, 1948, l’année de la création de l’État d’Israël, marque‑t‑elle les débuts de cette écriture, ou bien s’agit‑il d’un processus évolutif à partir du début du xxe siècle, à l’époque nommée « la renaissance » ? Autrement dit, faut‑il garder la distinction habituelle entre littérature pré‑étatique et littérature étatique, c’est‑à‑dire postérieure à 1948 ?

  • 1  Voir en particulier : Glusman, 2003 ; Hever 2007, Hever & Banbaji, 2014 ; Schwartz, 2014 ; Schwart (...)

3Ce débat qui prend une place de plus en plus importante est de nature historiographique. Par conséquent, il implique aussi un questionnement sur les liens entre la poésie et l’histoire particulière de l’hébreu moderne, le sionisme, la Shoah qui demande quelle est la place du narratif national du siècle dernier dans l’expression poétique actuelle. Peut‑on proposer aujourd’hui un autre narratif ? Quelle place y occupent l’intime et le personnel ? À partir de quelle période ? Certes, la plupart des chercheurs traitent de la narration1, mais il est évident que leurs conclusions s’appliquent aussi à la poésie, très présente dans l’univers littéraire moderne et contemporain.

4Un autre domaine qui marque les recherches contemporaines est celui de l’intertextualité dans le sens le plus large du terme, celui portant sur les liens de cette poésie avec son passé, liens linguistiques (à savoir toutes les couches de l’hébreu à partir de la langue biblique et jusqu’à nos jours), mais aussi religieux (dans un contexte actuel, plutôt laïc), traditionnels (dans une société multiculturelle, issue de nombreuses communautés du monde entier) et, de plus, sur les liens avec les cultures étrangères, surtout européennes.

5Bien évidemment, cet ouvrage n’aborde ni toutes les questions ni toutes les réponses. Il essaie modestement de présenter au lecteur français quelques questionnements pertinents, tels que la complexité de la périodisation (chapitre i), le narratif national par rapport au personnel et à l’intime (chapitre ii), les mythes bibliques et les problèmes de traduction causés par les charges multiples d’expressions antiques (chapitre iii et iv). Un chapitre est consacré à une réflexion sur une autre question de base dans la recherche d’aujourd’hui : l’identité israélienne renouvelée, caractérisée surtout par le multiculturalisme de la société (chapitre v). Puis, il traite des liens entre l’amour et le divin par le biais de la religiosité (chapitre vi), et des structures poétiques européennes dans leurs versions hébraïques (chapitre vii).

6Chacun de ces chapitres, autrement dit chacune des questions étudiées, est illustré par des textes poétiques en hébreu traduits en français qui démontrent respectivement ces problématiques. À la différence de trois premiers chapitres où les illustrations poétiques sont variées, les suivants sont caractérisés par l’analyse d’une ou deux figures‑clés représentatives du problème abordé : Dan Pagis pour le quatrième, Ronny Someck et Avot Yeshurun pour le cinquième, Zelda pour le sixième, et enfin, Léa Goldberg pour le dernier.

7Pour conclure, on propose un chapitre (viii) consacré à une lecture approfondie de l’œuvre poétique de Yehuda Amichaï, le plus célèbre parmi les poètes contemporains. Nous examinons son choix thématique du personnel et de l’intime, un choix novateur pour le milieu du xxe siècle, son choix linguistique, à savoir la strate quotidienne de l’hébreu contemporain, et enfin, son écriture intertextuelle riche et variée, un domaine où s’exprime son talent hors de commun.

8Cet ouvrage propose aussi, à plusieurs reprises, une mise en relation de la poésie contemporaine avec la poésie hébraïque médiévale en Espagne. On espère, ce faisant, attirer le regard d’une part sur la continuité de certains éléments culturels majeurs à travers les différentes périodes de l’histoire littéraire juive et, d’autre part, sur l’attachement des hommes de lettres contemporains à ce chapitre unique dans l’écriture hébraïque.

  • 2  Abréviation de Rabbi Yehuda Halevi ; un jeu de mots avec Real Madrid.
  • 3  Le mot שער en hébreu veut dire et un but et une porte.

9Ce petit texte qui ouvre un des livres du poète israélien Ronny Someck, Rihal2 Madrid, [ריה״ל מדריד] offre ici un prélude à notre ouvrage : il nous propose une rare rencontre entre le quotidien et le nostalgique, l’univers sportif d’aujourd’hui et la poésie mythique du poète médiéval classique, le but du football et la porte de Sion3 :

מַה נִּשְאָר מִבְּעִיטַת הַגַּעְגּוּעִים

שֶל רַבִּי יְהוּדָה הַלֵּוִי?

אוּלַי כַּדּוּר מִתְגַּלְגֵּל עַל דֶּשֶא נוֹבֵל

בֵּין שַעַר הַמִּזְרָח לְשַעַר הַמַּעֲרָב

  • 4  Sauf indication contraire, toutes les traductions sont de l’auteur.

Que reste‑t‑il du coup de pied nostalgique
De Rabbi Yehuda Halevy ?
Un ballon peut-être, qui roule sur un gazon desséché
Entre la porte de l’Orient et le but de l’Occident4.

Notes

1  Voir en particulier : Glusman, 2003 ; Hever 2007, Hever & Banbaji, 2014 ; Schwartz, 2014 ; Schwartz, 2017.

2  Abréviation de Rabbi Yehuda Halevi ; un jeu de mots avec Real Madrid.

3  Le mot שער en hébreu veut dire et un but et une porte.

4  Sauf indication contraire, toutes les traductions sont de l’auteur.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search