Version classiqueVersion mobile

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

Que traduit-on quand on traduit ?

Espaces du traduire

Texte intégral

Les traducteurs mangent-ils ?

1La traduction et l’histoire de la traduction nous semblent trop souvent dépendre d’une pensée du texte considéré comme clos. Ce n’est guère étonnant : l’héritage structuraliste et formaliste impose encore la même lecture aux études littéraires générales, et ce n’est pas la vague juxtaposition de considérations biographiques qui règle le problème.

2S’il est bien entendu qu’on part toujours du texte, c’est d’un texte inscrit dans l’histoire et le social qu’il s’agit. Que l’on nous permette ce truisme dans la mesure où il est singulièrement absent des études et des pratiques traductologiques.

3De son côté, la critique de la traduction consiste la plupart du temps à ne lire les textes que pour en souligner les « fautes » que le critique « corrigera » éventuellement, suivant en cela une conception téléologique, quasiment sociale-darwinienne, qui veut que l’on aille du « mauvais » et du « fautif » vers du toujours « meilleur », la modestie du traducteur l’empêchant de dire le « bon » : il le pense si fort qu’on l’entend par écrit. Là se trouve le fondement du discours récurrent sur les « bonnes » et « mauvaises » traductions, discours théologique, téléologique, ahistorique.

  • 1 Henri Meschonnic, 1999, Poétique du traduire, Lagrasse : Éditions Verdier.

4Les nombreux « crimes invisibles1 » dont parle Meschonnic ne sont désormais que trop visibles. Pour autant, il nous semble que leurs causes indirectement littéraires – mais littérairement marquées – ne sont pas assez soulignées. Il ne nous semble pas que Meschonnic et Berman se soient particulièrement penchés sur cette question. Ce sont néanmoins autant de marques d’historicité : les temps du champ, de l’édition, du lecteur, de la littérature, ne sont ni indépendants les uns des autres, ni homogènes, ni contemporains. Si l’on considère à la fois les temps du texte à traduire et ceux de la traduction, alors le problème apparaît encore plus complexe. Ce que nous cherchons à souligner, c’est en quoi ils déterminent concrètement l’acte de traduire. Soyons précis : nous n’inaugurons pas des recherches sociologiques, par ailleurs très utiles. Les questions de la matérialité du texte nous intéressent parce qu’elles intéressent le texte. Dans la mesure où elles sont écrites.

5Toute traduction est histoire de la traduction. Toute traduction est mémoire des conditions de production de la traduction. C’est à ce titre seulement que ces remarques « hors texte » nous intéressent : lorsqu’elles deviennent lisibles dans le « co-texte », ce qui est lu avec le texte.

6Où ? La traduction n’existe que dans un champ (littéraire, autonome ou pas).

7Qui ? Le texte traduit étant à la fois texte, livre et marchandise, le traducteur n’est jamais le seul intervenant. En tout cas, c’est rarement lui qui décide en dernière instance.

8Quand ? Ce que le lecteur croit lire en 2018 est la convergence de plusieurs registres d’historicité. Le lecteur lui-même sera l’objet des mêmes considérations archéologiques.

9Quoi ? Le texte traduit l’est d’une littérature dans une autre littérature.

  • 2 Voir la question que posait en 1820 Balzac dans Falthurne : « Mange-t-on dans (...)

10Le traducteur est un être social traversé par des narrations, qui traduit un texte tout aussi pluriel. Ce n’est pas un pur esprit. Il mange2.

Notes

1 Henri Meschonnic, 1999, Poétique du traduire, Lagrasse : Éditions Verdier.

2 Voir la question que posait en 1820 Balzac dans Falthurne : « Mange-t-on dans René ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search