Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies

 | 
Nathalie Kouamé
, 
Éric P. Meyer
, 
Anne Viguier

C

Crucifix kongo (Les)

Kongo Crucifixes (The)

Julien Volper

Résumé

Les crucifix nkangi kiditu étaient encore possédés aux xixe et xxe siècles par certains chefs de RDC et d’Angola. La notice évoque quelques‑uns des différents groupes kongo ayant connu cet attribut de pouvoir, traite des fonctions de celui‑ci, expose son origine européenne et son lien avec la première évangélisation (xvexviiie siècle). Quelques modèles spécifiques de nkangi kiditu sont également présentés.

Texte intégral

  • 1 La langue africaine utilisée dans cette notice est le kikongo.

1Entre la seconde moitié du xixe siècle et la première moitié du xxe siècle, des missionnaires, des administrateurs ou des chercheurs européens présents en Angola et au Congo belge (actuelle République démocratique du Congo) ont observé un type d’artefact bien particulier entre les mains de chefs de certains groupes kongo méridionaux : le crucifix. À l’instar des cannes‑sceptres mvwala1, des épées mbele a lulendo, des pèlerines chinzembe ou des couvre‑chefs mpu, ces crucifix de grande taille, appelés klistu (Christ) ou nkangi kiditu (« Christ protecteur »), relevaient des paraphernalia des puissants locaux. Tous les peuples de culture kongo ne faisaient pas usage de ces klistu. On les retrouvait plus spécifiquement chez les Solongo, les Mushikongo, les Mboma ou bien encore chez les Ndibu.

2Lors de son intronisation, un chef kongo‑ndibu se voyait remettre solennellement par un dignitaire en charge de l’investiture un nkangi kiditu, celui de son prédécesseur dans la majeure partie des cas. Par la suite, le crucifix était conservé par le mbiembi, c’est‑à‑dire l’homme ayant la charge des insignes de pouvoir. On peut donc dire que le nkangi kiditu jouait un rôle pour ce qui était de la légitimité du nouveau mfumu (chef).

3Ces crucifix étaient éventuellement exhibés en diverses occasions.

4Lorsque survenaient des palabres qui nécessitaient l’avis du mfumu, le nkangi kiditu pouvait intervenir. Lors du jugement, les parties convoquées devaient se saisir de l’objet et juraient de parler honnêtement.

5Les nkangi kiditu revêtaient aussi parfois une fonction thérapeutique et étaient alors mis en contact d’un malade afin de l’aider à guérir.

6Les crucifix avaient également un rôle à jouer lors de cérémonies renforçant le lien entre les vivants et les morts. Ces rites dirigés par le mfumu consistaient à honorer les défunts importants et à entretenir les tombes en y apportant notamment de nouvelles offrandes. En ces occasions, le chef exhibait le nkangi kiditu une fois les rites achevés.

7Pour mieux comprendre les raisons qui poussèrent des groupes kongo à adopter ce symbole d’autorité cruciforme, il faut remonter à l’époque de la première christianisation (xvexviiisiècles) du royaume de Kongo et des États voisins comme le « comté » de Soyo.

8Nous n’entrerons pas dans le détail des relations religieuses, politiques et commerciales qui lièrent les entités politiques de cette partie de l’Afrique centrale et diverses puissances européennes dont la plus importante fut sans nul doute le royaume de Portugal. Retenons simplement que la conversion des souverains kongo eut parfois comme objectif, ce fut le cas pour Afonso ier (r. 1506‑1543), de posséder un pouvoir religieux qui, traditionnellement, leur faisait défaut. En ce sens, le « fétiche des Blancs » qu’était le crucifix se devait d’être incorporé comme symbole ostensible du nouveau pouvoir. Ledit pouvoir fut d’ailleurs renforcé par l’éclosion de miracles qui auraient fort bien pu trouver leur place dans la Legenda aurea. On évoquera ici le récit merveilleux d’Afonso ier qui, par la simple présentation d’une croix qu’il avait en main, put éviter la sagittation que lui promettaient des vassaux païens et rebelles en faisant retomber les traits décochés.

9Par ailleurs, les nganga nzaambi (missionnaires) étaient eux aussi perçus comme détenteurs de capacités surnaturelles comme celle de contrôler le climat. Notons là encore que ce pouvoir prêté aux missionnaires se substituait à celui dévolu traditionnellement à des « ministres du culte kongo ». Si l’on ajoute à cela que la croix, en tant que symbole fort, préexistait à l’implantation du catholicisme en Afrique centrale, on comprendra mieux comment, au fil du temps, les chefs kongo incorporèrent le crucifix au nombre de leurs regalia tout en remodelant son sens chrétien afin de l’adapter au mieux aux réalités culturelles et cultuelles locales.

10Il y a quelque chose d’émouvant à se trouver face à ces objets particuliers qui, pour la plupart, dateraient du xviie ou du xviiie siècle. Réalisés par les forgerons kongo au moyen d’un alliage de métal cuivreux, certains apparaissent comme des surmoulages de modèles européens bien diffusés au xviiie siècle et se caractérisant par un Christ aux accents baroques ayant la tête rejetée en arrière. D’autres sont des interprétations plus audacieuses du Christ mort de Giambologna et de ses nombreuses adaptations. D’autres, encore, tirent leur iconographie particulière (présence d’un crâne et d’une vierge orante sur la branche inférieure de la croix) de petits crucifix de chapelet courants dans la péninsule ibérique aux xviiexviiie siècles et dont des exemplaires furent retrouvés dans des tombes kongo. D’autres, enfin, sont des créations qui laissent place à une plus grande créativité autochtone et se détachent franchement de toute influence stylistique européenne.

Figure 1. Chef kongo arborant un nkangi kiditu

Figure 1. Chef kongo arborant un nkangi kiditu

Les peaux de félins, symbole de pouvoir, que l’on voit aux pieds du mfumu sont retranscrites sur au moins un nkangi kiditu de notre connaissance en lieu et place du titulus. Première moitié du xxe siècle.

© Archives privées

Figure 2. Nkangi kiditu en laiton fixé sur une croix en bois

Figure 2. Nkangi kiditu en laiton fixé sur une croix en bois

D’après des sources orales, cet objet appartenait à un parent des anciens rois de Kongo résidant dans l’ancienne capitale du royaume : São Salvador/Mbanza-Kongo (Angola). Hauteur : 40 cm. xviie xviiie siècles. Collection du Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC), numéro d’inventaire : HO.1955.9.17.

© MRAC-KMMA

Bibliographie

Ouvrages

Fromont Cécile, 2014, The Art of Conversion: Christian Visual Culture in the Kingdom of Kongo, University of North Carolina Press, Chapel Hill, 328 p. [9781469618715]

Volper Julien, 2011, Ora Pro Nobis : étude sur les crucifix bakongo, Paul Louis Impresor‑Pauwels, Bruxelles, 143 p.

Volper Julien (dir.), 2016, Du Jourdain au Congo. Art et christianisme en Afrique centrale, Éditions Flammarion, Paris, 192 p. [9782081366329]

Wannyn Robert, 1961, L’Art ancien du métal du Bas‑Congo, Éditions du Vieux Planquesaule, Champles par Wavre, 96 p.

Notes

1 La langue africaine utilisée dans cette notice est le kikongo.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Chef kongo arborant un nkangi kiditu
Légende Les peaux de félins, symbole de pouvoir, que l’on voit aux pieds du mfumu sont retranscrites sur au moins un nkangi kiditu de notre connaissance en lieu et place du titulus. Première moitié du xxe siècle.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/29983/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 2. Nkangi kiditu en laiton fixé sur une croix en bois
Légende D’après des sources orales, cet objet appartenait à un parent des anciens rois de Kongo résidant dans l’ancienne capitale du royaume : São Salvador/Mbanza-Kongo (Angola). Hauteur : 40 cm. xviie‑ xviiie siècles. Collection du Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC), numéro d’inventaire : HO.1955.9.17.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/29983/img-2.png
Fichier image/png, 29M

© Presses de l’Inalco, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search