Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies

 | 
Nathalie Kouamé
, 
Éric P. Meyer
, 
Anne Viguier

S

Sources des organisations missionnaires pour l’historiographie du Moyen‑Orient et du Maghreb (Les)

Sources of the Missionary Organizations for the History of Middle East and Maghrib

Chantal Verdeil

Résumé

Produites par les institutions missionnaires présentes dans le monde arabe et au Moyen‑Orient depuis le Moyen Âge, les sources missionnaires sont des sources hybrides, à la fois locales et étrangères. Parfois difficiles d’accès et toujours délicates à exploiter, elles sont aujourd’hui utilisées pour écrire une histoire sociale et politique des sociétés du Monde arabe et du Moyen‑Orient.

Texte intégral

1Sources émanant des congrégations ou des sociétés missionnaires chrétiennes envoyées au Maghreb et au Moyen‑Orient, les sources missionnaires apparaissent au premier abord peu à leur place dans une Encyclopédie qui se donne pour ambition de recenser les sources locales de l’histoire. Produites localement par des hommes et des femmes européens, américains, russes, mais aussi par des personnes d’origine locale, maghrébine, proche ou moyen‑orientale (autrement dit à partir du xvie siècle, des Ottomans sauf pour le sultanat du Maroc), les sources missionnaires sont pourtant, au moins en partie, des sources locales. Pour s’en convaincre, on peut citer un ensemble de lettres du P. Louis Cheikho écrites pendant la Première Guerre mondiale à Beyrouth et conservées aujourd’hui dans les archives de la Compagnie de Jésus en France. Écrites par un jésuite d’origine orientale (né en 1859 à Mardîn en Anatolie orientale), au moment où la plupart de ses compagnons d’origine européenne ont été expulsés de l’Empire ottoman après la déclaration de guerre, ces missives constituent un témoignage exceptionnel de la vie à Beyrouth et au‑delà, au Mont‑Liban, pendant le conflit alors que la censure et le blocus ont tari bien des canaux d’information. Le caractère local, au moins en partie, de ces archives explique aussi que les fonds sont très souvent dispersés entre les maisons‑mères (en Europe, aux États‑Unis, en Russie) et des résidences locales. On pourrait donc les qualifier d’hybrides, à la fois locales ou indigènes, étrangères ou externes.

2Ces archives extrêmement riches, mais parfois difficiles d’accès sont le fruit d’une histoire dont il faut retracer brièvement les grands traits afin de mieux les présenter. Depuis une vingtaine d’années, le renouveau de l’histoire missionnaire a permis de mieux les connaître et par conséquent de mieux les utiliser pour écrire, non seulement l’histoire des missions, mais plus encore, l’histoire religieuse, sociale et politique des sociétés du Maghreb et du Moyen‑Orient. À cet égard, on peut citer la somme inégalée de Bernard Heyberger (1994) sur les chrétiens du Proche‑Orient au temps de la réforme catholique (xviexviiie siècle) qui puise une partie de ses informations aux sources missionnaires.

3La présence des ordres mendiants au Proche‑Orient remonte au Moyen Âge, mais c’est surtout au xvie siècle, après la création de la Sacrée Congrégation de Propaganda Fide (pour la propagation de la Foi) que les congrégations missionnaires catholiques (jésuites, lazaristes, carmes, capucins) s’installent au Proche‑Orient avec le projet de ramener dans le giron de l’Église catholique les chrétiens orientaux dont l’écrasante majorité ne reconnaît pas l’autorité de Rome. Les conflits internes à l’Église catholique (suppression de la Compagnie de Jésus en 1773) et les guerres qui déchirent l’Europe dans les premières années du xixe siècle désorganisent les institutions missionnaires dont la vitalité décline au tournant du xviiie et du xixsiècle. À partir des années 1820, elles connaissent un nouvel essor : missionnaires protestants, catholiques puis orthodoxes venus de tous les pays d’Europe, de Russie et des États‑Unis partent pour le Maghreb et le Moyen‑Orient dans un élan qui ne fait que s’intensifier jusqu’à la Première Guerre mondiale.

4L’arrivée de missionnaires protestants et orthodoxes et la concurrence entre les confessions chrétiennes qu’elle exacerbe, constituent un des principaux traits distinctifs de ces missions contemporaines. L’autre est la présence massive des femmes, épouses de missionnaires ou religieuses catholiques ou orthodoxes. Dès la fin du xixe siècle, la majorité des missionnaires sont des femmes : une nouveauté qui transforme l’apostolat (plus souvent dirigé vers les femmes) et les archives produites, dont les auteurs ne sont plus seulement des hommes. Au xixe siècle, ces missions sont avant tout tournées vers les chrétiens d’Orient et s’intéressent relativement moins à l’islam et aux musulmans qu’au xviie et au xviiie siècle. Durant le second xxe siècle, elles prennent le plus souvent leur « indépendance » vis‑à‑vis de leur maison‑mère, un mouvement qui coïncide avec un regain de curiosité pour l’islam et les musulmans (fruit d’une évolution qui se dessine dans l’entre‑deux‑guerres). C’est aussi le moment de la fondation de nouvelles résidences missionnaires, plus modestes et implantées dans des milieux plus populaires, sous l’influence des idéologies développementaliste et tiers‑mondiste qui marquent profondément les années 1950 et 1960.

  • 1 Verdeil, 2013.
  • 2 Laux, 2008, Marin, 2007, Paisant, 2009.

5Ces institutions missionnaires ont produit une documentation très diverse, aujourd’hui conservée entre le Moyen‑Orient ou le Maghreb, l’Europe (à Rome notamment pour les congrégations catholiques), les États‑Unis et la Russie, écrite en arabe, en arménien, en français, en latin, en anglais, en allemand, en russe, en italien, en espagnol... La documentation centrale (Rome, Boston) est généralement mieux archivée et mieux cataloguée que les archives locales dont l’état dépend souvent des choix faits par le religieux ou la religieuse chargée de les conserver, d’y opérer une sélection, ou de les supprimer. Archives privées, elles ne sont pas toujours faciles d’accès, et leur consultation dépend du bon vouloir des supérieurs qui regardent souvent les chercheurs avec suspicion, voire méfiance. Cette documentation se révèle de nature très diverse : de la correspondance bien sûr, notamment entre les missionnaires, comme entre ces derniers et leurs supérieurs ou avec d’autres personnes extérieures à la mission (notamment le personnel diplomatique), des articles de presse, des photographies, des statistiques (nombre d’élèves des écoles), des livres de comptes, des papiers personnels de tel ou tel religieux, des diaires (journaux tenus quotidiennement où sont consignés les faits marquants du jour), des réponses à des enquêtes statistiques ou plus qualitatives, des programmes de cours, des comptes rendus de réunions. Une partie a été publiée par des congrégations. Sur ce plan on peut citer l’ouvrage du P. Sami Kuri, Une histoire du Liban à travers les archives des jésuites (1992‑1996) qui présente un large éventail des documents conservés par différentes maisons de la Compagnie de Jésus ou, plus récemment, l’ouvrage Missions chrétiennes en terre d’Islam, Moyen‑Orient, Afrique du Nord (xviiexxe siècles), anthologie de textes missionnaires 1. Ces opérations de publication, et donc de mise à disposition d’archives missionnaires, ne touchent pas seulement les missions du Proche et du Moyen‑Orient, mais aussi celles d’Extrême‑Orient et d’Océanie2.

6Une partie de ces sources ont aussi été publiées dans des revues missionnaires, autrement dit peu après leur rédaction, dans des périodiques destinés à encourager les fidèles européens ou américains à soutenir l’apostolat missionnaire de leurs prières, mais aussi par des contributions financières. Parmi les publications françaises, Les Annales de la Propagation de la Foi, ou le Bulletin de l’Œuvre des Écoles d’Orient, devenu par la suite l’Œuvre d’Orient offrent un panorama vivant et assez complet des missions catholiques au Proche et au Moyen‑Orient. Ces archives publiées, et donc plus facilement accessibles, se révèlent néanmoins délicates à manipuler, la plupart des lettres missionnaires étant réécrites ou coupées en vue de leur publication, les missionnaires soignant leur image auprès de leurs supérieurs et de leurs bailleurs de fonds, aussi modestes soient‑ils. Les correspondances privées doivent aussi être utilisées avec précaution : les descriptions et les réflexions qu’elles proposent ne constituent jamais, même si elles se présentent comme telles, un état des lieux objectif de ce que peuvent observer les missionnaires. Ces correspondances s’inscrivent dans des rapports de sujétion entre les missionnaires et leurs interlocuteurs : relations de soumission entre les missionnaires et leurs supérieurs religieux, de protection entre eux et les diplomates et plus généralement le pouvoir politique, de dépendance financière avec leurs financeurs. Cela sans compter les conflits entre missions des diverses confessions chrétiennes (orthodoxes, catholiques, protestantes), très vifs pendant un long xixe siècle, les concurrences entre congrégations d’une même obédience, les rivalités entre religieux d’une même organisation. Bref, même si elles se présentent comme des rapports factuels, ces lettres ne sont jamais neutres. Dans certaines congrégations, la rédaction des lettres obéit en outre à des règles précises. C’est le cas notamment au sein de la Compagnie de Jésus, où les pères sont enjoints d’accuser systématiquement réception avec précision des courriers reçus et de diviser leur propos en autant de paragraphes scrupuleusement numérotés auquel leur correspondant répond point par point : rien de spontané dans ces lettres qui constituent des rapports très construits, des argumentaires plaidant pour telle ou telle décision, des descriptions jetant la lumière sur certaines œuvres et laissant sciemment dans l’ombre d’autres aspects de leur action.

7Pendant longtemps, les sources missionnaires ont nourri l’histoire religieuse, celle des débats théologiques entre différentes confessions chrétiennes, celle des dévotions (que les missionnaires ont contribué à transformer), celle du clergé et des ordres religieux et, dans une moindre mesure, celle des relations entre missionnaires et islam. Sur ce plan, la question dominante des années 1950 aux années 1990 a été celle de la « latinisation », autrement dit de l’adoption, par les chrétiens orientaux de règles et de pratiques catholiques romaines aux dépens de leurs traditions orientales. Cette vision des chrétiens d’Orient comme victimes passives de l’apostolat religieux catholique latin (romain) est aujourd’hui largement abandonnée et a laissé la place à des travaux qui mettent davantage l’accent sur les phénomènes d’appropriation et d’hybridation des pratiques religieuses entre les différentes branches du christianisme. Depuis ces dernières années, la lecture de ces sources missionnaires a participé au renouveau de l’histoire des missions, longtemps laissées en marge d’une histoire religieuse très européocentrée et d’une histoire coloniale indifférente ou méfiante vis‑à‑vis de ces institutions religieuses. Cette nouvelle histoire des missions pratique assidument les jeux d’échelles, scrutant au plus près les relations des missionnaires avec les sociétés locales tout en les inscrivant dans des réseaux impériaux ou transnationaux (ce que sont au demeurant les organisations missionnaires) et bénéficiant pour ce faire des apports de l’histoire connectée comme de l’histoire globale. Cette nouvelle histoire missionnaire s’intéresse aux organisations missionnaires considérées comme des sortes d’entreprises multinationales qui fondent des résidences comme autant de succursales, et dont les échecs méritent autant l’attention que les succès. Elle met en lumière le développement des institutions scolaires et de santé, véritables piliers de l’action missionnaire entre 1850 et 1950, le rôle des savants missionnaires dans la construction des savoirs sur le Proche et le Moyen‑Orient et l’élaboration d’un patrimoine communautaire ou national, leurs relations avec les pouvoirs en place et enfin leur influence sur les processus de confessionnalisation des sociétés du Proche et du Moyen‑Orient. Bénéficiant de l’apport des questionnements liés au genre, cette histoire missionnaire s’attache aussi à la place des femmes dans les sociétés du monde arabe et du Moyen‑Orient, que l’action missionnaire, par la santé, l’éducation et les modèles qu’elle propose, a contribué à modifier. Sur le plan des identités masculines et de la « fabrique des garçons », les recherches sont aujourd’hui balbutiantes, mais prometteuses. Ainsi les sources missionnaires sont aujourd’hui véritablement au service d’une histoire politique et surtout sociale des sociétés du monde arabe et du Moyen‑Orient.

Bibliographie

Ouvrages et thèse

Avon Dominique, 2005, Les Frères prêcheurs en Orient, Les dominicains du Caire (année 1910 ‑ années 1960), Cerf‑histoire, Paris, 1029 p.

Bocquet Jérôme, 2005, Missionnaires français en terre d’islam : Damas 1860‑1914, Les Indes savantes, Paris, 351 p. [9782846540803]

Bocquet Jérôme, 2008, La France, l’Église et le Baas, Les Indes savantes, Paris, 352 p. [9782846540810]

Heyberger Bernard, 1994, Les Chrétiens du Proche‑Orient au temps de la réforme catholique, Presses de l’École française de Rome, Rome, 665 p. [9782728310487]

Laux Claire, 2008, Les Ecritures de la mission dans l’outremer insulaire, anthologie de textes missionnaires, Brepols, Turnhout, 240 p. [9782503525303]

Makdisi Ussama, 2008, Artillery of Heaven, American Missionaries and the Failed Conversion of the Middle East, Cornell University Press, New York, 262 p.

Massot‑Marin Catherine (dir.), 2007, Les écritures de la mission en Extrême Orient : le choc de l’arrivée, xviiiexxe siècles : de l’attente à l’arrivée, Chine, Asie du Sud‑Est, Japon, anthologie de textes missionnaires, Brepols, Turnhout.

Murre‑van den Berg Helen (ed.), 2006, New Faith in Ancient Lands, Western Missions in the Middle East in the Nineteenth and Early twentieth Centuries, Brill, Leiden, 339 p. [9789004154711]

Paisant Chantal (dir.), 2009, La mission au féminin, témoignages de religieuses missionnaires à la fin d’un siècle (xixe‑début xxe siècles), anthologie de textes missionnaires, Brepols, Turnhout, 791 p.

Saaïdia Oissila, 2003, Clercs catholiques et Oulémas sunnites, discours croisés dans la première moitié du xxe siècle, Geuthner, Paris, 462 p.

Sharkey Heather J., 2013, Cultural Conversions: Unexpected Consequences of Christian Missions in the Middle East, Africa, and South Asia, Syracuse University Press, Syracuse, 344 p. [9780815633150]

Verdeil Chantal, 2011, La Mission jésuite du Mont‑Liban et de Syrie (1830‑1864), Les Indes Savantes, Paris, 504 p. [9782846541510]

Verdeil Chantal (dir), 2013, Missions chrétiennes en terre d’Islam, Moyen‑Orient, Afrique du Nord (xviiexxe siècles), anthologie de textes missionnaires, Brepols, Turnhout, 407 p. [9782503526492]

Article

Astafieva Elena, 2003, « La Russie en Terre sainte : le cas de la Société Impériale orthodoxe de. Palestine (1882‑1917) », Cristianismo nella storia, 24‑1, p. 41‑68.

Notes

1 Verdeil, 2013.

2 Laux, 2008, Marin, 2007, Paisant, 2009.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search