Version classiqueVersion mobile

S’émanciper par les armes ?

 | 
Caroline Guibet Lafaye
, 
Alexandra Frénod

Groupes armés et politiques du genre

La production idéologique des rapports sociaux de genre au sein du PCP‑Sendero Luminoso

The Ideological Production of Gender Social Relations within the PCPSendero Luminoso

La producción ideológica de relaciones sociales de género en el seno del PCP‑Sendero Luminoso

Maritza Felices-Luna

Résumé

L’inclusion des femmes au sein d’organisations utilisant la violence comme stratégie politique est parfois pensée comme la résultante ou le produit d’une transformation sociale ou, tout au moins, comme l’indice d’un projet politique de transformation des rapports sociaux genrés et genrants. Toutefois, le vécu des femmes qui se joignent à ces organisations est sur ce point très disparate (disparate selon les femmes mais disparate aussi pour la même femme). Ce chapitre rend compte de cette diversité d’expériences en s’attardant sur la production idéologique des rapports sociaux de genre par le parti communiste du Pérou – Sendero Luminoso1 (PCP‑SL) et des pratiques genrées et genrantes au sein de cette organisation. L’analyse montre comment les discours idéologiques et les politiques organisationnelles produisent parallèlement des insurgées affranchies de la domination masculine et des instruments de la lutte armée sous l’emprise d’un patriarcat révolutionnaire.

Texte intégral

Les organisations armées, lieux de (re)production ou de transformation des rapports sociaux de genre

1La participation des femmes à la violence politique continue à être perçue de nos jours comme une transgression (Dauphin & Farge, 1997 ; Gagné & Rioux, 2005 ; Felices‑Luna, 2007 ; Cardi & Pruvost, 2012 ; Bugnon, 2015). Une transgression qui surprend, qui questionne, qui crée un malaise, mais aussi, et je transgresse moi-même en le disant de cette manière, une transgression qui suscite parfois de l’espoir. Cet espoir n’est pas en lien avec une quelconque valorisation de la violence, mais résulte plutôt de la présomption que l’acceptation et même la promotion d’une telle transgression par une organisation quelconque puisse être indicative d’une certaine transformation de l’ordre sexué au sein de celle-ci. Autrement dit, on perçoit la participation des femmes à la lutte armée comme étant la résultante ou le produit d’une transformation ou tout au moins l’indice d’un projet politique de transformation des rapports sociaux genrés et genrants au sein de ces organisations et, dans l’avenir, auprès des sociétés dont elles émergent.

2La littérature portant sur les femmes ayant pris les armes pour des raisons politiques pose la question de savoir si la participation des femmes à la lutte armée produit une transformation ou une reproduction des rapports sociaux de genre au sein de leurs propres organisations (Araujo, 1980 ; Fare & Spirito, 1982 ; Dombrowski, 1999 ; Moser & Clark, 2001 ; Zahar, 2005 ; Felices‑Luna, 2007 ; Gonzales‑Perez, 2009 ; Dayan‑Herzbrun, 2012). Cette question est complexe puisque les théories féministes ne nous fournissent pas de critère clair ni précis sur ce qui constitue libération, transformation ou reproduction ni sur ce que l’on doit analyser pour éclairer cette question : les discours de l’organisation, ses politiques institutionnelles, les pratiques des membres ou encore les expériences et points de vue des partisanes elles-mêmes. De surcroît, trancher sur la question de la (re)production ou la transformation peut devenir une quête infinie lorsque les chercheurs étudient des organisations qui ont une très longue histoire, dont les territoires d’action sont variés (urbain, rural, semi-urbain, semi-rural dans des régions géographiquement différentes), dont le niveau de contrôle exercé peut être tout aussi varié (zones libérées, quartiers rouges ou zones sous contrôle de l’État) et dont les milliers de membres présentent des caractéristiques sociodémographiques très diverses.

3Ce chapitre part précisément du constat que le vécu des femmes membres du PCP‑SL est variable selon les femmes : elles racontent des expériences de libération et d’oppression, de transformation des rapports sociaux traditionnels et de reproduction de ceux-ci ; certaines font une évaluation positive de leur implication, tandis que d’autres expriment du regret, des insatisfactions ou encore des sentiments contradictoires (Felices‑Luna, 2012). Ainsi, il apparaît plus pertinent d’analyser ce qui permet à la fois la (re)production et la transformation des rapports sociaux de genre.

4Un regard microsociologique portant sur la « carrière » de femmes impliquées dans la lutte armée analyse la convergence, qu’on pourrait dire presque hasardeuse, d’une série d’éléments ou facteurs tels que les personnes impliquées, l’endroit où l’on se retrouve, le contexte sociopolitique, le moment particulier du conflit, etc. et comment cette convergence joue autant dans leur parcours que dans leur vécu de celui-ci (Felices‑Luna, 2008). Cette approche traite les expériences des femmes de façon synchronique afin d’analyser comment ces multiples facteurs résultent tantôt de moments de (re)production, tantôt d’instances de transformation des rapports de genre dans leurs cercles sociaux respectifs. Quoiqu’en apparence réducteur, ce type d’analyse ouvre des pistes de réflexion sur les effets cumulatifs de ces expériences qui, même si elles sont très localisées, contribuent à la production du social et donc à des changements sur le reste de la société (Felices-Luna, 2007). Toutefois, ces analyses perdent de vue l’horizon de la production idéologique de ces organisations, laquelle est à l’origine d’un répertoire de possibles.

5Ce chapitre contribue au débat que l’on retrouve dans les productions féministes autour de la question de la (re)production/transformation des rapports sociaux de genre, par son analyse de la production idéologique sur le genre par le PCP‑SL. Celle-ci crée les conditions de possibilité de l’émergence de certains discours, politiques, pratiques ainsi que d’expériences. Pour ce faire, j’analyse dans la section suivante la production idéologique des rapports sociaux de genre par le PCP‑SL à partir des documents politiques, journalistiques et artistiques produits par l’organisation. Cette présentation faite, je dresse un portrait succinct des discours et réalités politiques et pratiques organisationnelles que cette production idéologique autorise en m’appuyant sur les documents susmentionnés mais aussi sur des témoignages recueillis dans le cadre d’entretiens réalisés par des collègues chercheurs, par des journalistes ou par moi-même. L’analyse permet d’établir, de façon conclusive que la production idéologique du PCP‑SL permet de comprendre certaines pratiques, expériences et événements puisqu’elle est le cadre de référence pour l’organisation et ses membres. Toutefois, puisque les membres ne sont pas des récepteurs vides et que le PCP‑SL ne peut mettre entre parenthèses ni leur vie précédente, ni leur socialisation antérieure ni le contexte social du moment, la production idéologique n’aura pas les mêmes effets pour tous les individus et engendrera des pratiques, des discours et des expériences divergents.

La production idéologique des rapports sociaux de genre par le PCP‑SL

  • 2 J’utilise l’expression « question féminine » employée par le MFP et le PCP‑SL dans ma présentation (...)
  • 3 Adrianzen, 1974.

6Avec la création de la fraction féminine du Front étudiant révolutionnaire (FFFER), les précurseurs du PCP‑SL démontraient déjà en 1964 une préoccupation pour la « question féminine2 ». Cette préoccupation a persisté lorsque, peu après la constitution officielle du PCP‑SL, le FFFER est devenu en 1970 le Mouvement féminin populaire (MFP) (Guiné, 2018). Dès sa fondation, le MFP a travaillé auprès des femmes pour améliorer leurs conditions de vie matérielles et symboliques. Ce travail concret s’est fait en parallèle à la production d’une analyse de la condition féminine comme résultant de la dépendance économique des femmes à l’égard des hommes. Ce travail intellectuel et idéologique a donné lieu à la publication d’un programme sur les droits des femmes en 1973 et, en 1974, le MFP a publié son analyse de la condition féminine au Pérou3.

  • 4 Jose Carlos Mariategui est le fondateur du parti socialiste qui deviendra le parti communiste du Pé (...)

7Cinq principes provenant de Marx, Engels, Lénine, Mariategui4 et Mao servent de fondements à la production idéologique du PCP‑SL sur la question du genre. Le premier principe affirme que la société n’est pas divisée selon le sexe (homme-femme) mais selon les classes sociales. De ce fait, la libération des femmes s’opère à travers la libération du prolétariat, dans le cadre de la direction du parti (Marx et Engels). Le deuxième principe établit que les femmes et les hommes sont un produit social (et non pas naturel), que leur transformation exige la transformation de la société et, donc, que les hommes sont tout autant concernés et doivent y participer activement (Mariategui). Le troisième principe soutient que la véritable égalité entre les hommes et les femmes ne peut être atteinte qu’à travers la transformation socialiste de l’ensemble de la société (Mao). Le quatrième principe accuse le féminisme d’être un courant bourgeois. Les femmes ne peuvent pas lutter ensemble car elles sont soit réactionnaires, soit centristes, soit révolutionnaires. Le féminisme vise ainsi à diviser le prolétariat, à endormir les femmes et à retarder leur émancipation, ainsi qu’à désamorcer leur force révolutionnaire en affirmant que « leur capacité de donner la vie les rend incapables de tuer » (Mariategui). Le dernier principe énonce que le succès de la révolution dépend du degré de participation des femmes car elles représentent la moitié du monde qui soutient le ciel (Lénine et Mao). L’application de ces principes dirige non seulement l’orientation idéologique mais aussi sa constitution :

Le MFP n’est pas une organisation féministe extrême. Le MFP cherche à développer le rôle de la femme. La femme n’est pas simplement une femme au foyer, elle peut faire partie d’un mouvement politique, elle peut avoir des opinions politiques, elle peut proposer des solutions, elle peut participer à des actions. Il ne s’agit pas d’un problème de genre, ce n’est pas la compétition entre homme et femme. Il n’y a pas de différence entre homme et femme, la différence est idéologique. Pour ça ce n’est pas comme dans les mouvements féministes qui n’acceptent pas des hommes. Dans le MFP, il y avait des hommes car il s’agissait de développer le rôle de la femme et tous devaient participer à ça. (María, membre du PCP‑SL au début des années 1990 dans le secteur formation du MFP)

  • 5 Toutes les illustrations figurant dans ce chapitre sont libres de droits.
  • 6 http://www.all-peru.info/common/peru/hist16.jpg (consulté le 5-6-2017).

8La production idéologique du MFP est accompagnée par une production iconographique5 émanant du PCP‑SL où l’on retrouve les femmes non seulement présentes mais en première ligne et jouant un rôle militaire actif6.

Figure 1. Cérémonie de clôture de la première école militaire (PCP‑SL, sans date)

Figure 1. Cérémonie de clôture de la première école militaire (PCP‑SL, sans date)
  • 7 http://peru.com/actualidad/mi-ciudad/ingrese-al-museo-dircote-que-funciona-lima-desde-hace-12-anos- (...)

9Dans cette première image nous retrouvons une représentation commémorant la cérémonie de clôture de la première école militaire. Elle présente de façon clairement identifiable trois femmes dans la première file recevant les félicitations d’Abimael Guzmán (le chef du parti)7.

Figure 2. Commémoration de l’action contre le bureau électoral à Chuschi en mai 1980 (PCP‑SL, sans date)

Figure 2. Commémoration de l’action contre le bureau électoral à Chuschi en mai 1980 (PCP‑SL, sans date)

Figure 3. Justice populaire (PCP‑SL, sans date)

Figure 3. Justice populaire (PCP‑SL, sans date)

Représentation des « jugements populaires » où des membres des forces de l’ordre sont exécutés par une femme. Deux autres femmes apparaissent en premier plan portant des armes à feu.

  • 8 https://spanisharoundtheworld-2015.wikispaces.com/file/view/peru-armada.jpg/567160637/236x335/peru- (...)

10La deuxième image représente la première action militaire du PCP‑SL ayant eu lieu contre les bureaux de vote à Chuschi (dans la province d’Ayacucho) le 5 mai 1980. Dans ce tableau on voit quatre femmes dans une attitude victorieuse, fusil en main, pendant que les urnes électorales brûlent8.

  • 9 Sans être l’unique source de ce type de documents, El Diario est un journal étroitement associé au  (...)

11L’analyse de MFP publié en 1974 deviendra un des piliers idéologiques du mouvement et sera considérée comme l’analyse définitive du PCP‑SL sur la question du genre. À partir de ce moment, de nombreux documents seront produits qui serviront à faire connaître les analyses du MFP sur la « question féminine ». Ils seront mobilisés pour analyser les situations concrètes des femmes selon leur condition (ouvrières, paysannes, professionnelles, pauvres, femmes au foyer, etc.9). En voici un exemple provenant du journal publié par un des organes du PCP‑SL :

Figure 4. Lutte des ouvrières textiles (El Diario, 1991)

Figure 4. Lutte des ouvrières textiles (El Diario, 1991)

12Dans cette publication, les conditions de travail des ouvrières dans l’industrie textile sont dénoncées et leur lutte louée tandis que l’encadré plus bas dénonce une rencontre entre plusieurs premières dames au sujet de la condition féminine. Elle est appréhendée comme un projet féministe bourgeois au service des forces de l’impérialisme et de gouvernements génocidaires.

  • 10 Dans une édition spéciale d’El Diario produite dans la prison pour femmes pour le 8 mars 2005, on r (...)
  • 11 http://www.solrojo.org/mpp_doc/mpp_20140308.html (consulté le 29-11-2016).

13 Malgré ce qui de prime abord semble être un engagement sérieux pour la « cause féminine », une analyse détaillée de cette production idéologique s’avère décevante à plusieurs égards. Premièrement, on n’y retrouve aucune réflexion sur les modalités de transformation des relations d’oppression. On n’y identifie pas de plan d’action ni les problèmes, résistances et défis à relever. La seule prise de position consiste à mentionner que ces questions seront abordées et résolues par le MFP le moment venu, sous la direction du parti. Deuxièmement, il n’y a aucun développement de l’idéologie à travers le temps. Le contenu et la forme sont exactement les mêmes en 1974 que dans des documents produits en 200510 ou encore en 201411. Il s’agit d’une production restreinte dans son contenu puisque ce sont toujours les mêmes idées qui sont répétées, quel que soit le public ciblé. Donc, malgré l’apparence d’un discours différencié en fonction du statut socioprofessionnel des femmes, d’identiques analyses sont proposées. De surcroît, l’analyse développée est simpliste, réductrice, reproduisant simplement les idées développées par Marx, Engels, Lénine, Mariategui et Mao. S’y déploie un questionnement sur la condition féminine mais pas sur la condition masculine. On ne trouve aucune analyse ou remise en question des catégories hommes-femmes au‑delà du fait qu’elles ne sont pas naturelles et qu’elles sont moins importantes que la classe. L’analyse proposée par le MFP questionne donc le rôle attribué aux femmes mais considère comme « naturelle » et non pas problématique la catégorisation sociale sur la base du sexe. Ce positionnement institue les conditions de possibilité de politiques et de pratiques engendrant dans certains cas une transformation et dans d’autres cas une (re)production des rapports sociaux de genre. Cette idéologie qui vise à rediriger les énergies des femmes, leur force de travail, leur vie personnelle, leur intellect et leurs émotions vers la lutte révolutionnaire. La femme est pensée ici, ainsi que l’homme, comme un outil de la révolution, comme un moyen et non pas comme une fin en soi. À cet égard, le projet politique du PCP‑SL est un projet antihumaniste où les hommes et les femmes ne sont que des moyens pour la réalisation de l’Histoire (Felices‑Luna, 2017).

Figure 5. Briser les chaînes (PCP‑SL, sans date)

Figure 5. Briser les chaînes (PCP‑SL, sans date)

« Briser les chaînes. Désenchaîner la rage des femmes comme force puissante de la révolution. » Il s’agit ici clairement d’un appel à la participation des femmes dans la lutte armée en tant que mécanisme de libération au service de la révolution.

14Nonobstant les critiques que l’on peut faire à l’analyse réalisée par le MFP, l’existence de cette production idéologique au sein du PCP‑SL est unique car elle ne se retrouve pas dans d’autres organisations de la même époque en Amérique latine et en Europe (Araujo, 1980 ; Fare & Spirito, 1982 ; Steiner & Debray, 1987). Certains y voient un indice de préoccupation sincère du PCP‑SL à l’égard de la « question féminine » (Andreas, 1982 ; López, 2012). D’autres l’analysent comme une stratégie de recrutement par une organisation en manque de membres dans une période où le mouvement féministe se développe (Vega‑Centeno, 1994 ; Coral, 1998). Quelle que soit la raison, le fait que la « question féminine » soit mise sur la table par le PCP‑SL est en soit notable et a eu des effets concrets importants au sein de l’organisation elle-même et parmi ses membres.

Le discours et la réalité des politiques et des pratiques organisationnelles

15La production idéologique de Sendero sur les rapports sociaux de genre a donné lieu à un recrutement actif des femmes (environ 40 % des membres étaient des femmes, selon la commission Vérité et Réconciliation, 2003). Ce recrutement actif s’est accompagné d’une participation qui remet en cause les rôles traditionnellement attribués et la position subalterne dans laquelle les Péruviennes se retrouvent d’ordinaire. Les femmes participent autant aux activités militaires que politiques et administratives et logistiques. Elles sont cadres militaires ou politiques et ont la responsabilité de mener des opérations militaires, de propagande, de recrutement, de levée de fonds, etc. (Felices‑Luna 2008). Ce qui surprend souvent le plus est qu’elles occupent des postes de direction. Au moment de l’arrestation d’Abimael Guzmán, la direction du parti était composée de 56 % de femmes. (Mavila León, 1992).

16Les rôles joués par les femmes sont publicisés et mis en avant discursivement dans des textes qui les honorent (poèmes, chansons, nécrologies) ainsi qu’à travers une iconographie qui les représente avec des armes, en train de donner le tir de grâce, menant des jugements populaires, intervenant dans des débats, participant à la formation idéologique des camarades, résistant aux forces de l’ordre, etc., comme le montrent les images ci-dessus.

17Ces politiques de recrutement et d’attribution des rôles accompagnées des pratiques discursives et artistiques qui publicisent la place que le PCP‑SL octroie aux femmes sont inattendues dans le cadre d’une société patriarcale. En mettant en avant les femmes en tant qu’acteurs politiques et militaires légitimes, ces pratiques interrogent les conceptions traditionnelles de la femme ainsi que des déclinaisons des représentations du féminin sur les plans physique, émotionnel et intellectuel. De plus, ces pratiques ont des effets concrets sur des individualités qui peuvent remettre en question leur propre vision d’elles-mêmes et des autres. D’un côté, on retrouve des femmes qui jouent des rôles inimaginables pour elles par le passé, qui donnent des ordres aux hommes et à qui une voix est reconnue. De l’autre côté, des hommes reçoivent des ordres et obéissent à des femmes, doivent les écouter, les respecter et travailler avec elles. Ces situations concrètes inversent les rapports sociaux traditionnels de genre et sont susceptibles d’amorcer un processus de transformation sociale plus profonde.

 

18Le PCP‑SL avait une politique très stricte concernant le comportement adéquat entre les hommes et les femmes, qu’ils ou elles soient membres de l’organisation ou pas. À cet égard, Guiné (2018) explique qu’il y avait un travail d’éducation, d’émancipation et de médiation dans les cas de violence conjugale ou de disputes dans les familles mais que la prostitution, l’adultère, la pornographie et l’homosexualité étaient sévèrement punies, parfois même par la peine de mort. Toutefois, dans les faits, le respect des femmes dépendait du cadre politique de la cellule ou de l’unité. Ainsi des interviewées témoignent de cadres qui trompaient leurs compagnes et/ou qui abusaient physiquement et sexuellement des combattantes tout comme de cadres qui ne permettaient pas des tels comportements. Pourtant, selon la politique du PCP‑SL, les relations entre les hommes et les femmes devaient, en tout temps, être caractérisées par le respect réciproque et la reconnaissance de la valeur des femmes. Une interviewée raconte sa relation avec un camarade dans ces termes :

C’était du respect total, je savais que je pouvais m’endormir à côté de lui et que jamais rien allait arriver. Et quand nous allions quelque part c’était la confiance, parce que nous avions beaucoup de responsabilités. T’avais la vie de tes camarades dans tes mains mais on savait qu’on pouvait compter l’un sur l’autre. (Marta, membre du PCP‑SL à la fin des années 1980 dans le secteur médias et propagande)

19Les relations de couple devaient suivre le même modèle. Une interviewée décrit sa relation de couple ainsi :

Ce fût une belle relation, solide, sérieuse. Une relation de respect, très, très politique. Nos conversations étaient presque uniquement politiques. Il avait été organisé avant moi donc il avait une formation idéologique beaucoup plus forte que la mienne. Il était mieux formé que moi donc parfois je lui posais des questions, ou on s’asseyait lire un livre et donc il m’expliquait des choses que je ne comprenais pas. […] Une belle relation, nous n’étions pas collés à s’embrasser ni à se tenir la main, rien comme ça. Et c’était une relation de confiance totale. Il me disait : « je dois partir et je ne sais pas quand je reviendrai » et bon, il n’y avait pas de problème. Parfois je recevais un message, quelqu’un me disait « tu as le bonjour de ton camarade » et je lui disais « qu’il continue ferme dans la lutte ». Ce n’était pas des trucs du genre « dis-lui que je l’aime ou qu’il me manque ». (Mónica, membre du PCP‑SL dans les années 1980 dans le secteur universitaire)

20Le PCP‑SL avait des politiques de régulation des relations amoureuses et de la sexualité de tous ces membres. Par exemple, une pratique répertoriée par plusieurs sources consistait à donner aux combattants célibataires un préservatif par mois et à demander aux combattantes célibataires d’avoir des rapports sexuels avec eux en preuve de « solidarité ». La sexualité était ainsi pensée comme un besoin des hommes mais non pas des femmes. Nous n’avons pas retrouvé de témoignages où des combattants se voyaient demander de répondre aux besoins sexuels des combattantes célibataires. La sexualité des femmes était comprise et produite comme localisée à l’intérieur de relations sentimentales. Ainsi, bien que la sexualité soit transformée en pratique révolutionnaire, la conception différentielle de la sexualité des femmes (liée à l’amour) et des hommes (en tant que besoin physiologique) reflète des représentations et des pratiques traditionnelles.

21La vie de couple était strictement règlementée. Il existait une procédure détaillant les démarches à suivre pour pouvoir initier une relation de couple. Cette relation devait être autorisée par leurs cadres respectifs et devait être assujettie aux besoins de la révolution. Il pouvait donc y être mis un terme à n’importe quel moment. Une interviewée raconte comment son petit ami a été puni car il n’avait pas demandé l’autorisation d’être avec elle. Se retrouvant dans un campement militaire, il avait reçu des corvées supplémentaires et il lui avait été interdit de parler avec elle pendant trois mois. Une fois leur relation autorisée, ils avaient dû attendre encore quelque temps avant de pouvoir dormir dans la même tente. Elle raconte :

Finalement ils avaient de la difficulté à trouver des plastiques et des bâtons pour faire les tentes. Il n’y en avait pas assez donc c’est à ce moment-là que nous avons été autorisés, ils étaient étonnés parce qu’on demandait constamment (rires). Mais après je suis tombée enceinte sans avoir l’autorisation et il a été puni encore car il avait plus d’ancienneté. Ils voulaient que j’avorte. J’ai refusé mais ils m’ont donné quelque chose à boire. J’ai juste fait semblant et je l’ai jeté. Peu après quelqu’un m’a dit que c’étaient des herbes qu’ils donnaient pour faire avorter. (Mercedes, membre du PCP‑SL au début des années 1990, support dans un campement militaire)

22Ainsi, la maternité était également objet de contrôle. Certaines conditions devaient être respectées pour que les femmes puissent être enceintes, toute grossesse non autorisée pouvant entraîner une punition. Les cadres ou responsables décidaient ensuite si la grossesse devait être interrompue ou si elle pouvait être menée à terme. En dernier lieu, après la naissance, le parti pouvait ordonner aux femmes à n’importe quel moment d’abandonner l’enfant. Une interviewée raconte avoir été déchirée devant cette possibilité :

Il y avait des femmes qui avaient vraiment adopté l’idéologie et elles laissaient leurs enfants sans problème avec les « masses » mais je ne sais pas comment elles étaient capables de faire ça. Je n’aurais pas pu abandonner mon enfant jamais. Quand j’ai eu mon fils j’étais terrorisée qu’on m’ordonne de le laisser et après j’avais peur qu’on me le prenne de force, que je retourne chez moi et qu’il ne soit plus là. Ils avaient commencé à m’annoncer qu’il faudrait que je le donne. Ils disaient : « les masses sont prêtes à le prendre, vous êtes assignée à la guerre » et commençaient à me menacer de me le prendre ou de me tuer. Donc j’ai pris la fuite. C’est comme ça que j’ai quitté l’organisation car je n’allais jamais abandonner mon fils. (Maruja, membre du PCP‑SL au milieu des années 1990 dans le secteur de la santé)

23Cette gestion de la vie privée et sentimentale des membres du PCP‑SL est en rupture avec ce qui se passe au sein de la société péruvienne durant les années 1980‑1990. Premièrement, même s’il existait à cette époque-là un discours sur l’égalité hommes-femmes et des lois qui condamnent les violences faites aux femmes, leur application était rare. De surcroît, dans cette société patriarcale, la sexualité des femmes est sous le contrôle des hommes, et ce contrôle ne s’applique pas de la même manière aux hommes. Enfin, l’avortement et l’abandon des enfants sont toujours considérés comme des gestes contre-nature par une grande partie de la société péruvienne. Ces politiques et pratiques organisationnelles questionnent et transforment les rapports sociaux traditionnels de genre tout en les reproduisant. Le PCP‑SL d’une part subvertit les rapports traditionnels en libérant les femmes de certaines contraintes mais d’autre part les contraint à travers une régulation différente de leur sexualité, de leur maternité et de leurs relations de couple.

 

24Le dernier point concernant les politiques et pratiques qui découlent de l’idéologie du PCP‑SL porte sur les manifestations ou présentations physiques de la féminité. Sauf lorsqu’elles étaient utilisées à des fins de guerre (soutirer de l’information, distraire lors des opérations militaires), certaines pratiques de féminité étaient interdites par le parti qui les qualifiait de bourgeoises et que l’on retrouve fréquemment dans les milieux urbains et semi-urbains : port de maquillage, jupes et robes courtes, vêtements décolletés, talons hauts, bijoux, coiffure. L’interdiction de ces marques de féminité revient à annihiler les attributs couramment reconnus par la société comme des caractéristiques d’une appartenance au sexe féminin. Leur interdiction induit un effacement, pour la société, de la « femme » chez la militante ou la combattante du PCP‑SL. Certaines femmes vivent les politiques de régulation de leur apparence physique de manière positive, voire libératrice, tandis que d’autres la perçoivent comme une contrainte qui, au contraire, réduit leur autonomie et leur liberté dans leur manière de se présenter en tant que femmes.

Conclusion

25La production idéologique du PCP‑SL reconnaît aux femmes le droit de prendre la parole et d’être écoutées, de voir leurs opinions prises en compte, d’établir des relations basées sur le respect et la reconnaissance de leur valeur. Cette production idéologique crée les conditions nécessaires pour que le PCP‑SL octroie des rôles politiques et militaires aux femmes et leur donne accès à des postes de responsabilité et de direction dont les femmes sont exclues dans le reste de la société.

26Toutefois les expériences de valorisation, de reconnaissance et de respect que ces politiques et pratiques génèrent se juxtaposent à des expériences de violence, d’oppression, de reproduction de rôles et de rapports traditionnels. À cet égard, on voit comment, malgré des pratiques qui remettent en cause le modèle traditionnel, le discours qui l’accompagne réédifie l’ordre social lorsque, par exemple, au moment de l’octroi des armes, les femmes entendent dire « respecte-la comme ton mari » tandis qu’on dit aux hommes « protège-la comme ta femme ». De même, malgré un discours interdisant toute violence physique ou sexuelle contre les femmes, celles-ci rapportent des expériences de victimisation de leurs camarades et/ou leurs cadres. De plus, la sexualité des femmes est mise au service de la révolution (séduction, réponse aux besoins des camarades) et se retrouve sous le contrôle du parti (demande d’autorisation pour être en couple, demande d’autorisation pour être enceinte). Leurs propres besoins sexuels sont ignorés ou considérés comme inexistants. Finalement, même s’il n’y a pas une consigne claire sur la manière correcte de pratiquer leur féminité, dans certains cas les femmes sont confrontées à des censures concernant leur manière de se présenter en tant que femmes. Dans d’autres cas, elles sont forcées à se présenter d’une certaine manière selon les intérêts ou besoins du PCP‑SL.

27La production du genre par le PCP‑SL est paradoxale puisqu’on y retrouve à la base une idéologie qui, dans son application, libère les femmes pour en faire des actrices politiques et militaires légitimes mais qui, simultanément, entrave leur liberté, les efface et les contrôle. Ainsi, l’idéologie produite par le PCP‑SL fait acte de magie : elle met les femmes en avant tout en les faisant disparaître. L’assujettissement des membres du PCP‑SL aux besoins de la révolution est ce qui produit précisément la coexistence d’instances de (re)production et de transformation des rapports sociaux de genre au sein de l’organisation.

Notes

1 Acteur central du conflit armé interne qui a eu lieu au Pérou entre 1980-2000. Il s’agit d’une organisation marxiste-léniniste-maoïste fondée par Abimael Guzmán vers la fin des années 1960. Le PCP‑SL a une forte présence féminine (entre 30 et 40 % de ses membres) à tous les niveaux hiérarchiques et dans toutes les activités y compris celles de combat. Malgré l’accord de paix signé en 1995 par la direction du parti, des unités sont aujourd’hui toujours actives et continuent à mener occasionnellement des actions armées.

2 J’utilise l’expression « question féminine » employée par le MFP et le PCP‑SL dans ma présentation de leur perspective et l’expression « production du genre » dans mon analyse de leur perspective.

3 Adrianzen, 1974.

4 Jose Carlos Mariategui est le fondateur du parti socialiste qui deviendra le parti communiste du Pérou. Il est considéré comme un des intellectuels socialistes les plus influents en Amérique latine.

5 Toutes les illustrations figurant dans ce chapitre sont libres de droits.

6 http://www.all-peru.info/common/peru/hist16.jpg (consulté le 5-6-2017).

7 http://peru.com/actualidad/mi-ciudad/ingrese-al-museo-dircote-que-funciona-lima-desde-hace-12-anos-fotos-noticia-85851-324894 (consulté le 29-11-2016). Plusieurs de ces images sont disponibles sur des sites-webs : http://www.forocomunista.com/t1362-partido-comunista-del-peru-sendero-luminoso (consulté le 29-11-2016).

8 https://spanisharoundtheworld-2015.wikispaces.com/file/view/peru-armada.jpg/567160637/236x335/peru-armada.jpg (consulté le 5-6-2017).

9 Sans être l’unique source de ce type de documents, El Diario est un journal étroitement associé au PCP‑SL qui, dans sa rubrique «Mujer», publie des articles qui s’adresse, selon le contenu du numéro, à l’une de ces catégories.

10 Dans une édition spéciale d’El Diario produite dans la prison pour femmes pour le 8 mars 2005, on retrouve des passages identiques au document publié par le MFP en 1975.

11 http://www.solrojo.org/mpp_doc/mpp_20140308.html (consulté le 29-11-2016).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cérémonie de clôture de la première école militaire (PCP‑SL, sans date)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/28716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Figure 2. Commémoration de l’action contre le bureau électoral à Chuschi en mai 1980 (PCP‑SL, sans date)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/28716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3. Justice populaire (PCP‑SL, sans date)
Légende Représentation des « jugements populaires » où des membres des forces de l’ordre sont exécutés par une femme. Deux autres femmes apparaissent en premier plan portant des armes à feu.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/28716/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 4. Lutte des ouvrières textiles (El Diario, 1991)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/28716/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Titre Figure 5. Briser les chaînes (PCP‑SL, sans date)
Légende « Briser les chaînes. Désenchaîner la rage des femmes comme force puissante de la révolution. » Il s’agit ici clairement d’un appel à la participation des femmes dans la lutte armée en tant que mécanisme de libération au service de la révolution.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/28716/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search