Version classiqueVersion mobile

S’émanciper par les armes ?

 | 
Caroline Guibet Lafaye
, 
Alexandra Frénod

Portraits et trajectoires de militantes armées

La place des opérations-martyres au féminin dans les stratégies d’émancipation des organisations combattantes au Liban

The Place of Women’s Martyrdom Operations in the Emancipation Strategies of Fighting Organizations in Lebanon

Carole André-Dessornes

Résumé

Les années 1980 ont vu émerger au Moyen-Orient les « opérations-suicides » ou « opérations-martyres ». Ce phénomène introduit au Liban par le Hezbollah en lutte contre l’occupant israélien est resté un temps l’apanage des hommes. Puis il a séduit un certain nombre de mouvements de gauche (les premiers à avoir organisé la résistance contre l’armée d’occupation) qui ont intégré les femmes dans cette forme de combat. Cette féminisation des « opérations-martyres » signifie‑t‑elle pour autant qu’on s’achemine vers une égalité hommes-femmes, passant par la lutte armée ? Qui sont ces femmes, et dans certains cas ces jeunes filles, ayant opté pour cette voie ? Voilà les questions auxquelles le chapitre tente de répondre.

Texte intégral

  • 1 Guerre du Liban qui commence dès juin 1982 avec l’invasion du territoire libanais par Tsahal.
  • 2 (Jaysh Lubnān al-Janūbiyy) Armée du Liban-Sud (milice libanaise).
  • 3 (Al-hizb as-Suri al-qawmi al-Ijtimai) Parti social national syrien.
  • 4 (Al-hizb al-Shuy’i al-Lubnani) Parti communiste libanais.
  • 5 Parti panarabe, socialiste et laïque fondé en Syrie en 1944. La devise est « Wahdah, Hurriyah, Isht (...)

1Au début des années 1980, de nouvelles formes de lutte asymétrique ont émergé, telles que les « opérations-suicides » très rapidement appelées « opérations-martyres » du fait de la condamnation du suicide par les religions. C’est dans le contexte de l’occupation israélienne du Liban à partir de 19821 que le phénomène des « opérations-martyres » est né sur cette terre déjà divisée et déchirée par la guerre civile depuis 1975. Dans ce Liban fragmenté, le phénomène s’étend aux femmes. Ces missions qui, entre 1982 et 1985, relevaient exclusivement du Hezbollah et à ce titre étaient réservées aux hommes, ont progressivement été confiées aux femmes jusqu’alors mises à l’écart de cette forme d’engagement. En effet, le succès des « opérations-martyres » conduites par les miliciens du Hezbollah a rapidement séduit les partis séculiers qui, rappelons-le, sont les premiers à avoir organisé une résistance face à l’occupant. En donnant à la femme la possible place de martyr, ces mouvements séculiers ont vu le moyen de reprendre le dessus sur le Hezbollah concurrent. Le Liban a été pionnier dans la féminisation de cette forme de lutte contre « l’ennemi-étranger » et notamment la milice supplétive de cet occupant, l’ALS2 sous le commandement d’un certain Lahad. Plus particulièrement le Liban séculier, à travers le PSNS3, le PCL4 et le parti Baas syrien5, a ouvert une brèche et donc inauguré pour les femmes une nouvelle façon de participer à la lutte pour la libération du territoire.

2Cette féminisation des « opérations-martyres » signifie-t-elle pour autant qu’on s’achemine vers une égalité hommes-femmes passant par la lutte armée ? Qui sont ces femmes, et dans certains cas ces jeunes filles, ayant opté pour cette voie ? C’est à ces questions que le présent chapitre tente de répondre, en s’appuyant sur plusieurs enquêtes de terrain menées notamment au Liban, entre 2010 et 2012 dans le cadre d’un doctorat de sociologie (André‑Dessornes, 2013) à l’EHESS, sous la direction de Farhad Khosrokhavar.

L’année 1985 ou l’émergence du phénomène des « opérations-martyres au féminin »

  • 6 (Jabhat al-Muqawama al-Wataniyya al-Lubnaniyya) Front de résistance nationale libanaise.

3Le PCL et le PSNS, dès l’année 1985, se sont trouvés marginalisés au profit du Hezbollah qui bénéficiait des soutiens syrien et iranien et qui a graduellement supplanté la composante laïque de la résistance. Ainsi, le FRNL6 se caractérisant par une pluralité politique et confessionnelle a laissé progressivement la place à une résistance islamique conduite par le Hezbollah. À partir de cette période, la confessionnalisation croissante de cette « résistance » a valorisé la lutte à caractère chiite incarnée par le Hezbollah. Cette marginalisation a pu pousser certains membres des partis laïques à opter pour les « opérations-martyres » et à franchir un pas supplémentaire en intégrant les femmes, quitte à transgresser un interdit, la femme étant principalement reconnue dans son statut de mère, et ce quel que soit son niveau social. Traditionnellement les femmes étaient exclues de l’espace public et guerrier ; elles étaient reléguées à la sphère privée, la domination patriarcale étant très enracinée, en dehors même du fait religieux.

4L’année 1985 a constitué un véritable tournant. En effet, les femmes sont apparues là où personne ne les attendait ou du moins ne les imaginait. Ainsi, Sanaa Mehaidli, la première toute jeune femme morte dans une « opération-martyre », incarne une nouvelle génération de combattantes, un nouveau visage de la lutte nationaliste. Âgée de 17 ans à peine, elle a fait exploser la voiture qu’elle conduisait près d’un convoi israélien le 9 avril 1985 à 11 heures du matin à Bater Al‑Shuf Jezzine, alors qu’elle avait rejoint le PSNS trois mois auparavant. Elle a incarné la nouvelle figure de lutte. Elle a dérouté, à plus d’un titre, toute une société, et plus particulièrement un occupant loin de s’imaginer devoir affronter un ennemi au féminin. Ces nouvelles belligérantes se sont présentées, avant tout, comme des combattantes, des soldates de la Liberté ! Elles ont rejeté farouchement le fait d’être considérées comme des suicidaires. Bien au contraire, elles ont revendiqué le choix, comme les hommes, de pouvoir se sacrifier au nom d’une cause noble, d’être les égales des hommes devant la mort acceptée et envisagée comme une condition sine qua non de réussite d’une mission pour le bien du plus grand nombre.

5Un conflit de longue durée implique nécessairement des transformations en profondeur de la société, qui peuvent passer par des restructurations identitaires, qu’elles soient individuelles ou collectives. À ce titre, les femmes restent, de loin, les plus touchées. Il paraît donc logique qu’après s’être engagées dans la résistance aux côtés des hommes, elles aient fini par revendiquer la possibilité de mourir en martyres. Toutefois l’opération-martyre ne s’est pas imposée comme la seule voie s’offrant aux femmes pour combattre « l’ennemi désigné ». Mourir en martyr est considéré par certains et certaines comme un moyen de retrouver une dignité perdue, par la garantie de l’accès au statut de héros et d’héroïne : « la mort sacrée rend possible l’accès à la dignité par le sacrifice, alors que dans la vie courante prévaut l’insignifiance, voire l’indignité » (Khosrokhavar, 2002).

6À travers les combattants et les combattantes des mouvements de gauche, composant le FRNL, le Liban a en quelque sorte sécularisé le rapport à la mort, en s’inspirant des pratiques issues de l’Iran khomeyniste introduites par le Hezbollah. À l’instar du Hezbollah, les mouvements laïques tels que le PSNS et le PC libanais ont utilisé le terme de « martyr ».

  • 7 Entretien avec Jamal Fakhoury, PSNS, mai 2010 (Liban).
  • 8 Entretien avec Soha Bechara, janvier 2010 (Genève, Suisse). Soha Bechara est rentrée dans la résist (...)

7L’occupation du Liban par Israël a favorisé l’émergence de la figure du martyr. Les combattants puis les combattantes qui sont morts ont été assimilés à des martyrs par tous les mouvements de résistance7 dans la mesure où le combat était mené pour une cause juste : il s’agissait de libérer de l’occupant le territoire et de rétablir sa souveraineté. La reconquête de la souveraineté territoriale est en effet à l’origine de nombreux conflits fondés sur une contestation ou une non-reconnaissance de territorialité, sur une violation de territoire ou une occupation. C’est au nom de la souveraineté que des femmes se sont engagées sur le chemin de la lutte contre l’occupant. Certaines d’entre elles ont opté pour la résistance mais plutôt en arrière-plan, d’autres ont adhéré à cette résistance en sachant qu’elles allaient mettre leur vie en péril sans pour autant choisir de manière délibérée de mourir comme Soha Bechara8. Pour d’autres, minoritaires cette fois, le choix de lutter pour libérer le territoire national passait d’emblée par l’acceptation de la mort.

8Le Sud-Liban est devenu une « Terre martyre » tout autant que le symbole de la résistance à l’occupation militaire israélienne. Dans cette guerre asymétrique, l’engagement spécifique des femmes est passé par le sacrifice de soi. Ce type d’affrontement consiste à affaiblir l’adversaire, en semant le doute et en sapant le moral de celui-ci. L’opération martyre – nouvelle option du conflit asymétrique – a mis l’accent sur cette vulnérabilité, l’ennemi finissant par être déconcerté, par se sentir isolé et fragilisé psychologiquement. Il fait l’objet d’un « harcèlement continu des résistants contre les Israéliens et l’ALS » (El Ezzi, 1990). Ce Sud-Liban était décrit par le quotidien francophone libanais, L’Orient, le Jour, comme « un plat de résistance active qu’Israël n’arrive pas à digérer » (15 décembre 1985). Tsahal montrait de plus en plus de difficultés à faire face aux « opérations-martyres » répétées, menées par le Hezbollah ainsi que par les milices séculières du Front de résistance nationale libanais, qui depuis peu intégraient les femmes.

  • 9 Propos exposés par Marc Sageman (psychiatre-criminologue) au cours d’un entretien, mars 2009, in An (...)

9L’entrée des femmes dans les « opérations-martyres » a amplifié cette déstabilisation de l’Autre, mais n’a pas manqué non plus de bousculer l’ensemble de la société libanaise. Les femmes ont pris une place qui leur était alors jusque-là interdite. Les rapports sociaux entre individus sont régis par des traditions patriarcales très fortes comme cela a été précisé précédemment. Les femmes, en choisissant la voie du martyr, ont rompu délibérément avec ces normes sociales traditionnelles qui veillaient à leur attribuer une place précise, celle d’assurer la pérennité du clan en devenant mère. Le statut de la femme repose sur sa capacité à avoir ou non des enfants. Cette réalité reste indissociable de l’attachement démesuré de toute une société à l’honneur familial reposant sur les femmes : celles-ci étant les garantes de l’avenir du clan, de la tribu ou du groupe humain. Leur rôle ainsi déterminé est perçu comme une question de survie, tant matérielle que morale. Il est aisé de comprendre la polémique et les réactions qu’ont engendrées les premières missions-martyres de femmes. Une femme perpétrant des actes de cette nature, « c’est contraire aux stéréotypes et conceptions erronées occidentales [et pas seulement] concernant les terroristes masculins9 ».

10Dans le contexte du Liban occupé, se sacrifier pour une cause trouvait sa légitimité à travers la référence au cadre national. Les femmes autant que les hommes avaient leur place dans ce type de sacrifice de soi pourtant considéré comme contre-nature. Les futur(e)s martyr(e)s ou « volontaires de la mort » (Géré, 2003) lient leur destin à celui du groupe ou de la communauté dont ils sont membres. Ils renoncent à eux-mêmes pour le bien du groupe ; ils s’offrent en sacrifice. Les candidats à ces missions deviennent de véritables icônes, hommes et femmes. Ils sont respectés pour leur sincérité et leur volonté de se sacrifier pour une cause juste et grande : ici, la Patrie.

  • 10 Ulrike Marie Meinhof (1934‑1976), journaliste et mère de deux enfants, est devenue en 1970 l’une de (...)

11Alors que les femmes étaient jusqu’alors systématiquement classées dans la catégorie de victimes, quelques-unes se sont trouvées, dès les années 1970, sous le feu des projecteurs, dès lors qu’elles sont entrées dans des groupes d’activistes. Tel a été le cas de Leïla Khaled, jeune Palestinienne, membre du FPLP qui a détourné un avion de ligne en 1969. La presse n’a pas hésité à mettre en avant son côté glamour et sa sensualité (The Guardian, “I made the ring from a bullet and the pin of a hand grenade”). Tel a aussi été le cas d’Ulrike Meinhof10, devenue très vite un véritable mythe en Allemagne, une icône de la lutte anti-impérialiste qui, au nom d’un idéal, a sacrifié sa vie de famille qu’elle accusait d’être trop bourgeoise. Elle avait déclaré elle-même : « on ne changera plus la société avec des mots, car la société est devenue sourde » (Libération, « Ulrike Meinhof, un mythe allemand »). Ces femmes fascinent tout autant qu’elles suscitent un profond rejet. Il en est de même des premières candidates libanaises au martyre qui n’ont pas hésité à s’affranchir des traditions patriarcales.

12Louise Richardson, a mis en avant trois objectifs qui semblent récurrents : « les 3 R : Revanche, Renommée et Réaction » (Richardson, 2016). Dans la lutte contre l’occupant, le principal objectif est d’infliger la défaite militaire à cet ennemi et de l’humilier à son tour. Cet objectif est porté par les combattants comme par les combattantes.

La femme libanaise dans la lutte de libération territoriale 

  • 11 Entretien avec Soha Bechara, in André‑Dessornes, 2013.

13À côté des femmes impliquées dans la guerre au jour le jour, d’autres ont rejoint la résistance en participant à la logistique et au soutien des combattants. Certaines d’entre elles se sont engagées de façon plus active encore en adhérant idéologiquement à des groupes, en suivant des entraînements au combat, en organisant les activités des nouvelles recrues et parfois même en recrutant… La guerre a été l’occasion pour ces femmes d’esquisser une forme d’émancipation. En passant d’un rôle traditionnel les mettant en retrait de toute action politique à un rôle beaucoup plus actif. Cet engagement des femmes a constitué un atout pour les mouvements de gauche ; ces derniers ont joué sur le fait qu’on ne se méfiait pas des femmes. L’occupant ne pouvait pas imaginer que des femmes prennent de tels risques et qu’elles soient actives dans la lutte (André‑Dessornes, 2013)11. Néanmoins les conditions sociales et politiques vécues par ces femmes n’ont pu évoluer après la guerre. En effet, le rétablissement de la paix a pris le dessus sur les revendications des femmes pour plus d’égalité dans le domaine politique et décisionnel, y compris au sein des organisations ayant hissé les femmes au rang de combattantes, au même titre que les hommes. Tous et toutes se battaient pour libérer leur territoire. Dans les testaments des martyres, le désir de combattre pour libérer sa patrie et sa famille de l’oppression ennemie est aussi central que chez les hommes. Ces organisations « laïques » semblent avoir été à l’origine de plus d’une quarantaine de « missions-martyres » dont moins d’une dizaine par des femmes. Des trois mouvements concernés par ce type d’opérations, le PSNS, le PCL et le parti Baas au Liban, le PSNS reste de loin celui qui a eu le plus recours à cette pratique intégrant des femmes avec six opérations.

14La candidate au martyre peut vouloir affirmer, tout comme le candidat, son identité, son individualité, se venger de la disparition d’un proche. Il peut y avoir également le désir de surmonter son impuissance face à l’ennemi et de pouvoir reprendre en main son propre destin à travers son engagement, même si cela signifie accepter sa propre mort. Pour ces femmes, il n’est plus question d’être condamnées à rester dans l’ombre des hommes. L’acceptation de la mort consentie et recherchée est une étape essentielle. S’ajoute à cela la volonté de susciter d’autres « vocations » en montrant la voie. Pour ces femmes, le corps devenait l’emblème de la lutte ; ces missions étaient alors l’accomplissement d’un idéal d’engagement, une sorte de consécration.

15Dès les années 1960 et 1970, les jeunes Libanaises ont éprouvé un certain intérêt pour la lutte politique, même si la proportion de femmes âgées de moins de trente ans devenues membres des partis a été relativement faible, à peine 8 % du nombre total des adhérents (Actes de colloque, Paris, 1987). Il paraissait donc naturel, pour certaines d’entre elles, de s’engager plus avant quand la guerre civile a éclaté et à plus forte raison au moment où les soldats israéliens ont franchi les frontières. Cet engagement, hors « opérations-suicides », ne concernait pas seulement la gauche libanaise. Des femmes ont fait leur entrée aussi bien dans les milices du PCL, du PSNS, du parti Baas que dans celle des phalangistes (Nottaris, 1996). Du côté de Kataëb, les cellules étudiantes, parmi lesquelles on compte de jeunes Libanaises, avaient commencé l’entraînement dès le début des affrontements avec les Palestiniens. Ces femmes se sentaient concernées par le destin de leur pays. Elles estimaient devoir s’engager au même titre que les hommes.

16La question qui se pose alors est de savoir quelle place accordaient les différentes forces combattantes à ces femmes dans les « opérations-martyres ». Le Hezbollah, bien qu’à l’origine de ce type d’opérations, s’est prononcé contre le fait que des femmes y prennent part directement. Dans l’islam, la femme a une position centrale au sein de la famille ; c’est elle qui assure la succession et l’éducation des enfants. La femme est donc là pour soutenir les hommes de son clan, et non pas pour se donner la mort dans le cadre d’une « mission-martyre ». Il est interdit aux femmes de s’engager dans le djihad au même titre que les hommes. Le seul cas où il est possible pour une femme de mener le djihad est quand il s’agit pour elle de se défendre si elle se retrouve seule et donc sans la protection d’un homme. La femme a un rôle central dans l’islamisation de la famille ; elle porte également la mémoire collective, mais elle ne sacrifie pas sa vie dans la lutte. Elle ne doit pas prendre la place de l’homme, sauf en cas de force majeure, comme le confirme le député du Hezbollah Ali Fayyad :

  • 12 Extrait de l’entretien avec Ali Fayyad, mai 2010 (Liban), Ibid.

Le rôle des femmes n’est pas de se battre. Il y a des exceptions, mais j’insiste, cela reste des exceptions. C’est le cas quand le pays est occupé, que la vie de la famille est menacée et que la femme se retrouve seule. Là, oui, elle doit se battre, mais c’est de la légitime défense12.

17Il n’est pas question que la femme soit acceptée comme candidate à une opération-martyre.

  • 13 Extrait de l’entretien avec Jamal Fakhoury, mai 2010 (Liban), Ibid.

18Les partis de gauche, quant à eux, se sont toujours montrés en quelque sorte « progressistes » sur la question des rapports hommes/femmes et de l’égalité. Toutefois la culture patriarcale reste dominante et demeure la référence sociale. L’émancipation des femmes a toujours été un sujet de préoccupation de ces partis, y compris sur le terrain de la lutte pour la libération du pays. Ces partis séculiers se définissent comme étant les plus avant-gardistes au sujet de l’égalité de genre, y compris dans le domaine de la lutte. Jamal Fakhoury, directeur de la communication et de l’information du PSNS, revient sur cette égalité : « depuis la fondation de notre parti, nous croyons à la totale égalité entre les femmes et les hommes. Nous n’avons jamais fait de quotas13. »

19Pour ce qui est du PCL, les femmes étaient des combattantes. Le pays avait besoin de tout le monde pour le libérer de cette occupation. Elias Attalah, ancien membre du PCL, cofondateur du Front de résistance au Liban, explique très bien la place qu’occupent les femmes dans le combat :

  • 14 Extrait de l’entretien avec Elias Attalah, septembre 2011 (Liban), Ibid.

Oui la femme a sa place dans le combat. […] N’oublions pas que nous sommes en Orient et même les Israéliens ne faisaient pas attention aux jeunes femmes. C’est pour cela que nous avons recruté des femmes… pour aider, pour faire passer des messages, transporter des armes… On ne se méfie pas des femmes14.

20Les « opérations-martyres » au féminin sont bien évidemment la garantie d’une plus grande couverture médiatique, tant le choc psychologique est important. Ces attaques renforcent justement cette guerre psychologique et, de ce fait, le sentiment d’insécurité monte d’un cran. Certaines femmes n’ont pas hésité à s’engouffrer dans cette brèche ! Les femmes ayant choisi le chemin de la mort volontaire estimaient que celle-ci était totalement liée à la libération du territoire. Cette valeur de sacrifice suprême pour libérer la nation n’a pas été assimilée ni acceptée par tout le monde. La guerre a toujours engendré, sur le moment, des changements au sein des sociétés concernées. Néanmoins ces changements n’ont pas tous trouvé de prolongement dans la société civile une fois le conflit terminé.

21L’idéologie égalitariste tant défendue par ces mouvements séculiers qui s’évertuaient à gommer les différences de genre en donnant aux femmes le statut de combattantes à part entière ne peut effacer une certaine ambiguïté quant aux différences de sexe. En effet ces combattantes, présentées comme les égales des hommes, offrent des avantages du fait même qu’en tant que femmes elles suscitent une moindre vigilance de la part de l’occupant. D’un côté on nie ces différences mais, de l’autre, on les met en avant. Ces femmes-martyres devenant la fierté, le porte-étendard du groupe, comme l’explique Jamal Fakhoury parlant de Sanaa Mehaidli :

  • 15 Extrait de l’entretien avec Jamal Fakhoury, mai 2010 (Liban), Ibid.

C’est comme ça que cette jeune fille est devenue un mythe, non seulement pour le parti, mais pour toute la jeunesse libanaise. Son nom est devenu un emblème. Elle était aimée dans le monde arabe parce que c’était la première fois qu’une fille, une adolescente, s’était attaquée à l’armée israélienne que toutes les armées arabes craignaient d’affronter15.

22La communication autour de ces femmes-martyres a été immédiate et intense. Elles ont été dès le début présentées comme des modèles à suivre dans la résistance contre l’occupant. Cependant aucune femme n’a eu à un moment ou un autre accès à un poste à responsabilité ou de commandement, aussi infime soit-il. Aujourd’hui encore les rares femmes-députées, sont pour la plupart (à une ou deux exceptions près) femmes de…, filles de… Elles existent à travers un héritage familial. Le PCL, le PSNS, et tous ces partis considérant la femme comme étant l’égale de l’homme dans la lutte durant l’occupation, n’ont jamais promu à leur tête une femme.

La « femme-martyre » : une forme d’engagement qui reste avant tout un épiphénomène

23Si ces opérations ont suscité de l’effroi, il n’en demeure pas moins minoritaire. Le 9 avril 1985, Sanaa Mehaidli a créé la stupeur en menant la première « opération-martyre » au féminin contre l’occupant israélien. Cette opération a eu un retentissement jusqu’en Palestine. Des posters à son effigie ont été placés dans les vitrines des magasins de la rue Saladin à Jérusalem‑Est (André‑Dessornes, 2013). Les femmes sont alors devenues une arme nouvelle dans cette guerre qui a pris, par bien des aspects, la couleur d’une véritable guerre psychologique. Sanaa Mehaidli, appelée « la fiancée du Sud », est celle qui a ouvert la voie et est devenue par là même une source d’inspiration pour les martyres du PSNS qui ont suivi et pour celles des autres mouvements séculiers.

  • 16 Gouvernorat de Nabatiyé.

24Parmi les autres candidates, se trouvait notamment Ibtissam Hareb, surnommée « la Fille des Montagnes ». Originaire du Chouf et militante du PSNS, à vingt‑huit ans elle a attaqué un poste de l’ALS le 9 juillet 1985. Elle a perpétué cette attaque dans la zone de sécurité de Ras Al‑Bayada‑Naqoura. L’opération suivante menée au nom du PSNS a été conduite le 11 septembre 1985 contre un poste de contrôle à Hasbaya16, par Maryam Khayr El‑Dîn dite « le Cyclone de la Bekaa ». Née en 1967 à Baalbek, et orpheline, Maryam vivait chez son oncle. Ses parents sont morts dans un bombardement.

25Les dispositifs du culte du martyr laïque se sont mis en place pour ces femmes-martyres et celles qui ont suivi : photos, cassettes enregistrées avant la mission, messages laissés aux proches. Ces messages étaient là pour encourager l’engagement dans la lutte. La notion du sacrifice pour la communauté y est clairement exprimée, comme dans le message laissé par Maryam Khayr El‑Dîn :

  • 17 Vidéo-testament de Maryam Khayr El‑Dîn, in André‑Dessornes, 2013.

Au Liban, la moitié de la population ne peut pas faire la guerre contre l’occupant : ce sont les femmes. Pourtant, elles sont généreuses. Moi, j’ai trouvé le moyen d’apporter ma contribution, je m’offre17.

  • 18 Cousine de Soha Bechara.

26Le PCL, quant à lui, compte également des martyres dans ses rangs : Loula Abboud et Wafa Nourredine. La première, Loula Elias Abboud18, surnommée « la Perle de la Bekaa » était originaire du petit village de Qaraaoun, dans la plaine de la Bekaa où vivent ensemble chrétiens orthodoxes et musulmans. Elle avait 19 ans et était militante communiste, issue d’une famille elle-même militante et chrétienne orthodoxe. Elle est morte en martyre le 21 avril 1985. Loula a également été une source d’inspiration, ce que confirme l’action de Wafa Nourredine, la deuxième et dernière martyre du PCL. Wafa est née en 1962 à Nabatiyé. Elle est tombée en martyre le 9 mai 1985, alors âgée de 23 ans. Elle est la seconde martyre communiste à être tombée pour la cause, après Loula Abboud. Dans la cassette qu’elle a enregistrée, elle justifie sa décision par le fait qu’il était temps d’agir et qu’il était hors de question de rester les bras croisés face à la situation qui sévissait au Liban :

J’ai vu beaucoup de gens autour de moi commettre des erreurs, alors j’ai pensé que la seule façon, selon moi, d’agir, c’est d’effacer ces erreurs par la lutte contre l’ennemi. (André‑Dessornes, 2013)

27Le parti Baas syrien a joué un rôle, d’une certaine façon, dans ces opérations conduites par des femmes, même s’il n’y a eu qu’un seul cas répertorié, celui de Hamida el‑Taher. Née en 1968, cette adolescente était à peine âgée de 17 ans lors de son sacrifice. Membre du parti Baas syrien, elle a mené une « opération-martyre » à Kfar Falous, à Jezzine, le 26 novembre 1985 (André‑Dessornes, 2013). Elle conduisait une voiture, une Coccinelle, chargée de 100 kg de TNT et s’est dirigée vers un check‑point. Elle était résolue à devenir la « plus jeune mariée de la révolution ». Il est fort probable qu’elle ait été marquée et influencée par l’opération conduite quelques mois auparavant par Sanaa Mehaidli ; laquelle opération avait été saluée et mise en avant par le président Assad lui-même.

28Dans les lettres et les testaments laissés, les attaques sont justifiées par la cruauté de l’occupant et de la milice supplétive de cette armée d’occupation. Le devoir prime et le sacrifice est à l’honneur. La pureté, l’honneur sont au cœur de cette littérature. Le lien avec une société attachée à la virginité est fort, même lorsqu’il s’agit de partis séculiers qui revendiquent cette égalité hommes/femmes et une certaine « liberté sexuelle » qui reste malgré tout à nuancer. Ces jeunes filles et femmes sont comparées à des fiancées ou à de jeunes mariées, ne serait-ce que par les surnoms qu’on leur attribue une fois l’opération effectuée : « la Fiancée du Sud », « la Jeune Mariée du Nord », « la Perle de la Bekaa ». Le but est clairement de donner une valeur de pureté à l’engagement lui-même, mais également à la cause défendue. Dans les testaments, il y a bien sacrifice pour un idéal, pour la nation. Les femmes-martyres encouragent les autres jeunes à suivre leurs traces. Par leur sacrifice, ces femmes offrent leur sang pour assurer l’honneur de toute une nation. À ce titre elles semblent proches d’un idéalisme passionné. L’illusion groupale et le phénomène de mimétisme doivent être pris en compte dans ces opérations. Il faut également relever qu’à aucun moment la religion joue un rôle dans ces « missions-martyres » opérées par les femmes. Ces femmes, de confession chrétienne ou musulmane, avaient un point commun : elles appartenaient, de près ou de loin, à un parti de la gauche séculière. La cause mise en avant est et demeure la libération d’un territoire bafoué.

29Ayant fait ses preuves au Liban, cette tactique des « opérations-martyres » n’a pas manqué de retenir l’attention d’autres groupes qui, à leur tour, s’en sont inspirés. Parmi ces groupes, certains étaient d’inspiration marxiste-léniniste et prônaient l’égalité dans le combat, d’autres, issus de courants islamistes radicaux qui, bien qu’opposés au départ à la participation des femmes, y ont vu des avantages stratégiques.

Conclusion

  • 19 Boko Haram créé en 2002 revendiqua une affiliation aux Talibans afghans, avant de faire allégeance (...)
  • 20 YPG = branche armée du PYD syrien, Unité de protection du peuple, branche sœur du PKK en Syrie.
  • 21 Dilar Gensxemis (dont le nom de guerre était Arin Mirkan), a mené une « opération-suicide » en plei (...)

30Le sacrifice de soi au féminin a constitué un phénomène mimétique. Apparu au Liban, il a été repris par d’autres mouvements séculiers au Kurdistan turc par le PKK, par les Tigres tamouls du Sri Lanka, en Palestine par les Brigades des martyrs d’Al‑Aqsa, et plus récemment en Syrie avec l’YPG (composé pour moitié de combattantes) puis par les mouvements islamistes radicaux comme encore en Palestine avec les Brigades Ezzedine al‑Qassam, les Brigades al‑Qods, en Tchétchénie avec les Veuves noires, en Irak avec Al‑Qaïda… et plus récemment au Nigéria avec Boko Haram19. À ce jour la seule « opération-martyre » en Syrie menée par une femme a été le fait d’une combattante kurde membre de l’YPG20 contre les hommes de Daech en octobre 2014 à Kobané21.

31Jusqu’à 2017, Daech n’avait jamais eu recours aux femmes. En recul sur le terrain irakien, l’organisation terroriste a opéré un changement de stratégie, comme cela a été le cas en 2005 pour Al‑Qaïda. Ainsi, fin juin 2017, à Mossoul, deux adolescentes ont conduit des attaques suicides au nom de Daech. À peine quelques jours après, le 1er juillet, dix‑sept attaques suicides, dont quatre perpétrées par des femmes à proximité de la mosquée Al‑Nouri de Mossoul, ont été revendiquées par Daech. Le 3 juillet deux autres attaques du même type ont aussi été menées par deux femmes.

32La femme-martyre, bien qu’elle offre aux organisations un atout stratégique et opérationnel de premier plan, n’en demeure pas moins un phénomène marginal. Au Liban, toutes étaient affiliées à des partis qui prônaient l’égalité entre les hommes et les femmes ainsi qu’une certaine émancipation, même si celle-ci reste relative dans une société où l’honneur d’une femme est essentiel. Les femmes sont d’autant plus sensibles aux causes nationalistes que celles-ci semblent au demeurant plus compatibles avec une certaine conception d’une lutte plus égalitaire en termes de genre.

  • 22 Entretien avec Soha Bechara, janvier 2010 (Genève).

33Bien que les femmes, dans ces contextes de guerre, se soient affranchies des traditions et du patriarcat qui faisaient d’elles les garantes de l’honneur du clan, et qu’elles aient accédé à une certaine forme d’indépendance, elles n’en demeurent pas moins mises à l’écart de la prise de décision. En étant actrices de ces opérations et en s’exposant ainsi à la mort, elles ont aussi, en quelque sorte, fait preuve d’héroïsme et dépassé l’assignation à leur rôle de femmes. Leur engagement dans la lutte n’a pas été suivi d’un plus grand accès à des postes clefs dans les partis de gauche. Cet engagement n’a en aucun cas permis une reconsidération, à terme, du rôle de la femme dans ces sociétés. Certaines n’hésitent pas à parler de trahison22, par rapport à leur engagement et aux sacrifices consentis pour la cause nationale. Il sera sans doute intéressant de se pencher sur la question de l’émancipation des combattantes kurdes de Syrie et de l’égalité avec les hommes une fois que la guerre sera finie en Syrie. Tant que la guerre perdure, cette égalité dans le combat sera valorisée, mais une fois la guerre terminée, ce qui semblait une évidence sur le moment ne le sera plus forcément quand il s’agira de panser les plaies et de reconstruire la société.

Notes

1 Guerre du Liban qui commence dès juin 1982 avec l’invasion du territoire libanais par Tsahal.

2 (Jaysh Lubnān al-Janūbiyy) Armée du Liban-Sud (milice libanaise).

3 (Al-hizb as-Suri al-qawmi al-Ijtimai) Parti social national syrien.

4 (Al-hizb al-Shuy’i al-Lubnani) Parti communiste libanais.

5 Parti panarabe, socialiste et laïque fondé en Syrie en 1944. La devise est « Wahdah, Hurriyah, Ishtirrakiyah », soit « Unité, liberté, socialisme ».

6 (Jabhat al-Muqawama al-Wataniyya al-Lubnaniyya) Front de résistance nationale libanaise.

7 Entretien avec Jamal Fakhoury, PSNS, mai 2010 (Liban).

8 Entretien avec Soha Bechara, janvier 2010 (Genève, Suisse). Soha Bechara est rentrée dans la résistance, PCL ; elle eu pour mission de tenter de tuer le chef de la milice supplétive de Tsahal, Antoine Lahad chef de l’armée du Sud Liban ; elle le blessa. Elle fut détenue dix ans dans la prison de Khiam (sud du Liban).

9 Propos exposés par Marc Sageman (psychiatre-criminologue) au cours d’un entretien, mars 2009, in André‑Dessornes, 2013.

10 Ulrike Marie Meinhof (1934‑1976), journaliste et mère de deux enfants, est devenue en 1970 l’une des combattantes les plus actives du groupe Fraction armée rouge, plus connu sous le nom de la bande à Baader. Elle fut arrêtée en 1972 et condamnée à huit ans de prison. Elle sera retrouvée morte dans sa cellule après s’être pendue dans la nuit du 8 au 9 mai 1976. www.ina.fr/economie-et-societe/justice-et-faite/video/CAA7600539201/mort-d-ulrike-meinof-de-la-bande-a-baader.fr.html ; voir le chapitre d’Anne Steiner dans le présent ouvrage.

11 Entretien avec Soha Bechara, in André‑Dessornes, 2013.

12 Extrait de l’entretien avec Ali Fayyad, mai 2010 (Liban), Ibid.

13 Extrait de l’entretien avec Jamal Fakhoury, mai 2010 (Liban), Ibid.

14 Extrait de l’entretien avec Elias Attalah, septembre 2011 (Liban), Ibid.

15 Extrait de l’entretien avec Jamal Fakhoury, mai 2010 (Liban), Ibid.

16 Gouvernorat de Nabatiyé.

17 Vidéo-testament de Maryam Khayr El‑Dîn, in André‑Dessornes, 2013.

18 Cousine de Soha Bechara.

19 Boko Haram créé en 2002 revendiqua une affiliation aux Talibans afghans, avant de faire allégeance à Al‑Qaïda pour se ranger du côté de Daech en mars 2015.

20 YPG = branche armée du PYD syrien, Unité de protection du peuple, branche sœur du PKK en Syrie.

21 Dilar Gensxemis (dont le nom de guerre était Arin Mirkan), a mené une « opération-suicide » en pleine bataille de Kobané dans le Kurdistan syrien, contre des combattants de Daech le 5 octobre 2014.

22 Entretien avec Soha Bechara, janvier 2010 (Genève).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search