Version classiqueVersion mobile

S’émanciper par les armes ?

 | 
Caroline Guibet Lafaye
, 
Alexandra Frénod

Portraits et trajectoires de militantes armées

Ulrike Marie Meinhof (1934-1976). Du journalisme engagé à la lutte armée : une trajectoire politique

Ulrike Marie Meinhof (1934-1976). From committed Journalism to Armed Struggle: A Political Trajectory

Ulrike Marie Meinhof (1934-1976). Dalla giornalista impegnata nella lotta armata: Una traiettoria politica

Anne Steiner

Résumé

Ce chapitre retrace le parcours d’Ulrike Meinhof, membre de la Fraction armée rouge, qui se distingue des autres militants du noyau initial – en majorité étudiants – par son âge, son statut social, et son expérience politique antérieure. C’est une tentative pour comprendre comment le contexte politique particulier de la fin des années 1960 en République fédérale allemande (grande coalition et répression du mouvement étudiant allemand) plonge cette journaliste engagée et reconnue dans des contradictions telles qu’elle en vient à considérer qu’il faut désormais agir pour la transformation du monde non plus par l’écrit et la parole mais par le recours aux armes.

Texte intégral

1C’est comme membre fondateur de la Fraction armée rouge, groupe de guérilla ouest-allemand constitué au début des années 1970, qu’Ulrike Meinhof nous est aujourd’hui connue. Avant de faire le choix de la lutte armée, elle a cependant bénéficié d’une autre forme de notoriété, liée à ses activités de journaliste engagée. Éditorialiste et rédactrice du mensuel d’extrême gauche Konkret de 1960 à 1968, collaboratrice occasionnelle de grands titres de la presse allemande, elle a aussi réalisé pendant cette période des documentaires pour des chaînes de télévision régionales et écrit des pièces de théâtre pour la radio.

2Comment comprendre le passage d’Ulrike Meinhof d’une sphère d’activité politique légale, et même valorisée, à une autre, illégale et criminalisée ? Comment comprendre, de la part d’une intellectuelle engagée et reconnue bien au-delà des cercles de la gauche radicale, le choix de la clandestinité et du recours à la violence ? Pourquoi cette femme qui avait toujours combattu avec des mots a-t-elle décidé, à un certain moment, de combattre avec des armes ?

3Pour tenter de répondre à ces questions, j’ai examiné les textes écrits par Ulrike avant et après son passage à la clandestinité (articles, textes politiques, lettres privées, déclarations aux procès) qui ont presque tous été publiés sous forme de recueil (Meinhof, 1971, 1977, 1981 & 1983), les témoignages de ses proches, parents ou amis, en particulier ceux que j’ai recueillis entre 1982 et 1984 et qui figurent dans les annexes de ma thèse (Steiner, 1985), ainsi que ceux qui ont été menés par le réalisateur Timon Koulmasis de 1992 à 1994 dans le cadre du film Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille (1994). J’ai pris également en considération quelques interviews filmées d’Ulrike dans les mois qui précèdent son engagement dans la lutte armée, notamment ceux utilisés par Timon Koulmasis, et par Jean‑Gabriel Périot pour son film Une Jeunesse allemande (2015), films pour lesquels j’ai joué le rôle de conseiller historique, ce qui m’a permis d’avoir accès à la totalité du matériau, et pas seulement aux extraits sélectionnés lors du montage. Ces interviews d’Ulrike Meinhof, plus encore que ses derniers articles, laissent transparaître par la gestuelle qui les accompagne, autant que par les mots qu’elle prononce, son désarroi, ses doutes et ses interrogations par rapport aux choix politiques qu’il convient de faire dans un contexte où le mouvement étudiant, durement réprimé dans la rue comme dans les prétoires, est dans une dynamique de reflux.

Du militantisme au journalisme

4Ulrike Meinhof, née en octobre 1934, a perdu son père, Werner Meinhof, historien d’art et directeur du musée de la ville de Iéna, à l’âge de 6 ans. Sa mère, devenue professeure de lycée après le décès de son époux, meurt en 1948. Ulrike, 14 ans, et sa sœur Wiencke, 17 ans, sont alors confiées à Renate Riemeck, jeune professeure de pédagogie, très proche amie de leur mère, avec laquelle elle cohabitait depuis la mort de Werner Meinhof. Cette femme, auprès de laquelle Ulrike va vivre jusqu’à l’âge de 20 ans, et qui n’est que de 14 ans son aînée, a exercé sur elle une influence considérable.

  • 1 Témoignage de Jürgen Seifert dans le film de Timon Koulmasis, Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fil (...)

5Née en 1920, Renate Riemeck s’est inscrite au parti social-démocrate dès 1945. En désaccord avec son orientation de plus en plus réformiste, elle le quitte au milieu des années 1950 et rejoint, dès sa fondation en 1960, l’Union allemande pour la paix (Deutsche Friedens Union). Elle devient rapidement une dirigeante de cette formation politique où se côtoient d’anciens militants du KPD, parti communiste allemand, interdit depuis 1956, et des militants socialistes qui n’acceptent ni le réarmement de l’Allemagne, ni l’intégration de la République fédérale allemande dans l’OTAN. Suivant les traces de sa tutrice dont elle est très proche affectivement, intellectuellement, et politiquement, c’est contre le réarmement de l’Allemagne et contre l’arme atomique qu’Ulrike Meinhof commence à militer. Étudiante en philosophie, sociologie et pédagogie à l’université de Münster, elle publie, à partir de 1957, avec deux autres étudiants, un petit bulletin, Das Argument, consacré à ce combat et fonde le « Comité étudiant pour une Allemagne antiatomique » (Studentischer Arbeitkreis für ein kernwaffenfreies Deutschland). Cette même année, elle prend la parole devant un millier de personnes à l’issue d’une manifestation pour protester contre l’installation en Allemagne de fusées porteuses de têtes nucléaires. L’impression qu’elle produit alors sur son auditoire est si forte qu’on la compare à Rosa Luxembourg1. Il est probable que nul n’aurait songé à évoquer la figure de Karl Liebknecht à propos d’un jeune orateur de talent, mais il est alors si inhabituel de voir intervenir des femmes sur la scène politique qu’on ne craint pas de convoquer à des fins de comparaison la seule figure féminine historique mobilisable.

6La société ouest-allemande est alors structurée par l’anticommunisme. Le KPD a été déclaré anticonstitutionnel en 1956 et ses militants sont victimes d’interdictions professionnelles. On accuse les communistes d’instrumentaliser le mouvement pour la paix à leur profit. Les militants pacifistes sont fichés et font l’objet d’enquêtes de la part du Verfassungsshutz (Service de protection de la constitution). L’anticommunisme, écrit Ulrike dans Das Argument, a remplacé l’antisémitisme comme nouvelle religion d’État. Au sens où il joue le rôle de ciment pour la communauté nationale en mobilisant ses énergies contre un ennemi rendu coupable de tous les maux.

7Lors d’un congrès étudiant à l’université libre de Berlin en janvier 1959 qui réunit 318 délégués des 20 comités antiatomiques d’Allemagne de l’Ouest et de Berlin-Ouest, Ulrike Meinhof rencontre les animateurs de la revue Konkret de Hambourg, un mensuel fondé en 1957, très engagé dans le combat pacifiste. Il tire à 20 000 exemplaires et reçoit des subsides d’Allemagne de l’Est, mais sa ligne politique est relativement libre. Ulrike se rapproche d’eux, commence à collaborer à Konkret en septembre 1959, et adhère au KPD. L’année suivante, elle s’installe à Hambourg et devient bientôt rédactrice en chef du journal. À la fin de l’année 1961, elle épouse Klaus Rainer Röhl, le fondateur et directeur de publication de Konkret, et met au monde, moins d’un an plus tard, les jumelles Bettina et Régina. À partir de ce moment-là, son activité politique, sa vie professionnelle, et sa vie privée deviennent inextricablement liées. Tout événement survenant dans l’une de ces sphères retentit immédiatement sur les autres.

Une notoriété problématique

8Les éditoriaux qu’Ulrike publie chaque mois dans Konkret sont appréciés au‑delà du cercle des lecteurs réguliers du journal. Ils lui valent d’être sollicitée par la presse progressiste dite « bourgeoise ». En 1964, elle commence à écrire des pièces de théâtre pour la radio du Land de Hesse, et réalise des documentaires pour la télévision, presque tous axés sur la condition ouvrière : déqualification du travail du fait des progrès de l’automation, difficultés spécifiques des travailleurs immigrés, ainsi que des femmes employées et ouvrières. Ses articles et ses pièces de théâtre abordent tous les sujets : de la politique internationale aux faits divers les plus révélateurs de la société allemande.

  • 2 Journal intime cité par Röhl, 1974.

9Cette activité journalistique lui vaut d’être invitée à quelques reprises dans les débats télévisés comme « représentante » de la gauche radicale. C’est toujours la seule femme, et souvent la plus jeune des invités. Elle accepte de participer à ces débats pour bénéficier d’une tribune, pour sortir de l’entre-soi, et pour pouvoir s’adresser à un cercle plus vaste que celui des lecteurs de Konkret. Pour faire œuvre de propagande en quelque sorte. Ces prestations télévisées représentent toutefois une épreuve pour elle. Elle a le sentiment, dit-elle, de se conformer à un rôle : celui d’un petit guignol révolutionnaire (Revolutionskasperle), où elle est obligée de dire en souriant des choses qui ont pour elle « une importance mortelle », de les dire « en grimaçant comme sous un masque2 ». Elle parle de déchirure.

  • 3 Témoignage de Peter Rümkorf, recueilli par Timon Koulmasis pour son film Ulrike Marie Meinhof, lett (...)

10Ce malaise entre en résonnance avec le sentiment d’incomplétude que lui procure sa vie privée. Sa notoriété lui donne, en effet, accès à une vie mondaine. Elle fréquente des artistes, des écrivains, des journalistes renommés. Ils se retrouvent dans les lieux « branchés » d’Hambourg, et à Sylt, île de la mer du Nord, devenue station balnéaire cotée. Dans ce contexte aussi, elle apparaît comme « le petit guignol révolutionnaire », prisée pour sa radicalité. Son esprit de sérieux tranche avec la frivolité de ce milieu où contestation et consommation ostentatoire vont de pair. Le poète Peter Rümkorf, qui fait alors partie de ses intimes, parle de « République des fêtes3 » pour qualifier ce cercle d’intellectuels que la grande coalition a plongé dans le désarroi.

  • 4 Journal intime cité par Klaus Rainer Röhl, Fünf finger sind keine Faust, Cologne, Verlag Kieppenheu (...)
  • 5 Interview Monika Seifert, amie d’Ulrike Meinhof depuis les années d’université, réalisée par Anne S (...)

11À l’automne 1966, en effet, s’est formé un gouvernement de grande coalition. Il est dirigé par le chancelier Kiesinger, ancien membre actif du parti nazi, qui confie le ministère des affaires étrangères à Willy Brandt, président du SPD, un des très rares hommes politiques de ces années-là à s’être opposé au régime national socialiste dans sa jeunesse, réfugié en Norvège puis en Suède jusqu’à la capitulation allemande. La cohabitation, au sein du même gouvernement, de deux personnalités appartenant à des univers politiques si opposés apparaît à une partie de la gauche, celle dans laquelle évolue Ulrike, comme pur cynisme. Selon Rümkorf, la vie hors des normes familiales bourgeoises, la libération des mœurs se serait alors substituée au militantisme politique pour ces sociaux-démocrates désabusés. Ulrike, critique par rapport à ses compagnes et compagnons de fête, considère cependant qu’avoir ces contacts et mener cette vie fait partie de son « métier de journaliste et de socialiste4 ». Car ce sont eux qui lui ouvrent les portes des grands médias dont elle a besoin pour que sa voix porte au-delà d’un public déjà acquis. Vie mondaine et vie professionnelle se fécondent l’une l’autre et, ce faisant, engendrent une insatisfaction grandissante chez Ulrike par rapport aux exigences d’engagement qui sont les siennes : ne pas se mentir, bannir toutes les hypocrisies, aller au bout de ses engagements5.

Le mouvement étudiant

12Avec l’arrivée au pouvoir de la grande coalition, le SDS – ancienne organisation de jeunesse du SPD – qui a rompu avec le parti père au début des années 1960, après le tournant réformiste du Congrès de Bad Godesberg, devient le pôle de regroupement d’une nouvelle gauche, jeune, intellectuelle, ouverte à un marxisme non dogmatique. Bientôt, la mobilisation contre la guerre du Vietnam s’organise et, à Berlin-Ouest, manifestations et meetings rassemblent des milliers de personnes venus de toutes les villes d’Allemagne. Konkret se fait l’écho de cette protestation et donne la parole aux leaders du mouvement étudiant. Depuis qu’en 1964 l’Allemagne de l’Est a cessé de subventionner le journal, l’équipe de rédaction a complétement transformé la maquette comme la ligne éditoriale. On est loin de l’austère publication militante des débuts. Konkret défend désormais les valeurs de la contre-culture et les militants de la nouvelle gauche peuvent s’y reconnaître. En quelques années, le tirage est passé de 20 000 à 150 000 exemplaires.

13Ulrike Meinhof couvre le mouvement étudiant et multiplie les allers-retours entre Hambourg et Berlin où elle compte de nombreux amis parmi les protagonistes de la révolte étudiante. En décembre 1967, elle se sépare définitivement de Klaus Rainer Röhl, qui s’est engagé dans une relation durable et passionnée avec une autre femme, bien différente des amours contingentes que l’un et l’autre pouvaient tolérer. Elle s’installe alors à Berlin avec ses deux filles, âgées de 6 ans. Si elle accepte de poursuivre pendant un an encore ses activités d’éditorialiste à Konkret, elle met fin à ses fonctions de rédactrice en chef qui impliquent une collaboration trop étroite avec son mari. La souffrance liée à ses derniers mois de vie commune avec lui transparaît bien dans cette lettre écrite à un ami proche auquel elle annonce son départ :

  • 6 Lettre d’Ulrike Meinhof adressée à Petros Koulmasis lue en voix off dans le documentaire Ulrike Mar (...)

Je suis vraiment partie. […] Je ne sais pas comment j’aurais pu partir autrement que brusquement. Mais brusquement ne veut pas dire que le ciel était sans nuage. Depuis longtemps, il faisait froid et j’étais trempée jusqu’aux os6.

  • 7 Interview de Wiencke Zitslaff, sœur d’Ulrike Meinhof, réalisée par Anne Steiner à Marbourg le 27 ma (...)

14Si la rupture avec Röhl a pour origine le sentiment d’abandon et de trahison qu’Ulrike éprouve face à l’engagement de son mari dans une relation qui la relègue définitivement à l’arrière-plan, elle fait aussi surgir en pleine lumière les différends qui les opposent quant à la ligne éditoriale du journal. À l’inverse de Röhl, Ulrike souhaite ouvrir largement les colonnes de Konkret aux protagonistes du mouvement étudiant et rompre avec la conception traditionnelle du journalisme. L’affrontement finira par prendre un tour violent et aboutira au retrait complet d’Ulrike du collectif de rédaction à la fin de l’année 1968. D’après sa sœur Wiencke, c’est à ce moment-là, en 1968, que se situe la véritable rupture d’Ulrike avec ce qu’elle appelle « l’ordre bourgeois ». En quittant Hambourg pour Berlin, en rompant avec son mari qui est aussi son plus proche collaborateur, en abandonnant tout ce qu’elle avait construit avec lui, en renonçant au confort et à l’aisance matérielle, en rejetant tout ce avec quoi elle avait jusqu’à présent composé, elle a, selon ses propres mots, « fait la moitié du chemin7 » qui devait la conduire jusqu’à la RAF.

15À Berlin, Ulrike participe aux expériences de la gauche alternative, et notamment à celle des Kinderläden, crèches et jardins d’enfants autogérés, dans lesquels les parents se relaient pour s’occuper des enfants, à raison d’au minimum une journée par semaine, et appliquent les principes de l’éducation antiautoritaire. Elle approuve ce fonctionnement qu’elle qualifie d’« expérience de socialisme pratique » et pense y trouver le moyen de résoudre ses difficultés quotidiennes, la prise en charge des enfants en l’absence des éléments de confort qui étaient les siens à Hambourg (habitat spacieux et personnel rémunéré à demeure), tout en étant en accord avec ses convictions. Mais, ne voulant rien sacrifier de son activité intellectuelle et militante, elle ne parvient pas à assurer son tour de garde, et paie pour être remplacée, ce qui est tout à fait à l’opposé de l’esprit des Kinderläden qui suppose un véritable engagement personnel. Elle est alors violemment critiquée par les autres parents et, de fait, exclue de la structure. Ce qu’elle ressent comme un désaveu et un échec.

  • 8 Image d’archive utilisée par Timon Koulmasis dans son film Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille.

16Dans un entretien filmé, fin 1969, elle revient sur ces difficultés, affirmant que « la principale oppression de la femme, c’est qu’on met en contradiction sa vie politique et sa vie privée […] Une femme politique qui sait peut-être écrire, parler, agiter, est aussi désarmée que les autres femmes avec ses enfants. » Elle répète, douloureusement, à plusieurs reprises, en tordant ses mains : « c’est difficile, incroyablement difficile8 ». Et affirme que les affaires privées sont éminemment politiques, que l’éducation des enfants est politique, et qu’on ne peut pas défendre une politique antiautoritaire et faire le choix d’une éducation autoritaire avec les enfants. Mais elle se voit contrainte, après cette expérience malheureuse des Kinderläden, d’inscrire ses enfants dans une école conventionnelle pour ne pas empiéter sur le temps dédié à ses activités professionnelles et militantes, non sans déchirement. Pas plus qu’à Hambourg, elle ne parvient à faire coïncider son comportement avec l’idée qu’elle se fait de « la vie bonne » et doit se résigner aux compromis.

17Le 11 avril 1968, Rudi Dutschke, figure prééminente du mouvement étudiant allemand et ami d’Ulrike Meinhof, est victime d’un attentat commis par un jeune ouvrier. La gauche extraparlementaire dénonce alors la presse du groupe Springer, dont le quotidien Bild, lu par plusieurs millions de lecteurs, ne cesse de désigner les étudiants à la vindicte de son lectorat, ce qui entretient un climat de lynchage. Les étudiants défilent aux cris d’« Expropriez Springer ! », des camions assurant la livraison du quotidien Bild sont incendiés et la distribution du journal est bloquée dans plusieurs villes. Ulrike écrit dans les colonnes de Konkret :

  • 9 Konkret, mai 1968.

Les balles tirées sur Rudi ont mis fin au rêve de la non-violence. Qui ne s’arme pas meurt, qui ne meurt pas est enterré vivant dans les prisons, les maisons de rééducation, dans le sinistre béton des tours résidentielles9.

18Des milliers de personnes, dont Ulrike Meinhof et l’avocat Horst Mahler, futur membre de la RAF, sont inculpées pour avoir participé aux manifestations violentes qui ont suivi l’attentat contre le leader de la gauche extraparlementaire. Des centaines d’étudiants sont exclus de l’université.

19En juin, le Parlement adopte un décret sur les lois d’exception (Notstandsgesetz). Dans les cercles militants, la question du recours à la violence se pose, les manifestations de masse étant toujours plus violemment réprimées. Certains passent à l’acte et mènent une forme de guérilla diffuse à Berlin et à Munich, incendiant des véhicules et des locaux de la police, et de la justice. À Francfort, quelques jours avant l’attentat contre Rudi Dutschke, quatre étudiants avaient provoqué un incendie dans deux grands magasins, pour protester contre la guerre du Vietnam et le cynisme de la société de consommation. En octobre 1968, Ulrike Meinhof assiste à leur procès et déclare dans Konkret que l’action est intéressante, non par son résultat pratique, la destruction de quelques marchandises, mais par sa portée symbolique : la rupture assumée avec la légalité.

Le passage à la clandestinité

20Condamnés à trois ans de prison, deux des incendiaires, Andreas Baader et Gudrun Ensslin, en libération conditionnelle après quatorze mois d’emprisonnement, s’enfuient à Berlin, sans attendre la venue en appel de leur procès. Ils retrouvent Ulrike qui a couvert le procès et qui leur a rendu visite en prison. Avec elle et d’autres militants, dont l’avocat Horst Mahler qui a assuré leur défense, ils forment un groupe qui se pose la question de l’opportunité de la lutte armée, avec l’idée d’associer étroitement travail politique légal et pratiques illégales. Le 4 avril 1970, Andreas Baader est arrêté lors d’un simple contrôle routier. Certains de ses camarades veulent monter une opération pour le libérer, d’autres estiment qu’il est irresponsable de mettre en péril le groupe, alors qu’il n’aurait guère plus d’une année de prison à purger. Ce sont les premiers qui l’emportent. Ulrike obtient alors de l’éditeur Klaus Wagenbach un contrat pour un ouvrage qu’elle et Andreas Baader sont censés écrire ensemble. Le 14 mai, ce dernier est autorisé à travailler en sa compagnie, sous surveillance policière, à la bibliothèque de l’Institut des sciences sociales de Dahlem. Dès la première séance de travail, un commando fait irruption dans la salle et le libère sous la menace des armes, blessant au passage grièvement un bibliothécaire. Ulrike Meinhof saute par la fenêtre avec les membres du commando et s’enfuit avec eux.

21L’action est revendiquée huit jours plus tard dans le journal du milieu underground berlinois Agit 883 par un communiqué intitulé « Construire l’armée rouge ! » qui précise que cette action ne doit pas être expliquée « aux radoteurs intellectuels, à ceux qui flippent, à ceux qui savent tout sur tout, mais aux couches populaires potentiellement révolutionnaires. C’est-à-dire, ceux qui peuvent immédiatement comprendre cet acte, parce qu’ils sont eux-mêmes prisonniers. Ceux qui ne peuvent rien commencer avec le blabla des “gauches”, parce que c’est sans conséquences et sans actions. Ceux qui en ont marre ! » Il est signé du sigle RAF accompagné du logo, étoile rouge à 5 branches traversée par une mitraillette. La Fraction armée rouge est née et la tête d’Ulrike Meinhof est mise à prix : 10 000 DM sont offerts pour sa capture.

  • 10 Interview d’Astrid Proll par Timon Koulmasis pour le film Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille.
  • 11 Interview de Monika Seifert par Anne Steiner, le 2 juillet 1984 à Francfort.
  • 12 Interview de Klaus Wagenbach par Timon Koulmasis pour le film Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fil (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Déclaration d’Ulrike Meinhof au procès de Berlin Moabit, 13/09/1974, in Fraction armée rouge, 1977, (...)

22Certains affirment qu’Ulrike Meinhof n’avait pas prévu de passer si vite dans la clandestinité, et que l’opération tentée pour libérer Baader n’impliquait pas nécessairement qu’elle le fasse. Les coups de feu tirés contre l’employé de la bibliothèque, non anticipés, lui auraient fait perdre ses moyens. C’est l’avis d’Astrid Proll, une des militantes du noyau initial de la RAF10, qui prit part à l’action. Pourtant, quelques jours avant, Ulrike avait confié à une amie de longue date, qu’elle ne pensait plus qu’écrire des articles puisse contribuer à changer le monde et qu’il fallait désormais se battre avec des armes11. À Klaus Wagenbach, qu’elle avait rencontré la veille de l’action, elle avait déclaré qu’elle voulait entrer dans la clandestinité pour mener une sorte de combat militaire12. Selon lui, ce n’est pas sous le coup d’une brusque impulsion qu’elle a sauté par la fenêtre de l’Institut pour s’enfuir avec les autres. Sa décision, mûrement réfléchie, avait été prise en amont. Elle était, à ce moment-là, « convaincue que la société était devenue sourde et qu’on ne pouvait plus rien changer avec des mots, ni même avec des manifestations13 ». Le point de basculement aurait été l’attentat contre Rudi Dutschke, révélateur d’un certain climat de terreur, exigeant des réponses sortant du cadre légal. Appelée à répondre, le 13 septembre 1974, de sa participation à l’action de libération d’Andreas Baader devant le tribunal de Berlin Moabit, Ulrike Meinhof déclare qu’il s’agit d’une action de guérilla, l’action d’un groupe de camarades qui avait décidé de « quitter le stade de la léthargie, du radicalisme purement verbal, des discussions de plus en plus vaines sur la stratégie, de se battre. Si cette action est exemplaire, c’est que la lutte contre l’impérialisme consiste toujours à libérer des prisonniers, les libérer de leur emprisonnement dans la plus totale aliénation et auto-aliénation, sous la dépendance du marché et de l’appareil d’État. » Elle ajoute qu’on n’a rien à perdre en rompant avec la légalité, mais tout à gagner : « la libération collective, la vie, la dignité humaine, notre identité14 ».

23L’entrée dans l’illégalité est un moment libérateur pour Ulrike au sens où elle met fin à une vie clivée où sphère privée, sphère professionnelle et sphère militante entrent en contradiction les unes avec les autres comme elle a pu douloureusement l’éprouver aussi bien au sein de la bourgeoisie intellectuelle engagée d’Hambourg qu’au sein du milieu alternatif berlinois. En choisissant la clandestinité, elle renonce, au moins provisoirement, à son rôle de mère, et abandonne, de façon plus définitive, le journalisme pour se donner toute entière à la lutte. Il est certain qu’avant de participer à cette action, Ulrike Meinhof était en marge du groupe. Elle était davantage perçue comme journaliste, comme observatrice, que comme militante. Son âge, sa culture et son expérience politique, ce qu’elle avait déjà réalisé, introduisait une distance entre elle et les autres qui, à l’exception d’Horst Mahler, étaient soit des étudiants soit des jeunes prolétaires en rupture, de 10 ans plus jeune qu’elle. Ils appartenaient à une autre génération qui n’avait pas connu la lutte contre le réarmement de l’Allemagne et s’était éveillée à la politique avec le mouvement étudiant et la protestation contre la guerre du Vietnam. C’est la clandestinité et les conditions de vie qu’elle implique qui fait d’elle un membre du groupe à part entière. La suite, c’est un séjour de quelques semaines dans un camp palestinien pour un entraînement militaire, le retour à Berlin avec la participation à un certain nombre d’attaques de banques et de vols de documents administratifs, puis le départ vers la RFA où il est plus facile de se cacher. En mai 1972, la Fraction armée rouge rentre véritablement en action avec six attentats à la bombe, commis en moins de deux semaines dans six villes différentes, contre des installations militaires américaines, des locaux de la police, un juge, et contre les bâtiments de la maison d’édition Springer à Hambourg.

24Arrêtée le 15 juin 1972 à Hanovre, Ulrike Meinhof est d’abord détenue dans le quartier « Psychiatrie femmes » de la prison de Cologne-Ossendorf où elle est soumise pendant plusieurs mois (273 jours en tout) à un traitement très particulier de privation sensorielle absolue. Ce qui signifie l’enfermement dans une cellule capitonnée entourée de cellules vides, avec la lumière allumée jour et nuit, des meubles et des murs blancs, aucun contact avec des gardiens ou des détenus. Aucun signal visuel ou sonore ne doit plus parvenir aux sens du détenu. Les symptômes de désorientation psychique, perte de la mémoire, tremblements, et troubles des fonctions végétatives ne tardent pas à apparaître. Selon ses avocats et ses camarades de lutte, le traitement particulier dont elle a fait l’objet était lié au rôle d’idéologue que lui attribuaient les autorités, du fait de son itinéraire antérieur. La briser, c’était atteindre le groupe dans son identité politique, c’était le déposséder du capital de respectabilité dont elle était porteuse. Il fallait qu’elle apparaisse au procès comme psychologiquement et intellectuellement affaiblie pour que son engagement dans la lutte armée soit perçu comme le symptôme d’une maladie psychiatrique et non comme le résultat d’une évolution politique porteuse d’une certaine rationalité.

  • 15 Il s’agit des prisonniers Andreas Baader, Gudrun Ensslin, Ulrike Meinhof, et Jan Carl Raspe.

25Il faudra une campagne internationale, impulsée par les avocats et animée entre autres par Amnesty International, et trois grèves de la faim des prisonniers de la RAF contre l’isolement, pour que soit mis un terme à ces conditions particulières de détention. En octobre 1974, Ulrike Meinhof est transférée au septième étage de la prison de Stammheim, spécialement aménagé pour les prisonniers de la RAF15 qui peuvent se rencontrer deux heures par jour pour préparer une défense commune en vue du procès relatif aux attentats de mai 1972. Il débute le 21 mai 1975 dans un bâtiment aux allures de bunker spécialement construit à 200 m de distance de la prison de Stammheim à laquelle il est relié par un souterrain pour éviter toute tentative d’évasion.

26Un an plus tard, dans la nuit du 8 au 9 mai 1976, Ulrike Meinhof est retrouvée pendue à l’aide d’un drap, aux barreaux de la fenêtre de sa cellule. Ses avocats et ses proches contestent immédiatement la version du suicide défendue par les autorités. Une commission internationale d’enquête créée à leur initiative évoque « des indices troublants de l’intervention d’un tiers en relation avec cette mort » et suggère qu’« Ulrike Meinhof était morte quand on l’a pendue » (Commission internationale d’enquête, 1979). Le 11 mai, à la reprise des audiences, son coinculpé, Jan Carl Raspe, déclare :

Nous pensons qu’Ulrike a été exécutée. Nous ne savons pas comment, mais nous savons par qui et nous pouvons montrer que cela a été savamment calculé. […] Si Ulrike avait décidé d’en finir, parce qu’elle y voyait la dernière possibilité de s’affirmer, d’affirmer son identité révolutionnaire contre la lente destruction de la volonté dans l’agonie de l’isolement, elle nous l’aurait dit – en tout cas à Andreas, étant donné leur relation.

27Il réfute l’existence de tensions au sein du groupe, et plus particulièrement entre Ulrike et Andreas Baader, évoquées par le procureur comme explication probable du suicide :

  • 16 Déclaration de Jan Carl Raspe au procès de Stuttgart Stammheim, le 11 mai 1976, in Fraction armée r (...)

Depuis le temps que je connais la relation entre Ulrike et Andreas, et je la connais depuis maintenant sept ans, elle était essentiellement intensité et tendresse, sensibilité et rigueur. Et je crois que c’est précisément le caractère de cette relation qui a permis à Ulrike de supporter les huit mois de section silencieuse16.

  • 17 Interview de Freimut Duve par Timon Koulmasis, in Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille.

28À l’annonce de sa mort, des manifestations et meetings réunirent des dizaines de milliers de personnes sur l’ensemble du territoire de la RFA et plus de 4 000 personnes assistèrent à son enterrement. Tous n’étaient pas convaincus par la thèse de l’assassinat, tous n’approuvaient pas l’action de la Fraction armée rouge, mais ils rendaient hommage à une femme qui n’était pas en paix avec ce monde et avait entrepris de le combattre, par tous les moyens à sa disposition, sans concession aucune, hommage à « un être intègre jusqu’à se jeter radicalement dans l’abîme17 », selon le mot d’un de ses anciens amis.

Notes

1 Témoignage de Jürgen Seifert dans le film de Timon Koulmasis, Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille, 1994.

2 Journal intime cité par Röhl, 1974.

3 Témoignage de Peter Rümkorf, recueilli par Timon Koulmasis pour son film Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille.

4 Journal intime cité par Klaus Rainer Röhl, Fünf finger sind keine Faust, Cologne, Verlag Kieppenheuer und Witsch, 1974.

5 Interview Monika Seifert, amie d’Ulrike Meinhof depuis les années d’université, réalisée par Anne Steiner le 2 juillet 1984, à Francfort.

6 Lettre d’Ulrike Meinhof adressée à Petros Koulmasis lue en voix off dans le documentaire Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille réalisé par Timon Koulmasis en 1994.

7 Interview de Wiencke Zitslaff, sœur d’Ulrike Meinhof, réalisée par Anne Steiner à Marbourg le 27 mai 1982.

8 Image d’archive utilisée par Timon Koulmasis dans son film Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille.

9 Konkret, mai 1968.

10 Interview d’Astrid Proll par Timon Koulmasis pour le film Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille.

11 Interview de Monika Seifert par Anne Steiner, le 2 juillet 1984 à Francfort.

12 Interview de Klaus Wagenbach par Timon Koulmasis pour le film Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille.

13 Ibid.

14 Déclaration d’Ulrike Meinhof au procès de Berlin Moabit, 13/09/1974, in Fraction armée rouge, 1977, p. 36.

15 Il s’agit des prisonniers Andreas Baader, Gudrun Ensslin, Ulrike Meinhof, et Jan Carl Raspe.

16 Déclaration de Jan Carl Raspe au procès de Stuttgart Stammheim, le 11 mai 1976, in Fraction armée rouge, 1977.

17 Interview de Freimut Duve par Timon Koulmasis, in Ulrike Marie Meinhof, lettre à sa fille.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search