Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies

 | 
Nathalie Kouamé
, 
Éric P. Meyer
, 
Anne Viguier

N

Notes de voyage cambodgiennes au Laos et au Siam

Cambodian Travel Notes in Laos and Siam

Mathieu Guérin

Résumé

En 1883, l’orientaliste Étienne Aymonier a chargé une dizaine d’assistants cambodgiens d’explorer des territoires alors considérés comme laotiens sous domination siamoise. Les notes en khmer de ces explorateurs constituent un corpus d’une qualité exceptionnelle actuellement conservé à la Société asiatique. Il couvre tout à la fois la description des itinéraires suivis, de la topographie, de l’hydrologie, de la géographie des espaces compris entre Kratié et Vientiane, du plateau de Khorat à Attopeu. Les auteurs, de jeunes lettrés cambodgiens, se sont aussi faits archéologues, estampeurs, ethnographes des régions visités et ont laissé une vision cambodgienne des espaces siamois et laotiens à la fin du xixe siècle. Malgré leur intérêt pour les historiens et les anthropologues, ces écrits de terrain difficiles à déchiffrer et souvent rébarbatifs au premier abord restent peu utilisés.

In 1883, French orientalist Étienne Aymonier sent a dozen Cambodian deputies to explore the southern part of what was then labelled the Siamese Laos. Their field notes in Khmer form a corpus of exceptional quality, currently held in the Société asiatique’s library in Paris. They describe the territories that they surveyed, their topography, hydrology, and the general geography of the land between Kratie and Vientiane, from the Khorat Plateau to Attopeu. These explorers were young literate Cambodians who became archaeologists skilled in estampage and ethnographers of the people they met in Laos and Siam. However, despite their value for historians and anthropologists, no scholar, except Aymonier, made use of these hard to read field notes.

Texte intégral

La mission d’Étienne Aymonier

1Les récits de voyage connus écrits par des Cambodgiens avant le milieu du xxe siècle restent très rares. Olivier de Bernon (2012) a pu identifier quatre textes. Deux se rapportent à des voyages royaux : celui du roi Norodom à Hong Kong, Canton et Manille en 1872, et le récit du périple en France du roi Sisowath et d’une partie de sa cour en 1906, rédigé par le ministre Thiounn. Il cite un poème rédigé par le ministre Son Diep à l’occasion de son voyage en France en 1900, et a traduit le court récit d’un pèlerinage en Inde de deux moines cambodgiens vers 1870. Sok Khin (2011) a publié deux poèmes, le sāstrā vatt krūc et le sāstrā lpoek rapā ksatr rédigés dans les années 1850 par le pūduṃ pārarmṅ̎ī Pich, un moine de la région de Kampong Thom, qui rapporte l’émigration vers le Siam du ministre du Palais, l’ukñā vāṃṅ Nong, et de ses clients lors de la révolte contre l’occupant vietnamien. Ces deux derniers textes se rapportent bien à un déplacement dans l’espace en dehors du territoire du Cambodge, mais ne relèvent pas stricto sensu du genre du récit de voyage.

  • 1 Singaravélou, 2005.
  • 2 Aymonier, 1895, p. 2.

2Le principal ensemble de récits de voyage cambodgien est celui constitué par les écrits des assistants d’Étienne Aymonier lors de son voyage au Laos. Officier, administrateur, explorateur, chercheur, futur directeur de l’école coloniale1, Étienne Aymonier se rend au Laos en 1883 alors que les muang laotiens sont sous domination siamoise afin d’en tirer un relevé géographique et ethnologique. Comme de nombreux orientalistes, Aymonier tire son savoir d’informateurs locaux. Avant son expédition au Laos, il charge son principal collaborateur cambodgien, An, de « recruter neuf de ses compatriotes sachant écrire leur langue suffisamment » pendant que lui‑même part chercher un passeport à Bangkok2.

  • 3 Aymonier, 1895, p. 8.

3Les Cambodgiens recrutés par An accompagnent Aymonier qui les forment à leur mission : « Je me remis en route, continuant, ce que je faisais depuis mon départ de Krachêh, à dresser mon personnel cambodgien à se servir de la montre, de la boussole et à prendre des notes sur la route3. » Leur formation achevée, ils sont dotés de passeports, de lettres de recommandation et de pacotilles puis envoyés en petites équipes, souvent en binômes, explorer les environs du grand fleuve et le plateau de Khorat afin d’augmenter les espaces couverts par l’étude alors que le chef de l’expédition suit le cours du Mékong.

Les assistants cambodgiens

  • 4 Antelme, 2014.
  • 5 Antelme, 2014.
  • 6 Aymonier, 1895, p 118.
  • 7 Guérin, 2017.

4Les cahiers des assistants d’Aymonier portent les noms de dix Cambodgiens : Dou [Ḍū], Iem [Īem], Srey [Srīy], Top [Tup], Khem [Khim], An [An], Ouk [Uk], Ros [Ras], Chan [Cănc] et Nou [Nov ou Nauv]. Les recherches de Michel Antelme (2014) et Nicolas Weber (2014) ont permis d’identifier d’autres assistants khmers et chams d’Aymonier, mais si l’on en croit Aymonier, ils n’ont pas pris part à l’expédition de 1883 sur laquelle portent les notes de voyage décrites ici. Nous savons peu de choses de ces hommes, en dehors des rares informations transmises par Aymonier et d’inscriptions très courtes que certains ont gravées sur les murs d’Angkor Vat4. Tous étaient des hommes khmers, jeunes, vigoureux et lettrés. Les auteurs se présentent comme lok ūy ou anak nāy, soit des appellations démontrant un certain rang social, l’équivalent français de « monsieur ». Il est parfois utilisé pour désigner des chefs, sans que ceux‑ci soient nécessairement des dignitaires du roi. An semble avoir été le plus proche de l’orientaliste de terrain français. Il joue le rôle de chef d’équipe. Il a déjà une longue expérience de guide et de traducteur. Avant Aymonier, il a accompagné le médecin, anthropologue, et administrateur colonial Jules Harmand au Laos. Les inscriptions modernes d’Angkor K. 1135 et K. 1136 dont il est l’auteur montrent qu’il habite Phnom Penh et que c’est un fervent bouddhiste5. Nov est un métis vietnamien‑cambodgien originaire de Phnom Penh dont la principale qualité est d’être physiquement robuste. Khim, l’un de ceux dont Aymonier dit le plus grand bien, est un bakou (pāgū), descendants des brahmanes chargés de la tenue des rites de la royauté cambodgienne. Aymonier le décrit comme « grand, maigre, sec, presque noir de teint, conservant donc en partie les traits distinctifs de ses aïeux reculés, [il] était un jeune homme consciencieux et appliqué. » Aymonier loue les qualités d’observateurs de Khim et son endurance, expliquant qu’il « ne s’arrêtait que lorsque la fièvre le terrassait »6. Les cahiers de Ḍū et Tup portent des passages en thaï montrant que ces deux hommes maîtrisent la langue et l’alphabet siamois. Aymonier indique que Srīy parlait aussi siamois. Tup est celui sur lequel nous sommes le mieux renseigné grâce à son dossier administratif constitué après qu’il a rejoint l’administration royale et qui a pu être retrouvé. Il a 26 ans lorsqu’il est recruté par Aymonier. C’est le fils d’un haut dignitaire qui a servi le roi Ang Duong, prédécesseur de Norodom. Son père était en charge des finances de la maison du roi. Il a reçu son éducation au vatt Sandhraḥ Kahappaṭī, province de Ponhea Lu à proximité immédiate de la capitale royale, fréquenté donc par de nombreux enfants de dignitaires et de lettrés. Après l’expédition, il est devenu officier dans la garde indigène puis a rejoint l’administration royale avant de déchoir pour concussion7. On voit donc que les auteurs de ces notes de voyage aux origines et aux parcours divers semblent pour beaucoup proches des milieux qui gravitent autour du palais royal.

94 cahiers de notes

  • 8 Aymonier, 1901.

5Leur production se compose de 94 cahiers de notes originales sous la forme soit de feuilles de papier européen reliées, semble‑t‑il, par les voyageurs, de manière à constituer des petits cahiers d’une cinquantaine à plusieurs centaines de pages, soit, pour huit d’entre eux, de calepins de voyage. Les écrits des assistants d’Aymonier forment ainsi un ensemble de près de 10 000 pages de notes de terrains manuscrites en khmer qui sont conservées dans le fonds Aymonier de la Société asiatique. Grâce aux notes prises par ses adjoints et à ses propres écrits, Aymonier rédige deux récits de son voyage : une première ébauche paraît dès 1884‑1885 dans la revue publiée par le gouvernement de Cochinchine, Excursions et reconnaissances, le document final n’étant publié que dix ans plus tard (Aymonier, 1884‑1885, 1895‑1897). Une décennie plus tard, il reprend les notes de ses assistants pour la rédaction du second volume de son étude magistrale sur le Cambodge8.

6Les cahiers se présentent tous de la même manière. La couverture porte le nom des rédacteurs et les points de départ et d’arrivée. Ces informations sont écrites en caractères latins, probablement de la main d’Aymonier, et parfois en khmer de la main des auteurs. Ces récits de voyage se déroulent ensuite sous la forme de longs textes d’une écriture souvent malhabile, probablement tracée sur les genoux dans les bateaux, aux haltes ou sur les charrettes. Les voyageurs y ont noté minutieusement la direction suivie déterminée à la boussole, le temps où elle est suivie relevé sur un chronomètre et le nom des lieux‑dits traversés. Lorsque les voyageurs passent une rivière, ils s’enquièrent auprès de leurs guides locaux du lieu de sa source.

  • 9 Extrait du récit de voyage de Nov et Khim dans la province d’Attopeu, Fonds Étienne Aymonier, cart (...)

Le lundi matin, 5e jour de la lune décroissante, nous partons de pān Thaiy Luoṅ Dduṃmr̎uṅ, nous pénétrons dans la province d’Attopeu. Pān Ṭan Thaiy Dduṃmr̎uṅ compte une dizaine de maisons et une vingtaine d’habitants, plus les enfants, tous lao. Nous partons à 8 heures de Ṭan Thaiy et avançons 60 minutes vers le nord‑est, puis 20 minutes cap 280. Nous atteignons l’extrémité de Ṭan Thaiy qui fait un 1 ha de long. À l’extrémité de l’île, on trouve des roches blanches, rouges et noires. Le riz qu’on trouve à l’embouchure de la rivière est du riz des sauvages. Nous avançons 30 minutes cap au 240, 40 minutes cap au 360, 10 minutes au 320, 20 minutes cap au 280, jusqu’aux rapides kaiṅ Sakkh Aik9.

7Ils indiquent s’ils voyagent par voie de terre ou par voie fluviale, y compris à contre‑courant à la gaffe ou à la cordelle ce qui permet d’évaluer leur vitesse de progression. Certains cahiers portent des dessins sommaires des paysages ou du contour des montagnes. Ces éléments permettent a posteriori à Aymonier de dresser des cartes précises d’espaces où lui‑même n’a jamais mis les pieds.

8Étienne Aymonier a demandé à ses assistants de rechercher les inscriptions lapidaires à fins d’estampage et les ruines archéologiques, puisque c’est là la mission officielle que lui a confiée le ministère de l’Instruction publique. Les explorateurs khmers s’en acquittent consciencieusement. Plusieurs avaient accompagné l’orientaliste français lors de son étude des temples d’Angkor en 1881‑1882. Au‑delà des relevés topographiques et hydrographiques, des descriptions de temples en ruine et du relevé des inscriptions, les assistants d’Aymonier se sont laissé aller à jeter sur le papier leurs impressions de voyage, à décrire ce qui les touche, les étonne, proposant un relevé ethnographique du Laos siamois et de l’Isan par des voyageurs lettrés cambodgiens. Ces récits de voyage permettent ainsi de savoir ce qui retient l’attention de ces jeunes explorateurs cambodgiens qui découvrent un pays qui n’est pas le leur. On y trouve des descriptions de cérémonies religieuses, tant bouddhistes comme le kathin, les funérailles ou les diverses cérémonies permettant d’acquérir des mérites, que les rites agraires des peuples des hautes terres. Ils racontent les légendes locales qui leur sont contées, rapportent les règles auxquels sont soumises les relations entre hommes et femmes, s’intéressent à la beauté des femmes qu’ils rencontrent. Ils présentent les autorités des villages et provinces et à qui elles obéissent permettant d’établir une carte des rapports sociaux et politiques. Ils précisent les biens produits et échangés dans les localités qu’ils traversent. Plusieurs s’attardent sur les captures d’éléphants sauvages ou la chasse.

  • 10 Extrait du récit de voyage de Nov et Khim dans la province de Siem Pang . Fonds Étienne Aymonier, (...)

9Ainsi, dans le récit que fait Khim de son périple entre Stung Treng et Attopeu, il explique que « le commerce à Siem Pang porte sur les sauvages, les défenses d’éléphant, les cornes de rhinocéros, la cire. Un sauvage fort vaut cinq buffles, peaux et cornes comprises, ils l’appellent alors sauvage fort, bhnoeṅ m̎āj »10. Khim est aussi l’auteur d’une description détaillée des raids menés par les chasseurs d’esclaves laotiens dans les villages Brao, Kavet ou Tampuon des hautes terres entre Cambodge, Laos et Vietnam. Plus loin, il rapporte ses impressions sur les femmes des peuples des hautes terres :

  • 11 Extrait du récit de voyage de Nov et Khim dans la province de Siem Pang . Fonds Étienne Aymonier, (...)

À propos des filles sauvages : elles ne protègent pas leur corps, on peut toucher les seins des vieilles, des vierges et des jeunes, car telle est leur coutume. Il y a une fille qui a des seins beaux comme ceux d’une jeune Chinoise. Ils n’utilisent pas de timbales pour boire l’eau ou de cruches pour aller la chercher, mais des calebasses, qu’ils appellent ṭāk vec11.

10L’ensemble des cahiers rassemble des observations qui couvrent la vallée du Mékong de Kratié à Sieng Khan, en amont de Vientiane, les provinces de Tonlé Repou, Mélou Prey, Stung Treng, les muang d’Attopeu et de Champassak, et surtout le très étendu plateau de Khorat sur lequel de nombreux Laotiens ont été déplacés de forces par les Siamois au cours du xixe siècle après les révoltes de Chau Anou contre Bangkok. Les territoires décrits dans cette étude du « Laos siamois » sont aujourd’hui répartis entre la Thaïlande, le Laos et le Cambodge.

11Si la traduction, parfois fautive et assurément incomplète, qu’en a faite Aymonier est devenue un classique des études laotiennes, les manuscrits de ses assistants n’ont, à notre connaissance, jamais été pleinement exploités par les spécialistes du Laos, de la Thaïlande ou du Cambodge. Ces cahiers sont en effet d’une lecture particulièrement ardue, et rares sont les spécialistes de l’histoire ou de l’anthropologie du Laos et de la Thaïlande qui maîtrisent suffisamment le khmer moyen pour se lancer dans leur lecture, alors que celle‑ci révèle de nombreuses pépites perdues au milieu de longs développements rébarbatifs exposant les trajets suivis par les explorateurs cambodgiens.

Bibliographie

Ouvrages

Aymonier Étienne, 1895 et 1897, Voyage dans le Laos, Ernest Leroux, Annales du Musée Guimet, Paris. 

Aymonier Étienne, 1901, Le Cambodge, t. 2, Les provinces siamoises, Leroux, Paris.

Khin Sok, 2011, L’annexion du Cambodge par les Vietnamiens au xixe siècle, d’après les deux poèmes du vénérable bâtum baramey Pich, You Feng, Paris. [9782842790301]

Articles et contributions à des ouvrages

Antelme Michel, 2014, « Les estampeurs khmers d’Aymonier et leur production épigraphique connue : K. 1089.1, K. 1089.2, K. 1134, K. 1135, K. 1136 et K. 1137 », Bulletin de l’École française d’Extrême‑Orient, tome 100, p. 231‑262.

Aymonier Étienne, 1884, « Notes sur le Laos », Excursions et reconnaissances, tome viii, vol. 20, imprimerie du Gouvernement, Saïgon, p. 315‑386.

Aymonier Étienne, 1885, « Notes sur le Laos », Excursions et reconnaissances, tome ix, vol. 21, Imprimerie du Gouvernement, Saïgon, p. 5‑130.

Bernon Olivier de, 2012, “Journeys to Jetavana: Poetic and Ideological Elaborations of Remembrance of Jetavana in Southeast Asia”, in Skilling Peter et McDaniel Justin (eds.), Buddhist Narrative in Asia and Beyond, in Honour of HRH Princess Maha Chakri Sirindhorn on Her Fivety‑Fifth Birth Anniversary, vol. 1, Institute of Thai Studies, Chulalongkorn University, Bangkok, p. 177‑193.

Guérin Mathieu & Chhom Kunthea, 2014, « Le périple de Khim et Nov de Stung Treng à Attopeu en 1883, récit d’exploration cambodgien du xixe siècle », Péninsule, no 69, p. 103‑140.

Guérin Mathieu, 2017, « Tup, un lettré aventurier au service de l’orientaliste Etienne Aymonier », Journal asiatique, no 305.1, p. 111‑118.

Singaravélou Pierre, 2005, « De la découverte du Champa à la direction de l’École coloniale : itinéraire d’Étienne Aymonier d’après ses mémoires inédits », in Bacqué‑Grammont Jean‑Louis, Pino Angel & Khoury Samaha (dir.), 2002, D’un Orient l’autre. Actes des troisièmes journées de l’Orient, Bordeaux, 2‑4 octobre 2002, Cahiers de la Société asiatique iv, Peeters, Paris-Louvain p. 237‑248.

Weber Nicolas, 2014, « Note sur les inscriptions en cam du pāāt’ Tut, estampeur d’Etienne Aymonier », Bulletin de l’École française d’Extrême‑Orient, t. 100, p. 253-258.

Notes

1 Singaravélou, 2005.

2 Aymonier, 1895, p. 2.

3 Aymonier, 1895, p. 8.

4 Antelme, 2014.

5 Antelme, 2014.

6 Aymonier, 1895, p 118.

7 Guérin, 2017.

8 Aymonier, 1901.

9 Extrait du récit de voyage de Nov et Khim dans la province d’Attopeu, Fonds Étienne Aymonier, carton 3, T 4 xii, Société Asiatique.

10 Extrait du récit de voyage de Nov et Khim dans la province de Siem Pang . Fonds Étienne Aymonier, carton 3, T 4 xii, Société Asiatique.

11 Extrait du récit de voyage de Nov et Khim dans la province de Siem Pang . Fonds Étienne Aymonier, carton 3, T 4 xii, Société Asiatique.

© Presses de l’Inalco, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.frMollat